Un imprévu gagnant PW Lilith Yakan

 :: Le monde :: Zaay :: Volcan de Kaliqua Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 20 Nov - 19:29
Alors que le soleil se levait lentement sur Arcaëlle, une silhouette humaine naviguait à toute vitesse entre les arbres. Celle-ci, poursuivie par des loups, zigzaguait entre les arbres, espérant réussir à fuir la meute.

Bon sang, mais qu'est-ce qui m'a prit moi, aussi, de m'aventurer aussi près d'une tanière de loup. Merde, ils me rattrapent.

Grognant, elle esquiva un coup de griffe, mais ne put éviter le second loup lui sautant dessus. Les attaques s'enchaînèrent, submergeant Sereia de tout côtés. Au final, elle ne dut sa survie qu'à un coup de feu d'un chasseur non loin de sa position. Blessée et grognant de douleur, elle souffla par les narines et se hâta de quitter l'endroit. Ce n'était pas le temps de se soigner, la meute pouvait revenir à n'importe quel moment.

Jetant un rapide regard autour d'elle, Sereia se rendit compte avec soulagement qu'une clairière se trouvait non loin de sa position. Elle pourrait alors s'y soigner et se reposer. Soufflant, elle accéléra le pas et, une fois celle-ci atteint, se posa, une grimace de douleur au visage. Elle ouvrit sa besace, un vague espoir au fond d'elle, pour se rendre compte avec dépit qu'elle avait oubliée tout son matériel de soin à la maison.

Merde, c'est bien ma veine. La seule journée où je suis blessée j'oublie tout. Bon sang, c'est pas vrai.

Grognant, elle se releva avec souffrance et bifurqua vers le sud. Elle savait que dans cette direction se trouvait un volcan. Si elle y arrivait à temps, elle pourrait récolter des cendres pour les apposer sur ses blessures. Ça ferait office de plâtre le temps qu'elle puisse trouver mieux. Soufflant contre son inconscience, elle ignora sa souffrance et continua à marcher, le sang coulant le long de son corps.

Puis, finalement, un soupir de soulagement lui échappa en voyant le volcan se dessiner au loin. Une dernière accélération et elle y était, enfin. Un grognement de douleur s'échappa de sa gorge malgré elle lorsqu'elle du s'abaisser afin de récolter une poignée de cendre. Sortant sa gourde de sa besace, elle en versa sur le tas dans sa main et malaxa, formant une espèce de patte qu'elle déposa sur ses blessures.

C'est pas ultra hygiénique, mais ce sera toujours mieux que de risquer une infection à tout moment. Bon, maintenant, un peu de repos me ferait le plus grand bien.

Soufflant, elle se posa sur un rocher pas loin du volcan, contemplant celui-ci, un silence agréable se posant doucement autour d'elle. Nimbée par les rayons du soleil, Sereia ferma les yeux, la chaleur apaisant son corps blessé.
Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : 0/2
Identité : Fiche
Fluides
Journal
Expérience : 38

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez et Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 1


Elle parle en #aaf0f6
Revenir en haut Aller en bas
Mer 21 Nov - 21:45
J’avais repris mon bonhomme de chemin après ce sauvetage pour Sir Dorcas. J’avais longuement erré dans le Domaine et sur Kaïl en général, chassant et tuant les adorateurs d’Özan. Mon éducation était bien utile dans cette quête de la justice pour le Royaume et la Reine Tahora’Han. D’ailleurs c’était plutôt amusant car la reine était, en réalité, une mzékils. Il y avait des rumeurs qui chuchotaient quelle était secrètement éprise du Prince Mzékils’Han. Mais bon, les bruits de couloir, je n’y prête nulle attention. C’était, à mes yeux, puéril et inutile.

Un beau matin, un arcaëllien m’apporta une missive du Royaume. Je la lus avec grande attention. Alors, je devais prendre la mer ? Fort bien, direction Zaay et, plus exactement, le volcan, éteint, de Kaliqua. Le voyage allait durer un moment. Par chance, un navire de ma patrie d’adoption mouillé au port. J’embarquais donc sur ce bateau militaire et marchand.

Nous finîmes par accoster à Brèkïl’Han, capitale du continent de Zaay. Son port, très vivant, était plaisant mais on pouvait facilement se faire détrousser. Je restais donc sur mes gardes. J’étais avec Hatämê mon noil’kal. Il était également méfiant. En ville, je ne pouvais le chevaucher. Nous attendîmes donc d’être hors les murs.

