Merci, Capitaine Black Jack !

 :: Le monde :: Mers et océans Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jeu 25 Oct - 21:27
Les cris des combat raisonnaient encore derrière le Black Jack lorsqu'il s'approcha de la porte de la cabine du capitaine du vaisseau marchand. Ce couard s'y était enfermé sans même participer au combat qui avait pris des allures de peloton d'exécution. Sans être des combattants aguerris, les hommes de Jack avait largement pris le dessus. En face, la résistance n'avait pas été à la hauteur. Ils avaient tout au plus été ralentis. Le Black Jack frappa à la porte, trois coups, chacun régulièrement espacés pour faire en sorte d'effrayer celui qui se cacher derrière.

- Petit cochon, petit cochon ! Laisses moi entrer !

Pas de réponse... Cela était fâcheux, et le Black Jack n'aimait pas qu'on lui résiste.

- Tu as le choix !!! Soit tu me laisses entrer... Soit je laisse mes arcaëlliens tuer touuuus les marins sous tes ordres... et je finirais par forcer cette porte ! Alors ? Qu'est-ce que tu en dis ? Hum ? On peut peut-être s'arranger, non ? Ouvre cette porte, et je ne vous tue pas tous. Je suis raisonnable, non ?  

Après un moment qui sembla horriblement long pour ceux qui avaient la lame sous la gorge ou la tête en joue, on entendit un cliquetis provenant de la porte. Tremblant de tout son être, le capitaine du navire marchand sorti de la cabine, un pistolet braqué sur le Black Jack qui se mit à rigoler.

- Wow ! Mais qu'avons-nous là ? Un dernier acte de bravoure ?
- Quittez ce navire... quittez ce navire et je ne descend pas votre capitaine ! Hurla-t-il à qui voulait bien l'entendre.
- Bon sang... Oh... Je t'avais pourtant prévenu. Pourquoi tu as fait ça ? Pow'dä ?

Le capitaine se retourna, et se retrouva face à une rouquine qui lui décocha un puissant coup de crosse de pistolet en pleine figure.

- Ooooh ! Mince !!! Elle t'as pas raté ! s'exclama Jack en riant.

Tout se troubla autour du marchand qui commençait à avoir la vue qui se brouille avant de s'évanouir.

***

L'ancien bâtiment nommé Pouzan Saphir, rebaptisé sous le nom de Fortune, fendait les vagues sous un ciel couvert et une mer plutôt agitée. Les marins à son bord étaient plus que satisfaits de ce qu'ils avaient obtenus récemment : un nouveau navire, de l'or, de la boisson, de quoi manger à volonté, et même un petit bonus pour aller visiter quelques catins et prostitués des ports où le Fortune pouvait s'arrêter.

Le Black Jack ne buvait point d'alcool, ce n'était point dans ses habitudes, il ne tolérait pas non plus que ses arcaëlliens le fassent sur son navire. Il fallut attendre d'être arrivé sur la terre ferme pour pouvoir profiter de la boisson. Cela faisait un moment que le Fortune naviguait à la recherche de quelque chose, une chose précieuse, que Jack avait promis à la sorcière. Pour l'instant point de trace du fameux trésor qu'elle recherchait tout particulièrement. Son impatience se faisait sentir, le lupan en était de plus en plus tendu. La menace qui planait au-dessus de lui commençait à le rendre particulièrement mauvais.

- Cette maudite sorcière... Même pas foutu de nous faire aller dans la bonne direction pour trouver son foutu amant de mes deux. Je commence à perdre patience...
- Cap' ! Navire en vue !!! cria Pow'dä, la seconde du capitaine.
- Quelle faction ?
- Des marchands on dirait ! Pas de faction particulière.

Jack resta un moment silencieux. Mary Fortune avait spécifiquement précisé qu'ils ne devaient pas perdre de temps avec des marchands, et que la priorité était de trouver Dazaën, son amant. Mais à ce stade là, le Black Jack n'en avait plus rien à foutre. Il lui fallait quelque chose à détruire, quelque chose à piller, juste pour la forme. Il poussa un grognement et ordonna :

- Cap sur ce navire ! On les dépouille !

***

Le capitaine du bateau marchand ouvrit finalement les yeux après plusieurs minutes d'inconscience. Il se trouvait au milieu de ses hommes, tous positionnés en rang devant Jack qui attendait patiemment avec un sourire amusé.

