Le forum tourne au ralenti
en cette période estivale (comme chaque été XD).
Bonnes vacances à toutes et tous.

Une nouvelle vie

 :: Le monde :: Kaïl :: Ouest :: Domaine de la Ghyuerf Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 21 Oct 2018 - 16:51
Il faisait beau et chaud pour un mois d'Obaten, le temps était prodigieusement clément, peut-être même un peu trop. Ce jour là j'avais abandonné mes habituelles robes amples et richement taillées pour une simple tunique de lin et un pantalon en cuir simple. Je faisais affreusement garçon manqué dans une telle tenue, mais force était de constater qu'elle était bien plus pratique pour l'activité qui nous attendait.

Au nord du Domaine, légèrement éloignée du reste, la petite demeure que j'avais fait construire pour mes déplacements au sein même du siège dominian, se dressait fièrement. Une petite maisonnette, simple et sans fioriture, qui ressemblait à s'y méprendre à l'ancienne maison de campagne de mes parents adoptifs que j'avais toujours considéré comme mes vrais parents. Elle respectait plus ou moins les standards des maisons de Mar'Bäal en prenant toute fois les allures de celles de l'Ouest de Kaïl. Pour une fois, je n'avais pas eu la folie des grandeur en faisant construire un manoir, mais plutôt une demeure modeste et toutefois spacieuse.

Elle était au-delà de ce que l'on pouvait s'attendre d'une demeure de paysan, je le concédais volontiers, notamment quand on voyait le soin employé pour le pavage qui recouvrait le devant de la maison, ainsi que les couleurs chatoyantes des pigments employé à décorer les murs extérieurs. On pouvait également voir avec quel soin avait été installé des lanternes extérieures, permettant un certain éclairage de la terrasse. Les tons de pierre étaient clairs, il y aurait bientôt un jardin et peut-être même un potager, un endroit idéal pour élever des enfants à mon sens. C'était important à mes yeux, Rebecca, Dewey et Sylvester méritaient de grandir dans un endroit plaisant.

C'est à bout de bras que je portais sans difficulté de longues planches de bois fraîchement taillées. Un artisan avait fait le chemin exprès pour nous livrer les pièces des literies qui seraient bientôt installées dans notre nouvelle demeure, encore en partie en construction. L'aile principale, comprenant notamment les chambres, était cependant déjà prête à nous accueillir tout comme le mobilier. Je me tournais alors vers Wraith qui n'avait pas la même réussite que moi quant au transport des choses lourdes.

- Laisses, Wraith. Je porterai cela au prochain trajet, ne t'esquinte pas le dos pour si peu. Et Rebecca ! Je t'ai dit de ne pas toucher aux clous ni aux outils ! Tu vas te faire mal ! Nous avons déjà fort à faire à installer la literie, n'y ajoute pas en plus le temps que l'on va devoir prendre à te soigner...
- Pardon, Anna... bégaya-t-elle toute penaude en laissant les outils dans la charrette de l'artisan.
Niveau 5
Anna Cornwall
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 190

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Force, Régénération
Groupes: Domaine
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Artefacts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 21 Oct 2018 - 18:43
La journée commence de bonne heure et nous passons la matinée à ramener de longues et lourdes planches en bois. Je ne mit pas longtemps avant de m'épuiser à la tâche et Anna le remarqua tout de suite. Ces planches me pesais et elle me disqualifie de cette tâche qui m'incombe. Malgré tout, j'aimerai bien aider mais je ne savais pas comment. Je soigne les blessures éventuelles et autres, je gagne un peu d'argent pour la nouvelle maison avec ce nouveau travail et je m'occupe avec Anna de nos... Enfin... Oui, on peut dire, de nos enfants. Un peu comme... Un couple. Cet idée me fait un peu perdre pieds et Dewey, qui portait lui sans aucune difficulté les planches, m'appelle.

- Wraith ! Tu gènes le passage !

Je me retourne et fait tomber le planche en trébuchant, manquant de me viander sur le côté. Dewey penche la tête sur le côté et je devine un peu son expression sous son maudit masque. Je vais vers lui et le lui chope alors qu'il a les bras occupés.

- Désolé mon petit Dewey mais tu es bien plus adorable ainsi.

- Tu sais que ces planches ne vont pas se trimbaler d'elles-même jusqu'à cette maison ?

- C'est aussi ton chez toi. Lui dis-je gentiment.

- Arrête d'être niait et mets les planches sur le côté, on les prendra plus tard avec Anna.

Dewey est impitoyable. Il est mignon à jouer les grands hommes, adoptant la posture de Jürgen. Celle de l'homme pleine d'assurance. Dewey rejoint Rebecca et aussi, je me dis que si je ne sers à rien avec mes pauvres muscles de faiblard Xen, je peux en revanche les utiliser pour la faire la cuisine. Un bon petit plat que me faisais Sylvester va les ravir et leur donnera de l'énergie pour le reste de la journée. Je file donc acheter les fameux ingrédients d'une des recettes bizarres de mon oncle. La bonne cuisine à tonton ! Cela me faisais penser que je ne l'avais jamais appelé ainsi, "tonton". Il préférait sûrement "oncle" que "tonton". Au marché, je trouve des poivrons, du gros sel, du poivre, des morceaux de viandes, des haricots rouges, des olives et un peu de piment. Une fois au "manoir" de Grégou, je pris un petit coin aux cuisines sous le regard choqué et intrigué du personnel. On découpe en morceau tous ce petit monde et on le fait cuir à la poile avec le sel et le poivre en rendant la viande juteuse. Je mets dans les olives une légère pâte pimentée. Une fois la cuisine faite, je dresse la table puis mets un couvercle sous chaque assiette pour que cela reste encore chaud le temps qu'ils arrivent.

Oh ! Le masque ! J'avais totalement oublié que je l'avais ! Où est-ce que je l'aurais mit ? Oups... J'ai beau le cherche partout dans les cuisines il ne s'y trouve pas. Je l'aurais égaré quelque part ? Au marché ? C'est pas vrai... Je l'aurais paumé au marché ? Mince ! Ils rentrent déjà !

- Herm... Par ici tous le monde ! Ah ! Anna, le repas est dans le salon vert enfin tu sais... Celui où il y a le plus de... vert. Tu me diras avec les enfants si c'était bon. Oh et j'ai mit un peu de piment dans les olives alors faites gaffe. J'ai... Une petite course à faire, commencez sans moi !

Je file vite dehors sous le regard suspicieux de Dewey. Je vais là où je suis passé plus tôt mais aucune trace du masque. Peut-être que quelqu'un l'a ramassé ? Cela me fait penser à carrément autre chose... J'ai pas fait de dessert ! Je suis un homme au foyer lamentable ! On se calme... Il doit bien être quelque part, pas loin... Oh la la ça fait déjà une demi-heure ! Ils doivent se demander ce que fiche...! Je ne vais tout de même pas leur dire que j'ai paumé le masque de Dewey et que j'ai pas fait de dessert et qu'ils auront que ça à manger... . Ah, et j'ai faim... Mon ventre grogne. Il va falloir que je rentre car il y a de grandes chances que quelqu'un l'ai prit. Oh ! C'est Jürgen ! Qu'est-ce qu'il fait à déambuler au marché ?

- Jürgen ! Criais-je en avançant dans sa direction. Jürgen t'as pas vu le masque de Dewey par... Pur hasard ?

- Wraith... Soupir Jürgen en me regardant tout en posant une main sur son épaule. Je suis en pleine enquête et j'ai bien entendu tes plaintes mais je ne peux pas t'aider. Je ne sais pas où il est mais s'il te plait, rentre au manoir. On le cherchera plus tard.

Il part calmement, sans se presser. Il a... Entendu mes plaintes... . Je n'imagine même pas ce qu'il doit penser de moi. Je rentre donc au manoir avec un air abattu et me dirige vers la salle à manger verte, épuisé d'avoir couru.

- Je... Je suis désolé j'ai oublié le dessert et... Dewey j'ai... Perdu ton masque... Mais je vais le rechercher hein !

Au même moment mon ventre crie famine alors qu'un silence c'était formé.
Niveau 5
Wraith Dorcas
Je suis dispo pour : Un pour le moment
Expérience : 162

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): AÄN
Groupes: Domaine
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Une nouvelle vie 190301083726900009
Revenir en haut Aller en bas
Dim 21 Oct 2018 - 21:41
Rebecca regardait avec la plus grande attention Wraith qui semblait dépité de ne pouvoir aider plus que ça dans l'aménagement de la maison. A dire vrai, elle se sentait tout aussi utile que lui dans cette affaire, c'est à dire, pas du tout. Aussi, lorsque celui-ci déclara qu'il allait préparer le repas, la jeune fille se mit en tête de le suivre en toute discrétion. Sans un mot, sans un bruit, elle ne perdit pas le xen des yeux et observa attentivement ce qu'il faisait. Du marché jusqu'aux cuisines, elle ne le quitta pas, et malgré tout, il ne la remarqua pas un seul instant. Il faut dire que la jeune fille savait se faire discrète, peut-être même un peu trop, parfois, on en oubliait presque qu'elle était là. Même les cuisiniers du Domaine ne la remarquèrent pas quand elle se mit à observer Wraith faire à manger.

Dans la précipitation, le xen avait oublié le masque de Dewey, qu'il avait posé négligemment sur un plan de travail dans la cuisine. Rebecca, intriguée par le masque, s'en saisit et l'observa attentivement. Elle aussi voulait se rendre utile, aussi se mit-elle en tête de préparer un gâteau pour compléter le repas de Wraith, rangeant le masque dans son sac en toile. Elle demanda alors aux cuisiniers présents s'ils pouvaient lui apprendre à faire un gâteau. Avec enthousiasme, l'une d'entre elle se porta volontaire pour l'assister. Oubliant ainsi le temps qui passait, Rebecca confectionna avec soin un gâteau qui ravirait les autres.


***

La chaleur n'était pas estivale, pourtant il faisait assez chaud pour faire perler mon front de sueur. Hormis le transport des lourdes planches de bois, il y avait à présent le montage de la literie. Une tâche qui était plus ou moins physique. Avec l'aide de Dewey cela me prit moins de temps. Je ne m'inquiétai pas de l'absence de Rebecca, elle avait probablement dû préférer suivre Wraith et je ne lui en tenais pas rigueur.

J'essayai d'en profiter pour en apprendre plus sur le jeune lorcq, mais celui-ci était aussi causant que moi, c'est à dire pas du tout. Je n'insistai pas et continuai dans une sorte de silence convenu de monter la literie avec Dewey et l'artisan qui avait construit ces pièces. Cela fut particulièrement aisé mais cependant fatigant. Au bout d'un moment, il nous fallu nous arrêter et nous désaltérer avant de décider d'un commun accord qu'il serait également bon de ce sustenter.  

Direction donc la demeure de Grégoire pour aller prendre un repas bien mérité. Mais avant, je passais par la case Saphira pour aller récupérer Sylvester. L'aassila avait été assez aimable pour s'occuper du jeune bambin pendant nos travaux. En chemin nous arrivons par croiser Wraith qui nous invite à rejoindre le salon « vert ». Je me mis à rire doucement quand il se lance dans ses explications compliquées. Je trouvais sa gaucherie touchante et le rassurai alors en posant une main sur son épaule. Ce simple contact me fit légèrement monter le rouge aux joues et je me ravisai prestement.

- Je... j'avais saisi l'idée, Wraith, ne t'en fais pas. Je... Très bien ! Allons manger ! M... Merci Wraith !

Nous nous installâmes à table, dans le fameux salon vert. Je posais alors Sylvester sur mes genoux et pris soin de le nourrir tout en me sustentant à mon tour, par alternance. Bien évidemment, le plat du petit était adapté : point de piment pour lui, il n'en était pas question. Rebecca nous rejoignit peu de temps après, visiblement guillerette. Je la soupçonnait de nous cacher quelque chose mais je n'en fis rien. Je ne l'avais pas vu en compagnie de Wraith, aussi me demandai-je ce qu'elle avait fait tout ce temps.

Malgré que je fus fort occupé à donner la cuillère, je ne pus m'empêcher de savourer avec délice le plat que nous avait concocté Wraith. Je n'avais jamais mangé pareille cuisine, mais j'étais forcée d'admettre qu'elle était un régal. J'eus même la prétention de me dire qu'il ne me serait pas déplaisant d'avoir le xen comme cuistot lors de mes passages au Domaine.

- C'est trop bon, déclara Rebecca.

J'acquiesçai de la tête lorsque la jeune fille ajouta :

- Tu crois qu'on pourrait vivre pour toujours avec Wraith ? Je l'aime bien... Toi aussi tu l'aimes, même beaucoup, pas vrai ?

Je faillis recracher ma bouchée et manquai de m'étouffer en l'avalant de travers. Elle avait le chic pour me mettre mal à l'aise. Dewey semblait également me regarder avec insistance en attendant ma réponse. Je me mis à bouillir sur place, sentant mes joues devenir aussi brûlante que sous un soleil d'été.

- Que... je... o... occupes-toi de manger ! Je... Je suis heureuse que Wraith ai accepté de vivre dans notre demeure, c'est vrai... Le reste, ça ne te regarde pas, Rebecca ! Ce sont des affaires d'adultes !
- Oui, Anna... Désolée...

La fin du repas se fit sans plus de question indiscrète. Mon regard avait été assez éloquent pour imposer une certaine retenue. A vrai dire, j'aurai presque regretté de m'être montré aussi implacable et froide sur le moment. Wraith fini par revenir, visiblement embarrassé.  

- Je... Je suis désolé j'ai oublié le dessert et... Dewey j'ai... Perdu ton masque... Mais je vais le rechercher hein ! déclara-t-il.

Le silence régna et les gargouillis du ventre de Wraith se firent entendre. Je me retins de rire et préférai le mettre à l'aise.

- Assis-toi, Wraith ! Tu devrais manger...  
- Heu... Ben en fait... commença Rebecca visiblement gênée.
- Qu'y a-t-il, Rebecca ?  
- Il se pourrait bien que je l'ai trouvé, son masque... déclara-t-elle.

Je me mis à sourire, amusée. Rebecca sorti le masque de son petit sac et le tendit à Dewey avec un petit air embarrassé.

- Et... Il se pourrait que... Je sois allé en cuisine pour qu'on m'apprenne à faire des gâteaux... alors... Finalement, on aura un dessert, avoua-t-elle timidement.
- Finalement, Wraith, tu n'auras pas à t'inquiéter pour ça ! lui dis-je en rigolant doucement. Tu as une petite fée derrière ton épaule qui s'occupe du reste. Tu devrais manger... ça a sûrement déjà refroidi.... mais pas totalement avec un peu de chance. A ce propos...

J'hésitai, quelque peu gêné de devoir complimenter Wraith sans que ça ne passe pour un flirte de ma part, mais je lui devais au moins cela.

- C'était... délicieux, vraiment. Je me suis régalée. Tu es bon cuisinier. Merci... pour le repas. Tu... Tu veux prendre Sylvester avec toi ? Hum... Je... Je peux continuer à m'en occuper, sinon...
- Je crois qu'Anna s'est découvert un instinct maternel, ajouta Rebecca.
- Re... REBECCA !! rouspétai-je.
- Hi hi hi !
Niveau 5
Anna Cornwall
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 190

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Force, Régénération
Groupes: Domaine
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Artefacts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 27 Oct 2018 - 9:56
J'écoute attentivement la fillette qui se met à dire ce qu'elle avait fait pendant que nous étions occupés et que l'on pensait que chacun était avec elle. Rebecca avoue alors avoir trouvé le masque que j'avais laissé dans la cuisine avant de le redonner à Dewey qui le met sur ses genoux sans dire un mot. Elle déclare aussi avoir fait un gâteau qui arrive dans la salle. Je vais vers Rebecca avant de m'agenouiller devant elle pour être à sa hauteur, posant mes mains sans être trop brusque sur ses petites épaules.

- Rebecca, tu m'as sauvé la vie ! Je ne sais pas comment j'aurai fait sans toi ! Dewey m'aurais fait la tête et vous auriez pas assez manger alors que vous avez fait tant d'efforts ce matin.

Je me relève, entendant un "apa" venant de la bouche de mon petit Sylv'. Effectivement, je remarque alors qu'il est assit fièrement sur les genoux d'Anna.

- C'était... délicieux, vraiment. Dit Anna. Je me suis régalée. Tu es bon cuisinier. Merci... pour le repas. Tu... Tu veux prendre Sylvester avec toi ? Hum... Je... Je peux continuer à m'en occuper, sinon...

- Je crois qu'Anna s'est découvert un instinct maternel, ajouta Rebecca.

- Re... REBECCA !! rouspète Anna.

- Hi hi hi !

Je ris à mon tour en allant vers Anna, prenant le petit qui gigote dans tous les sens, faisant aussi bouger ses petites ailes avec ses petits muscles fragiles. Il répète "apa" en me voyant tout en se tortillant comme un petit vers. Je le prend dans mes bras puis va enfin m'asseoir avec lui.

- Merci d'avoir veillé sur lui, dis-je en retirant le couvercle. Et je suis content qu'il vous ai plu ce repas.

Je tourne les yeux vers le petit qui prend une olive dans sa petite main et la met dans sa bouche. Je fais de grands yeux, attendant qu'il pleur pour lui faire recracher mais celui fait de plus grands yeux que les miens puis fait la grimace. Il s'exprime pour dire son mécontentement et je lui fait recracher sur un mouchoir en tissu. Il reprend une olive puis me la tend.

- Apa !

Je ne sais pas bien comment le prendre mais je le mange et sent qu'il est froid. Voyant aucune réaction sur mon visage il continu à me regarder. Je crois qu'il a bugé. Je mange donc tranquillement tandis que Sylv' attend toujours une réaction en me regardant. Je pose ma main devant ses yeux mais il me la jette vite. Je balaye mon regard devant tous le monde en mangeant, finissant plutôt rapidement mon assiette. On prend enfin le gâteau.

- C'est délicieux Rebecca, merci. Dis-je à la petite en souriant.

Dewey ne dit pas un mot comme à son habitude mais il fini vite sa part, il semble avoir aussi apprécier. Soudain, il prend la parole plutôt fort pour être sûr d'être entendu.

- Où est Jürgen et "le batteur" ?

- Oh ! Euh... C'est vrai. Jürgen travail et mange, je l'espère, là-bas. Il est plutôt occupé avec son nouveau travail. Quant à mon jumeau il est parti ce matin très tôt à ma demande pour découvrir le monde dans lequel on vit.

- Tous seul ?!

- Euh, et bien oui. Pourquoi ? Ne t'en fait pas, j'en attend beaucoup de son voyage. J'espère qu'il verra le monde comme je le vois et qu'il se sentira chez lui. Tu sais, avant d'être ici j'ai voyagé pendant plus de trois ans tous seul. J'ai rencontré des gens, je me suis fait des amis dans les quatre coins du monde. J'ai vécu pleins d'aventures qui m'ont aidé à évoluer. Et c'est au cours d'une de ses aventures que Sylvester est née.

- Ta dernière aventure a faillit mettre à sac ce monde avec ton oncle qui a pété un câble et celle d'avant ton ami et la mère de ton enfant sont morts par la main de ma mère elle aussi morte. Dit froidement avec un air septique Dewey.

- Oui mais... Tu ne serais pas ici sans ses événements, entouré de personnes qui tiennent à toi.

- J'ai fini.

Il sort de table puis s'en va sans dire où il va, quittant simplement la pièce en mettant son masque. Je soupir, un peu dépité. Je ne sais pas quoi faire pour que ce gamin se sente bien avec nous, se sente à l'aise. Il met sans cesse une barrière entre nous comme pour se protéger de quelque chose.

- Je suis désolé pour la scène. Pour le moment je ne sais pas comment le rendre heureux ou en tout cas moins triste. Mais hum... Bon, parlons d'autre chose ! Comment avance la maison ? Demandais-je à Anna.
Niveau 5
Wraith Dorcas
Je suis dispo pour : Un pour le moment
Expérience : 162

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): AÄN
Groupes: Domaine
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Une nouvelle vie 190301083726900009
Revenir en haut Aller en bas
Lun 29 Oct 2018 - 18:27
Je remerciais Rebecca pour le gâteau, qui lui aussi, était délicieux. Cette petite pouvait parfois se montrer forte habille et ingénieuse. En tout cas, Wraith lui semblait être vraiment reconnaissant. Rebecca se mit d'ailleurs à rougir de satisfaction devant nos compliments. Nous finissons calmement nos parts de gâteau quand Dewey prend alors la parole.

Vint alors une discussion des plus houleuse entre lui et Wraith. Je plissais les yeux d'un air sévère. Le ton qu'il employait ne me convenait guère. J'aurais peut-être deux mots à lui dire, mais devant Wraith, je me devais de respecter le peu d'autorité qu'il avait. J'étais tout de même triste pour ce jeune lorcq, il avait perdu tout ce qu'il avait, et avait failli perdre bien plus encore.

Il remit son masque et partit abruptement de la salle à manger, sous mon regard sévère.

- Je suis désolé pour la scène, me dit Wraith. Pour le moment je ne sais pas comment le rendre heureux ou en tout cas moins triste. Mais hum... Bon, parlons d'autre chose ! Comment avance la maison ? demandais-je à Anna.

Je soupirais ! Ce n'est pas en évitant le problème que Wraith allait le résoudre. Le xen sans aile était d'une douceur qui m’apaisait, mais c'était aussi son point le plus vulnérable. Il serait bientôt tant que je fasse quelque chose pour lui, d'une manière ou d'une autre. Il ne pouvait continuer à supporter la mauvaise humeur et le manque de respect de ce jeune lorcq.

- Ne t'en fais pas pour les travaux, Wraith. Ils avancent on ne peut mieux. Dewey est un garçon plutôt adroit. Avec un peu de discipline, il serait même un lorcq très habile. Si tu le veux, je pourrais m'entretenir avec lui durant les travaux à faire. Je suis sûre qu'il ne rechignera pas à m'aider. Il a de la bonne volonté, ce petit. Vous n'aurez qu'à vous occuper des tâches moins... ardues, moins physiques avec Rebecca.
- Hein ? Heu... Moi ? demanda-t-elle.
- Oui, toi, ma douce ! Je pense que Wraith et toi vous entendrez bien. Je croyais d'ailleurs que tu étais avec lui durant ton absence !
- Heu... ben... en fait... Oui et non... Je l'ai suivi mais j'ai pas osée le déranger...
- Rebecca... Tu n'es plus une esclave... Rentres toi dans la tête que tu ne dérange personne, au contraire ! Je suis sûre que Wraith sera content d'avoir ta compagnie ! Il pourra t'apprendre plein de chose !  
- Ben oui... Enfin je sais mais...

Je soupirai, avant de me lever et poser une main sur l'épaule de Rebecca. Je m’accroupis à son niveau et lui souris.

- Je sais que ce que tu as vécu n'est pas facile à effacer de ta mémoire... Mais si tu ne te bats pas contre ta timidité, tu n'arrivera qu'à rester dans l'ombre et seule. Ce n'est pas grave d'avoir peur et d'hésiter... mais à un moment, il faut surmonter ça et se lancer.

Rebecca fit oui de la tête et sauta de sa chaise avant de quitter la pièce.