Après avoir marché de bonnes heures, j’établis un bivouaque dans une petite clairière où ruisselait un ruisseau. Je fis du feu après avoir attrapé un lièvre grâce à mes techniques de chasse. Je dépeçais la bête, l’embrochais et la fis cuire. Une délicieuse odeur s’éleva. J’avais un peu de mal à comprendre les végétariens. Comment pouvait-on se passer d’un tel plaisir ? Ils avaient, bien évidemment, des tonnes d’arguments. Le gibier cuit, je mangeais avec un appétit de carnivore vorace. Une fois mon met fini et la nuit pointant sa froideur, je montais dans un arbre plutôt haut après mettre déshabillée, avoir caché mes affaires et m’être métamorphosée en chat. J’allais passer la nuit dans la cime de l’ancêtre.

Le chant joyeux des oiseaux matinaux me réveilla ainsi que la caresse d’un soleil timide. Je m’étirais en baillant et descendis de ma cachette. Je saluais mon compagnon, allais faire une toilette succincte et m’habillais. Je sortis de ma besace une miche de pain et du fromage de chèvre. Je petit déjeunais avec un plaisir non dissimulé. Une fois fait, je sautais sur le dos de mon ami télépathe.

Nous marchâmes longuement, puis, au-delà des arbres, le volcan se dessinait. Les arbres étaient épars. J’entendis un hurlement de loup, avaient-ils faim ? Nous arrivâmes à l’orée de la forêt et nous pûmes admirer le volcan endormi. Une légende parlait d’un adepte de Kaliqua vivant sur le flan du mont de suie noire.

Je sautais au bas de ma selle et nous parcourûmes le contour du volcan. J’aperçus alors une arcaëllienne qui semblait quelques peut abimée. Mais, très certainement, je me faisais des idées. J’avançais à pas de loup, des fois qu’elle serait une suppôt d’Özan. Je restais à deux mètres d’elle, l’observant sans pudeur. Elle semblait avoir été attaquée. Par quoi était la question. Si c’était un hytrez, ces non-mort mais pas vivant pour autant, je devrais faire vite pour m’en débarrasser. Alors que je songeais à ça, Hatämê me dit par la pensée qu’elle avait été attaquée par une meute de loups.

Salut. Besoin d’aide ?
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1 rp / 2
Expérience : 136

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://www.scribay.com/text/1635591925/arcaelle/chapter/159559
Niveau 5


Épaulette du lion:
 




J'écris en #F6CED8
Revenir en haut Aller en bas
Mer 21 Nov - 22:43
Alors qu'elle se laissait bercer par les doux rayons de l'astre solaire, Sereia entendit un discret bruit de pas. Affûtant son ouïe, elle perçut distinctement son origine. Une personne chevauchant une créature approchait de sa destination. Une question se posa dans sa tête. Rester là où elle est ou alors changer d'endroit ? Eh puis elle se dit qu'au pire le truc non identifié arrivant sur elle allait l'attaquer et elle n'aurait qu'à se défendre.

Elle crispa son corps, essayant de durcir un maximum sa peau et écouta les bruits autour d'elle, analysant ce qu'il se passait. Sa main droite se glissa discrètement vers sa ceinture, serrant dans sa paume la dague y étant accrochée. L'autre était, malheureusement, trop loin pour réussir à l'atteindre également. Puis, alors qu'elle s'apprêtait à attaquer, une voix avec un léger accent perça la brume de sa paranoïa.

Ouvrant les yeux, elle les braqua directement dans ceux de l'être lui faisant face. La première chose qu'elle remarqua ce fut les longues ailes de papillons bleues présentes dans le dos de la jeune femme devant elle. *Une Xen ? Dans cette région d'Arcaëlle ?* Grognant, elle l'analysa du regard rapidement, ne remarquant rien sortant de l'anormal. Rassurée, son corps se décrispa automatiquement, sa main se desserra et elle se redressa en position assise, légèrement plus appuyée sur sa droite.

Bonjour. J'avoue qu'un peu d'aide serait appréciée. Lorsque j'ai voulue me soigner après l'attaque des loups, je me suis rendue compte avec effarement que j'avais oubliée mon matériel chez moi. Avez-vous quelque chose pouvant m'aider ? Ou pouvez-vous me guider vers la forêt la plus proche ? Je pourrai alors me fabriquer une décoction permettant de me soigner un minimum le temps de pouvoir me soigner correctement.

Son regard clair se posa finalement sur la bestiole devant elle. Sereia put finalement mettre un nom sur son visage. Un Noil'Kal, un putain de fucking de Noil'Kal. Elle finie par fermer légèrement les yeux, épuisée. Au bout d'un instant, elle retourna son visage vers la personne devant elle.