- Ah ! Notre princesse au bois dormant se réveille ! Enfin ! Quel plaisir ! Tu ne peux pas savoir comment tu nous as fait attendre, l'ami. Encore un truc que tu vas devoir payer.
- Sale pirate !!
- Oh... se plaignit Jack d'un air faussement offusqué. Ce n'est pas très gentil ! A ta place, je ne la ramènerai pas trop ! Parce que tu vois... On va prendre absolument tout ce dont on a envie, et tu n'es pas du tout en position de négocier quoique se soit. Même pas une dernière prière. Alors à ta place, honnêtement, je nous laisserai faire et je ne dirais plus un mot...

L'homme face à Jack baissa la tête, visiblement humilié. Le lupan hocha de la tête, avec un air de satisfaction.

- Bien ! Bien ! Ça c'est vraiment sympa de ta part ! Tu sais qui l'est aussi ? Hein ? Moi, parce que je vais être un homme de parole ! Je vais juste prendre la moitié de ce qui se trouve sur ton rafiot.
- Le Domaine vous le ferra payer ! On n'est pas affiliés à eux, mais quand ils apprendront ce que vous avez fait, près de leurs côtes...
- Tssss... tutututut... Tu recommences à être déplaisant... Tu sais que ça ne me plaît pas. Tu sais ce qui ne me plaît pas non plus ? C'est de devoir tuer l'un d'entre vous... Je suis vraiment désolé, j'ai pas le choix ! Je dois vous donner une leçon, c'est comme ça. C'est pas de bon cœur, mais vous ne me laissez pas le choix.
- N... Non ! Non vous n'êtes pas obligés ! S'il vous plaît !! Pitié ! Prenez tout ce que vous voulez, et partez ! Mais je vous en pries, plus de mort.  

Jack souris avant de faire une moue faussement désolée. Il s'accroupit au niveau du capitaine du navire marchand et le fixa droit dans les yeux.

- Non... Non non et non ! Ça ne marche pas comme ça ! Mais on va remédier à cela ! Je vais vous expliquer comment ça fonctionne entre nous !

Le Black Jack se releva et fit le tour des marins capturés avant de se reposter devant eux. Là, subitement, sans même prévenir, il donna un puissant coup de griffe qui arracha la moitié du visage d'un des matelots, faisant pousser des cris d'horreur et de protestation de la part des autres prisonniers.

- Oh bon saaaaang !!! Ce que ça fait du bieeeen ! Oh oh oh oh ! Oh ! Si j'avais su plus tôt que c'était aussi bon, j'aurai fait ça plus tôt ! Oooh !

Certains des détenus se préparèrent à se lever et à riposter mais les armes pointées sur eux les en dissuadèrent vite.

- Oooh ! On se calme !!! On se calme ! Je n'ai même pas fini !

L'arcaëllien que Jack venait de charcuter était encore en vie... à peine. Son visage ne ressemblait plus à grand chose après ce coup violent. Le capitaine donna un nouveau coup de patte qui finit par arracher le reste de la face du pauvre bougre qui s'effondra au sol.

- Noooon !! Pitié noooon ! Hurla l'autre capitaine.
- Et voilà... ça, c'est mon avertissement ! C'est ce que je réserve aux balances ! Maintenant, capitaine... Je crois que ce n'est pas fini. Non... En fait je n'ai pas trop aimé avoir un pistolet à poudre braqué sur ma tête... Alors quelqu'un d'autre va devoir en payer le prix.
- Non... Non arrêtez, je vous en pries ! Vous n'êtes pas obligés !
- Non... c'est vrai ! Mais il faut que tu comprennes ton erreur... et il n'y a qu'un moyen de le faire...

Le Black Jack se dirigea vers le second du capitaine et lui planta le bout de son sabre dans la gorge.

- Noooooooon !!!
- Oh oh oh !!! Bon sang, regardez-moi comment ça pisse le sang ! Ben mince alors !! Vous saviez que ça faisait ça, vous ?
- Glurgh... va... en... enfer... gargouilla le second.

Jack s'étonna et regarda le second avec amusement avant de se pencher vers lui.

- Pardon ? Qu'as-tu dit ? Je n'entends pas bien avec tous ces gargouillis que tu fais.
- Va... mourir...
- Pour les dernières paroles d'un mourant, je trouve ça... décevant !