- Han... Elle est adorable. Je suis sûre qu'elle s'en sortira ! Bien... Hum... Que comptes-tu faire cet après-midi, Wraith ? J'ai encore des lits à monter. SI tu n'as rien de prévu, tu pourrais peut-être, avec l'aide de Rebecca, nous coudre des matelas et les remplir de coton ? J'ai tout ce qui faut pour, même le matériel de couture. Comme je sais que tu te débrouilles plutôt bien avec une aiguille... Qu'en penses-tu ?
Niveau 5
Anna Cornwall
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 190

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Force, Régénération
Groupes: Domaine
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Artefacts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 1 Nov 2018 - 21:36
Je laisse Anna s'occuper des tourments de sa protégée même si je voulais appuyer ses dire. Elle ne m'a jamais raconté ce qui lui ai arrivée, je ne connais rien de leur passés à toutes les deux. On va vivre sous le même toit et on ne se connait pas encore. Je pense qu'avec Rebecca ça se passera bien, c'est une jeune fille adorable comme le dit Anna et on a quelque chose en commun tous les deux. Avec Anna c'est différent, je ne sais pas comment aborder le sujet, comment l'amener à se confier à moi. Je sais qu'elle n'est pas la "beaté froide" que tous le monde décrit mais elle semble s'être construit une véritable forteresse entre elle et le monde. Un peu... Comme Dewey. Et Jürgen mais lui, il est vraiment insondable. Je n'ai pas peur de mon frère mais je ne sais pas comment agir avec lui.

Je regarde mon fils et sourit, lui au moins c'est facile. Ce petit être à tous le temps la banane. Il est si mignon ! Hum ? Qu'est-ce que c'est que cette odeur ? Oh... Il a fait ses besoins... .

- Oui, c'est une bonne idée et puis comme ça je pourrais discuter avec elle. Il est vrai que je n'avais même pas remarqué sa présence, pas même en cuisine. Je vais faire de mon mieux pour qu'elle se sente comme chez elle et se sera encore mieux quand on aura une maison. Quand tous sera fini, elle se sentira j'espère vraiment comme chez elle et faisant partie d'une grande famille.

Je me lève en prenant Sylv' qui se tortilel un peu. J'imagine qu'il veut être changé.

- Ça ira pour elle, ne t'en fait pas. Hum... Tu vas avoir besoin de bras cet après-midi, Dewey sera là.... Je ne sais pas trop comment formuler ma demande... Tu es un Lorcq et lui aussi et peut-être... Qu'entre même espèce vous vous comprenez un peu... Enfin... . Il est vrai que je ne t'ai pas vraiment parlé de nous, d'où nous venons, qui nous sommes et je te raconterais sûrement un jour quand la maison sera fini ou... Quand on pourra avoir un moment tous les deux. Si tu veux bien sûr ! Et si on peut entre la maison, nos travails et les enfants on est plutôt occupé. Tous ça pour dire que je connais un peu ce qu'à vécu Dewey... Il...

je chuchote presque en m'approchant d'Anna.

- Il a eu une mère affreuse qui voulait l'exploiter car il avait un don. Il a même ses deux yeux de ces couleurs uniques. Enfin, c'est le seul qui a reçu ce don et tous ses frères et sœurs qui ne l'on pas eu se sont fait massacrer par cette odieuse femme et parfois même devant ses yeux. Pour le masque... Il ressemble trait pour trait mais en petit à son père qui lui aussi était quelqu'un d'odieux, un criminel qui était hautement recherchés pour beaucoup de motifs. Dewey a été entraîné pour être un bête dressé par sa mère qui a tué son père pour avoir du pouvoir.

Je marque une légère pause avant de reprendre.

- Tous ça s'est arrêté quand je suis venu reprendre mon fils des bras de cette femme avec mon défunt ami et la défunte mère de mon enfant. Tiamat, cette femme cruelle est décédée elle aussi en laissant derrière elle un profond traumatisme au seul enfant encore en vie, Dewey. Donc... Je sais que parfois il peut se montrer... Un peu méchant mais j'espère qu'il va s'ouvrir aux autres. J'essaye encore de percer sa coquille mais peut-être a-t-il besoin de parler à quelqu'un d'extérieur aux Dorcas ?

- Apa !

Le petit bougeotte dans mes bras et je ris.

- Je vais lui changer sa couche puis je vais emmener Rebecca pour choisir les tissus avec elle. Ne t'en fais pas je veillerais sur elle comme si c'était ma fille et cette fois-ci j'ouvrirais bien grand les yeux pour qu'elle sache qu'elle peut manifester sa présence et qu'elle est même requise. Bonne chance avec Dewey, enfin, si ça ne te dérange pas de lui parler un peu.

Je souris à Anna avant d'aller changer la couche de mon petit bébé Xen à son papa. Je crois que je deviens un papa gâteux et quand je vois cette petite chose croiser mon regard, cette idée ne me dérange pas du tout ! Sylvester, tu vas devenir un vrai petit tombeur toi plus tard !
Niveau 5
Wraith Dorcas
Je suis dispo pour : Un pour le moment
Expérience : 162

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): AÄN
Groupes: Domaine
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Une nouvelle vie 190301083726900009
Revenir en haut Aller en bas
Dim 4 Nov 2018 - 20:21
Je restais silencieuse un moment. Tout ce que m'avait raconté Wraith était terrible. Dewey avait vécu d'horribles choses pour son âge, et cela me rappela rapidement quelqu'un : moi. Mon adolescence s'était terminé de façon tragique. Même mon enfance avait eu son lot de mort et de souffrance. Au fond, l'enfant avait choisi le même chemin que moi : se forger une carapace d'insensibilité pour se protéger du monde extérieur. Je finis par répondre :

- Je vais... Je vais discuter avec lui. Je crois savoir comment lui parler, ne t'en fais pas. Oh... et Wraith... Ce soir, quand les enfants seront au lit... ça me plairait de discuter avec toi pour qu'on... se connaisse mieux.

Je me mis à rougir en me rendant compte que ce que je venais de dire était sensible au quiproquo. Sans plus insister, je le laissais partir, changer le petit Sylvester, et me mit à genoux pour discuter avec Rebecca.

- Je te laisses avec Wraith ! Je vais m'occuper de Dewey et des travaux à faire à notre demeure. Tu seras courtoise et aimable ?
- T'en fais pas, Anna... Je serais sage, comme d'habitude. Je pourrais voir si lui aussi est amoureux de toi !
- REBECCA ! rouspétai-je, offusquée.  
- Hi hi hi ! A toute à l'heure !
- Petite chipie... soupirai-je.

Je me redressais et partis donc en direction de la demeure. En chemin, dans un des couloirs du domaine de Grégoire, je croisais Dewey qui regardait les fresques murales, les poings serrés. Malgré son masque, je pouvais sentir son humeur colérique. Il n'était pas bien difficile de deviner quand un lorcq était rempli d'un sentiment de frustration, son aura aspirait la vie environnante. Je toussotai, ce qui le fit sursauter avant qu'il ne se tourne vers moi.

- Viens, Dewey. Nous avons encore du travail à faire à la demeure. Ça te dit de me donner un coup de main ?

Le jeune lorcq haussa les épaules et me suivit sans plus discuter. Même s'il n'était pas d'humeur à faire la conversation, j'étais persuadée qu'il l'était à entreprendre des travaux manuels. Tout comme moi, à son âge, il lui fallait extérioriser son trop plein de colère et d'énergie dans des activités physiques. Je savais parfaitement ce dont il avait besoin, j'avais moi aussi connu cet état. Et au fond, je sentais que Dewey me trouvait quelques points communs avec lui. Il avait beau être un enfant, intérieurement, il avait déjà embrassé l'âge adulte.

- Si tu as envie de parler...
- Non ! Trancha-t-il.

Je haussais les épaules et hocha de la tête en signe d'acquiescement. Je savais qu'il était inutile de parler dans de telles conditions.

Arrivés chez nous, nous nous mîmes rapidement au travail. Monter les lits était une tâche fastidieuse, d'autant que les matériaux était lourds, encombrants. Le prix à payer pour une literie de qualité. L'artisan qui était avec nous était d'un grand secours, et il ne resta bientôt plus grand chose à faire alors que le soleil dehors déclinait à peine. Nous décidâmes de commencer à monter une armoire avec l'aide de l'artisan. Tout en continuant notre tâche, je m'adressai à Dewey.

- Si tu le désires, je pourrais t'apprendre le maniement de l'épée.

Il me regarda au travers de son masque, en gardant le silence, mais je sentais que j'avais piqué sa curiosité et attiré son attention. Il en mourrait d'envie.

- Mais à une condition : je veux que tu enlèves ce masque. Au moins pour les entraînements à l'épée.

Dewey me fixa un moment avant de reprendre sa tâche et de m'ignorer complètement. Je ne pouvais que deviner ce qu'il pensait. Il devait sûrement réfléchir à ma proposition, peser le pour et le contre. Je restais patiente et fis mine de rien jusqu'à ce qu'il finisse par ôter son masque et me fixer du regard, avec un air contrit.  

- C'est vrai ? Tu vas m'apprendre à manier l'épée ? me demanda-t-il.
- Tu as vécu des choses difficiles, et tu t'es sûrement senti impuissant face à ces événements. Je t'offres la meilleure solution pour ne plus jamais avoir à subir ça. Mais en contre-partie, il va falloir que tu ouvres un peu plus tes horizons, que tu me parles, à moi et aux autres. Tu ne pourras pas éternellement compter uniquement sur ta seule force... tu auras besoin des autres. Cependant, si tu ne fais pas un minimum d'effort, personne ne pourra t'aider. Je sais ce que tu te dis, tu n'as besoin de personne, pas vrai ? Tu te trompes... C'est ce que j'ai cru moi aussi... Mais au final, si j'ai pu m'en sortir, c'est grâce à d'autres. J'ai accepté leur aide, et me voilà à présent, libre de mes choix.

Il resta silencieux et grimaça avant de me jeter un nouveau regard.

- Tu crois ?
- J'en suis sûre et certaine.

Il esquissa un léger sourire, emprunt d'une note de dépit, avant d'avouer :

- Ok... J'te fais confiance m'dame Anna.  
- Aller, c'est fini pour aujourd'hui, Dewey. Allons rejoindre Wraith et les autres. Vous nous accompagnez ? Demandai-je à l'artisan.
- Jusqu'à l'auberge, oui. Je vais aller y boire un coup avec mes amis.
- Très bien ! Allons-y, alors !

Nous partîmes en direction du domaine, pour rejoindre les autres. Dewey semblait légèrement moins renfrogné et esquissait même parfois un sourire à mon égard. J'étais persuadée que nous allions pouvoir faire quelque chose de bien, lui et moi. Nous laissâmes l'artisan à l'auberge du coin avant d'avancer côte à côte, la démarche fière et sereine. Il arrivait parfois que des passants soient amusés par notre association insolite. L'on nous confondit parfois comme mère et fils, ce qui m'amusa plus que Dewey qui en rouspétait à l'idée.
Niveau 5
Anna Cornwall
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 190

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Force, Régénération
Groupes: Domaine
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Artefacts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 25 Nov 2018 - 16:28
Pendant qu'Anna est occupée avec le petit Dewey, j'invite la petite Rebecca à me tenir la main pour aller en ville chez le marchand de tissu de plus proche. Elle prit timidement ma main et avec un sourire je lui rétorque que c'est pour ne pas la perdre et pour qu'on soit au même niveau. On sort en ville où elle resta silencieuse tout en serrant avec sa petite main la mienne. J'entre donc dans le magasin et lâche sa main pour lui proposer de choisir le tissu de ses futurs draps. Elle sourit et part à l'aventure tandis que je jette un œil sur ceux qui seront lambdas. De simples tissus blancs avec lequel je pourrais broder quelques motifs dessus plus tard. J'en prends suffisamment pour faire au moins trois lingues complets. J'attends alors le choix de Rebecca qui semble hésiter. Je m'approche d'elle et lui demande lequel elle préfère entre le vert feuille, violet pastel et blanc étincelant. Elle semble hésiter quant à la réponse à me donner. Le plus chère étant celui qu'elle lorgne en mordillant ses lèvres et entrelaçant ses doigts. Le vert est en effet le plus chère, il est de très bonne qualité et il n'en existe pas de cette couleur précise dans d'autres type de tissus. Je lui souris avec douceur en prenant le vert.

- Je pense aussi que celui-ci est très beau, c'est vrai qu'il est plus chère mais tu sais, tu peux faire tes oreillers et/ou ta housse de couette en violet. On pourrait broder des motifs sur le futurs draps et les futurs taies d'oreiller pour qu'ils s'accordent ensemble. Qu'est-ce que tu en dis ?

Elle fait de grands yeux en me regardant, stupéfaite. Elle sourit et choisit le violet pour aller avec.

- On fera quoi comme motif ? Me demande-t-elle.

- Ce que tu voudras. Je te montrerais comment on brode avec de la laine épaisse.

Elle fait un grand sourire puis regarde ce que j'ai prit pour les autres. Elle me regarde ensuite, faisant un petit sourire autre que le précédant.

- Tu sais ce qu'il ferait plaisir à Anna ? Me dit-elle sur un ton de confidence.

- Heu... Eh bien... Non. Elle n'aime pas le blanc ? Rebecca se mit à rire avant de me répondre. Elle aime le bleue ! On peut lui prendre du bleu ?!

Je souris puis hoche la tête et elle choisit avec précision le bleu exacte qu'Anna préfère. Elle pointe du doigt le bleu nuit. Je prends donc de quoi faire en me disant qu'avec du blanc ça serait jolie. On quitte donc le magasin et laisse la petite porter ses tissus pendant que je porte le reste. On arrive à la maison et on s'attaque à la découpe des tissus. Je lui explique comment on compte pour que se soit à la taille d'un lit une personne et deux personnes, comment on fait les différentes parties qui compose un lit puis on s'attaque d'abord au sien. Pendant que je lui apprend comment coudre son premier oreiller, je lui confectionne la couette, le par-dessus et la housse. Coudre ça prends du temps et donc on en profite pour discuter un peu.

- Diiit... Wraith... T'aime bien Anna ? Me glisse-t-elle pendant que je vérifie son travail.

- Herm.. Eh bien oui. C'est une personne gentille, attentionnée... Et elle a prit soin de moi pendant le retour au Domaine et même encore, elle veille à ce que je me porte bien.

- Eeet... Tu l'aime beaucoup alors ?

- O-oui... Je pense que c'est une bonne personne. Toi aussi non ? Tu semble beaucoup l'aimer n'est-ce pas ? C'est ta nouvelle maman ?

Elle fait un "oui" de la tête avec un air plutôt triste voir mélancolique. Je lui prend la main avec douceur.

- Tu sais, il est normal qu'elle soit une nouvelle maman pour toi et que tu ai le droit d'être une personne à part entière. Tu n'existe plus pour les autres maintenant, tu es maître de ta propre existence. Hum...

Je vais prendre mon sac puis lui sort mes marionnettes, de simples poupées qui semble l'émerveiller.

- Avant, j'étais un simple conteur et pour illustrer mes histoires aux enfants je prenait ces poupées. J'avais beaucoup de succès et un jours, trois personnes malveillantes ont voulu profiter de mon succès. Ils m'ont obliger à jouer les marionnettistes enchaînés pendant qu'ils dérobent l'argent de ces pauvres spectateurs. Le plus odieux des trois filous était la demoiselle. Une aracnor qui profitait de moi et je dois dire que j'ai plutôt une peur irraisonné pour les personnes de cette race. C'est d'ailleurs comme ça que bébé Sylvester est née. Un jour, on se rendait au domaine pour dérober les bourses des Dominians mais là, En passant par-là, Grégoire se rendit compte assez vite de la supercherie. Comme tu le sais, au Domaine il n'y a pas d'esclave et c'est interdit. Alors il m'a libéré et depuis on est devenu amis. Tous ça pour dire que peu importe ce que tu as vécu, il faut le laisser derrière toi et aller de l'avant. Il y a tout un monde qui est là, dans le présent.

Elle resta un moment muette puis sourit.

- J'espère que se sera toi qu'Anna choisira ! Dit-elle en riant.

- Hei-hein ?!... Me choisir pour... ?

Soudain, c'est moi qui ne sait plus où me mettre. Elle rit et je reprend mon travail en lui montrant comment finir pour que se soit joli. Finalement on attaque la partie broderie et lui propose de faire un motif floral. Une violette avec le fil de cette même couleur sur son drap en haut. On fait alors tous les deux les motifs et elle s'amuse à en faire plusieurs. Elle était plutôt longue sur la couture mais en broderie, vu que ça l'amuse elle y met plus de cœur et d'entrain. Une fois le travail fini, on regarde fièrement notre travail puis elle se tourne vers moi.

- Il faut faire celui d'Anna maintenant !

- On aura jamais le temps de finir avant qu'elle arrive.

- Si !

Gonflée à bloc, elle fait comme elle peut pour faire rapidement les deux oreillers en me disant qu'Anna adore les roses rouge et qu'il fallait en broder sur son draps. Je ris en faisant le reste. Je lui demande si elle veut prendre une pause et elle fait "non" de la tête.

- T'as fini ? Hein ? Hein ?!

Je ris en finissant puis nous commençons les roses qui ont plus complexes à réaliser. Je lui fait aussi quelques étoiles en doré faisant penser à une étoile de boussole. Je montre à Rebecca ce fil rare qu'avait mon oncle. On entend Anna et Dewey rentrer, la petite se lève, me disant qu'elle les occupe le temps que je finisse pour faire la surprise à Anna. Je fini donc les broderies puis Rebecca tire doucement la main d'Anna pour l'amener dans le salon vert pour lui montrer leur deux linges complets. Deux, c'est un exploit pour une après-midi. Pour la petite je sais que ses nouveaux draps lui fait plaisir et pour Anna, j'espère que se sera aussi le cas. Je m'excuse auprès de Dewey, lui disant que je n'ai pas eu le temps de faire les notre ni celui de Jurgen. Il hausse les épaules sans rien dire. Je lui demande sa couleur fétiche, il répond qu'il s'en fiche et part en me repoussant. Je lui barre la route pour lui demander ce qu'il y a et là, il retire son masque en fronçant les sourcils.

- T'as parlé de moi à Anna, t'avais pas à le faire, je ne t'ai rien demandé. M'approche plus.

Il remet son masque et me pousse, partant en claquant la porte. Je reviens vers Anna et Rebecca en souriant, l'air désolé.

- Herm... Bon, en tout cas j'espère que ces nouveaux draps vont font plaisir.
Niveau 5
Wraith Dorcas
Je suis dispo pour : Un pour le moment
Expérience : 162

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): AÄN
Groupes: Domaine
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Une nouvelle vie 190301083726900009
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 29 Nov 2018 - 12:14
Nous débarquâmes, Dewey et moi, à l'improviste dans le salon vert, après que les gardes m'aient indiqués où se trouvaient Wraith et Rebecca. Je vois la jeune fille se lever et courir vers nous avec enthousiasme. Elle se jette sur moi et me sert fort contre elle.

- ANNA !!
- Oula ! Doucement, jeune fille ! Tu m'as l'air bien énergique !
- On a passé une super journée avec Wraith ! C'était trop cool la broderie ! Tu vas voir ! On a fait pleins de chouettes trucs !
- Des... trucs ? Demandai-je en haussant un sourcil.  
- Haaaaa ! Mais si je te dis ce qu'on a fait, tu vas plus avoir de surprise ! Laisses Wraith finir !! Et vous, votre journée ?
- Hum... On a bien travaillé Dewey et moi... Il ne reste plus grand chose à faire pour la literie.
- Voilà ! C'est prêt ! Déclara Wraith.

Rebecca me tira par la main et me montra alors leurs œuvres, toute fière de ce qu'ils avaient fait en une après-midi. J'observais silencieusement le travail de la jeune fille et de Wraith, avec une certaine minutie. J'avais le souci du détail en général et l'on m'avait appris à être exigeante. Le Famille Cornwall ne pouvait souffrir de la suffisance et du manque de raffinement. Le travail qu'ils avaient accompli n'était pas celui d'un professionnel, et j'allais faire quelques remarques quand soudain, Dewey haussa le ton tandis qu'il s'adressait à Wraith.

- T'as parlé de moi à Anna, t'avais pas à le faire, je ne t'ai rien demandé. M'approche plus.

Je me tourne vers lui et le vois mettre son masque avant de quitter la pièce en claquant la porte. Je reste muette. Un tel comportement ne saurait être toléré de la part de mon futur élève. Il allait apprendre le maniement de l'épée en même temps que la discipline, j'en faisais le serment au plus profond de moi.

- Herm... Bon, en tout cas j'espère que ces nouveaux draps vous font plaisir.

Je me tournai alors vers Wraith, prête à donner mon avis sur les draperies qu'ils avaient confectionner avant de jeter un nouveau regard sur ces dernières. Je n'avais plus le courage d'avoir l'esprit critique envers mon ami. Ce qu'il avait fait était emprunt d'une telle simplicité mais en même temps d'une telle volonté de me faire plaisir, que je n'eus pas le cœur à faire la moindre critique. Le bleu nuit, les roses, les étoiles... autant de détails qui me rendirent totalement subjective face à cette draperie m'étant destinée.

- Vous avez fait un très joli travail, tous les deux ! Cela me plaît ! Merci Rebecca, merci Wraith !
- Ouiiiiiiii !!! s'exclama Rebecca en levant les bras et en courant à travers toute la pièce. Victoire ! Victoire !!!

Je fronçai les sourcils et arrêtai Rebecca d'un geste délicat de la main par l'épaule. Je me penchais doucement vers elle et la regardai avec sévérité.

- Tu ne devrais pas courir dans une si petite pièce... Tu pourrais te cogner et te faire mal.
- Oui... Pardon Anna !
- Va faire un tour dans le reste du manoir si tu veux te dégourdir un peu ! Dis-je avec un sourire tendre. Mais fait attention où tu vas ! Et ne bouscule personne...
- Oui, Anna ! Merci, Anna !!!  

Elle partit en trombe dans le couloir et je dus lui crier :

- Nous nous retrouverons au repas dans une heure ! Sois à l'heure !
- D'accord !!! Promiiiiiis !

Je soupirai de soulagement et me tournai alors vers Wraith. Nous n'étions plus que tous les deux, et je sentais déjà la gêne me gagner. Je toussotai doucement et allai m'asseoir sur un des fauteuils du petit salon. J'invitai Wraith à se joindre à moi avant de prendre la parole.

- Nous avons au moins une petite heure de répit. Que dirais-tu de discuter un peu ? A moins que tu ne préfères passer du temps avec Sylvester, ce que je comprendrai tout à fait ! Je suis passée aux cuisines avant de venir ici, ils seront ravis de nous préparer à manger, inutile de s'en soucier pour ce soir, donc... Voilà... Voilà voilà...

J'attendais donc ainsi qu'il réponde à mon invitation. J'étais quelque peu dans l'embarras. Si nous devions commencer à nous parler, je ne sais même pas par quoi je pourrais commencer. Je n'étais pas très douée pour parler de moi. De mémoire, je n'ai toujours parlé que de banalités avec mes interlocuteurs, ou d'affaires importantes. Jamais je ne m'étais risqué à parler de choses intimement liées à mon passé... sauf avec Sëya. Mon amie Sëya... Elle me manquait un peu à vrai dire. Elle était si douce et si gentille... J'avais trouvé en sa compagnie un certain réconfort. Wraith était un peu comme elle d'ailleurs : gentil, doux, un peu naïf... Je devais sûrement être attirée naturellement pas ce genre de personne, probablement par un besoin naturel de compléter ma nature abrupte, sévère, et froide aux premiers abords.
Niveau 5
Anna Cornwall
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 190

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Force, Régénération
Groupes: Domaine
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Artefacts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 2 Déc 2018 - 17:56
Anna et Rebecca semblent vraiment très contentes de leurs nouveaux draps. Je remarque cependant qu'Anna scrutait avec intérêt mes coutures et je commençais à me demander, avant qu'elle le confirme, si elle le trouvait bien. Mes craintes se sont vites dissipées et même si je n'ai pas pu faire tous les draps, ce qui était évidant car en une journée c'était impossible, je compte bien en faire d'autres jusqu'à ce qu'elles en ai assez. J'espère aussi me rattraper auprès de Dewey en lui faisant des draps qui lui plairont. Par contre, je ne sais pas ce qui lui plait et vu qu'il semble beaucoup en colère je ne sais pas si je le saurais.