Je suis Sereia, au fait, enchantée de vous rencontrez.

Elle dit ça en prenant un ton doux, son regard se posant sur le Noil'Kal également.

C'est une bien jolie bête que vous avez-là. C'est un Noil'Kal, non ? Il est bien rare d'en voir un, de nos jours. C'est un ami ?

En disant cette phrase, un doux sourire nostalgique envahi ses traits. Puis, ceux-ci se durcirent et, secouant la tête, Sereia reprit une expression neutre, un soupir de tristesse finissant par lui échapper. Elle essayait de s'en empêcher, mais son regard ne pouvait s'empêcher de se poser sur le Noil'Kal, une expression douce, triste et empreinte de nostalgie envahissant alors ses traits.
Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : 0/2
Identité : Fiche
Fluides
Journal
Expérience : 38

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez et Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 1


Elle parle en #aaf0f6
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 22 Nov - 17:15
Observant l’arcaëllienne qui semblait ne pas être très en forme, j’écoutais ses mots. Ainsi, elle avait échappée à une meute de loups. Lorsqu’elle me demanda si j’avais de quoi la soigner je me contentais de hocher la tête. Cependant, je n’eus guère l’occasion de mettre à l’œuvre, elle se présenta sous le patronyme de Sereia et, quelques secondes après, me demanda si Hatämê était un noil’kal. Cependant, je fus surprise lorsqu’elle ajouta que c’était rare d’en voir un. Dans la nature ils étaient discrets mais bon nombre de voyageurs l’avait comme camarade de route.

Je suis Lilith et lui c’est Hatämê et, en effet, il est bien de cette race nommée également « intermède de Thaä ». Je vais vous soigner, j’ai du fils et une aiguille pour recoudre les plaies grandement ouverte mais aussi une fiole d’alcool pour désinfecter et des bandes en lin.

M’approchant d’elle avec prudence, je défis son espèce de plâtre en poussière noire. Je pris ensuite ma gourde et lavais la blessure, une fois fait, j’attrapais l’alcool et versais le liquide sur l’ouverture sanguinolente. La chair sortait un peu ce qui n’était pas très agréable à voir. Je prévins que le fait de recoudre ne serait pas des plus agréables. Je me mis donc à l’ouvrage. A peine trente minutes après, le travail était fini.

Je nettoyais mon matériel et mes mains. Hatämê me signifia via sa télépathie que quelque chose ou des gens approchaient. Allais-je encore déchirer mes vêtements ou n’était-ce qu’une fausse alerte ? Je malaxais mon fluide autant que faire se peut. J’entendis un espèce de son étrange. Comme un... râle ? Des hytrez ? Pas encore ! Combattre ces êtres ni mort ni vivant était vraiment chiantique.

Qu’est-ce donc ? Demandais-je mentalement à mon ami.
Mon odorat m’indique qu’il y a des morts et des non-morts. Répondit le Noil’kal. Je crois que ce sont des démons d’Özan. Mais je ne peux dire lesquels… Désolé.

Je grognais, me préparant au pire. Si les démons s’alliaient aux créatures d’outre-tombe on n’était pas dans la merde ! Soudain, il n’y eut plus un bruit. Pas même le bruit du vent ou le chant d’un oiseau. Rien. Juste un silence assourdissant.

Sereia, j’espère que vous êtes douée en combat.

Pour ne pas l’effrayer plus, je ne dis rien sur la nature probable des assaillants. Gardant les yeux rivés sur l’horizon où se cachait l’inconnu, je priai Ge-Ban de me donner son courage et sa force. Je pensais déjà au goût immonde des hytrez dans ma gueule de bsurt noire si jamais je devais me métamorphoser. Je grimaçais. Pourvu que ce soit les loups !
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1 rp / 2
Expérience : 136

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://www.scribay.com/text/1635591925/arcaelle/chapter/159559
Niveau 5


Épaulette du lion:
 




J'écris en #F6CED8
Revenir en haut Aller en bas
Ven 23 Nov - 3:11
Sereia sentie le soulagement s'abattre sur son corps lorsque la Xen lui confirma avoir du matériel de soins sur elle. Soulagée, elle exhala un soupir, fermant les yeux de bonheur. Les rouvrant, elle les posa sur la dénommée Lilith, un fin sourire de bonheur apparaissant sur son visage.

Thäa soit louée, je suis immensément soulagée de savoir que vous pourrez soigner mes plaies. J'en suis également foncièrement gênée, ne comprenant toujours pas comment j'ai pu oubliée une telle chose. C'est pourtant important, non d'un Elfe en bois.

