Une droite et sa repart.

 :: Le monde :: Kaïl :: Ouest :: Domaine de la Ghyuerf Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 18 Nov - 18:28
Je faisais route à présent vers le sud, je devais rejoindre la ville portuaire d'Agar'tan. Je m'arrêtais pour quelques jours à la capitale dominian, en effervescence. En effet, un tournoi y était bientôt annoncé pour inauguré l'académie des arts du lieux. Je restais donc, il y avait des occasions uniques d'avoir des ressources financières à ce tournoi, mais en attendant, je devais gagner mon pain. 
C'est ainsi que je me suis retrouvé gérer les soucis d'un couple de nomade richement vêtu. Mais reprenons au début. 
J'étais en train de déguster une soupe dignement gagné par ma sueur de coupeur de bois pour l'auberge, quand le couple en question est entré, la femme sanglotait et l'homme, visiblement un lorcq de faible constitution, essayait de la consoler. Je ne m'en serais pas préoccupé si un groupe d'ouvrier ivre n'avait cherché à les ennuyé. Un soit disant problème pour les ouvriers que les deux personnes s'échinent à soigner les réfugiés venant d'ailleurs. 
Passablement agacé par autant de stupidité, je m'étais levé pour tapoter sur l'épaule du mzekil posant problème. Celui ci me toisait avec mépris. 
"Encore un étranger! regardé! Bientôt il n'y aura que des étrangers qui seront sur nos terres, le seigneur Boisdefer se bats et saigne et ses parasite profitent de notre nourriture et de nos soldats courageux!" S'écriait le mzekil à l'assemblé. 
"Si je te dérange tant que cela, frappe moi." Je répondais avec mépris au mzekil. 
Poussé par l'alcool il s'exécutait dans un cris, me touchant à la joue, une douleur bien faible me traversais la mâchoire. Je remis mon visage dans l'axe pour le fixer et d'une droite puissante, l'envoyais dans les roses. Il retombait sur la table. Les habitué commencèrent à ce lever passablement énervé. 
"Si vous pensez comme lui, c'est vous qui n'avez pas une once de raison de rester ici, au Domaine, protégé par des milliers de soldats venu de partout et d'ailleurs de la région. Nourris par des centaines de fermiers venus des quatre coins du continents pour fuirent la guerre. Vous n’avez rien à faire là, car d'après vos propres historiens, votre premier citoyen ne vient même pas de la région. Ce sont des homme set des femmes venue de partout qui ont fondé ces lieux... Et vous voulez parler d'étranger et de justification? Vous faire plus honte à cette nation nouvelle par vos parole set vos pensée, que l'Alpha lui même n'a fait honte à Kail." je proclamais à l'assemblé réunis de ma voix forte.
beaucoup baissèrent les yeux, plus encore se rassirent, certains même partirent sans un mot. Je demandais aux deux personnes de me suivre pour parler plus en détails des problèmes auquel ils faisaient face.
Ils m'indiquèrent travailler à fonder un centre pour permettre de donner un toit aux réfugiés, de la nourriture et les aiguiller vers un travail décent pour qu'ils s'intègrent, mais les gens du coins devenaient stupide à force d'être dans leurs conforts et leurs sécurité. La peur de l'autre les rendaient incroyablement intolérant et médisant. 
J'offris mon aide, sans demander en retour. Ils avaient un projet très honorable. Aussi durant les jours qui suivirent, je m'y ma force à leurs services. Les murs du foyer grandirent vite sous ma direction et ma force. Les gens grâce aux mots bien choisis de mes nouveaux amis, Asmodean et Berelain,  offrirent leurs aident. Bientôt, l'entraide repris et les brebis galeuse furent relayé dans les personnes indésirable et infréquentable. Assis sur les marches du foyer aux murs de briques neuves et aux toit de tuile, les deux amants me rejoignirent. 
"Tyr, tu va repartir après le tournoi c'est bien cela?" me demandait Asmodean.
"Oui mon ami, j'ignore où mes pas me conduiront. Ni quels combats m'attendent. je cherchais la vengeance en me lançant dans ce voyage, envers mon père. Mais plus le temps passe, plus je trouve de causes juste à soutenir." Je lui répondis.
"Tyr, nous aimerions t'accompagner, sans toi, ce lieu n'aurait pas vu le jour... Tu à grandement aidé, par ta force de caractère à ramener dans le bon chemin nombre de nos voisins. Maintenant, le foyer tourne tout seul. les gens s'entraident." Proposait Berelain.
"Mon voyage ne sera guère paisible vous le savez? Pourquoi voudrais je vous voir à bord du Dragon Noir?" je demandais, cherchant à les faire renoncer.
"Je suis un lorcq, la nature ne m'a pas gâté, mais je reste fort. Et je suis un excellent cartographe et alchimiste." Plaidait Asmodean.
"Et il me semble qu'il te manque un médecin de bord." Ajoutait sa femme Berelain.
"Vous êtes incroyable... Rejoignez Agar'Tan. Je vous y rejoindrais sous peu. Nous partirons alors en finir avec mon père, et ensuite, je serais à nouveau libre de suivre de causes plus noble." 

Ils hochèrent la tête et s'éclipsèrent. Peu à peu, mon équipage prenait forme. Mais dans quel pétrin je les emmenais là... En finir avec mon père, et ensuite. Moi même, après toutes ces nouvelles aventures, je commençais à douter du bien fondé de ma quête de vengeance. Mais je restais convaincu, que mon père devait payer pour ses crimes. Au moins pour les esclaves massacré.
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : Paré à rp
Expérience : 4

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Neutre
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3


L'équipage du capitaine Tyr Mimir et du "Dragon Noir":
 


Le Dragon Noir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Kaïl :: Ouest :: Domaine de la Ghyuerf-