On laisse la petite Rebecca jouer dehors et nous nous installons dans le petit salon. Anna ne semblait pas très à l'aise et l'envie de la rassurer ne se fait pas attendre. Je fais un petit signe de la tête pour lui signifier que non, je passerais du temps avec mon fils plus tard.

- Il va capter toute mon attention et puis il ne semble pas malheureux auprès des femmes qui s'en occupe. Je n'aurais jamais cru avoir un enfant et surtout si jeune, à dire vrai, je ne suis même pas encore majeur pour ma race.

Je ris doucement sous l'étonnement de mon interlocutrice.

- J'aimerai en effet qu'on apprenne un peu à se connaitre. Moi et ma famille on s'est un peu imposé comme ça et au vu des circonstances de notre rencontre je trouve ça dommage que cela ne créer pas de liens. Je ne sais trop par quoi commencer. D'après les autres, tu as donc rencontrer brièvement mon oncle. Il n'était pas comme ça avant... C'est lui qui m'a élevé et c'était des moments plutôt heureux. Je vivais paisiblement avec lui dans la forêt depuis mes six ou sept ans. C'est lui qui m'a donné goût aux histoires, à la musique, à la danse... Quand j'étais avec lui, quand on était tous les deux, toutes la tristesse et le désespoir disparaissait. C'était un très bon oncle et au final... Cette fin lui ressemble bien. Lorsqu'on m'a raconté je n'étais pas très surprit. J'espère faire un aussi bon père qu'il l'a été avec moi. Le petit Sylvester mérite bien un papa aussi merveilleux que celui que j'ai eu après tous ce qu'il a eu ce petit. J'aimerai, tout comme mon oncle, protéger mon petit de la misère mais d'une autre manière. Je le préparerais du mieux que je peux à affronter la vie et à profiter du mieux qu'il peut de ce que peux offrir cette terre. Le monde n'est pas que ténèbres et si j'arrive à lui apprendre ça alors j'aurai réussit son éducation.

Je lui sourit en marquant une pause.

- Toi aussi tu es maman depuis peu de ce que j'ai pu voir, ça ne va pas être facile hein ? Mais Rebecca est une enfant pleine de vie alors je ne m'en fais pas, je pense qu'elle arrivera à avancer et à laisser le passer où il est. Elle est forte ta petite Rebecca. J'espère que je ne poserais pas trop de questions indiscrètes... D'où viens-tu Anna ?
Niveau 5
Wraith Dorcas
Je suis dispo pour : Un pour le moment
Expérience : 162

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): AÄN
Groupes: Domaine
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Une nouvelle vie 190301083726900009
Revenir en haut Aller en bas
Mer 5 Déc 2018 - 8:34
J'avais donc vu juste lorsque je m'étais confronté à son oncle Sylvester. Le xen n'avait jamais été profondément mauvais en lui même. Tout ce qu'il avait fait, il l'avait fait pour défendre Wraith, pour lui offrir l'avenir qu'il méritait selon lui. L'Enfer d'Özan est souvent pavé de bonnes intentions, c'est ce que j'avais parfois entendu dire, et je ne pouvais qu'affirmer ces dires à présent. Le récit bref que m'en fit Wraith me toucha quelque peu. C'était bon de savoir qu'il n'avait pas vécu que de tristes souvenirs, mais qu'il avait également été heureux.

Je ne pouvais, hélas, pas en dire autant, et lorsque ce fut à mon tour de faire quelques confessions sur ma personne, je me sentis comme embarrassée. J'avais très peu de choses positives à raconter. Cependant il fallait bien que j'en passe par là pour répondre à mon interlocuteur. Tout comme pour Sëya, j'eus une facilité déconcertante à me confier à Wraith. Comme s'il fallait que ça sorte...  

- Et bien, je viens de Mar'Baal, un continent encore sauvage et anciennement contrôlé par l'Empire. Il y a encore quelques coutumes de l'ancien temps là-bas... dont l'esclavage. Ma petite Rebecca a eu la chance que je passe par là-bas. Elle était esclave... Tout comme je le fus avant.  

Je pris une pause, le temps de laisser Wraith digérer cette information et je repris.

- Je ne me souviens plus trop de cette vie, j'étais trop petite pour ça... Le premier souvenir que j'ai, c'est le moment où je me suis réveillée dans la boue... J'étais dans un hameau, proche d'une forêt, probablement la forêt de Jurk... Car j'ai été épargnée par la mort. Quand je me suis éveillée, j'étais la seule en vie... les maisons qui m'entouraient, étaient toutes effondrées, les flammes les avaient dévorées... Je ne me souviens même plus de l'attaque, probablement parce qu'il y avait trop de mauvais souvenir à en tirer pour une pauvre petite fille comme moi. Je n'avais que quatre ou cinq ans, je crois... Et tout le monde était mort autour de moi... ma mère et mon père aussi... Alors j'ai imploré Gar'Haz d'avoir pitié de moi et de me faire mourir vite pour rejoindre mes parents dans la mort. Mais Jurk en a décidé autrement, elle m'a épargnée et je fus sauvée par un marchand d'esclaves. Il m'a nourrie, soignée, et m'a même habillée. Je n'étais plus vraiment là... Le pire, c'est que ça s'est passé le jour de mon anniversaire...

Je soupirai, désemparée par ce mauvais souvenir. Un choc qui m'avait bouleversée à jamais. Je me passais une main sur le visage avant de reprendre.

- Finalement, je fus achetée très vite par une famille traditionaliste de Bazken, qui avait conserver une partie de la fortune qu'ils avaient obtenu de l'Empire. Au départ, je fus traiter comme une esclave ordinaire... j'étais plutôt résistante, du coup on m'avait assignée à des besognes assez physiques. Mais finalement, Dame Igraine Cornwall, ma mère, s'est prise d'affection pour moi. Elle n'avait jamais réussi à avoir ne serait-ce qu'un enfant... Alors l'occasion était trop belle, vois-tu. J'ai donc finalement été adoptée, au plus grand désarroi de Gorlois... mon « père »... Lui, ne m'a jamais considéré comme sa fille. Je n'étais ni plus ni moins qu'une esclave pour lui, un objet dont il pouvait disposer à sa guise. Alors j'ai continuer à exécuter des tâches ingrates en sa présence. Mais pendant ses absences, Igraine n'a jamais cessé de me traiter comme sa propre fille. J'en avais oublié qu'elle n'était pas ma vraie mère, et la considéra depuis ce jour comme tel. Et c'est la vérité... Je n'ai plus aucun souvenir de mes parents...

Je restai un moment silencieuse, laissant mon esprit divaguer. Je me souvenais encore du visage d'Igraine... Ce visage si doux, si aimable. Je l'aimais tellement... Elle avait été tout pour moi.

- Elle a tout fait pour que je devienne digne d'une noble marchande. J'ai eu des cours pour apprendre à lire, écrire, j'ai reçu une éducation que même les plus riches démocrates envieraient... Et j'aimais lire ! J'ai du dévorer tous les livres qui se trouvent encore actuellement au manoir Cornwall. Et pourtant, cette bibliothèque est d'une taille impressionnante. Je pouvais passer mes nuits à ne faire que lire. Il m'arrivait souvent de me faufiler là-bas en cachette, éclairée d'une simple bougie pour lire pendant des heures et des heures, jusqu'à ce que le soleil se lève.

Je soupirai d'aise. Finalement j'avais quelques bons souvenirs à raconter. Cela me rassura quelque peu.

- Je me souviens aussi des heures que l'on passait dehors, avec ma mère, à observer la nature, et à nous occuper des fleurs... Le manoir Cornwall est entouré de rosiers ! J'aimerai vraiment que tu vois ça, Wraith ! Des roses partout ! Elles sont splendides en toutes occasions, et je crois que les rouges sont vraiment mes préférées. Je peux encore sentir leur parfum juste en fermant les yeux. Je peux m'imaginer là-bas, caressant leurs doux pétales... Je peux encore entendre ma mère me dire combien elle les aime, et combien elle m'aime encore plus.

Sans y faire attention, j'avais fermé les yeux, imaginant parfaitement ces moments de ma vie. Je pouvais revoir les parterres partiellement enneigés et les dernières roses de l'année encore épanouies. Je pouvais encore m'imaginer à ses côtés, m'émerveiller de la splendeur de ces rosiers qui poussaient tout autour du manoir, ne faisant que souligner encore plus la grandeur de cette demeure. J'ouvris les yeux, pour voir mon reflet dans le miroir qui se trouvait au-dessus de l'âtre où un feu brûlait doucement. Les flammes miroitaient dans mes yeux alors pleins de passion.

- Il y aura des roses rouges autour de notre demeure, comme au manoir Cornwall. J'y tiens tout particulièrement. Il faudra que nous en prenions soin. Mais je ne pourrais me passer de ces fleurs. Je veux les voir s'épanouir tout autour de chez nous.

Je finis par rougir en me rendant compte que c'était peut-être un peu étrange de parler de « chez-nous », un peu comme si je sous-entendais que nous formions un couple. Je me mis à regarder un peu ailleurs avant d'ajouter :

- Enfin... Si tu es d'accord bien sûr. Je ne voudrais pas non plus t'imposer quoique se soit. C'est un peu chez toi aussi... enfin... bref...
Niveau 5
Anna Cornwall
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 190

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Force, Régénération
Groupes: Domaine
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Artefacts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 7 Déc 2018 - 15:50
J'écoute attentivement sans rien dire tout le long périple d'Anna avant qu'elle en arrive à la position qu'elle occupe à présent. Enfin, je dis ça mais je ne sais pas vraiment ce qu'elle fait avec Grégoire. Maintenir le pays je suppose ? Elle doit sûrement être son bras droit, quelque chose comme ça. De toute façon même si elle me disait son titre exacte je ne serais pas à quoi ça correspond dans la hiérarchie du Domaine. Je me contenterais, pour l'histoire que je conterais en m'inspirant de la sienne qu'elle serais devenue une dirigeante très respectée. Il est important que dans les histoire,s il n'y ai pas que des hommes jeunes et beaux qui sont les vaillants protagonistes. Alors, pour retenir l'essence même de son histoire, sa propre histoire comme elle l'a réellement vécu je m'imagine toutes ses péripéties. Toute histoire à sa part de vérité comme on dit.

Lorsqu'elle fini son récit par ces fameuses roses rouges, je fais le parallèle avec le draps fait pour elle avec les motifs que m'avais conseillé Rebecca. Elle me dit presque comme un ordre avant de se reprendre pour que se soit vu plutôt pour une demande fortement encouragée, qu'elle aimerait pour le futur jardin des rosiers de partout. Cela, comme elle le dit, lui tient vraiment à cœur.

- Cette maison sera alors entourée de rosiers avec de magnifiques roses rouges et pourront même être l'emblème de la maison. En tout cas tu es très raffinée, je n'aurais jamais cru que tu venais d'aussi loin. Je pense que tu es un exemple pour toutes ces jeunes filles de tout milieu confondu. Je pense m'inspirer de ton histoire pour de futurs comptes, j'espère pouvoir encourager les petits avec. Oh bien sûre, je ne cite jamais mes sources donc pas d'inquiétude.(Je ris légèrement) Rebecca doit alors beaucoup te faire penser à toi plus jeune.

Je change un peu de position sur le fauteuil avant de reprendre.

- Puisqu'on en ai à raconter nos histoires depuis le début, il est normal que je te raconte à mon tour la mienne. J'ai l'air très original avec mon œil de couleur étrange, sans ailes, avec un bébé à la mère absente et une petite famille morcelée.

Je ris en me frottant la tête, Anna validant d'un regard ma dernière parole.

- Je suis née dans un petit village dont je ne me souviens même plus du nom, entourée d'une vague forêt où vivait presque exclusivement des Xens. Ma mère était une Xen très appréciée du village dont elle était une sorte de druidesse. Mon père vient d'ailleurs mais ça, c'est une autre histoire. Il parti avec mon frère jumeau lorsque nous étions encore que des bébés dans un autre monde. J'ai vécu alors "seul" avec ma mère et bien sûr, tout le village pour s'occuper de moi comme si j'étais un messie. Un jour, des adorateurs d'Özan sont venu chercher des ennuis et ils m'ont kidnappé alors que je m'étais un peu éloigné en forêt pour jouer. Malheureusement, ils se sont fait piégés à leur tour par une bande de différentes races, inconnu et dont jamais personne a entendu parlé. Jamais je n'ai pu retrouver leur traces. Aujourd'hui encore, c'est un mystère. Ils m'ont capturé et peu de temps à près ont effectué une opération sur moi. Ils ont retiré mes ailes. Ils ne les ont pas coupé tout simplement, ils les ont comme... Déracinées de mon dos. J'avais six ou sept ans et ma capture par eux a duré environs un an. Avant les ailes, j'étais simplement enfermé et ils testaient des choses sur moi. Ce n'est qu'à la fin, quand ils ont vu qu'après l'opération ils ne pouvaient plus rien tiré de moi qu'ils m'ont abandonné dans une vieille prison où la nature avait reprit des droits mais pas assez pour me sortir de là. De toute façon j'étais trop faible.

Je marque une légère pause avant de reprendre.

- Finalement, j'ai été secouru par un Hayer-Väal. C'était d'ailleurs plutôt ironique comme situation. Il m'avait emmené à dos de dragon ou que sais-je. Dans mes vagues souvenirs c'était énorme et impressionnant. L'inconnu me donna à mon oncle que je n'avais pas vu à l'époque depuis mes deux ans. Je avais juste que c'était lui car ma mère m'en parlait beaucoup de mon oncle. A ce propos, j'ai apprit que mon sauveur l'avait sacrifié avec sa secte au nom de leur Dieu et qu'elle avait fait un marché avec eux. C'était sa vie contre la mienne et le chef des Hayer' avait conclu le pacte. Le jour de ma renaissance dans le monde des vivant était aussi le jour de sa mort. Oncle Sylvester comme je l'avais dit plus tôt, c'était très bien occupé de moi, il avait guérit ma blessure mortelle au dos entre autre. Sylvester savait tout faire et à toujours tout fait tous seul. Vivant isolé dans la forêt, il était totalement indépendant. Bâtisseur, jardinier, fermier, médecin... Il était aussi très instruit et cultivé. Il y avait des bouquins de partout comme tu as pu le voir quand tu es venue hélas pas en de bonnes circonstance. Il ne m'a cependant jamais apprit à lire ni à écrire, il disait qu'il ne voulait pas que je sois en danger. Cependant, il me lisait ce qui ne l'était pas, encourageait ma foi envers les Dieux et surtout Gadvaoi et m'apprit tous ce qu'il savait faire de ses mains comme la couture. C'était devenu mon père même si je n'ai jamais trouvé le courage de lui dire.

Je soupir légèrement.

- A mes vingt et un an, pensant que j'était prêt, il m'avait fait quitter la maison et la forêt pour partir découvrir le monde dont il me parlait dans ses livres. J'ai vécu pas mal d'aventure et entreprit dans cette découverte du monde de retrouver mon père sans savoir qu'il avait, il y a déjà bien longtemps, quitté ce monde. Je cherchait de la famille avec seulement l'espoir qu'ils ai au moins un œil comme le mien. Dans une de mes aventures j'avais rencontré la futur mère de mon fils. Malheureusement, c'était une voleuse accompagnée de deux autres gars. Ils m'ont mit en esclavage pendant un temps et cette Aracnor du nom de Nuëla, m'avait voler ma première fois.

J'hausse les épaules avec un regard de dépit.

- Au cours de leur escroqueries on avait atterri au Domaine et ils se sont fait prendre par Grégoire lui-même. Une fois délivré, Grégoire et moi nous sommes très vite devenu amis puis très bons amis. Je suis tout de même repartis à l'aventure pour tenter de rencontrer une éventuelle famille de sang. Mes efforts ne fut pas vains car mes recherches ont mené jusqu'à une de mes demi-sœurs, Tiamat qui était bien plus âgée que moi. Une Lorcq forte et indépendante avec à sa solde une horde de bandits organisés. J'étais accompagné de Nuëla qui entre-temps avait réussit à s'échappée des geôles à peine avoir mit au monde notre enfant et m'avait elle aussi retrouvé, après des mois de recherches. Il n'y avait pas qu'elle, Dazaën, un elfe qui semblait avoir une maladie inconnu mais qui ne l'empêchait pas d'être notre force de frappe la plus puissante dans notre trio. Tiamat avaient de mauvaises intentions et avait capturé deux personnes de ma famille, un demi-frère, Jürgen et une demi-sœur qui mourra avant que je puisse la délivrée plus tard... Après son long combat contre Dazaën et Nuëla qui mourut avec elle. Dans cette série de tragédie, j'avais récupéré le seul enfant restant de Tiamat, Dewey.

Je fais une petite pause dans le récit.

- J'édulcore un peu même si ça n'en a pas l'air. J'ai l'impression que cela fait un siècle et par moment que c'était hier. (Je reprends la fin du récit) Avec mes trois compagnons, Jürgen, Dewey et bébé Sylvester on vagabondait. Chacun avait son deuil à faire et la marche sans but n'était pas très efficace. Le bébé ressentait nos douleurs et pleurait sans cesse. C'était, avant tous ça, un bébé très malheureux qui tombait tous le temps malade. Sylvester, mon oncle, m'a retrouvé et m'a capturé sous les regards impuissants de mes compères. mon oncle était bien trop fort pour eux et pour te dire, si tu ne l'avais pas raisonné, je ne sais pas ce qu'il aurait pu se passer. Je crois que tu as sauvé le monde Anna. Merci d'avoir offert la paix à mon oncle.

Je sèches très vite mes petites larmes qui montent aux joues.

- Tu connais sûrement la suite, Jürgen et Dewey a capturé Grégoire en sachant qu'on se connaissait et lui a dit pour ma capture. Oui... Ils ont pensé que c'était une bonne idée de l'intimider car ils croyait que Grégoire était une sorte d’aristocrate qui ne ferait rien sans quelque chose en échange. Du coup, ils ne s'entendent pas très bien... . Tu vois bien comment est Dewey et bien avec Jürgen c'est d'autant plus compliqué de nouer des liens. Il n'écoute que moi. Enfin Jürgen, pas Dewey... . Ils ont un point en commun, ils savent tous deux manier la lance et les dagues même si Jürgen sait tout manier.

Je m'approche un peu d'elle, pour lui confier quelque chose d'important.

- Jürgen était un général de guerre haut placé dans la principauté mais il y a eu un coup monté contre lui à cause de son don reçu par notre père. Les autres généraux et même les plus porches du souverain voulaient a mort. Officiellement, Jürgen est mort mais il sait plein de chose sur beaucoup de monde au sein de la principauté alors garde ça pour toi. Je te fais confiance car je sais que tu es une bonne personne et je t'en parle car je voulais que tu saches qui habite avec toi sur notre futur toi pour pas qu'il y ai de malentendu entre nous.
Niveau 5
Wraith Dorcas
Je suis dispo pour : Un pour le moment
Expérience : 162

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): AÄN
Groupes: Domaine
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Une nouvelle vie 190301083726900009
Revenir en haut Aller en bas
Sam 8 Déc 2018 - 23:03
Je restais silencieuse face au récit détaillé que me faisait Wraith. Tout me semblait tellement tragique. Je comprenais de mieux en mieux ce qu'il s'était passé dans la forêt d'Al'Ba. Je n'avais pas saisi tous les tenants et aboutissants de l'histoire à l'époque, mais à présent qu'il m'en faisait le récit, je comprenais mieux. J'en étais d'autant plus triste pour l'oncle Sylvester et surtout pour Wraith qui sembla ému d'en reparler.

J'hésitai à présent à le prendre dans mes bras et le serrer contre moi. Ce n'était pas du tout mon genre cela dit. Je m'abstins de le faire, poussée par une retenue propre à mes principes. Cependant l'émoi était bien là. Je lui promis de ne rien dire au sujet de Jürgen et de tout garder pour moi, puis je me mis alors à avouer à Wraith.

- C'était... comme une intuition... Quand... Quand j'ai réussi à raisonner ton oncle, c'était un intuition. Non... C'était plus que ça...

J'hésitai à en parler, parce que je ne voulais pas passer pour un monstre, mais il fallait que lui aussi sache la vérité sur moi. Quitte à briser la confiance qui s'était installé entre nous, je devais lui avouer toute la vérité sur mon histoire, lui révéler mon terrible passé. Faire en sorte qu'il comprenne comment j'avais réussi...

- J'ai... quelque chose à t'avouer, Wraith... Mais... Ça attendra plus tard. Le temps passe vite ! Il est presque une heure passée. Nous devrions aller nous occuper des enfants avant toute chose.

Wraith sembla soudain intrigué mais il n'objecta rien. Il était d'accord avec moi, il était l'heure de s'occuper des enfants avant toutes choses. Nous quittâmes donc la pièce afin de rejoindre la salle à manger, pour, je l'espérai, y retrouver Rebecca et Dewey. Mais avant cela, Wraith parti dans un autre couloir pour aller y chercher le petit Sylvester.

C'est avec un grand soulagement que je retrouvais les deux enfants dans la petite salle à manger, en compagnie de la petite famille Boisdefer. Grégoire n'était pas là, probablement était-il parti en mission, ce que me confirma Calysta peu de temps après. Rebecca, quant à elle, était en train de parler avec Dewey qui avait l'air toujours aussi renfrogné, mais étrangement, la présence de ma pupille semblait le rendre plus docile, moins sauvage. Il devait sûrement l'apprécier à sa façon. J'étais même presque étonnée de le voir ici. Je m'étais attendue à ne plus le revoir de la soirée, mais Rebecca avait peut-être réussi à le convaincre de se joindre à nous. Je les écoutais d'une oreille distraite tout en donnant un coup de main aux autres enfants pour mettre la table.

- Au fait, pourquoi tu portes tout le temps un masque ? demanda Rebecca au jeune lorcq.
- C'est pas tes oignons ! répliqua froidement ce dernier.
- Hmmm... Chuis sûre que c'est pour faire peur aux gens !
- Pfff... n'importe quoi !
- Ou alors tu aimes bien te déguiser ?
- Humpf...
- Moi je t'aime bien, même avec ton masque !

Dewey ne répondit rien mais c'est comme s'il rougissait sous son masque. Était-ce par embarras ou par colère ? Je n'aurai su le dire, surtout qu'on ne voyait pas son visage, mais Rebecca avait réussi à le piquer là où il fallait. Je me tournais alors vers eux avec un regard sévère.

- Vous pourriez nous aider ? Et Dewey, ton masque ! Je ne veux pas de ça à table, tout comme quand on ira s'entrainer à l'épée.
- Haaaaaan ! C'est vrai ? Tu vas apprendre à manier l'épée ? demanda Rebecca à Dewey, légèrement envieuse.
- Peut-être bien, oui... expliqua vaguement Dewey en relevant son masque, la mine agacé.

Wraith nous rejoignis finalement assez rapidement avec le petit Sylvester et nous prîmes le repas en compagnie de la petite famille Boisdefer et de Saphira. Erikar était également là. Le vieux maître d'arme avait plaisir à discuter avec nous et les enfants et Jürgen ne tarda pas à ce joindre à la partie.