D'un coup de poignet, Jack découpa la tête du type qui s'effondra sur le pont, se vidant de son sang.  

- Oh, mince... Oh oh oh ! Je n'aimerai vraiment pas être un boucher ! confia le Black Jack. Regarde moi cette porcherie ! Absolument immonde ! Y a du sang partout ! C'est dégoûtant !

Jack se mit à ricaner avant de se tourner vers le capitaine du navire marchand.

- Je suis vraiment désolé pour lui... Il avait l'air d'être un type bien, vraiment. Mais tu sais... dans la vie, on ne fait pas toujours ce qu'on veut. Maintenant que vous avez compris la leçon, VOUS allez me chercher la moitié de tout ce que vous avez sur ce foutu rafiot, et le mettre sur MON navire. Et comme je suis un type bien et un lupan de parole... Je vous laisse filer. Ne suis-je pas généreux ?

L'homme fixa le Black Jack d'un regard haineux.

- Non... Oh non... Ne me fais pas ce regard ! Je te rappelle que c'est ta faute si j'ai du tuer ton second. Alors arrête de me fixer comme ça. Je suis sûr que tu es plus intelligent que ça.

Le capitaine détourna le regard et baissa la tête, encore plus humilié qu'au départ.

- Bien... ça c'est vraiment bien ! déclara Jack avec satisfaction. Maintenant, je veux te l'entendre dire...

L'homme fixa le Black Jack avec incompréhension, ce qui décrocha un sourir au lupan.  

- « Merci, Capitaine Black Jack ! » Dis-le ! J'ai était sympa, je ne vous ai pas tous tué, je vous laisse la moitié de ce que vous avez, la moindre des choses, c'est de dire... « Merci, Capitaine Black Jack ! »

D'autant plus humilié par cette demande qui lui paru encore plus saugrenu que tout le reste, le capitaine du navire marchand se mit à fixer les planches sous ses pieds, tremblant de dégoût et d'horreur face à ce pirate qui lui demandait l'improbable. Quel genre de monstre était-il pour demander qu'on le remercie pour avoir pillé un bâtiment marchand ?

- Dis-le ! Mer-ci, ca-pi-taine Black... JACK !

D'une voix chevrotante, l'homme se décida finalement.

- M... Me... Merci...
- Merci qui ?
- Ca... Capitaine... Black Jack... Merci Capitaine... Black Jack... sanglota-t-il.
- Et ben voilà ! Tu vois ? Ce n'était pas si compliqué ! Allez au boulot !!! Faisons un peu d'emplette !!! Ahahah ! Ça va être chouette !

Comme promis, Jack fit saisir la moitié des possessions du navire, principalement la meilleure moitié du lot. Il épargna les survivants, et sembla satisfait des événements.

- Quelle belle journée ! déclara-t-il.
Niveau 3
Black Jack
Je suis dispo pour : 1 RP à la fois
Expérience : 107

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Discrétion, vitesse, odorat
Groupes: Neutre
Race: Lupan
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3
Revenir en haut Aller en bas
Dim 28 Oct - 16:48
J'avais réussi à échapper à l'autorité du Domaine, j'ai bien géré mon coup sur ce coup là, encore un peu et ils m'auraient mis la main dessus. Je vais devoir trouver un autre endroit ou me rendre, je n'ai pas de ressources sur cette petite barque, je doit trouver un endroit ou me ravitailler sinon je risque bien de mourir de soif ou de faim. C'est ainsi que j'ai décidé de prendre une direction un peu aléatoire pour trouver une terre ou je pourrais récupérer de quoi me sustenter.

Je restais silencieux alors que je faisait avancer ma barque à l'aide de ma rame, rame que j'avais évidemment volée à l'ancien propriétaire de la barque que j'utilise à l'heure actuelle. J'aurais aimé avoir un bateau plus grand, mais cela prendrait trop de temps à faire les préparatifs pour le départ, ce qui serait fâcheux si jamais je me retrouvais de nouveaux dans une situation de fuite. Je vais devoir continuer à me coltiner cette barque pendant un long moment.