Grognant, elle se gratta la tête, la gêne revenant au galop. Elle finie par s'installer tranquillement devant la Xen, ne bougeant plus d'un pouce lorsqu'elle commença à s'affairer autour d'elle. Une légère grimace de douleur traversa ses traits lorsqu'elle retira la pâte faite de cendre du volcan, mais sinon elle demeura immobile. Puis, un petit rire la secoua lorsqu'elle lui signifia qu'elle allait la recoudre et que ça n'allait pas faire que du bien. Elle posa ses yeux brillants d'amusent sur Lilith, un petit rire lui échappant encore.

Vous savez, depuis le temps que je me blesse, je suis habituée à la douleur, maintenant. Je ne la recherche pas, bien évidemment, mais je sais la tolérer et, à la limite, l'oublier un temps si la situation l'exige.

En disant cela, une expression amusée passa rapidement sur son visage, puis il se crispa légèrement lorsque la Xen passa sur une zone particulièrement sensible. Un grognement de douleur lui échappa lorsqu'elle atteint la partie étant la plus ouverte, celle où les loups s'étaient acharnés. Soupirant, elle finie par fermer les yeux, attendant que la sale besogne soit terminée. Puis, une fois fait, elle rouvrit les yeux, soulagée. Une expression de béatitude gagna son visage lorsqu'elle vit que plus aucune plaie ouverte ne siégeait son corps.

Oh bon sang, milles merci. Je ne sais comment vous remerciez. Voulez-vous quelque chose en retour ? Du moins, dans la mesure où je pourrai vous l'offrir, s'entend.

En disant cela, un léger soupir désabusé lui échappa. Après-tout, elle n'avait pratiquement rien, mais elle lui donnerait le peu qu'elle avait si c'était ce qu'elle lui demandait. Posant le regard sur le Noil'Kal, Sereia remarqua qu'il agissait bizarrement. Il regardait autour de lui, les oreilles pointées sur le dessus de son crâne, comme s'il entendait quelque chose. Suspicieuse, elle se baissa légèrement, changea ses appuis et crispa le bas de son corps, les mains flottant vers ses dagues. Son regard perçant s’affûta légèrement, de même que son odorat et son ouïe et elle se mit à écouter les sons alentour, cherchant ce qui avait mit le Noil'Kal sur le qui-vive. Grognant, elle ferma les yeux, inspirant et laissa les bruits venir à elle. Finalement, elle perçu quelque chose, mais c'était tellement ténu qu'elle ne parvint pas à savoir ce que c'était. Grognant, elle les rouvrit et planta ses yeux dans le Noil'Kal, demandant par ceux-ci si c'était dangereux. Elle ouvrit la bouche pour parler lorsqu'elle se fit interrompre par Lilith.

Reposant rapidement ses yeux sur celles-ci, la phrase qu'elle prononça ne fit que la mettre sur ses gardes encore plus. Elle croisa ses bras en se redressant et un ricanement lui échappa en entendant sa question. Elle ? Savoir se battre ? Bien sûr qu'elle savait se battre. Bon, par contre, elle n'était pas encore très douée avec son fluide, mais le combat sans ça, elle connaissait. Ricanant, elle finit par lui répondre, estimant qu'elle avait droit à une réponse.

Et comment que je sais me battre. Faudra peut-être pas compter sur moi pour ce qui est du fluide, mais je sais me défendre en combat rapproché, autant avec mes dagues chéries qu'au corps à corps.

C'est alors que le silence s’abattit d'un autour d'elles. Suspicieuse, son regard tourna dans tous les sens, à la recherche du danger, car elle savait que cela ne signifiait qu'une seule chose : Un démon approchait. Puis, elle les vit. Une meute de loup entourant un Eugler... *Bon sang, c'était bien leur veine, tiens. Fallait qu'elles tombent sur un Glouton.*

Grognant, elle s'étira, fit craquer ses articulations, assouplis ses membres inférieurs et supérieurs et fit tournoyer ses dagues dans ses poings. Puis, tournant les yeux vers Lilith, elle demanda, un rictus sadique et sanguinaire prenant doucement place sur son visage.

Alors, partenaire, prête à dégainer et foncer dans le tas ?