L'ambiance fut plutôt détendue et tout se passa relativement bien. Il n'y eut à déplorer qu'une légère friction entre Rebecca et Dewey qui la trouvait un peu trop curieuse à son goût à toujours se montrer gentille et lui poser des questions. Mais finalement le problème fut rapidement réglé. Le jeune lorcq se laissa attendrir par les yeux de biche de ma pupille qui n'avait pas son pareil pour attendrir les personnes les plus rigides. Au final cela se finit par un calin de sa part et le pauvre Dewey qui bougonnait silencieusement tout en se laissant faire.

Après tout cela, il était temps d'aller se coucher, en tout cas pour les enfants. La journée avait été longue et ils n'en pouvaient plus. Malgré une certaine réticence de la part de Rebecca, elle finit par s'endormir comme une masse après que je l'eus bordée et rassurée. Je quittai sa chambre pour rejoindre le petit salon vert où nous nous étions donnés rendez-vous avec Wraith, pour continuer notre discussion, comme promis.

J'étais la première à arriver, probablement devait-il être en train de tenter de coucher le petit Sylvester qui avait toujours besoin d'un petit temps à gazouiller et à avoir de l'attention avant de s'endormir paisiblement. Je me dirigeai vers le placard à bouteille et en sorti une contenant une liqueur de cerise. Il n'était pas dans mes habitudes de boire des alcools forts, mais ce soir là, il me faudrait au moins ça pour avoir le courage d'avouer ce que j'avais à raconter.

Je servis deux verres, même si je n'étais pas sûre que Wraith en prenne. Dans le doute, j'en sortis un autre, vide celui là, avec à côté de quoi boire autre chose. Il y avait quelques bouteilles de sorties, pas forcément d'alcool. Je bus une gorgée de liqueur et faillis m'étouffer à cause de la chaleur que celle-ci dégageait dans ma gorge. Bon sang, ce que c'était fort ce truc ! Je décidai de reporter ma prochaine gorgée à plus tard. D'ailleurs, Wraith venait d'arriver. Je l'invitai donc à s'installer face à moi, pour que l'on puisse se parler de visu. Je lui souris avant d'engager la conversation après qu'il m'eut à son tour, inviter à parler. Il avait hâte de savoir ce que j'avais à lui révéler.



- Je ne t'ai pas tout dit sur mes parents... mes parents adoptifs je veux dire. Il y a quelque chose que tu dois savoir. Mon père adoptif était cruel et strict à mon égard, il ne m'a jamais vu comme sa propre fille... j'étais toujours une esclave pour lui, ça je te l'ai dit... ce que je ne t'ai pas dit en revanche... c'est qu'un jour, quelqu'un est entré dans sa vie... dans nos vies. Lemmy Mordenmeister... Au départ, il ne semblait être rien de plus qu'un noble et riche marchand. Il faisait affaire avec mon père... Mais très vite il s'est familiarisé avec nous. Il m'offrait pleins de cadeaux, il était gentil avec moi. Il avait toujours une petite attention à mon égard. Ses présents étaient toujours des choses qui me plaisaient. Il a ensuite commencé à côtoyer ma mère... un peu trop même...

Je pris une pause et ravala mon écœurement. Rien que d'y penser, cela me faisait vomir. Dire que ce salopard avait profité de la faiblesse de ma mère pour coucher avec... Je pris le verre et l'approcha délicatement de mes lèvres pour les y tremper. Cela suffit à m'arracher des nouvelles larmes à cause de la force de cet alcool.

- Mon père a fini par le découvrir... et un soir, alors qu'il se disputait avec ma mère, il a fini par la tuer...

Je baissais la tête.

- Lemmy est arrivé à ce moment là... il était visiblement furieux. Mais il n'a rien fait... non... à la place il m'a encouragé à me venger... Je me suis saisi d'un couteau de cuisine... et j'ai massacré mon père adoptif... de plusieurs coups de couteau... Je savais que c'était lui ou moi... mais au fond... Je l'ai uniquement tué par vengeance.

Je restais silencieuse un moment, le regard dans le vague. Le fait de repenser à ma mère morte commençait à me faire monter les larmes aux yeux. Une horrible douleur m'étreignait le cœur...

- Je ne savais pas ce que j'allais devenir... alors je me suis laissé guider par Lemmy. Je l'ai laissé faire de moi une arme... Il n'avait qu'à ordonner, et je tuais en son nom. J'ai... J'ai rejoins les Hayert'Väals... Parce qu'il m'avait promis que plus jamais je n'aurai à souffrir de gens comme mon père, que je pourrais anéantir ce monde et en rebâtir un meilleur. Je l'ai cru... J'ai cru que je pourrai purger le monde de toute sa noirceur, que je pourrais le couvrir de roses rouges en obéissant à ses ordres et en tuant tous ceux qui se dresseraient sur notre route.

Je serrais à présent les poings, les larmes coulaient sur mes joues, je pouvais les sentir, elles étaient chaudes.

- C'est comme ça que j'ai compris pour ton oncle... Je savais exactement ce qu'il pensait... parce que moi aussi j'ai voulu réduire ce monde en cendre. Moi aussi j'ai voulu purger ce monde ! Pour me protéger... Quand j'ai su qu'il faisait cela pour te protéger toi... j'ai compris... J'ai compris qu'il était comme je l'avais été avant que Grégoire ne me libère de l'emprise manipulatrice de Lemmy...

Je me mis à trembler, agitée par des sanglots que je m'efforçai de contenir.

- Ton oncle Sylvester... C'était trop tard pour le sauver, mais si j'avais pu... Si j'avais pu... Je suis désolée Wraith... Nous sommes arrivés trop tard pour lui. Mais... Mais il semblait si serein avant de partir... dis-je en essayant de me reprendre. Je lui ai promis de prendre soin de toi et de te protéger... alors c'est ce que je vais faire. Mais je comprendrai si tu ne veux plus me voir. J'ai fait des choses... de terribles choses sous les ordres de Lemmy... Mais il fallait que tu le saches.
Niveau 5
Anna Cornwall
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 190

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Force, Régénération
Groupes: Domaine
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Artefacts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 15 Déc 2018 - 11:09
Ainsi nous terminons notre discussion et nous la mettant en suspend pour plus tard. Anna avait tenté de me dire quelque chose mais son hésitation était trop grande. Nous finissons par nous lever et rejoindre les autres dans la salle à manger. Avant ça, je devais chercher mon petit Sylvester. Je le trouve à gazouiller joyeusement avec Saphira. Je le prends dans mes bras et, fièrement, le petit me montre qu'il a des ailes et le fait bouger malgré la difficulté. C'était tout bonnement adorable. Il vient de comprendre qu'il a des ailes. Il ne veut plus les laisser plier, ce qui n'est pas très pratique mais il préfère se pavaner tel un paon. Je rejoins Anna et les autres avec Saphira dans la grande salle. Il y avait tous le monde, même Dewey qui faisait la tronche. Cependant, je ne vois pas Grégoire, peut-être en mission ? Il y a le reste de sa grande famille. Ses enfants ne tardèrent pas à remarquer les ailes du petit qui lui, ne se préoccupe que de ce qu'il y a dans mon assiette. Tous le monde le trouve adorable, il a un succès fou. Pour manger, je lui fait plier ses ailes et pour ne pas qu'il pleur, je l'occupe avec notre repas. Je jette un coup d’œil à Dewey qui se fait enlacer par Rebecca. C'était adorable. C'est ça qui lui faillait, de la douceur. Je remarque ensuite Jürgen discutant avec les adultes, toujours avec son regard neutre. Je souris en voyant ma petite famille qui s'acclimate bien à ces lieux avec ces personnes.

Il était temps d'aller se coucher. Je suis le premier à me lever pour essayer de faire dormir Sylvester. Le petit ne voulait pas se coucher, il voulait encore et toujours ma compagnie. Je le serre fort dans mes bras en lui faisant quelques baisers tout en le câlinant. Je lui chante alors une petite comptine en le berçant, l'installant peu à peu dans son berceau.

"Viens avec moi ma jolie Madeleine,
j'ai décoré toute notre futur maison.
Entourée d'un champ ma jolie Madeleine,
où toutes les fleurs chantent cette chanson.

La nuit tombent vite la jolie madeleine,
mais les étoiles nous éclaireront.
Quand l'astre s'illuminera ma jolie Madeleine,
elle nous protégera de tous ces vagabonds.

Un chemin de pierre ma jolie Madeleine,
des bancs, un banquet que nous décoreront.
Les cloches sonneront ma jolie Madeleine,
car cet ici que nous nous marierons"

Le bébé s'endort bien vite, bercé par cette joyeuse comptine. Je le regarde un instant, admirant ce petit être innocent. Comment une créature aussi vile avait bien pu enfanter un petit être aussi pure ? Je referme la porte avec délicatesse pour ne pas faire de bruits puis rejoint Anna dans la petite salle. Elle avait prit avec elle de l'alcool et deux verres. Elle nous servit mais je ne toucha pas à mon verre. Je ne bois jamais quand il y a de la tristesse et je sentais toute la peine dans les yeux d'Anna. Je m'assis et écoute alors attentivement sans l'interrompre ses aveux. Je ne fais rien pour ne pas la perturber dans son récit macabre. Je comprends alors vite le lien qu'elle avait fait entre elle et oncle Sylvester. Malgré ses larmes, ses poings qui se ferment, son corps se raidir, je l'écoute jusqu'au bout. Une fois fini, je lui fait relever le menton avec mes doigts en illuminant son visage meurtrie par un doux sourire. Instinctivement, je la prit dans mes bras délicatement et la serra doucement. Il n'y avait pas vraiment besoin de mots. Juste de la tendresse pour apaiser son cœur tourmenté. J'ai comprit et je savais qu'elle n'avait pas agit avec Sylvester en ayant de mauvaises arrières pensées. Elle relâche toute la tension qu'elle avait mit à son être, comme un lourd poids que je venais de lui retirer. Nous restons un long moment comme ça, aussi longtemps qu'elle en avait besoin.

Elle se retire peu à peu de mes bras, je lui passe alors un mouchoir en tissu pour qu'elle essuie ses larmes. Je mets alors une main sur son épaule en lui disant "Tout va bien maintenant." Je n'en ai jamais voulu à Sylvester comme je n'en voulais pas à Anna. C'était deux êtres perdus, leurs souffrances... De mauvaises personnes s'en nourrissaient. J'aurais pu tomber aussi bas qu'eux, surtout après ma quête de vérités. Mais Sylvester m'avais encore sauvé cette fois-ci. En m'endormant pour soulager mes peines, j'avais comprit que depuis tous ce temps, celui qui veillait sur moi dont j'en attribuais tous le mérite n'était pas Gadvaoi mais lui. Sylvester, malgré le fait qu'il m'ait donné cette quête, ne m'a jamais laissé seul. Il avait veillé sur moi alors que les ténèbres l'engloutissait. Me protéger était sa mission et il avait passé le flambeau à Anna. Je ne veux pas être un poids pour elle et je ne sais pas si je mérite autant d'importance que ça. Mais en lui confiant cette mission, il lui a donné un but. J'espère toutefois que cela ne lui mènera pas à sa perte comme avec mon oncle. Pourquoi est-ce si important de me protéger ? Je n'ai rien de plus que n'importe qui pourtant. Mon oncle à emmené avec lui bien des mystères que je ne saurais résoudre... . Je voulais dire à Anna que c'était inutile d'être mon nouveau gardien, qu'elle doit mener sa propre vie mais je n'eu pas le courage de lui dire cette mission qu'elle semble y accorder une grande importance était inutile. Que je me passerais bien de sa protection. Cela la rendra sûrement triste et elle pourrait se dire qu'elle ne sert à rien. Je ne veux pas la repousser et la laisser seule. Si elle est là pour moi alors je serais là pour elle. Nous nous protégerons l'un l'autre.
Niveau 5
Wraith Dorcas
Je suis dispo pour : Un pour le moment
Expérience : 162

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): AÄN
Groupes: Domaine
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Une nouvelle vie 190301083726900009
Revenir en haut Aller en bas
Sam 15 Déc 2018 - 14:39
Je restais silencieuse. Je m'étais attendue à tout sauf à cela. A présent Wraith me serrait contre lui, me rassurant. Je n'aimais pas vraiment être en contact avec qui que se soit, mais à ce moment là, la douceur et la chaleur de ses bras me sembla rassurante, réconfortante. Je me sentais à l'abri, protégée par la gentillesse de Wraith et sa compassion. Finalement il ne m'en voulait pas... J'étais pardonnée. Je sentais tout le poids de mes pêchés s'envoler, du moins en partie. Mes bras tombèrent le long de mon corps. Je me laissais enlacer comme une petite poupée de chiffons.

Avais-je vraiment le droit à autant de gentillesse ? A autant de bonté ? Il me restait tellement de mal à corriger, tellement de choses que j'avais commises et qui me semblaient impardonnables... Mais à ce moment, tout me semblait possible, tout me semblait réalisable. Je posai alors doucement ma tête dans le creux de son épaule, passant fébrilement mes mains autour de lui. Je pleurais doucement, à la fois de tristesse, mais aussi de joie et de soulagement.

Je finis par me redresser un peu et le lâchai pour ne pas l’embarrasser. Il me tendit un mouchoir que j'entrepris de saisir délicatement avec mes mains pour essuyer mon visage. Il me rassura à nouveau, posant une main sur mon épaule.

- Tout va bien maintenant, me dit-il avec son doux sourire.

Je soupirai de soulagement et je fis oui de la tête.

- Merci... bredouillai-je.

S'il est vrai que Wraith avait peut-être besoin de ma protection, il était également vrai que j'avais besoin de quelqu'un pour soulager les souffrances qui se terraient dans mon cœur. Et pour la première fois depuis longtemps... depuis très longtemps même, je sentais que je pouvais compter sur quelqu'un, en la personne de Wraith en l'occurrence. Désormais, plus rien ne me faisait regretter le choix que j'avais fait de suivre Grégoire. Était-ce ça, ma raison de vivre ? En partie, oui. A présent, je savais exactement pourquoi je me battrai. Un petit sourire de soulagement mais aussi de contentement se dessina sur mes lèvres.

- J'en suis sûre, à présent. J'ai fait le bon choix. Je pensais que la compassion me rendrait faible... Mais quand je te vois... et quand je vois Dewey, le petit Sylvester, Rebecca... Je ne regrette rien ! Je veux avancer à présent !

Avec le plus grand des sérieux, j'inspirai alors profondément et pris les mains de Wraith, pour le fixer les yeux dans les yeux. Cela dût le surprendre car je sentis comme un certain embarras dans son regard. Peut-être avais-je été un peu trop brusque mais il fallait que je lui fasse part de ce que j'avais sûr le cœur à ce moment là.

- Je veux avancer à vos côtés ! dis-je avec un peu trop d'enthousiasme, ce qui me fit me modérer légèrement juste après. Dewey, Sylvester, Rebecca et toi... Et même Jürgen. Je n'ai jamais eu de vraie famille depuis que ma mère est morte. Mais... à présent c'est comme si j'en avais une ! Ce sont ces derniers jours qui m'ont fait réaliser que j'en avais besoin, que c'est quelque chose qui compte pour moi ! Je veux juste que tu saches que tu n'es pas un poids pour moi, Wraith ! Au contraire, je me sens mieux à présent ! Je me sens bien en sachant que j'ai quelqu'un sur qui compter.

J'étais à deux doigts de rougir. N'était-ce pas un peu trop précipité que d'avouer cela ? Ce n'est pas comme si j'avais déclaré ma flamme à Wraith, mais étrangement, cela me procurait le même embarras, ou presque. C'est pour cela que je finis par lâcher ses mains sans trop de brusquerie et que je me redressai fièrement, faisant mine de reprendre de la contenance.

- Je tenais simplement à ce que tu le saches, ajoutai-je sobrement en réajustement méticuleusement les plis de ma tunique.
Niveau 5
Anna Cornwall
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 190

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Force, Régénération
Groupes: Domaine
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Artefacts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 30 Déc 2018 - 12:25
Une fois mes bras quittés, Anna me fait découvrir son visage plus apaisé et en me remerciant. Elle insiste ensuite sur le fait qu'elle ne regrette pas d'avoir choisi cet avenir plutôt qu'un autre, sûrement plus sombre. Je pense avoir atteint mon objectif, la réconforter. J'ai même fait bien plus et je ne m'attendais pas à ce qu'un simple câlin lui fasse autant d'effet. Elle est regonflée à bloc et prête a embrasser une nouvelle fois sa nouvelle vie parmi nous. Cette douce soirée lui fait oublier d'être taciturne et stoïque, me laissant découvrir l'espace d'un court instant la "Anna intérieur". Face à tant d'engouement elle fini par se reprendre en lâchant délicatement mes mains.

- Je tenais simplement à ce que tu le saches, ajoute-t-elle sobrement en réajustement méticuleusement les plis de sa tunique.

- Merci Anna, dis-je en me levant aussi. Si quoi que se soit te tracasse tu peux venir m'en parler, je ne suis pas un grand guerrier ni un fin stratège mais je ferais de mon mieux. Bien sûr, tu peux aussi me voir pour autre chose, pas seulement quand ça ne va pas.

Je raccompagne petit à petit Anna vers la porte menant à sa suite tout en parlant de notre future maison. Je lui demande comment elle visualise l'intérieur, qui on allait bien pouvoir passer commande pour les meubles en bois et combien cela allait nous coûter. Anna décide de prendre en charge les dépenses pour la maison ayant une grande fortune. Je lui dit alors, puisque je n'ai pas un sous, que j'ai néanmoins des contactes un peu partout qui nous feront des prix. Je connais beaucoup de gens du peuple et pas forcément du Domaine et surtout beaucoup d'artisans.

Je lui raconte brièvement quelques unes de mes aventures qui m'a amené à la sympathie de certains bons artisans comme la fois où j'ai été infirmier pour un humain qui faisait des meubles en bois pour salon et qui se faisait un peu vieux. Il n'avait pas fini l'apprentissage de son fils successeur et j'ai dû le maintenir en vie pendant deux longs mois entiers pour que son fils apprenne une technique que seul sa famille de génération en génération a le secret. Une fois la technique secrète apprise, il a fallu lui dire "au revoir" et il s'endormit paisiblement dans son lit. Il eu ensuite une belle cérémonie.

Je me souviens aussi d'une tapissière a qui j'ai apprit qu'elle était enceinte de triplés et que c'était pour cela qu'elle avait un aussi gros ventre. J'ai suivit toute sa grossesse dans les dernières semaines, c'était dur pour elle car ce n'était pas une Xen qui s'en serait doutée ! Elle mit au monde les trois bébés non sans difficulté. Le troisième était très faible mais avec Äan et quelques astuces il survécu.

Les histoires prirent fin au pied de la porte. Nous baillons tous les deux puis nous tombons vite d'accord sur le faite que nous verrons tous cela demain. Elle a aussi des contactes d'artisans ayant fait la demeure des Cornwall et elle insiste sur le fait qu'elle veut son fleuriste pour les roses. Je ne voyais pas d'objection et je lui dis même que pour le jardin elle pouvait faire ce qu'elle voulait et que ça me plairait quoi qu'elle déciderait. Soulagée, elle me salue puis je la salue à mon tour. Elle me demande ensuite si d'ici je connais le chemin pour aller à ma chambre. Je n'y avait pas pensé... .

- Ne t'en fais pas, je retrouverais bien mon chemin le Domaine n'est pas si grand... Je crois. Bonne nuit Anna, il va falloir être en forme pour entraîner Dewey Demain en plus de tout le reste. Il est très doué à la lance et aux poignards mais à l'épée... Il doit être aussi maladroit que moi ! Enfin, il a de l'énergie ce petit alors ça ira. A demain Anna, dort bien.
Niveau 5
Wraith Dorcas
Je suis dispo pour : Un pour le moment
Expérience : 162

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): AÄN
Groupes: Domaine
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Une nouvelle vie 190301083726900009
Revenir en haut Aller en bas
Mer 2 Jan 2019 - 17:35
Nous discutâmes longuement sur le chemin, Wraith et moi. J'étais à la fois tellement contente et rassurée de pouvoir compter sur lui que les mots sortaient presque tout seul. Nous parlâmes principalement de la maison, des aménagement à y faire. Nous nous attardâmes tellement sur notre discussion que le chemin menant à ma chambre dura bien plus longtemps qu'il ne l'aurait du. Il se faisait tard quand nous décidâmes enfin de nous séparer devant ma chambre à coucher. Mais soudainement prise d'un doute je finis par lui demander :

- Tu connais le chemin pour aller à ta chambre ?
- Ne t'en fais pas, je retrouverais bien mon chemin le Domaine n'est pas si grand... Je crois. Bonne nuit Anna, il va falloir être en forme pour entraîner Dewey Demain en plus de tout le reste. Il est très doué à la lance et aux poignards mais à l'épée... Il doit être aussi maladroit que moi ! Enfin, il a de l'énergie ce petit alors ça ira. A demain Anna, dors bien.
- Non mais... Si tu ne connais pas le chemin je vais t'y accompagner. Je le connais ce Domaine à force d'y être, j'aurai pas de mal à retrouver mon chemin. Allons, ne fait pas de manière, et puis je ne voudrais pas que tu te perdes.

Wraith avait l'air gêné et voulu décliner poliment l'invitation mais j'insistai tellement qu'il finit par céder malgré lui. De toutes manières elle n'était pas si loin de la mienne, cette chambre, ça ne nous prendrait rien pour la gagner. Grégoire avait eut la bonté de nous céder des parties très adjacentes les unes aux autres pour que nous n'ayons aucun mal à aller d'une chambre d'un enfant à une autre. J'accompagnais donc Wraith au bout du couloir. Il n'y avait plus qu'à tourner à droite et sa chambre se trouver là, directement. Il n'y avait pas plus simple en réalité. Ce fait mis d'autant plus mon ami dans l'embarras, se voulant de m'avoir fait me déplacer pour seulement quelques pas.  

- Ne t'en fais pas ! C'est normal. Tu sais où me retrouver maintenant si besoin... Enfin je veux dire... Tu... S'il y a un problème il ne faut pas hésiter à venir me quérir à ma chambre... enfin...

Moment extrêmement embarrassant. J'avais l'impression de lui faire des avances sans le vouloir, j'étais si nerveuse que j'enchaînai les bourdes et que mon teint était en train de rougir dangereusement.

- B... Bref... Bonne nuit, Wraith ! A demain.

Je repartis, terriblement gênée par cette maladresse jusqu'à ma chambre quand j'aperçus du coin de l’œil un détail qui m'alerta. La porte de la chambre de Rebecca était légèrement entrouverte et quand mon regard fixa l'ouverture il me sembla y voir le reflet de deux petits yeux. Elle se ferma alors comme par magie mais je me doutais qu'il n'y avait là aucun phénomène de cet ordre. Fronçant les sourcils, plissant mes lèvres dans un rictus d'agacement, je me dirigeais donc vers la chambre de la jeune fille. A peine y étais-je entrée que je vis le mouvement de Rebecca se recoucher fissa dans son lit.

- Jeune fille, ne fais pas semblant de dormir ! Je t'ai vu !    
- Oups...
- C'est impoli d'espionner les conversations, Rebecca !
- Désolée... J'arrivai pas à dormir et je vous ai entendu...
- Ce ne sont pas des manières ! Maintenant je veux que tu te couches et que tu dormes. Une longue journée nous attend demain.
- Oui, Anna... Mais... Est-ce que tu vas dormir avec Wraith un jour ?
- Que... mais... quoi ? m'indignai-je, surprise.
- Ben oui... ça se voit que t'es amoureuse. Les amoureux, ça dort ensemble, non ?