Je continuais donc à voguer dans la même direction, espérant que j'arriverais rapidement à terre. Malheureusement ce n'est pas la terre que j'avais trouvé. Je suis tombé sur un navire, un navire marchant visiblement attaqué par des pirates. Je n'allais pas intervenir, je n'ai rien contre les pirates, et de toute évidence seul face à un équipage complet je n'ai pas la moindre chance. Je continue donc mon chemin, même si j'avais à passer pas très loin du navire des pirates.
Invité
Invité
Anonymous
Revenir en haut Aller en bas
Dim 16 Déc - 22:12
Bryt'frea avait le mal de mer. C'pas le genre de truc auquel la femelle était habituée. Préférant les quatre pattes sur la terre ferme, la lupane se demandait bien ce qu'elle foutait là, sur c'foutu raffiot. C'est son commanditaire, en fait. Sa dernière mission l'avait portée là, sur ce bateau marchand. Un homme désobligent, ingrat, égoiste et hautain, qui ne méritait même pas que sa tête reste accrochée sur ses épaules. "Au sens propre", ricana La Borgne à cette pensée. Sa mission sur les flots? Protéger la marchandise, bla bla bla. Humpf. Comme si elle avait réellement envie d'empêcher des pirates de faire leur boulot. Mais bon. Sans ça, pas d'or.

Son corps lui avait d'ailleurs joué un mauvais tour. Ses premiers pas sur le bateau ne lui avait rien fait ressentir de mauvais. Ce n'est qu'une fois e bateau sur les mers.. Que Bryt'frea s'était rappellée. Le dégoût dans sa poitrine, l'envie de recracher ses tripes... Et ce n'est qu'une fois tout demi-tour impossible que la lupane se mit à regretter. Quelle erreur...

La cale fut sa meilleure amie, et le commanditaire en était furieux, et cela ne fit qu'accentuer l'antipathie de la lupane contre cet humain condescendant. D'ailleurs, c'est pour ça que la colère éclata entre les deux interlocuteurs... Alors que soudain.

- Des pirates ! , criaient plusieurs hommes, affolés, sortant les rares armes qu'ils avaient.

L'homme injectiva à la lupane de faire son boulot... Mais ce dernier venait de rompre leur contrat dans un accès de colère. Bryt'frea lui adressa un sourire jaune, et ne bougea pas.

- D'fendez bâteau seul, éclata d'un rire la femelle. Se saisissant cependant de son marteau, elle comptait bien défendre sa propre peau en cas d'abordage.

- Si le bateau coule, il coulera avec vous ! , cracha l'homme, se jetant sur la porte de la salle où elle se trouvait pour l'y enfermer.

La lupane grogna. Ses hommes ne tiendraient de toute manière pas un abordage, et ce dernier se faisait sentir. Et ce qui devait arriver... Arriva. Jetant son marteau sur la porte pour se dégager, elle n'eut que le temps de sortir de sa "prison", que des hommes de tous horizons entraient dans la cale, et en voyant une lupane de deux mètres de haut se redresser de toute sa hauteur, griffes sortis, marteau en main... Ils reculèrent.

Au dessus d'eux, un grand raffut se faisait, et si elle et ses "pirates" tournaient en rond en se jaugeant, la lupane pouvait entendre les rires des pirates, la cohue, et des cris de souffrance et de pitié.

Bryt'frea éclata de rire, en regardant en grognant les pirates qui cherchaient à la menotter.

- Alors, ça vient s'battre?

Soudain, le raffut cessa, et alors que plein d'hommes semblaient envahir les couloirs de l'immense cale pour rejoindre des salles, empiler les caisses... Les trois pirates qui l'avaient "tenu en joue", se mirent à courir pour remonter sur le pont.... La lupane derrière eux, martant en main... Sourire carnassier.

- Capitaine Black Jack, Capitaine Black Jack! On a un..., se mirent à crier les trois hommes... Avant que l'un d'eux ne se prennent un coup d'épaule d'une masse de plus de cent kilos, ce dernier projeté aux pieds du dit capitaine.

- ... Problème...

Un filet de bave dégoulinant sur le sol, un sourire rieur mais violent, la lupane rugit de toutes ses forces, posant son marteau sur le sol, alors qu'elle se préparait à charger violemment le reste de l'équipage qui lui barrait la route vers la liberté.