Je me mis à tousser, à moitié parce que je m'étouffais, trop abasourdie par les dires de la jeune fille. C'était quelque peu impertinent à mon sens et il était hors de question de lui donner raison. Tapant du talon sur le sol, fermant les poings, je répondis sèchement, peut-être un peu trop même :

- Ce ne sont pas les affaires d'une enfant, donc certainement pas les tiennes ! Maintenant tu dors et je ne veux plus entendre un mot ! Bonne nuit !
- Oui, Anna... D'accord, Anna. Bonne nuit, Anna, fit-elle d'un ton déçu.

C'est presque à contre-cœur que je laissai l'enfant seule à son sommeil pour gagner ma chambre. Je peinai à retrouver ma sérénité après cette discussion. Je songeai alors à ce qu'elle avait dit, à mes propres sentiments, et à la discussion que j'avais eu avec Wraith. Je me mis à rougir tout en essayant de chasser des idées gênantes qui commençaient à naître dans mon esprit fertile. Quelles idées saugrenues... Me laisser influencer par une enfant... Je me mis à bougonner silencieusement dans mon lit, m'imaginant tout un tas de choses pour finalement me laisser envahir par le sommeil, espérant que le lendemain j'aurai les idées plus claires.
Niveau 5
Anna Cornwall
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 190

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Force, Régénération
Groupes: Domaine
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Artefacts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 24 Jan 2019 - 19:04
***

Longue ellipse lire Encore une fois avant de se remettre dedans.

***

Anna et moi sommes fait escorter jusqu'à notre maison directement après avoir poser le pieds à terre. Sur le chemin, j'avais repensé à tous ce qu'à mit en place Jürgen. Il avait déjà tout planifier pour ne pas que l'empire de Grégoire sombre et que d'autres en profitent. Quelqu'un devait diriger le Domaine en son absence et il ne pouvait pas laisser ses conseillers se disputer sur la marche à suivre. Il s'est très vite imposé aux yeux de tous. Alors que la quasi totalité à mon humble avis étaient toujours choqués par la disparition de Grégoire, Jürgen en a profité pour prendre les devants et diriger tous ce petit monde. Il nomme Anna comme remplaçante de Grégoire mais ce poste est plus symbolique pour que le peuple ne s'affole pas qu'autre chose. En effet, dans son état elle est incapable de gouverner le Domaine et personne lui en tient rigueur. Personne n'ose vraiment l'approcher mise à part moi quand on m'autorisait à aller la voir dans le bateau. Anna est le bras droit de Grégoire alors il est logique que le peuple la voit comme sa suppléante. Quelqu'un avait bien évoqué Saphira mais Jürgen a démoli la suggestion en disant que déjà, on devait annoncer la disparition de son homme et père de nombreux enfants et que cela ferait trop modèle copier du royaume avec ce côté famille royal qui se passe le flambeau. Dans l'ombre, Jürgen a prévu de passer au peigne fin toutes les pensées des conseillers et garder les plus fidèles pour faire certaines tâches. Il a aussi prévu certaines tâches administratives à Saphira même si je ne sais pas si elle capable de supporter ça. Evidemment, il a dit à personne ce qu'il s'est vraiment passé là-bas. Seuls ceux étant là-bas le savent et doivent garder le secret s'il ne veulent pas subir le courroux de Jürgen. Bien sûr, il a aussi penser à payer grassement la personne qui retrouverait Grégoire ou même qui l'aurait vu. Tous les ouïs-dire seront déclarés à Jürgen pour l'authentification du récit.

Il a encore beaucoup à faire et sur le chemin il doit certainement encore réfléchir à tout comme ce que faisait Grégoire et continuer dans sa lancé. Il ne faillait pas que l'on entrevoit une seule faille du Domaine. L'équilibre est précaire et face à cette situation Jürgen ne semble pas paniquer. Je ne demande bien en quoi consistait le métier de général pour qu'il soit ainsi. Le prince devait être fier d'avoir un aussi bon général à moins qu'ils soient tous comme ça. Il l'a épargné, le laissant faire ce qu'il devait faire sans passer en justice. Je ne demande si c'était de la gentillesse ou quelque chose de calculer... . On ne sait pas à quoi il pense celui-là, même Jürgen semble perdu face à lui. Je ne l'ai jamais vu craindre qui que se soit mais d'après Arkturus il semblait paniqué. Si ça se trouve il y avait quelque chose entre eux... Je raconte n'importe quoi ! C'est pas trop le moment de penser potin !

On est donc enfin à la maison et une femme tenant Sylvester arrive en trombe devant moi. Elle semble être une nouvelle nourrisse pour je sais quelle raison. Elle se plante face à moi et me refile Sylvester qui pleure.

- Enfin ! Dit-elle d'un ton méprisant. Vous devez être monsieur Dorcas, le censé "père" de cet enfant. Si monsieur veut bien se donner la peine d'être responsable de votre fils, le voici.

Elle s'étonne alors que Sylvester s'arrête de pleurer en me voyant et se colle à moi. Elle est grande, ronde et les cheveux blancs en arrière en chignon. Elle a un visage autoritaire et froid et porte un tablier de nourrisse.

- M-Merci... Je ne connais même pas votre nom... Ecouter, je rentre d'un pénible voyage et je n'apporte pas de bonnes nouvelles. Je viens à peine de rentrer et-(elle me coupe la parole)

- J'en ai rien à faire que vous soyez fatigué, votre bébé à besoin de vous et vous n'étiez pas là depuis plus d'un mois ! Vous vous rendez compte ? Et ce n'est pas la première fois que vous laisser ainsi votre fils. Si vous en voulez pas, les orphelinats ça existe mais vu que vous ne semblez pas conscient de votre propre bétise je vais vous montrer comment on s'en occupe.

Elle me tire par la bras et commence alors ses leçons en me mettant la pression. Une si grande pression que je fais n'importe quoi alors qu'habituellement je sais tout faire. La nourrisse nommé Cassandre ne me lâcha plus jusqu'à l'heure du coucher du petit. Elle me salua en pestant que je suis un incapable puis partie. Je suis épuisé. Je m'écroule dans le lit.

Le lendemain matin, j'ai prit Sylvester et je l'ai nourrit. Devant la table de la salle à manger, assit avec le petit sur les genoux, je repense à hier. La situation est catastrophique. J'étais tellement dans les vapes que je n'avais pas réalisé à quel point on est tous dans la panade. Je n'avais pas non plus pensé au petit à qui je devais énormément manqué. Il ne me quitte pas d'une semelle en chauffant mes genoux. En plus de la disparition de Grégoire ce qui constitue un énorme vide en moi, je sens à présent que je ne serais jamais un bon père pour Sylv'. Je suis un père pathétique, pitoyable même ! C'est vrai que c'est sûr d'élever un enfant mais je pensais pouvoir le faire. Je me disais capable de m'occuper de lui. Visiblement, je suis un bon à rien, mauvais en tout. Par ma faute on est dans une situation merdique, je ne sais pas si j'arrive à sauver Anna de ses ténèbres, je ne suis pas un bon père voir un père du tout et Grégoire est peut-être mort et cela pour me sauver car je ne suis pas foutu de le faire moi-même. Je me sens si inutile... . Je regarde mon thé refroidir, ayant perdu l'envie de me sustenter. J'ai perdu le goût de la vie je pense. Regarder Sylvester me sourire et essayer alors qu'il a qu'un an de me remonter le moral me fait encore plus mal. Mais tant que j'ai Sylvester, je ne dois pas faiblir. Il me reste encore quelques personnes de ma famille... Je me demande déjà comment ils périront par ma faute. Jürgen n'est pas rentré et Dewey non plus. Je ne vois pas non plus Vince. Mais je ne dois pas pleurer, crier de rage devant mon fils. Intérieurement, je souffre.
Niveau 5
Wraith Dorcas
Je suis dispo pour : Un pour le moment
Expérience : 162

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): AÄN
Groupes: Domaine
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Une nouvelle vie 190301083726900009
Revenir en haut Aller en bas
Ven 25 Jan 2019 - 17:38
J'étais sur le navire, à attendre que le voyage se termine. Après plusieurs semaines de recherche, nous avions finalement abandonné tout espoir, d'autant plus quand Jürgen était revenu avec la lance et le médaillon de Grégoire. Je me souviens à peine de ce moment là. C'est comme si subitement, tout avait disparu, tous mes souvenirs s'étaient effacé pendant plusieurs heures, voir plusieurs jours. Le choc avait été si brutal. L'idée même que mon frère dans l'âme soit mort me semblait si improbable que mon esprit s'était fermé, comme pour se protéger lui-même des dégâts que cette réalité aurait engendré sur moi.

Il fallut encore d'autres semaines pour revenir au Domaine, et les nouvelles n'étaient pas bonnes du tout. Nous avions perdu Grégoire, des créatures d'Özan faisaient leur apparition un peu partout en Kaïl, et la première nouvelle arriverait forcément tôt ou tard aux oreilles de l'Alpha, ce qui impliquait que nous devrions bientôt faire face à de prochaines tentatives des lykosims de reprendre le contrôle de l'Ouest de Kaïl. La situation était plus que dramatique, elle était catastrophique. Par chance, Jürgen avait pris les choses en main et avait fait de son mieux pour gérer le situation, ce que je n'aurai pu faire seule en l'état actuel. Mon impulsivité avait pris le dessus sur le reste, l'ancien général de la Principauté tentait par tous les moyens de m'enseigner à me fermer aux voix qui me harcelaient, mais ça n'avait que peu d'effet pour le moment, voir pas du tout.

J'étais convaincue que tout ça était un complot, que l'on avait voulu nuire au Domaine en s'attaquant à Wraith pour appâter Grégoire et le faire tuer. Il ne pouvait s'agir pour moi que d'une manœuvre des Hayert'Väals pour évincer le Domaine, laisser l'Alpha reprendre le contrôle du continent et en profiter pour ravager tout Kaïl comme ils l'avaient fait si librement. Tarik était leur allié après tout, pourquoi serait-ce si idiot de penser une telle chose. Plus j'y songeai et plus je plongeai dans la paranoïa. J'étais constamment en train de me méfier de tout le monde.

Mais ce qui fut le plus terrible à notre arrivée, fut de devoir annoncer à Saphira que Grégoire était perdu, corps et âme. Elle en fut troublée au point qu'aucun mot ne pu sortir de sa bouche pendant plusieurs heures. Elle resta isolée un long moment et nous demanda de revenir le lendemain, le temps qu'elle puisse annoncer la nouvelle aux enfants. Jürgen et moi nous mîmes d'accord pour respecter sa parole, en attendant, nous allions nous partager les responsabilité du Premier Citoyen. Le mot d'ordre était de ne pas ébruiter trop vite que Grégoire avait disparu. La nouvelle ne serait révélée que plus tard, le temps de nous organiser pour le remplacer.

Le remplacer... Comme si l'on pouvait remplacer mon frère ! Cette idée m’écœurait au plus haut point mais je n'avais pas le choix, et je sais qu'il n'aurait pas voulu que j'abandonne ce qu'il avait commencé.

- Je le jure... Je te le jure, Grégoire. Je vais finir ce que tu as commencé ! murmurai-je entre mes dents, les yeux embués de larmes.

Je tenais son médaillon entre mes doigts, le tournant dans tous les sens. Je sentais tant la tristesse que la haine me consumer. Quelqu'un allait devoir payer pour la mort de mon frère, et toutes mes pensées se tournaient vers Tarik, l'Alpha. Alors que je ruminais dans un coin du manoir, je sentis alors une voix me murmurer à l'esprit :

- Ma sœur, pourquoi est-ce toi qui tiens le médaillon de mon frère ?

Je me tournais alors pour chercher la source de cette voix et m’aperçus qu'Ombre-Feu était là à me regarder. Les larmes coulèrent d'autant plus sur mon visage. A l'aide du médaillon je m'adressais alors à elle, mon esprit embrumé par l'émotion.

- Je suis désolée, Ombre-Feu... Je suis terriblement, et profondément désolée...
- Anna... Ne me dis pas que...
- Je n'ai rien pu faire... Rien... Je suis tellement désolée, Ombre-Feu...

Ombre-Feu se mit à japper longuement, de douleur, ce qui me brisa d'autant plus le cœur. Je m'agenouillai alors à ses côtés et tendis ma main pour la réconforter, mais au lieu de ça, elle me dit :

- Je n'y crois pas ! Non ! C'est impossible ! Je pars à sa recherche !!
- Non ! Attends ! Ombre-Feu !!

La renarde m'arracha le médaillon des mains d'un coup de gueule et partit en trombe. Je voulus lui courir après mais c'était peine perdue. Je restais pantelante puis je me décidai à rejoindre Rebecca pour au moins avoir la chance de la voir un peu avant qu'il ne soit l'heure de se coucher. Je arpentais les couloirs quand j'entendis venir d'une salle :

- J'en ai rien à faire que vous soyez fatigué, votre bébé à besoin de vous et vous n'étiez pas là depuis plus d'un mois ! Vous vous rendez compte ? Et ce n'est pas la première fois que vous laissez ainsi votre fils. Si vous en voulez pas, les orphelinats ça existe mais vu que vous ne semblez pas conscient de votre propre bêtise je vais vous montrer comment on s'en occupe.

Je jetais un œil dans la pièce et remarquais alors que Wraith était en train de se faire houspiller par une nouvelle nourrice. Doucement, je refermai la porte pour ne pas me faire voir et attendit un moment pour les écouter. Visiblement, la pression que cette femme mettait à Wraith lui faisait faire n'importe quoi. J'allai à nouveau pousser la porte pour entrer quand quelque chose me tira par le bras.

- Anna ?
- Rebecca ? Oh... Oh Rebecca... soupirai-je de soulagement.

La jeune fille me fit un grand sourire innocent et se jeta dans mes bras. Un poids terrible sembla tomber de mes épaule tandis que je soulevai Rebecca pour la tenir contre moi.

- Moi aussi, je suis contente de te voir, Anna. Tu m'as beaucoup manquée !
- Tu m'as manqué aussi, trésor... Est-ce que... Est-ce que tu as faim ? Tu as déjà mangé ?
- T'en fais pas, Anna ! J'ai réussi à me débrouiller toute seule, et puis Saphira s'occupe bien de nous aussi. Je l'adore !
- Tu vas bien alors ?
- Oui, mieux que toi... Tu as l'air triste, tes yeux sont pleins de larmes. Vous n'avez pas retrouvé Wraith ?
- Si... Si ma puce... On l'a retrouvé... Il est rentré !
- C'est vrai ? s'étonna joyeusement Rebecca. Je peux aller le voir ???

Je restais un moment silencieuse avant de déclarer.

- Non, ce n'est pas une bonne idée, ma puce. Je crois qu'il est très occupé et beaucoup trop fatigué.
- Oh... Je peux voir Oncle Grégoire au moins ?
- Oncle ?
- Ben... oui... Il est un peu comme ton frère, et... t'es un peu... enfin tu sais...
- Je suis désolée, Rebecca... Grégoire... Oncle Grégoire... Il... Il a disparu...

Rebecca se tut tout aussi soudainement qu'elle venait de découvrir la vérité. Je pouvais sentir dans son regard qu'elle savait à présent pourquoi je semblai aussi triste, pourquoi j'avais encore les yeux rouges de larmes.

- Il... Il a disparu ? s'inquiéta Rebecca. Comment ? Quand ?
- Écoutes, Rebecca... Ce n'est pas le moment, trésor... je... Je suis épuisée... On a cherché longtemps Grégoire... Et... On ne l'a pas retrouvé...
- Il... Il est... Il est mort ? demanda la jeune fille d'une voix tremblotante.  
- J'aimerai pouvoir te dire que je suis sûre qu'il ne l'est pas, Rebecca... Je te jure... mais... Je ne sais pas...

La petite semblait au bord des larmes. La disparition de Grégoire semblait la miner. Elle releva la tête, son visage exprimant la détermination, et elle déclara alors :

- Je vais aller voir tante Saphira ! Je suis sûre qu'elle doit être triste !
- Non... Rebecca, attends...

Mais trop tard. Rebecca partit en flèche vers les appartements de Grégoire et sa petite famille pour leur porter tout son soutien de petite fille. Je soupirai, désemparée... Je partis alors dans mon coin, essayant de calmer mes esprits. Je fis tout le tour du manoir avant de me retrouver dans le couloir où se trouvait les chambres, dont celle qu'occupait Wraith et le petit Sylvester en attendant que l'installation de notre demeure soit totalement finie. Cela n'allait de toutes manières pas tarder, mais avec toutes les aventures que nous avions vécu, les travaux avaient stagné.

C'est à ce moment là que je vis la nourrice sortir de sa chambre en la qualifiant de mauvais père et de bon à rien.

Suggestion d'écoute:
 

Je serrai les dents, les poings et j'eus presque envie de sourire quand je vis la femme replète se diriger vers moi, visiblement dans la ferme intention de me faire également la morale.

- Ah !! Vous !!! Vous tombez bien ! J'ai deux mots à vous dire sur votre pupille. C'est une vraie petite peste ! Vous devriez vous montrer un peu plus ferme avec elle ! Mais j'imagine que vous non plus, vous n'avez pas le temps de vous occuper de votre enfant ! Hein ? Trop occupée à faire je ne sais quoi ! Je vais vous le dire moi vous...

Elle s'arrêta net tandis que je l'attrapai par la gorge en la soulevant de plusieurs pieds au-dessus du sol. Je sentais mes  doigts se resserrer avec vigueur sur sa trachée. Dans mon esprit, les voix me hurlaient de la tuer, de lui briser son sale petit cou. J'en avais le pouvoir, d'un geste je pouvais lui retirer la vie. J'en avais tellement envie...

- Je vous interdis de me dire ce qui est bon ou non pour ma Rebecca ! Je vous interdis de me juger, et plus que tout, je vous interdis de juger Wraith !

Elle commençait à se débattre, étouffant dans ma poigne de fer. Elle semblait totalement désespérée et paniquée. La peur dans son regard contrastait avec son visage rougissant. Non... Décidément, je ne pouvais pas m'y résoudre. La tuer aurait été un geste terrible. Comment pourrai-je faire face à Rebecca, à Wraith... et aux autres si je commençais à tuer le personnel de maison ? Je la lâchai alors subitement avant de poser un pied devant son visage penché sur le sol tandis qu'elle tentait de reprendre son souffle.

- Vous êtes démise de vos fonctions, et ce dès maintenant ! Quittez le Domaine et ne revenez jamais. Si je vous revois ici, je finirai le travail. Ai-je été claire ? dis-je froidement en la dominant du regard.
- Vous... Êtes-vous folle ou quoi ? J'ai des droits ! Vous ne pouvez pas me traiter comme ça ! Quand le Premier Citoyen Grégoire Boisdefer apprendra cela...

Je la pris par sa tunique et la soulevai à nouveau, la menaçant du regard.

- Il ne pourra rien pour vous, quand bien même il en aurait le pouvoir, Grégoire Boisdefer est mort !

Elle commença à bafouiller et me regarda avec des yeux ronds, totalement désemparée par cette nouvelle.

- Maintenant hors de ma vue ! Je veux que vous soyez partie demain à la première heure, ou je vous brise le cou...
- Bien... Je... Je vais faire mes affaires... J'espère qu'on ne se reverra jamais ! pesta-t-elle.

Je me mis à la suivre pour m'assurer qu'elle se dirigeait bien vers la sortie du manoir. Elle attrapa ses affaires posées dans l'entrée et partit en trombe sous mon regard menaçant.

- Tout va bien, Dame Cornwall ? me demanda un garde.  
- Parfaitement bien... Veuillez à ce que cette Cassandre ne remette plus jamais les pieds ici. Question d'intérêt général...
- Êtes-vous sûre que ça va aller ?
- Tenez-vous en aux ordres... et avertissez-moi si elle revient.
- Oui, madame !

Je fis demi-tour, le regard empli de colère et de haine. Ce n'est pas une simple bonniche qui allait commencer à me rendre la vie dure. Hors de question de se laisser dicter ma conduite par cette bonne femme détestable. Je continuais de marcher le long du couloir et finis par tomber sur Rebecca qui me regarda avec inquiétude.

- Anna ? Est-ce que ça va ?
- Il est l'heure d'aller au lit, Rebecca.
- Ok... soupira-t-elle.
- Tu as pu voir Saphira ? Lui demandai-je.
- Oui... Mais elle est très triste. Elle essaye de ne pas trop le montrer, mais je le sens, dans son regard... Et sa voix... D'habitude sa voix est toujours chantante... Là elle ne chante plus...
- Je vois...

Nous arrivâmes à la chambre qu'occupait Rebecca quand cette dernière se tourna vers moi avec un air contrarié.

- Tu veux que je reste avec toi ? Tu as l'air si triste...
- Ce n'est pas à toi de t'inquiéter pour moi, Rebecca. Ce sont les adultes qui s'inquiètent pour les enfants, pas l'inverse...
- Mais tu as l'air si triste et si fatiguée...
- Il vaut mieux pour nous deux que tu dormes dans ta chambre, Rebecca. Je... Je ne suis pas très bien en ce moment, tu comprends ? Je... Je pourrai te faire mal sans le vouloir, et je ne veux vraiment, mais alors vraiment pas que ça arrive.
- Pourquoi tu me ferais du mal ?

Je m'agenouillai alors à son niveau et posai une main sur son épaule.

- Parce que... Parce que je suis très malade... Je suis très malade, Rebecca. Je t'aime... énormément... mais je ne suis pas sûre de pouvoir me contrôler tout le temps alors... Au moins pour cette nuit, j'aimerai que tu dormes, seule, dans ta chambre, d'accord ?

Elle eut l'air un peu déçu mais me fit quand même un petit sourire avant de m'entourer de ses petits bras menus.

- D'accord.

Nous nous séparâmes ainsi, après que je l'eus couchée. Ce fut à mon tour de me plonger dans le sommeil, après m'être débarrassé de mes affaires. J'étais complètement assommée par la fatigue, et je n'eus pas trop de mal à trouver le sommeil. Cela faisait longtemps que je ne m'étais pas endormi aussi vite.

Le lendemain, je me levai de bonne heure. Malgré la fatigue, je fus tirée de mon sommeil par les murmures de Gwyar qui avait tout de même cesser de hurler dans mes oreilles... ou plutôt dans mon esprit. Je me vêtis d'une robe simple, de longues bottes mais aussi d'un cache-col. Ce matin, en me regardant dans la glace, j'avais eu la mauvaise surprise de me retrouvée avec le corps encore plus couvert de veinules rouges qui ne l'avait jamais été. Elles parcouraient quasiment tout mon corps, sauf le visage, mais elles commençaient déjà à grimper dans ma nuque et mon cou.

Je quittais alors la chambre pour gagner la salle à manger où Wraith était en train de tenir Sylvester sur ses genoux. La vue du xen et de son enfant suffit à apaiser légèrement mon cœur troublé par la peine. Cependant, il ne sembla pas me remarquer, il était songeur même. Il n'avait pas le même regard qu'à son habitude. Je le sentais emprunt de tristesse, de dépit, de désarroi peut-être... Je n'arrivai pas trop à savoir. Il n'y a que le petit Sylvester qui fit attention à moi au départ, tellement content qu'il en fit claqueter ses petites mandibules tout en frétillant des ailes en tendant ses bras dans ma direction.

- Bonjour, toi, dis-je à l'enfant, ce qui fit sursauter Wraith qui semblait revenir à la réalité. Bonjour Wraith... Est-ce que tu vas bien ? lui demandai-je alors. Tu as l'air... ailleurs...
Niveau 5
Anna Cornwall
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 190

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Force, Régénération
Groupes: Domaine
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Artefacts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 27 Jan 2019 - 18:12
Anna m'échappe de mes pensées, je la regarde tout en écoutant ses mots. Elle s'adresse tout d'abord à Sylvester, l'ayant remarqué. Il frémit ses petites ailes et claquette ses mandibules qui me fait frémir dans le dos. C'était un fait, malgré qu'il ai toutes les qualités du monde comme bébé, sa partie Aracnor me met toujours mal à l'aise et je trouve ses mandibules répugnantes... . Comment je peux penser ça ? C'est mon précieux bébé mais je le trouve répugnant. Bien que se soit en partie c'est horrible de penser ça. Ce n'est pas sa faute s'il est aussi un Aracnor. En fin de compte, il a trois types d'origine ça fait beaucoup. Son origines Xen de ma mère, extraterrestre de mon père et Aracnor de sa mère. Moi qui voulait tout sauf un Aracnor dans ma vie, voilà mon bébé a dans son mélange que l'on retrouve facilement de l'Aracnor. Heureusement, les Aracnor ne vivent pas longtemps. Mais avec tous ça, je me demande combien de temps il peut vivre. Deux cent ans comme les Xens ? Peut-être plus ou moins avec ses deux autres gènes. Je ne sais même pas combien de temps ça vie réellement la race extraterrestre de mon père. Vince m'avait dit "aussi longtemps qu'existera l'univers".

Je divague et me rappel soudain qu'Anna était là à jouer avec le petit plutôt très réceptif, continuant à bouger frénétiquement ses ailes et ses mandibules. Je l'invite à s'asseoir, le pain et tout pour prendre le petite déjeuné était sur la table. Je regarde Sylv' qui est décidément très pressé d'être auprès d'Anna et le laisse aller sur ses genoux. Il regarde la dame du Domaine, plutôt éveillé pour un petit d'un peu plus d'un an et sourit. Oh bien sûr, il ne se contente pas juste de sourire, il a la banane et rit. Il a les mandibules toutes blanches... Nuëla les avaient noirs... .

- Excuse-moi oui, j'étais totalement ailleurs ! Dis-je en essayant de sourire.

Puis je regarde Sylv' et de nouveau Anna qui me fait immédiatement repenser à tous les dégâts que j'ai causé. Ce cheminement de pensées et de connexions vient à me rappeler de notre baisé et là, plus aucun chemin n'avait de sens ! Anna ne pouvait pas être avec un raté comme moi. Je suis un aimant à problème, mes amis et même ma famille meurt autour de moi. A Quand Jürgen, à quand Vince, à quand le prochain être que j'aime mourir par ma faute. Ma seule présence détruit des vies alors que je voulais juste en sauver. J'ai apprit Äan jusqu'au bout des doigts, je me suis perfectionné, j'ai fait conteur et marionnettiste itinérant pour donner de la joie aux gens... . Je voulais juste rendre ce monde plus joyeux mais j'ai fait que remuer encore plus de chaos. Grégoire a disparu à cause de moi. Je sens que je suis responsable. Bientôt, les autres le seront. Je sens déjà les futurs yeux de ces juges de passages se poser sur moi. Rester ici va être un supplice. Piètre punition, je mérite tous ce qu'il va se passer. Je mériterais chaque pierre lancé sur moi, chaque jugement, chaque remarque. A propos de remarque, j'entends Anna qui essaie de nouveau de me sortir de mes pensées.

-  Oui... Je...

Peut-être devrais-je vivre ailleurs, loin d'Anna pour la préserver de tous ça ? Loin de Sylvester aussi ? Peut-être pourra-t-elle réussir à l'élever là où j'échoue déjà ? Je ne veux pas qu'il arrive malheur à elle et Rebecca ni à Dewey et Sylvester. Je devrais peut-être les laisser vivre leur vie qui sera bien plus sûr sans moi ? Peut-être que pour me repentir je devrais, accepter mon destin et partir loin de tout ?

- Je vais... Je vais aller prier au temple de Gadvaoi.

Je me lève soudain et telle une sorte de marionnette articulée j'avance machinalement bien que je sois le seul à connaitre ce terme jusqu'à la dernière destination. Je vais régler le dernier problème.

Une fois au temple uniquement dédié à Gadvaoi le plus proche, ce qui ne fut pas une mince affaire car le plus proche est en réalité plutôt loin, je vis sans surprise qu'il y avait personne. Ce n'est pas un temple populaire avec un divinité autant apprécié que Thäa. Je n'ai pas d'offrande à donner, juste une longue prière pour lui. Je m'installe devant la statue le représentant et ayant quelques offrandes pas très récentes. Je le regarde un court instant avant de commencer à chuchoter.

"Cela faisait longtemps Gadvaoi, c'est Wraith. J'avais très envie de t'adresser ces prières et cela faisait un moment que je voulais le faire. J'ai eu... Pas mal de choses se sont passées depuis la dernière fois. Je ne sais pas si tu vois tous ça depuis là-haut ou... Qu'importe l'endroit où tu te trouves je voulais te les dire. Ma dernière prière date d'avant mon départ en mer, tu te souviens ? J'avais souhaité que Sylvester aille bien et qu'il le tombe pas malade pendant mon absence. Eh bien... Rien ne s'est passé comme prévu. Notre bateau a coulé en pleine mer violante avec un autre bateau et j'ai fait la connaissance d'un Lorcq nommé Tyr Mimir. Malgré son air ronchon c'est quelqu'un de bien je pense. Mais nous nous sommes fait capturer par des adorateurs d'Özan et on a bien fini par être sacrifier aux noms de leur dieu !
Des membres de la principauté est venu nous sauver car son capitaine de navire était Aloïs Balar'Han, le noble qui possédait tout Balar'Han. Il était aussi un autre de mes demi-frères et sœurs. Mais il n'avait pas de bonnes attentions comme on aurait pu penser. Il a déposer tous les Dominians ainsi que Tyr et ses hommes. Tous sauf moi ont pu regagner Kaïl sans encombre. Aloïs m'a séquestrer dans son manoir et tout Balar'Han mangeait parfois littéralement dans ses mains. On aurait dit un vrai chef de secte. Un Scientifique, un chercheur, un noble et surtout un fêlé. Il voulait que je lui dévoile les secret des technologies des autres mondes pour le compte de la principauté et ainsi qu'ils deviennent la seule grande puissance d'un monde unipolaire.
Grégoire, Anna, Jürgen, Dewey et de nombreux soldats sont venus me sauver de ses griffes et de ses infâmes idées. J'ai découvert entre-temps ce qu'il est advenu de mes ailes... Il l'est avait. Son père menait des expéditions afin d'avoir des cobayes pour ses expérimentations de dégénéré ! J'ai brûler mes ailes... C'est fini de cette histoires. Désolée Gadvaoi, je ne supportais pas leur vue. Elles me rappelait trop de mauvais souvenirs et je voulais tirer définitivement un trait sur mon passé.
Ils m'ont sauvé... Certains aux périls de leur vies. Des sortes de monstres engendré par Özan lui-même sont apparu et on mit à feu et à sang Balar'Han ! Le prince Yülhan est venu en personne nous porter secours. Il voulait régler ses affaires et a supprimé Aloïs. Il l'a brûlé vif devant nos yeux. Méritait-t-il ça ? Je ne suis pas un juge. Quoi qu'il en soit, les gens de Balar'Han étaient tous en danger et Grégoire, Anna et Jürgen les ont tous les trois porté secours. Ils ont noyé dans les cendres le manoir des horreurs ainsi que toutes les bêtes immondes d'Özan. Enfin... Tous cela n'aurait jamais été possible sans le sacrifice de Grégoire.
Mon dirigeant, mon ami, mon frère... Grégoire m'a toujours porté secours et j'ai toujours pu lui rendre la pareil jusqu'à aujourd'hui. On a vécu tant de choses ensembles... . Je ne peux plus supporter sa disparition. Et comment je peux encore me dire, me laisser berner par moi-même, me chuchoter des mots réconfortant comme "disparu" alors qu'il doit certainement être mort ?!! Depuis que nous sommes rentré je pense plus qu'à une chose : "disparaître à mon tour". Te rends-tu compte ? Te rends-tu compte que tous ceux que j'aime trouve la mort avec moi ? Mon père, ma mère, des bandits même si c'étaient vraiment des sales cons, mes sœurs dont une où je ne connaissais même pas son nom, mon ami et protecteur Dazaën, bien que je ne l'aimais pas c'était la mère de mon enfant Nuëla, Sylvester mon oncle qui m'a élevé et aimé, un de mes frères Aloïs bien que je ne l'aimais pas non plus j'aurais aimé le sauver et enfin Grégoire qui m'a donné une autre vie bien meilleure que ce que j'avais. Tous mort car j'étais là. Qui sera le prochain à mourir ? Ou la prochaine ? A quand s'arrêtera cette folie ?
Je ne veux plus que les gens continuent de mourir par la faute. Mais Gadvaoi, je ne veux pas mourir. Égoïstement, je veux vivre ! Je veux vivre. Je ne veux pas mourir pardonne-moi. Au fond de moi je gronde, je cris, je hurle mon envie de vivre. Je suis si pitoyable que malgré la dure réalité, là, sous mes yeux je veux encore me voiler la face. Je veux vivre mais comment le pourrais-je alors que je cause la chaos et la mort ? Je ne peux pas. Je ne peux plus.
J'accepte mon destin, je disparaîtrais de ce monde en devenant le futur sorcier des dimension. Mon existence sera supprimé au nom du bien commun. Les restes serviront à perpétrer le maintient de l'univers et ainsi les miettes de moi s'éparpilleront dans l'océan qu'est l'univers. Ce n'est pas un adieu, c'est un au revoir. Même si, c'est une forme d'adieu. Effectivement, je ne serais plus moi, plus là.
Au revoir Gadvaoi, merci d'avoir été un dieu aussi bon avec moi."

Soudain, je sens quelqu'un derrière-moi. Je me relève et me retourne vers cette personne. C'était Vince. Il est revenu. Comment a-t-il fait pour me retrouver ici ? Depuis quand est-il là ? Je vois à son regard qu'il a tendu l'oreille et au lieu de me charrier il me sourit. Un sourire sincère de Vince ce n'est pas souvent. Adossé contre un mur du temple il me fixe avec un regard doux pour une fois. Il s'avance vers moi en me tendant les bras en ouvrant la bouche.

- Un riche marchand de Bagdad, se promenait dans le marché,
En voulant traverser la piste, il aperçoit au loin,
La silhouette de la mort, qui lui faisait signe avec soin,
Terrifié, le marchand prit le cheval le plus rapide du marché ;

Et disparut de la ville, il galopa pendant toute la journée,
Jusqu’à une ville qu’on nomme « Sumatra ».
Le soir, quelqu’un frappa à la porte de la chambre fermée,
Le marchand en tremblant ouvrit la porte, et la mort fut là.

Le pauvre ayant la peur au ventre dit à la mort :
« Pourquoi ce matin, m’avez vous fait un signe ? »
La mort répondit calmement et d’un air digne :
« Parce que j’étais étonnée de vous voir dehors,

Dans les rues de Bagdad, car d’après le destin :
On avait rendez-vous ici à « Sumatra » où sera ta fin !
Où que l’on soit, on n’échappe pas à son destin !»

En entendant ses mots, je m'effondre en larmes. Je n'ai plus la force de rester debout. Je ne m'arrête pas de pleurer. Mes larmes coulent toutes seules sans difficulté. J'entends les pas de Vince comme les pas de la mort venir à moi. Je recule jusqu'à être contre la statue de Gadvaoi. Je fixe Vince m’accueillant comme une douce chaleur lumineuse et agréable. Comment après tant de souffrance la mort peut être douce et délivrante ? Je m'arrête de pleurer, écoutant sa voix presque suave me dire "je ne peux pas te forcer, il faut que tu m'accepte." Vince était la mort venu me chercher, je le sais, j'en suis sûr ! Je me relève et l'enlace délicatement. Nous nous enveloppons mutuellement. Soudain, tout devient clair. Je vois de la lumière partout, un vide blanc mais pourtant pas inquiétant. Je n'entends plus la vie autour de moi ni la mort. Tout est paisible dans une douce chaleur qui me fait tout oublier. Tout est plus agréable sans tous ce stresse de l'existence.

***

J'ouvre les yeux. Je ne m'attendais pas à avoir encore des yeux pour voir ni à les ouvrir. Je vois le Soleil décliner, éclairant faiblement le temple sans porte de Gadvaoi. Je suis encore dedans ? Est-ce mon esprit qui ère ? Je sens pourtant petit à petit mon corps. Je sens ma respiration reprendre petit à petit, l'ouïe et bientôt tous mes sens semblent renaître. Je vois cependant différemment. Je semble... Tout voir. C'est si étrange... . Est-ce que ça n'a pas marché ? Où est Vince ? Je le cherche du regard et très vite je vois qu'il n'est pas là mais je le sens. Je le sens... En moi. Mais pourtant... Il m'a dit que... Impossible ! Il m'a répété que se serait nous le sorcier des dimensions pas seulement moi ! Qu'on serait un ensemble ! Pourquoi alors que je le sens au plus profond de moi je suis seul ?! C'est impossible ! Ces fringues... J'ai les fringues de Vince sur moi et les miennes sont à terre. J'ai même son chapeau ! Pourtant j'ai pas la peau aussi pâle que lui et je vois que mes cheveux sont d'un blond vif et en bonne santé mais très longs. Qu'est-ce...

- Aaaaah !!! Qu'est-ce que je sens ?!!

Je me tourne en tremblant et vit des ailes. J'ai des ailes ! On dirait celles de Vince ! Non, elles ont mes couleurs ! Comme si mes ailes avaient grandis ! Elles sont aux couleurs de mon œil ! Lorsque je les déploie non sans un certain frisson parcourant tout mon être, je les vois resplendir. Ce n'est pas possible... J'ai des ailes... Serait-ce le bon endroit ? Celui d'après la mort ? Et pourtant je sens la vie et la mort s'entremêler furtivement. Alors je suis... Je suis dans la réalité ? Je sors du temple et voit le même paysage. Il a plu. Je regarde une flaque d'eau et remarque... C'est impossible... Mes deux yeux sont... J'ai aussi l’œil singulier de Vince ! Par réflexe je retourne au temple pour m'y cacher.

Qu'est-ce que j'ai fait ?! Qu'est-ce qu'il disait déjà Vince ? Hum... Tu es Wraith... Mon nom signifie "esprit" et moi... J'ai un nom bien réel "Vince", je suis ce qui nous lie à la réalité, je suis... Je suis le "corps" ! Il est le corps. C'est le corps et je suis l'esprit... Il le disait tous le temps quand on était ensemble. Je ne comprenais pas le sens de ses mots. Alors... Alors il savait ! Il savait qu'il allait disparaître pour que je sois entier. Que je sois moi. Il... Il s'est sacrifier pour moi. Pour que mes peines et mes douleurs cessent. C'est pour ça qu'il n'a jamais vraiment été intégré parmi nous. Il savait que tôt ou tard il n'existerait plus et malgré ça il a fait des efforts pour me faire plaisir. Je m'écroule de nouveau aux pieds de la statue de Gadvaoi, ressentant un immense vide en moi tout à coup. Mon sauveur, mon frère, mon jumeau... Encore une personne proche qui se sacrifie pour moi. Encore un... . Je vois au loin quelqu'un se précipitant vers le temple accompagné d'Anna. Ah... Ils m'ont retrouvé. C'est l'ancienne nourrisse, enceinte à vue d’œil. C'est pour ça qu'elle se fait remplacer de temps en temps par d'autres. Elle est enceinte jusqu'au cou et comme c'est une Xen elle en aura pas qu'un. Je sens d'ici deux jolies filles en bonne santé. Je vois Anna qui a accouru vers moi, je sens son regard posé sur moi et pourtant je regarde le sol. Je suis comme vidé de toute vie en moi malgré ce qu'on pourrait croire. Je sens cependant la peur des deux femmes. Je sens surtout l'effroi d'Anna. Je suis devenu certainement un monstre à ses yeux. Je ressens quelque chose à présent. Et cela se traduit par des larmes tombant au sol.  

HRPG : - Ce que dit Vince vient d'un récit d'un conteur et mystique perse du XIIè siècle, Farid Al-Dîn Attar. Après le nom du lieu "Sumatra" change et est aussi "Samarcande" ou "Samara". - Je laisse le compte Vince pour le moment car j'ai une rep à avec lui sur le rp de Noraël. Comme tu l'a deviné, Vince va disparaître. Je ferais sûrement un autre DC plus tard (il aurai cependant rien à voir avec Wraith et tout, je ferais un truc totalement différent). Une fois le rp avec Noraël clos je vais supprimer notre cher Vince et écrire sur le compte principal "Wraith V. Dorcas" en souvenir x) Je verrais avec vous (Lilith et toi) pour ce que ça va amener. Dès que t'aura tout lu tu me le dit et je te dirais ce que j'aimerais ^^ Finalement mon truc s'est fait plus tôt que prévu mdr je pensais à autre chose pour dévoiler la "fin" mais la "mort" de Grégou me paraissais plus drama !
Niveau 5
Wraith Dorcas
Je suis dispo pour : Un pour le moment
Expérience : 162

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): AÄN
Groupes: Domaine
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Une nouvelle vie 190301083726900009
Revenir en haut Aller en bas
Lun 28 Jan 2019 - 19:50
Je restais silencieuse et totalement prise au dépourvue. Wraith venait de partir subitement en me laissant Sylvester dans les bras. Que lui arrivait-il soudainement ? Une envie pressente ? Un malaise ? En tout cas je n'eus pas le temps de me lever, qu'il était déjà loin. Indécise, il me fallut cependant choisir la solution la plus raisonnable : m'occuper du petit semi-aracnor-xen, qui avait à peine un an. Je le regardai avec interrogation. Il se mit à gazouiller et à cliqueter des mandibules. Je me mis à rire doucement.

- Alors ? Tu sais ce qui lui arrive à ton papa ?
- Apffffuuuuuuu ! Babababa ! baragouina-t-il en faisant une tête contrariée.  
- Oui, c'est vrai qu'il a l'air maussade... Et je ne peux pas te confier à Saphira... Elle n'est pas en état... je vais presque regretter cette vieille chouette.

Sylvester fit non de la tête, comme s'il avait compris ce que je disais. Pure coïncidence, je supposais, mais cela me fit rire.

- Tu as raison ! J'ai bien fait de la renvoyer. De toutes façons, elle n'aurait pas fait l'affaire. Rebecca est peut-être un petit peu trop curieuse et se mêle parfois de ce qui ne la regarde pas, mais ce n'est pas une peste, loin de là !

Il se mit à jouer avec une de mes mèches de cheveux et je me mis à sourire. Heureusement qu'il y avait ce petit bout d'arcaëllien pour me redonner le moral, je n'aurai pas su comment faire autrement.

Il se passa un certain temps pendant lequel Sylvester et moi attendions le retour de Wraith, mais ce fut sans résultat. Au bout d'un moment je finis par m'inquiéter lorsque Jürgen entra dans la pièce, l'air à la fois sévère et fatigué. Il me salua et prit alors la parole.

- Es-tu prête a gérer des tâches, aujourd'hui ?
- Je vais essayer... Mais ça ne va pas être évident. Wraith est parti subitement et je me retrouve avec Sylvester.
- Hein ? Oh... Et... Ça fait longtemps qu'il est parti ? Il t'a dit où il allait ?
- Non, justement, et ça commence à m'inquiéter, autant pour Sylvester que pour moi.
- C'est pas vrai... J'vais finir par le clouer à une chaise, soupira Jürgen.
- J'avais exactement la même idée ! lui dis-je, légèrement agacée par l'absence de Wraith.
- Fafa ! s'exclama Sylvester. Fafaaa !
- Fa fa ? m'étonnai-je.
- C'est Saphira, expliqua Rebecca qui venait d'arriver dans la pièce. C'est comme ça que Sylvester l'appelle. Saphira c'est beaucoup trop compliqué pour lui, alors il dit Fafa !
- Accaaaaa !!!! s'exclama de vive voix le petit xen-aracnor.
- Ça c'est moi, précisa Rebecca. Rebeccaaaaa !!! dit-elle sur le même ton que l'enfant.
- Acca !

Jürgen soupira et posa une main sur sa hanche.

- Super... et maintenant, j'imagine qu'il va falloir le chercher partout ? demanda-t-il.  
- J'en ai bien peur, dis-je.
- J'ai pas le temps pour ça... bougonna Jürgen. Il faut absolument préparer le Domaine a la crise qui va le menacer. Et j'ai besoin de toi Anna. Je peux gérer ça, mais ça sera plus facile avec quelqu'un qui connaît déjà les ficelles du Domaine.
- Je ne peux pas laisser Sylvester, seul. Et puis on fait quoi pour Wraith ?
- Je pense qu'il a besoin de temps pour réfléchir et digérer tout ça, expliqua tranquillement Rebecca à mon grand étonnement. Je peux le chercher, si tu veux. Ou alors je m'occupe de Sylvester.
- Rebecca, je ne peux pas te laisser seule avec Sylvester, il est trop petit, et tu n'es pas assez grand pour t'en occuper sans un adulte.
- Et la nourrice ? s'étonna Jürgen.

Je restais un instant silencieuse. Comment allai-je lui avouer que je l'avais congédier et ce, sans le moindre ménagement.

- Non... mais c'est pas vrai !!! s'emporta-t-il.

Au vue de sa réaction, je me doutais qu'il avait dû lire dans mes pensées. Je lui avais pourtant demander de ne pas le faire, mais j'avais du avoir un visage trop coupable pour ne pas qu'il soit tenté de le faire.

- Mais vous vous rendez compte, Anna ?  
- Pas tellement... J'étais pas tout à fait dans mon état normal...
- On peut toujours faire venir notre ancienne nourrice, elle revient de temps en temps. C'est juste qu'elle est enceinte et qu'elle a du mal à s'occuper de nous plusieurs jours d'affilé, expliqua Rebecca.
- Pas le choix, je suppose... soupirai-je.

***

La journée était passé affreusement vite. Pour mon bonheur, je n'avais pas eu le temps de penser à la disparition de Grégoire, au deuil que je devais potentiellement lui porter. Il y avait beaucoup trop de choses dont il fallait s'occuper pour que j'ai le temps pour ça. Non, en réalité, cela me faisait un bien fou d'être constamment occupée, mais l'absence de Wraith était de plus en plus inquiétante.  

***

Cela faisait plusieurs jours que Tahiri était au Domaine à présent, plusieurs semaines, même. Elle attendait toujours que l'on finisse de fabriquer sa main en bois, et le jour allait bientôt arriver. En attendant, elle passait le plus clair de son temps à la taverne à boire des coups ou à rôder autour des remparts du Domaine, au grand damne des soldats qui n'aimaient pas trop qu'elle se balade ainsi.

Un jour qu'elle était dehors, à glander contre un arbre, elle aperçut au loin une silhouette qui lui était très familière. Un sourire se dessina sur ses lèvres. Finalement, peut-être que son attente serait moins pénible qu'elle ne le pensait. Vince était en approche du Domaine, après quelques péripéties dont elle ne connaissait pas la nature. Quel heureux hasard qu'ils se retrouvent tous les deux là. Après quelques minutes, le temps que les deux protagonistes se rapprochent, Tahiri prit la parole avec une certaine joie dans la voix.