Mais en face d'elle... Un autre Lupan.
Niveau 1
Bryt'frea La Borgne
Je suis dispo pour : 2/3 RP en même temps
Identité : Mon histoireCompétencesJournal
Expérience : 80

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Force / Rapidité
Groupes: Neutre
Race: Lupan
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 1
Revenir en haut Aller en bas
Mer 2 Jan - 11:14
- Capitaine ! s'écria l'un des forbans du Fortune en pointant quelque chose par dessus bord. Là ! Y a un type tout seul sur une chaloupe ?
- Sans rire ?

Le Black Jack s'approcha du bastingage pour observer et se rendit effectivement compte qu'il y avait un drôle d'énergumène qui était en train de ramer sur une chaloupe aux abords du navire marchand. Le lupan se mit à rire de sa grosse voix, les larmes aux yeux tellement il n'en pouvait plus. Ce spectacle était des plus grotesques.

- Hé !!! Attends ! Hé toi là !! Dans la chaloupe !! Viens ! Aller !

Le type dans la chaloupe fit mine de l'ignorer, ce qui commença à contrarier quelque peu le lupan qui sorti de sa ceinture un pistolet à mèche. Mais avant qu'il n'ait pu faire quoique se soit, il entendit du raffut derrière lui. On aurait dit qu'on se battait. Sentant le danger approcher, il se tourna et vit alors un de ses hommes sortir précipitamment de l'intérieur du bâtiment, poursuivi par une espèce de furie enragée et touffue. Le malheureux eut à peine le temps de héler son capitaine avant de se faire éclater l'épaule à coup de masse.

Jack resta un instant silencieux, sans rien dire. La scène avait été brutale, sanglante, et sans aucune forme de procès. Le sang avait tâché ses bottes... Son regard glacial s'était alors posé sur cette bête face à lui qui semblait avoir soif de d'en découdre. Il aurait été simple au lupan de tirer sur sa congénère avec le pistolet à mèche, tout aurait été réglé en une fraction de seconde... ou pas. Il savait qu'une lupan aussi agressive, en pleine forme et nourrie d'une telle rage pouvait aisément tenir debout après un tir et même y survivre si le coup manquait un point vital. Et puis de toutes manières le Black Jack n'avait pas l'intention de tuer qui que se soit. De toutes façons, il n'avait jamais apprécié l'autre type qui gisait à présent sur le pont du navire avec l'épaule démontée.

- Oh bordel ! Ça c'est ce qu'on appelle un sacré coup !

Les autres pirates qui étaient sur le pont levèrent leurs armes vers la lupan avant que le Capitaine commence à calmer le jeu.

- Doucement les gars ! Doucement ! Baissez vous armes ! Baissez les j'ai dit !
- Elle a tué un des nôtres, capitaine ! Faut la buter !
- Oh ! Franchement... Qui aimait Bill de toute façon ? Hein ? Personne... Bon... alors rangez vos putain d'armes j'ai dit ! On va discuter avec la jeune dame au pelage de feu ici présente ! Pas la peine d'en venir à des extrémités ! Roh... et j'ai encore juré ! Vous voyez ce que vous me faites faire les gars ?

Mais sentant que la lupan face à lui s'impatientait, le Black Jack tourna à nouveau toute son attention vers elle. Il avait l'air quelque peu embarrassé mais un sourire se dessina sur ses babines.

- Je manque à mes manières ! Capitaine Black Jack ! Et comme j'étais en train de l'expliquer au capitaine de ce navire, qui, je tiens à le dire au passage, est une sacrée couille molle, toute la moitié de ce qu'il y a ici est désormais à moi ! déclara-t-il avant de rire doucement. Mais comme je suis un lupan bon et généreux, je veux bien faire une exception pour toi ! T'as l'air sacrément costaude et j'ai pas trop envie de voir à nouveau ce que ton joujou est capable de faire. Par contre, si ça t'intéresse, on a une place qui vient de se libérer !

Le Black Jack désigna le corps à présent sans vie du pauvre type qui s'était fait défoncer à coup de masse.

- A toi de voir comment ça va se passer... On peut faire en sorte que ça se passe correctement, sans effusion de sang... ou alors ça va être un massacre. Je préfère la première option, personnellement.
Niveau 3
Black Jack
Je suis dispo pour : 1 RP à la fois
Expérience : 107

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Discrétion, vitesse, odorat
Groupes: Neutre
Race: Lupan
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Mers et océans-