- Ben voyez qui voilà ! Ça alors, qu'elle surprise ! Ne serait-ce pas mon élève préféré ? dit-elle tout en ricanant.
- Tahiri ! répond-t-il d'un air surpris mais tout aussi enjoué. Si je m'attendais à voir la plus jolie des femmes de cette planète j'me serais fait beau à en être tout aussi divin que toi.

Tahiri passa sa main gauche dans se cheveux pour les repousser en arrière et prendre une pose avantageuse. Le compliment lui était allé droit au cœur. Vince, lui, remarqua bien vite sa main en moins et en fut visiblement chagriné, il aurait beaucoup aimé lui demander quelle odieuse personne avait bien pu faire une chose pareille mais il préféra en dire une petite blague dessus pour dédramatiser. Il prit sa main puis lui déposa un baiser tel un chevalier courtisant sa dame.

- Bien que la perte de l'autre soit tragique, je suis sûr que même si les technologies d'Arcaëlle sont pour moi archaïques, on trouvera bien quelque chose de raffinée et badass pour la plus charmante des elfes ! Et puis il reste l'autre pour pouvoir donner la fessée ! déclare-t-il en ricanant.
- Oh ? Tu parles de ma main ? Bah... On peut dire que j'ai donné de ma personne ! dit-elle en rigolant.

Les deux se mirent à rire et même Tahiri afficha un franc et grand sourire.

- T'en fais pas ! Je trouverai bien un truc pour la remplacer, mieux qu'un gode en bois, promis ! Quoique ça pourrait être pratique dans certaines situations !  Bouahahah !

Elle se mit à rire comme une débile et s'imagina avec un gode à la place de la main.

Vince en fit de même puis invita sa professeure à entrer au Domaine, où ils se baladèrent dans les jardins. Il lui fit part de plusieurs modèles de mains farfelues avec une technologie qu'on ne trouve pas à Arcaëlle et toujours avec des références dont eux seuls connaissaient les secrets. Il passa de l' « Iron Fist » au poing qui se propulse comme un robot tel « Iron Man » en réfléchissant sur une main bionique. A la fin de cette discussion délirante, Vince commença alors à enchaîner sur quelque chose de peut-être plus sérieux.

- Et sinon, à part ta main, que viens-tu faire dans le pays ? Enfin, cet... État, je crois ? Je suis pas doué en géo !
- Ho... Ben en fait je donnais un coup de main à Grégoire... Littéralement !

Elle se mit à nouveau à rire mais reprit rapidement son sérieux.

- En fait on a réglé son compte à une créature d'Özan qui a foutu un sacré bordel à Ouma'Han. J'ai un peu... perdu la main, là-bas... Mais la menace a été écartée. Du coup Grégoire m'a permis de rester ici autant que je le désirais, en attendant qu'on me fabrique une prothèse en bois... Mais très franchement, je pense que j'irai voir les technomanciens pour qu'il me fasse un bras canon à la Guts !

Elle pointa son moignon comme un canon et fit le geste du tir ainsi que l'onomatopée de l'explosion.

- Je pourrais vraiment me la jouer Berserk, comme ça !
- Se serait tellement classe ! dit-il à voix haute avec des étoiles dans les yeux. Il y en a de plus en plus des incidents comme ça. J'ai pas mal parcouru Kaïl à la recherche de Wraith. Cet ahuri avait encore disparu ! Mais j'ai eu un message de Jürgen m'ordonnant de ramener mes fesses car Wraith est revenu. Ouf ! Mais ça fait beaucoup d'incidents incluant des créatures d'Özan... . J'ai l'impression que votre planète va avoir une sorte de bouleversement. Les choses vont commencer à être délicates et j'espère que tu ne termineras pas en « Transformers » car même si les femmes à prothèses sont sexy je ne suis pas non plus mécanophile ! Non, pour être un peu plus sérieux, fait attention à toi Tahiri, sans toi Aracëlle serait bien vide !

Tahiri eut un sourire légèrement coincé aux paroles de Vince et se gratta la tête d'un air gêné.

- Ouais... Comme tu dis... A ce propos... Y a une rumeur qui courre un peu dernièrement, mais j'ai pas réussi à avoir confirmation. A ce qu'il parait, Grégoire serait pas revenu de son dernier voyage... pourtant Anna et Wraith, sont bels et biens revenus. 'fin... A ce qu'il parait encore une fois. Je suis pas allée les voir. Surtout que ces glandus du domaine me laissent pas trop glander vers le manoir. Mais j'ai pas l'impression que les nouvelles soient super bonnes ici. J'espère que ce crétin de Grégoire va bien, quand même... ... J'ai un mauvais pressentiment, Vince...

Vince eut l'air gêné pour la première fois de sa vie. Il ne s'en rendait pas compte mais c'était écrit sur son visage, noir sur blanc. Il était peu optimiste concernant Grégoire mais il tenait toutefois à réconforter Tahiri en l'enlaçant dans ses bras. Non pas pour jouer les séducteurs mais lui offrir un câlin sincère, d'une personne désolée.

- Oh... Je suis désolé pour toi Tahiri, je ne savais pas que vous étiez proches tous les deux. Grégoire à disparu et on ne sait pas s'il est vivant ou mort. Pas de corps, pas de certitude comme on dit. Mais ça va aller, Jürgen mon demi-frère m'a écrit même s'il a fallu que je déchiffre, car il écrit trop mal, qu'il cherche avec ses pouvoirs Grégoire à l'aide de Dewey mon... euh... Quelqu'un de la famille. Et puis je pense que je peux y participer à ma façon.
- Ah ! Ça c'est bien parlé !

Dit-elle en lui accordant un clin d'œil.

- J'espère que tu pourras aider... Moi tu sais, j'essaye de ne pas trop m'en mêler, comme d'habitude. Bon... et si on entrait ? Tu viendra bien boire un coup avec moi, hein ?

Tahiri tira Vince par le bras, comme si le faire venir avec elle, était devenu vital. Elle avait comme une intuition, comme si tous ces événements allaient mal finir. Elle n'aurait su dire pourquoi, elle voulait emmener Vince pour le protéger. Le protéger de quoi ? Ça, elle ne savait pas... Juste une intuition comme ça. Mais au moins, à la taverne, ils n'auraient pas de mauvaises surprises.

- Après un long voyage à vadrouiller, rien de mieux que d'aller picoler ! ajouta-t-elle.

Mais alors qu'elle pensait aller se changer les idées avec Vince, au loin on entendait des rumeurs inquiètes. Une femme que Vince reconnu comme étant Anna  passa non loin d'eux, d'un air anxieux et semblait chercher quelque chose, ou quelqu'un. Elle s'éloigna mais Vince et Tahiri purent clairement entendre ceci :

- Mettez-vous à sa recherche... Je veux que l'on retrouve Wraith, il ne doit pas être loin...

Tahiri se figea sur place et tourna son regard vers Vince. Elle était en partie angoissée... Et si Vince décidait de partir à la recherche de Wraith ? Devait-elle en faire de même ? Après tout, Wraith était aussi un de ses amis...

- Aheum... Hé hé hé... On dirait que l'on s'inquiète un peu pour rien, ici... bredouilla Tahiri sans grande conviction.

Vince sourit à Tahiri, la regardant avec un air doux et bienveillant. Il avait comprit.

- En effet, Wraith sera toujours sauvé et il sauvera toujours les gens. C'est comme ça. Il va falloir que je le retrouve car sans vraiment s'en rentre compte, il m'appelle. Je le sens souffrir, un truc de jumeau. Il est si pleurnichard ! Tu l'as sûrement remarqué. Il a besoin de la force de son frère pour continuer son chemin. Je crois que, maintenant, je suis prêt aussi à y aller. A aller à Sumatra. Alors il n'y a vraiment pas à s'en faire et puis je sais qu'il y aura toujours des gens pour prendre soin de lui. Ne le taquine pas trop quand tu le reverra, il est si sensible !

Tahiri resta décontenancée. Elle ne comprenait pas un traître mot de ce que Vince venait de dire. Ou peut-être avait-elle peur de trop bien comprendre.

- Sumatra ? De quoi tu parles ? Tu parles d'un charabia... Tsss... Mais ouais, connaissant ce pleurnichard, on ferait mieux de le chercher nous aussi ! Si comme tu le dis, il souffre, faut aller lui porter secours ! Une idée d'où il pourrait se trouver ?
- Désolé Tahiri, tu dois être un peu confuse. Ce n'est pas grave, tout te seras clair quand tu reverras Wraith. Le destin, comme un long entonnoir, te pousse à ce qu'il ne te reste plus qu'un choix. Prépare bien le tien, fait attention. On ne peut pas s'en dévier mais on peut choisir comment atterrir.

Vince fit un sourire mystérieux. Tahiri restait de plus en plus perplexe, elle sentait que Vince ne lui disait pas tout, et cela la tracassait.

- Il doit être dans un temple. Un croyant comme lui s'y réfugie toujours dans ce genre de cas, s'il n'est pas dans sa chambre. On va devoir se séparer pour courir tous les temples du Domaine. Ça va être long mais a plusieurs ça ira.
- Hum ! C'est vrai ! Bien raisonné ! Mais... Ce sera inutile de faire tous les temples à mon humble avis. Je crois savoir à quel temple il est allé. On a eu un peu le temps de discuter, et il me semble qu'il idolâtre Gadvaoi plus que les autres dieux. C'est au temple de ce dieu là que nous devrions nous rendre en premier lieu. Allons-y !

Tahiri tira Vince avec elle pour se rendre au temple de Gadvaoi. Ils prirent longtemps avant de trouver le lieu exact, mais finirent par arriver au temple en question. Ils entrèrent discrètement et en silence dans le lieu sacré où résidait une ambiance des plus étranges. Plus le temps passait, plus l'elfe avait un mauvais pressentiment, lorsqu'elle vit Wraith, elle voulut accourir vers lui mais se stoppa net. Le xen était en train de prier à voix haute, et ses mots ne semblaient pas du tout réjouissants, bien au contraire.

"Mais Gadvaoi, je ne veux pas mourir. Égoïstement, je veux vivre ! Je veux vivre. Je ne veux pas mourir pardonne-moi. Au fond de moi je gronde, je cris, je hurle mon envie de vivre. Je suis si pitoyable que malgré la dure réalité, là, sous mes yeux, je veux encore me voiler la face. Je veux vivre mais comment le pourrais-je alors que je cause le chaos et la mort ? Je ne peux pas. Je ne peux plus.

J'accepte mon destin, je disparaîtrais de ce monde en devenant le futur sorcier des dimensions. Mon existence sera supprimée au nom du bien commun. Les restes serviront à perpétrer le maintient de l'univers et ainsi les miettes de moi s'éparpilleront dans l'océan qu'est l'univers. Ce n'est pas un adieu, c'est un au revoir. Même si, c'est une forme d'adieu. Effectivement, je ne serais plus moi, plus là.

Au revoir Gadvaoi, merci d'avoir été un dieu aussi bon avec moi."



Tahiri resta sans voix... Est-ce que Wraith était en train de parler de sa volonté de mourir, là, juste à l'instant ? Ou plutôt de son indécision face à ce désir ? Mais qu'elle était cette histoire de sorcier des dimensions ? Avait-ce un lien avec son œil ? Sûrement, d'ailleurs elle venait de se rappeler que Vince avait vécu longtemps hors de ce monde.

Ce fut plus fort qu'elle, elle s'avança. Elle voulut intervenir mais Vince l'attrapa par l'épaule et fit non de la tête. Tahiri fronça ses sourcils et regarda le xen avec stupeur. Elle murmura alors :

- Laisses-moi... je vais aller lui remonter le moral ! Je sais pas de quoi il parle, précisément, mais je le laisserai pas disparaître...

Vince sourit et il s'éloigna un peu du temple avec elle. Il prit sa main et son moignon délicatement en la regardant dans les yeux.

- Ce n'est pas lui qui va disparaître. C'était... Pour que se soit moins dur pour lui d'embrasser son destin. Il préférera toujours se sacrifier à la place des autres. C'est une bonne poire mais il est quelqu'un de bien. Je vais devoir y aller, si tu restes discrète, tu comprendras tout. Allez... Au revoir Tahiri, merci d'avoir pu te revoir une dernière fois. Ta compagnie rend la chose moins déprimante. Continue à être toi-même, tu es très bien comme tu es malgré tout ce qu'en disent les rageux.

Vince embrassa avec tendresse Tahiri en l'enlaçant avant de faire quelques pas vers le temple.

- J'espère que j'ai été bon sur le câlin et le baiser et que la prof' est fière de son élève. Merci pour tout ce que tu m'as appris et me donne pas un F, c'est mon premier baiser d'adieu.

Tahiri attrapa Vince par le bras pour le stopper dans son avancée. Son visage était caché par ses cheveux, sa tête basse. C'était à peine perceptible, mais son bras tremblait.

- Qu'est-ce que tu racontes... ? T'as pas fini de dire des conneries ? Pourquoi tu fais comme si on allait plus se revoir ?

Mais contrairement à ce qu'elle disait, c'était elle qui faisait semblant de ne pas savoir. Elle avait compris, elle avait commencé à saisir les enjeux de ce qui allait se passer prochainement. Pourtant elle le refusait catégoriquement. Elle voulait se battre, empêcher que Vince n'aille rencontrer son funeste destin. Elle l'avait vu dans ses yeux, elle avait compris qu'il n'en reviendrait pas.

- On s'était promis d'envoyer chier le destin, toi et moi... Pourquoi... changer d'avis maintenant ?



Son visage était caché dans l'ombre de ses cheveux, mais l'on pouvait sentir que la voix de Tahiri tremblait d'émotion. Elle avait du mal à se contenir.

Vince lui sourit en levant son menton. Il réalisa par la suite qu'elle était bien plus grande que lui et préfèra juste mettre ses cheveux derrière ses oreilles.

- Ça ira, avec tous ce que je t'ai dis, tu vas t'en sortir. Je voulais vraiment envoyer chier le destin mais... J'ai compris mon rôle et je me suis pris d'affection pour lui. C'est mon jumeau. Je dois veiller sur lui. Si je ne le fais pas il va se perdre et... J'aurai été comme avant, un égoïste arriviste.

Tahiri resta silencieuse un instant et posa une main chaleureuse sur l'épaule de Vince avant de le prendre dans ses bras pour le serrer fort contre elle. Elle aurait tout donné pour qu'il reste avec elle encore un peu, elle aurait tout fait pour pouvoir encore passer des journées entières à discuter de tout et de n'importe quoi, à boire comme des trous, à faire des conneries. Mais le temps était venu...

- Prends bien soin de cet idiot alors... Promets-le moi...

L'elfe repoussa délicatement son ami, et toujours en prenant soin de cacher son visage avec ses cheveux, elle ajouta :

- Allez... vas-y maintenant avant que je ne change d'avis et que je t'emmène loin d'ici avec moi... Je...

Elle leva son visage, ruisselant de larmes et afficha un sourire triste. C'était avec dépit qu'elle acceptait finalement la situation. Vince avait accepté son sort, elle n'aurait rien pu faire contre ça. Elle aurait eu beau se battre, elle aurait perdu. Comme il le disait, c'était inévitable au final.

- Vas-y, gros malin ! Va le rejoindre ! Je vais... Je vais partir ! Je suis désolée, je ne pourrais pas supporter de voir ça, alors... Vas-y sans moi !

Malgré la tristesse, et malgré le désarroi, un sentiment emplissait entièrement Tahiri : un sentiment de fierté. Elle était fière de voir la détermination que montrait Vince devant leurs derniers instants ensemble. A sa place, elle aurait fondu en larmes, elle aurait pris la fuite, lui non. Tahiri était à la fois en admiration devant lui, mais aussi totalement détruite de devoir lui dire adieu.

- Je te promets de lui rendre visite ! Mais ne me demande pas d'assister à ça... On... On se reverra, d'une façon ou d'une autre. Je te le promets. On se reverra, ajouta-t-elle.

Tahiri embrassa une dernière fois Vince sur ses lèvres, imprimant avec soin cette sensation dans sa mémoire, car c'était leur dernier pour eux. L'elfe fit un dernier geste de la main pour saluer Vince qui lui sourit avant de partir dans le temple. Elle tourna le dos à tout ça et inspira profondément avant de faire les premiers pas pour s'en aller...

***

Alors que mes tâches s’amenuisaient, je finis par craquer et aller voir l'ancienne nourrice pour avoir des nouvelles, mais elle n'avait pas vu le xen de toute la journée.

Je finis par céder à mon angoisse et ordonna que l'on se mette à chercher Wraith dans tout le manoir. Il nous fallut un moment avant de ratisser toutes les pièces de toute la demeure, mais il restait introuvable. Il me fallut envisager qu'il se trouvait à l'extérieur, et je l'espérai : à l'intérieur des murs. J'ordonnais une nouvelle fois que l'on lance des recherches. Après un moment à tourner en rond, je vis au loin, près du temple de Gadvaoi, la silhouette de Vince. Ainsi donc, il était revenu. Il entra dans le temple, il ne m'avait pas vu visiblement. Je me dirigeai donc vers lui avant de m’apercevoir qu'il y avait une autre personne à l'entrée du temple, une femme elfe, aux cheveux verts. Il ne me fallu pas longtemps pour deviner qu'il s'agissait de Tahiri Rösenwand, une connaissance de Wraith, Vince et Grégoire.

Je me dirigeai instinctivement vers elle avant de remarquer les larmes sur ses joues. La panique me gagna, j'imaginai déjà le pire. Wraith était peut-être en danger à l'intérieur ? Ou pire encore... Il fallait que j'en ai le cœur net.

- Hé ! Qu'est-ce qu'il se passe, ici ? Demandai-je à l'elfe.
- C'est vous, Anna Cornwall ?
- Tahiri Rösenwand, je suppose ?

Tout comme moi, l'elfe répondit par l'affirmatif d'un simple signe de la tête. Je fis mine de vouloir entrer mais elle tendit son bras pour m'arrêter.

- Attendez un moment, s'il vous plaît...
- Quoi ? Mais... Pourquoi ? Que se passe-t-il ici ?
- Wraith a besoin d'un peu de temps avant de se montrer à nouveau... il a besoin de temps avec son frère... Vous pouvez attendre ?
- Oui, mais... Il va bien alors ? Que se passe-t-il, là dedans ?

La dénommée Tahiri resta silencieuse, ce qui m’agaça au plus haut point. Si elle ne voulait pas répondre, qu'elle dégage de mon chemin.

- Vous êtes sourde ou quoi ? m'impatientai-je.
- Wraith a juste besoin de temps... Il doit juste... se fortifier.
- Se fortifier ? m'étonnai-je à moitié scandalisée. Comment ça ?
- Je crois qu'il est au plus bas, mais ne vous en faites pas... Vince va l'aider... Il ira mieux...
- Tout ce que vous dites est inquiétant... Laissez-moi passer, Tahiri, s'il vous plaît.
- Non... Non je crois que vous n'êtes pas tout à fait prête !
- Tout à fait prête ? Mais pourquoi au juste ?

L'elfe soupira et posa ses mains sur mes épaules. A moitié rebutée par ce contact non désiré, je la regardai avec un air apathique. Je pouvais la sentir trembler d'émoi.

- Ne soyez pas surprise... ça sera toujours lui... Il aura juste un peu changé, mais ça sera lui. Ce sera toujours Wraith.
- Quoi ? Mais de quoi vous me parlez ?
- Je lui laisse le soin de vous expliquer quand il sera prêt à le faire...
- Ce que vous dites n'a aucun sens !
- Ça en aura, croyez-moi ! Ça en aura, et vous comprendrez très vite, à mon avis...

Il y eut comme un éclair de lumière provenant du temple. Tahiri ferma les yeux avant de s'écarter pour me laisser passer.

- Dites-leur juste que je penserai toujours à eux...
- Vous partez ? lui demandai-je.

Elle me fit simplement un signe de la main en signe d'acquiescement avant de s'éloigner. Je rentrai en trombe dans le temple.

***



Tahiri ne fit pas demi-tour. Elle n'attendit même pas de voir tout ce petit monde sortir de là. Elle passa juste chez l'ébéniste pour récupérer sa prothèse de main.

A peine sortie de la boutique, elle sentit une goutte, puis deux, puis une centaine avant que cela ne devienne un vrai déluge. L'elfe se mit à sourire tristement face à la pluie qui tombait.

- C'est marrant... Il pleuvait le jour où on s'est rencontré...

Elle continua à avancer vers la sortie de la ville, recroquevillée sous sa cape.

- Tu vas me manquer, petit imbécile...

Elle leva le visage en l'air, la pluie était froide et battait son visage, mais elle restait là, à fixer les cieux.

- J'ai oublié de lui dire à quel point il était génial...

Elle baissa la tête et ne fit pas un pas. Elle hésitait à continuer son chemin.

- J'aurai sûrement tout le loisir de lui dire quand on se retrouvera chez mon père...

Elle fit quelques pas, passa la sortie puis la garde qui lui souhaita bon voyage et émit l'espoir de la revoir prochainement au Domaine. Elle s'éloigna des remparts et finit par s'arrêter sur le chemin boueux qu'elle arpentait.  

- Devrai-je céder au destin, moi aussi ? Devrai-je l'embrasser ?

Elle serra le poing tout en sanglotant. Elle ravala ses larmes et releva le visage avec détermination.

- Il sera temps d'y penser le moment voulu...

Elle reprit sa marche en silence. Elle se sentait bien seule actuellement, mais elle ne pouvait pas se permettre de renoncer maintenant. Elle allait continuer à se battre.

***



J'entrai dans le temple, accompagnée de la nourrice et de Sylvester qui m'avaient rejoint au dernier moment. Nous avançâmes prudemment à l'intérieur. Je ne vis tout d'abord que la silhouette de Vince et cherchai Wraith avant de m'apercevoir que ses frusques étaient étendues sur le sol. Je restais silencieuse. La peur commença à m'envahir : mais où était passé Wraith ? Et pourquoi Vince était là, les genoux à terre, se tenant contre la statue de Gadvaoi, face à nous et à fixer ses pieds ?

- Vi... Vince ?

J'avançais un peu plus et remarquai alors quelque chose d'étrange : ce n'étaient pas les ailes de Vince, ce n'était pas tout à fait non plus ses cheveux. Mon sang se glaça en un quart de seconde. Je repensais à ce que m'avait dit Tahiri juste avant d'entrer. Je fis deux pas de plus, en tendant ma main, l'autre plaquée sur ma poitrine. La couleur des ailes me rappelait vaguement quelque chose et il me fallut un moment avant de m'en souvenir. Je revoyais les ailes du jeune Wraith, baignant dans cet étrange liquide, dans ce tube...

- Non... ce n'est pas Vince... C'est... C'est impossible...

Je fis encore quelques pas et finis par avoir le courage de m'agenouiller face à la personne qui se trouvait devant nous. Délicatement, je posais mes mains sur ses tempes et releva son visage. Ses deux yeux étaient de couleur de l'univers... Je restais sans voix, choquée par cette vision. Choquée mais aussi admirative, car même embués de larmes, ils étaient magnifiques, j'avais l'impression de pouvoir voyager à travers d'autres mondes rien qu'en les admirant. A sa façon de me fixer, je compris instantanément qu'il s'agissait bien de la personne à laquelle je pensais.

Je passai mon pouce sur l'une de ses joues pour essuyer ses larmes. Je ne comprenais pas ce qui s'était passé, je ne comprenais pas pourquoi l'un des deux jumeaux avait disparu, ni pourquoi il y avait les vêtements de Wraith à terre, mais j'en était persuadée à présent, celui qui se tenait devant moi était...

- Wraith... murmurai-je avec émotion.

Je collai mon front contre le sien et l'entourai de mes bras. Il y avait quelque chose de différent en lui, mais c'était bien Wraith, je pouvais le reconnaître sans problème. Je pouvais sentir son cœur tambouriner dans sa poitrine.

- Ça va aller... Je suis là maintenant...

Les larmes commençaient à couler sur mes joues. Je ne comprenais pas tout, mais l'émotion était bien là, forte, et puissante.

- Nous sommes tous là pour toi, Wraith... Tu ne seras jamais tout seul.

Je le pris délicatement contre moi. J'aurai voulu lui dire à quel point il comptait pour moi, à quel point je n'aimai pas le voir triste. J'aurai voulu lui avouer à quel point cela m'avait réchauffé le cœur de le revoir, en vie, à quel point mes sentiments étaient devenus forts pour lui. Mais je n'arrivai pas à articuler un mot.

Alors tout doucement, je m'écartais légèrement pour lui faire à nouveau face avant d'approcher mon visage du sien.

Sans réfléchir, je l'embrassais tendrement, mes lèvres contre les siennes.
Niveau 5
Anna Cornwall
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 190

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Force, Régénération
Groupes: Domaine
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Artefacts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 12 Fév 2019 - 19:36
Vince, Wraith... suis-je vraiment encore l'un des deux ? Elle me reconnu après quelques moments d'hésitations. Je la senti contre moi, me prenant délicatement comme quand on cueille un coquelicot sans que celui-ci ne fasse tomber ses pétales. Et puis soudain, sans m'y attendre, je senti les douces lèvres d'Anna se poser avec délicatesse sur les miennes. Un simple geste, une tendre attention... Ce que l'on pourrait qualifier de banal est en fait pour moi ou plutôt pour nous, un grand moment de partage. Un don, celui de me redonner un second souffle et j'en avait grandement besoin. Tout a coup je me sens reprendre vie, comme si ce geste unique impliquant une multitude de choses traversant à toute vitesse mon esprit en une fraction de seconde venait à me faire oublier l'espace de cet instant ce que je suis entrain de vivre. Je lève ma tête vers elle alors que nos lèvres se séparent. Je la regarde dans les yeux, très vite, je fais attention à ses moindres expressions et micro-expressions. Je passe rapidement mes yeux sur elle pour avoir une vue d'ensemble. Anna... A cet instant, elle brillait pour moi comme l'étoile du matin. Je le sais à présent. J'en suis sûr. Cela va être une toute nouvelle aventure pour moi. Pour nous. Une nouvelle vie. Où que l'on soit, j'espère qu'on se retrouvera toujours comme on le fait maintenant. Peut importe comment les autres la perçoit, peut importe comment elle se voit, pour moi le lien qui nous unis est beau et de cette lumière qui abonde j'espère qu'il va en sortir de plus belles choses encore.

Je commence à me mouvoir, seulement les bras, les passant autour d'elle pour l'enlacer avec délicatesse. Une fois nos visages de nouveaux assez proches, je lui rend son baiser en la serrant contre moi. Anna, j'aimerai tellement te dire clairement ce que je ressens pour toi mais mes larmes de tristesses mêlés d'une intense émotion de joie me rend muet. J'ai le cœur qui bat tellement à la chamade qu'il m'étouffe mais ceci n'est rien par rapport à ce que je ressens à l'égare de cet étreinte si forte en émotion. Je senti mes mains puis bientôt mes bras trembler fasse à autant de chamboulement d'un coup. Vince, Wraith... Je veux être celui qu'elle peut aimer. Je veux pouvoir être celui qu'elle aime. Je dresserai un stèle au nom de Vince même si aucun corps n'y est enterré. J'aimerai garder en mémoire mon frère qui m'a tout donner pour que je puisse vivre heureux. Je ne dois pas le décevoir.

J'entends plus loin Sylvester baragouiner quelque chose dont seul lui-même connait la signification. Anna se décale légèrement, surprise par l'interruption de ce silence par le bébé. Celui-ci se met à crier :

- Apaaa !!!

Il agite ses petits membres vers moi, me fixant pour me demander. La nourrisse hésite un instant mais fini par me le confier. Je le prends dans mes bras et le petit frétille de tout son petit corps et fait claqueter ses mandibules. Il va vraiment falloir que je fasse une désensibilisation aux araignées... . Je le serre délicatement dans mes bras en le regardant. Il arrête mes larmes et mes tremblement par sa seule présence dans mes bras. Il me sourit innocemment, me regardant comme a son habitude. Ce petit est beaucoup trop adorable, ça va pas être de la tarte pour l'éduquer. Il s'agrippe à moi, comme pour ne plus me laisser partir. Je délivre un bras pour prendre délicatement Anna.

- Merci tous les deux... Je vous aime tellement...

Je regarde le petit qui s'accroche de toutes ses forces à mon... Au haut que portait Vince.

- Sylvester même si tu ne me comprends pas sache que je veillerais toujours sur toi, tu es mon fils et malgré tout ce qu'il s'est passé tu es l'une des choses les plus merveilleuses au monde qui puisse exister.

Je regarde ensuite Anna, prenant une grande aspiration.

- Anna, je... Je t'aime. Je voulais te le dire mais les mots ne sortaient pas. Je n'avais pas le courage de te dire à quel point je tiens à toi et que même si on ne se connait pas jusqu'au bout des doigts, ça m'est égale. Je sais qu'au fond de toi même si tu ne le vois peut-être pas tu es... Si magnifique... . Tu comptes énormément et... j'ai si peur de te perdre... T'avouer tous cela m'angoisse et me libère en même temps. J'ai déjà l'impression que si je vais trop vite je peux te perdre... . Pardon de te causer tant de soucis, je vois bien que tu es très inquiète. Tu es merveilleuse Anna, je suis désolé pour tout.

Le silence règne de nouveau. J'en tremble de mon discours. J'ai le cœur serré, la respiration bloquée, l'estomac noué, tout mon corps est éprit d'une grande paralysie. L'attente se comptant en secondes ne me suffit pas à reprendre mes esprits. Je suis en apnée devant la personne que j'aime et dont j'ai dévoilé ce que je ressens. Le temps semble se figer, je sens alors des palpitations dû à un trop plein d'émotions diverses. Ce qui est dit est encré dans le présent et il y a aucun moyen de l'effacer. Je ne veux pas que cela disparaisse. Quoi qu'il va se passer ensuite je ne regrette pas mon choix. Je suis libéré d'un poids, tout est sorti d'un coup et respire alors qu'à contrario ma respiration est bloquée. Je respirerai de nouveau à sa réponse en implorant intérieurement qu'elle en fera une.
Niveau 5
Wraith Dorcas
Je suis dispo pour : Un pour le moment
Expérience : 162

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): AÄN
Groupes: Domaine
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Une nouvelle vie 190301083726900009
Revenir en haut Aller en bas
Mar 12 Fév 2019 - 21:39
Je restais un instant immobile et silencieuse. Lentement, j'approchai une main dans le creux de mes seins. Une sensation étrange m’étreignait la poitrine. Est-ce que j'avais bien entendu ce que m'avait dit Wraith ? Était-ce réellement lui qui venait de dire cela ? Venait-il de dire qu'il m'aimait ? J'avais du mal entendre, ou peut-être était-ce une voix dans ma tête... Non... je ne les entendais plus... A ce moment précis, elles avaient cessé, et au vu du regard que Wraith me lançait, ce n'était pas une hallucination. Était-ce bien réel ? J'avais l'impression de rêver, tout cela était trop beau, je ne méritai tellement pas son amour...

Mais pourquoi pas, après tout ? Pourquoi n'aurai-je pas le droit de vivre ce rêve éveillé ? Pourquoi n'aurai-je pas le droit à son amour ? A ses yeux, j'étais apparemment magnifique... alors pourquoi ne pas y croire ? Il n'y avait pas à hésiter ainsi, pourtant mon âme était tourmentée par mes expériences passées, par mes sombres et turbulentes actions.   Et si je les laissais de côté ? Si je faisais comme si jamais elles n'avaient été là ? Et si je m'autorisai à être aussi fabuleuse qu'il me voyait maintenant ? J'avais envie d'être cette femme là, pour lui, pour moi...

- C'est... commençai-je avant de m'arrêter, la boule à la gorge. C'est moi qui suis désolée, Wraith. J'aurai du... J'aurai du me rendre compte plus tôt de mes propres sentiments... J'aurai pu... J'aurai pu t'éviter toute cette peine... J'aurai pu te soutenir mais...

Je serrai mon poing contre ma poitrine, baissant la tête.

- Je n'y arrivai pas. J'avais trop peur... Peur de te décevoir... peur de ne pas être assez bien pour toi... Je doute constamment de moi... Mais maintenant...  

Je relevais mon visage vers le sien, avec un sourire jovial. Je sentais les larmes couler sur mes joues dans un flot ininterrompu.  

- Maintenant, je veux tout faire pour être cette merveilleuse personne que tu vois en moi. Pas seulement pour toi, mais pour moi aussi. Je veux y croire à présent. Je veux croire que c'est possible.

Je pris délicatement sa main dans la mienne.

- Alors je veux que tu le saches... Je... Moi aussi... je... Moi aussi, Wraith... Moi aussi je t'aime...

Nulle... Je me sentais totalement nulle. J'avais l'impression d'être une midinette transie d'amour. Mais surprenamment, cette sensation n'était pas désagréable du tout. Au contraire, c'était plutôt réconfortant de pouvoir être encore capable d'éprouver quelque chose d'aussi fort. Je me mis tout de même à rougir. C'est en fuyant quelque peu le regard de Wraith que je m’aperçus de la présence de Rebecca qui nous regardait avec de grands yeux ébahis.

- R... Rebecca ? Mais... Mais qu'est-ce que tu fais là ?
- Haaaaaaaan !!! Vous l'avez fait ! Vous l'avez vraiment fait !
- Hein ? De...
- Vous vous êtes embrassé sur la bouche et vous vous êtes dit des « je t'aime » ! s'exclama-t-elle avec trop d'enthousiasme à mon goût.  
- Que... Oui... mais... attends... je... chut... parle moins fort...
- Vous êtes vraiment amoureuuuux !

Je sentais à nouveau la gêne me gagner. C'était un peu trop d'un coup et maintenant Rebecca qui nous faisait partager sa joie avec beaucoup trop d'entrain... Je ne savais plus où me mettre. Je regardai Wraith avec embarras et compris rapidement que je n'étais pas la seule à être dans ce cas. Même le petit Sylvester s'y mettait en riant et gazouillant, faisant parfois claquer ses petites mandibules, ce qui était assez déroutant.

- D... D'accord... c'est... c'est vrai... mais tu dois me promettre d'être discrète à ce sujet, s'il te plaît, Rebecca. Certains... Certains pourraient pensé que se serait malvenu, surtout vu la situation...  
- Justement... C'est beaucoup trop triste... On a enfin une bonne nouvelle, et il faudrait la cacher ?  
- Essaye... Essaye juste de ne pas te montrer trop enthousiaste, d'accord ?

Rebecca fit oui de la tête avant de filer comme une flèche. Je jetai alors un regard à Wraith, avec un petit sourire gêné et me mis à rougir à nouveau.

- Désolée pour ça aussi... Hum... On devrait... On devrait peut-être rentrer maintenant, et rassurer les autres. Tout le monde te cherche... Est-ce que... Est-ce que tu es prêt ? On n'est pas obligés d'y aller maintenant...
Niveau 5
Anna Cornwall
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 190

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Force, Régénération
Groupes: Domaine
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Artefacts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 15 Fév 2019 - 16:40
J'écarquille grand les yeux à ce que je viens d'entendre, ébaubi au point de relâcher toute la tension que j'ai crée. Prit de stupeur, je n'ai même pas vu arriver la petite Rebecca avec son sourire aux lèvres. Je les écoute à peine parle entre-elles, toujours focaliser sur ses précédentes paroles. Elle m'a dit "je t'aime". Repasser ce laps de temps dans tête m'aide à y croire et je fini par en sourire. Elle m'aime. Je n'ai pas trop réfléchis à tous ce que ça implique mais... Pour le moment, on va rester sur ça. Peut importe le reste même si ça semble important, je suis juste heureux qu'elle m'aime. Je crois que je les sent, les papillons dans le ventre. Cette expression très étrange, je pense comprendre un peu. J'ai le cœur tellement plus léger à présent. Alors que tout les ennuis sont là et qu'il va en avoir d'autres, je me sens mieux jusqu'à sa remarque.

- Désolée pour ça aussi... Hum... On devrait... On devrait peut-être rentrer maintenant, et rassurer les autres. Tout le monde te cherche... Est-ce que... Est-ce que tu es prêt ? On n'est pas obligés d'y aller maintenant... .

Sortir... Là comme ça ? A la vue de tous ? Mes frayeurs reviennent et se sont comme intensifiées. Mon fils me reconnais, Anna aussi, Rebecca également ainsi que la nourrisse. Mais je vais sortir... Dans cet état ? Avec... Je ravale ma salive en me regardant dans les yeux d'Anna. Je ne suis pas prêt à sortir ainsi pour le moment. Je ne tiens pas à ce qu'on me voit.

- O-on peut sortir mais... Pas comme ça. On peut m'apporter une cape, de quoi me couvrir ?

La nourrisse dit s'en occuper et part de suite à la recherche de quelque chose qui cacherait ce que je suis. Je regarde Sylvester agitant ses petites ailes dans les mêmes tons que... les miennes. Je regarde ensuite Anna mais Sylvester semble attendre quelque chose de moi. Qu'est-ce qu'il peut bien vouloir ? A manger ? Non, il ne dit rien, il me regarde juste avec un air quémandeur.

- Tu dois avoir une tonne de questions... Je ne sais pas par quoi commencer. Tu sais déjà des choses avec ce que je t'ai raconté sur moi mais ce n'est pas tout. Ce n'est pas que je veux rester secret mais que... Je ne sais pas comment le dire sans que tu me prenne pour un fou. Vince est... Décédé. Plus précisément il a fusionné avec moi pour que vous devenions un être supérieur, un "sorcier des dimensions". Maintenant que j'y pense... A part physique je ne ressens pas de changement... Je ne pense pas être un être extraordinaire. Je ne vois personne pour m'aider à trouver les réposnes, je pense que e vais devoir avancer seul maintenant. C'est Vince qui connaissait tout. Je ne sais pas quoi faire... Vince était effectivement très instable émotionnellement, il avait du mal à s'intégrer mais il était le seul à tout connaître sur notre père et même s'il se montre insensible au fond de lui il était triste et gentil.

J'entend quelqu'un arrivé. La nourrisse est déjà revenu ? Non, quelqu'un d'autre ! J'iamerai me cacher mais la peur me paralyse ! Qui est-ce ? Dewey ?! Qu'est-ce qu(il fiche ici ?!

- J'ai mal au crâne à force de t'entendre... Dit-il en portant ses accoutrements sombres habituel et son masque. Tu l'a finalement fait. Fit-il en me dévisageant du regard. Alors... C'est Vince ou Wraith ?

Son regard me fait frissonner, c'est exactement le genre de regard que je voulais éviter en me couvrant. Il doit se dire : "Encore un membre de notre famille tué par ta faute." Alors que je suis déjà dos à la statut de Gadvoi, mon corps semble vouloir s'échapper de la situation. Je ne peux pas m'empêcher de vouloir fuir. Il arrive à moi avec son air accusateur. Anna est au aguets prête à gronder Dewey.

- Y'a que toi Wraith pour tirer une tronche pareille, Vince n'est pas quelqu'un de peureux. Je t'entend geindre depuis tout à l'heure, c'est comme ça que je t'ai retrouvé.

Il se met à ma hauteur, me prend le petit du bras qui commence à gémir de mécontentement puis se met près de moi, se calant contre moi à ma grande surprise. Il me regarde et me dit :" Je suis désolé pour Vince, je compatis à ta douleur d'être celui qui survit à tous ces drames. Ah... Et Rebecca me l'a dit. Bon, je veux bien que tu sortes avec Anna. Elle est forte. Mais tu fais ce qu'il faut avec elle hein ?!" Euh... J'ai raté un épisode ? Dewey... M'aime bien ? Mais... Euh... Raaaaah je ne sais jamais ce qu'il a dans la tête ce petit ! Qu'est-ce que tous ça ?! Oh tant pis hein ! Je lui retire son masque, il me laisse faire pour une fois et je le regarde un moment. J'ai l'impression de me voir. Son expression... Cette détresse dans les yeux... Je le prend dans mes bras, le serrant contre moi. Il reste un moment complètement figé avant de me pousser légèrement.

- Tu ne m'as pas répondu.

- Hein ? Répondu à qu-... Ah ! ... Ahah... Euh... Pardon... Ne soit pas trop dur avec moi... Avec nous. On est pas habitué... .

- Et le mariage ? Ça va être compliqué avec l'état des choses actuelles. T'y a pensé ?

- D-Dewey... Herm... Ecoute, toutes les choses dont tu te questionnent... Tout te paraîtra plus clair quand tu auras une copine ! Ou un copain ! Tu fais ce que tu veux tant que tu es heureux.

- Quoi ?! J'ai pas de copine ! Et ça ne m'intéresse pas ! Dit-il à voix forte en s'offusquant, je crois d''ailleurs deviné de la gêne.

La nourrisse revient avec ce qu'il faut. Dewey s'est déjà éloigné de moi, gardant le petit pas content du tout. J'enfile tous ça en mettant cette longue capuche avant de prendre mes fringues et les mettre dans un sac qu'elle m'a gentiment rapporté. Je reprends ensuite Sylv' qui se calme et sourit de nouveau. Je sens qu'il ne va pas me lâcher mon pauvre petit bébé. Je vais faire des efforts en tant que père, promis. Nous sortons alors doucement du temple. Je suis machinalement Anna et les autres jusqu'au domaine. Jürgen me fixe, me reconnaissant directe avec son regard dur. Il va vers moi puis me prend dans ses bras à ma grande surprise.

- Mes condoléances pour Vince, je suis là au cas où tu voudrais me parler. Enfin, vu toute cette pagaille il a fallu m'éclipser pour te voir mais je ferais en sorte d'être là pour toi. Mes félicitations pour votre avancé tous les deux dans cette nouvelle relation. Il était temps vu que cela fait un moment que vous vous tournez autour. Bien, je dois y aller, le devoir m'appelle. Avec tout un pays à gérer, je ne trouve même pas le temps de chercher correctement Grégoire. Comment faisait-il pour être un peu tranquille ? Bref, prend ton temps et ne t'inquiète pas du reste, je gère.

Il repart aussi sec, droit avec sa démarche militaire. Ils ne m'en veuillent pas... ? Tous... Ils m'ont reconnu et ont accepté sans me blâmer ? Je n'arrive pas y croire... . Tous cela semble si irréel. Je regarde Anna, comme cherchant une approbation de la réalité.
Niveau 5
Wraith Dorcas
Je suis dispo pour : Un pour le moment
Expérience : 162

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): AÄN
Groupes: Domaine
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Une nouvelle vie 190301083726900009
Revenir en haut Aller en bas
Dim 17 Fév 2019 - 13:50
Rebecca, Dewey, puis maintenant Jürgen... Nous avions tout les deux eu le droit à leurs remarques nous concernant. Je trouvais à la fois touchant que personne ne juge Wraith pour ce qui s'était passé, et en même temps très gênant que tout le monde soit au courant avant même que nous n'ayons pu dire quoique se soit. Intérieurement, je fulminais de rage contre ma pupille qui n'avait apparemment pas su garder son silence. Sinon comment les autres auraient-ils pu le savoir ?

Le pire, cependant, c'est l'embarras dans lequel cette situation m'avait mise. A moins que ce ne soit le manque total de surprise de la part de nos proches concernant ce fait... Avait-ce été si prévisible que ça ? Après tout, j'aurai très bien pu dire non à Wraith... pour le protéger de mes propres démons, pour ne pas qu'il ait à subir les conséquences de ma propre faiblesse... Je jurai au fond de moi que Rebecca allait apprendre à tenir sa langue, d'une manière ou d'une autre.

Tandis que j'étais affublée par la gêne dans laquelle ces événements m'avaient jetée, je vis Wraith se tourner vers moi.  Il semblait un peu perdu, comme si tout ceci n'était qu'un mauvais rêve. Je ne connaissais que trop bien cette expression. J'étais moi-même souvent en train de me demander si tout ce qui se passait autour de moi était vrai ou non, surtout depuis que j'avais des voix qui me harcelaient dans ma tête. Mais cela devait être encore plus dur pour lui, surtout qu'il avait plus ou moins perdu son frère dans l'affaire. A vrai dire, je ne savais pas trop ce que tout cela voulait dire... Vince avait-il vraiment disparu pour toujours ? Son esprit était-il au Royaume de Gar'Haz ? Lui qui n'avait connu presque rien d'autre qu'un monde qui n'était pas le nôtre, coulerait-il des jours heureux au royaume des morts d'un monde qui lui était presque étranger ? Cette idée me fit trembler d'effroi.

Délicatement, j'amenai Wraith à moi et le serrai dans mes bras. C'était à la foi pour le réconforter, mais aussi pour me rassurer. Je n'avais pas toutes les réponses à mes questions, mais je n'osai pas les poser, de peur que cela le mette dans l'embarras.

- Ça va aller, Wraith... Je ne sais pas à quel point c'est dur pour toi... Je n'imagine pas à quel point tu dois être perdu... Mais ça va aller. Je suis là pour toi, maintenant.

Je fermai les yeux et baissai la tête pour la mettre contre celle de Wraith. J'étais légèrement plus grande que lui en réalité. Mais pour rien au monde je n'aurai voulu d'une autre personne que Wraith dans mes bras, surtout à cet instant.

- Je t'aiderai à trouver des réponses s'il le faut, ne t'en fais pas. De toutes manières, moi aussi je me pose beaucoup de questions. Et... Bref, ça ne presse pas. Pour le moment, il faut qu'on prenne soin de nous, et soin de la famille Boisdefer. On a tous beaucoup trop souffert dernièrement... Et je te le répète encore, ce n'est pas de ta faute. Tout ça, ce n'est pas à cause de toi. Tu ne dois pas t'en vouloir pour les mauvaises actions d'autres personnes. Personne ici ne t'en veux, pas même Saphira, et pourtant, quelque part, elle aurait pu t'en tenir rigueur. Mais elle ne l'a pas fait... Personne ne le fera.

Mon cœur battait fort dans ma poitrine, d'avoir Wraith tout contre moi. Ce n'était pas désagréable du tout, je pourrai peut-être même m'y habituer, moi qui pourtant avait du mal à être en contact physique avec autrui. Je sentais mes joues s'enflammer, c'était un peu trop d'un coup pour moi.

- Et... moi je ne le ferai pas. Ça doit déjà être bien assez dur pour toi sans y ajouter le remord. Ce qui a été fait, ne peut plus être défait, alors c'est inutile de se demander si les choses auraient pu être autrement. On ne peut qu'aller de l'avant... Dans tous les cas, je serai là pour toi, et pas seulement parce que je l'ai promis à ton oncle, avouai-je finalement.

Je voulus tenter un geste délicat à son égard, une caresse sur la joue, avec ma main, et ce fut des plus maladroit même si je ne lui fis pas mal. Je finis par abandonner, me sentant aussi ridicule que malhabile et posa ma main sur son épaule.
Niveau 5
Anna Cornwall
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 190

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Force, Régénération
Groupes: Domaine
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Artefacts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Kaïl :: Ouest :: Domaine de la Ghyuerf-