Car oui, lorsqu'elle combattait avec quelqu'un, Sereia considérait la personne comme une partenaire.
Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : 0/2
Identité : Fiche
Fluides
Journal
Expérience : 38

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez et Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 1


Elle parle en #aaf0f6
Revenir en haut Aller en bas
Ven 23 Nov - 17:40
Ça approche lentement mais sûrement. Je frémis à la fois par crainte et par excitation vis-à-vis du combat qui se profilait. J’avais été élevée dans l’art du combat et dans certaines techniques martiales. J’étais, après tout, une arme vivante de Morloc dit l’Impur. Celui que les miens prenaient pour un Dieu et qui, en vérité, n’était qu’un esprit errant un peu plus convainquant que les autres. Un frisson parcourut mon épine dorsale. Mes ailes furent secouées par une légère brise. A peine perceptible. J’entendis un son étrange, entre le grognement et un cri d’enfant. Je priais les Dieux pour qu’il ne s’agisse pas d’un monstre difficile à combattre.

J’eus la réponse assez rapidement même si le temps semblait s’être stoppé. Un glouton et une meute de loups grognant et montrant leurs crocs. Je levais au ciel et implorais Jurk de plaider en ma faveur auprès de Gar’Haz si je venais à trépasser. Puis j’implorais Ge-Ban de m’offrir courage et force. Le fluide se glissa à travers moi, mon corps se cabra, se courba et se tordit. Des poils noirs couvrirent mon corps alors que je grandissais à vue d’œil. Je tombais à quatre pattes, haletant et grognant. Voilà… Mes habits étaient foutus, encore une fois. Heureusement que je les fabriquais moi-même et que j’avais toujours de quoi me vêtir après avoir déchiré les vêtements précédents !

Mon regard orangé fit un tour circulaire de la zone. Si on fuyait vers la forêt on pouvait tomber dans une embuscade. Si l’on montait le flan du volcan, on serait coincées près du foyer… Une seule réelle solution : combattre et ne pas périr stupidement. Je cherchais des yeux l’alpha du groupe. Je le repérais vite grâce à une expérience passée où j’avais été confrontée à ces animaux alors que j’avais cinq ou six ans. Yakan, mon mentor, m’avais juste laissé un bâton comme arme. Il m’avait cependant donné un conseil : « Repère l’alpha, une fois maîtrisé, le reste de la meute fuira. Enfin normalement ! ».

Ainsi l’alpha était un loup au pelage gris-blanc et aux yeux jaunes. Je grognais en sa direction. Comme je l’escomptais, il prit ça pour un affront. Le loup quitta le groupe et se rua sur moi. Plus grande, plus puissante et ayant une façon de réfléchir plus élaborée j’avais l’avantage mais, malheureusement, j’étais également bien plus lourde donc un peu plus lente. Cependant, ayant l’habitude de mon avatar animal, je fis claquer ma puissante mâchoire que la patte droite avant de l’animal qui couina de douleur. Je défis mon emprise en le jetant avec une grande violence contre le sol rocheux. Il piailla mais se releva, le regard furibond. Il hurla alors et, à mon grand damne, le reste de la meute se rua sur moi. Par chance il ne devait y avoir toute la famille. Avec l’alpha ils étaient cinq.

L’un des animaux canins me mordit au niveau de l’omoplate gauche. Je pestais intérieurement, souffrant en silence. Je donnais un coup de patte devant moi, heurtant un loup blanc aux yeux gris-bleus. Le choc fut si fort que la bête fut assommée. Ainsi il resta inerte un moment me permettant de combattre les quatre autres loups. Ma gueule se referma autour du coup d’un loup gris et sa tête fit arrachée. Deux de moins. Mais je subissais aussi des attaques ! J’avais une morsure à la patte avant droite qui m’était très douloureuse, une à l’omoplate gauche mais elle ne devait pas être très profonde, un coup de griffe près de l’œil droit et de petites blessures par-ci par-là.

Bon, il ne restait « que » trois loups. Je reculais en boitillant. L’alpha attaqua férocement vers ma gorge. Je parvins à esquiver avec un heurt de griffes bien senti. Mais il n’abandonna pas. Il revint à l’assaut. Cette fois, mes dents se plantèrent dans son arrière train avec férocité. Il hurla à la mort. Je donnais un coup de pression dans ma mâchoire. Il sursauta et le trépas envahit l’animal. Je lançais le corps sans vie de l’alpha. Les deux loups encore valides semblaient être très hésitants. Ils se regardaient puis ils se tournaient vers moi. Ils prirent la sage décision que de fuir.

L’eugler semblait être coriace. Je me demandais si l’arcaëllienne savait comment le tuer. Ne réfléchissant pas – c’est une qualité qui me fait fortement défaut - je repris forme arcaëllienne, saisis ma lance et, tant bien que mal, me dirigeais, nue, vers le démon d’Özan.



Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1 rp / 2
Expérience : 136

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://www.scribay.com/text/1635591925/arcaelle/chapter/159559
Niveau 5


Épaulette du lion:
 




J'écris en #F6CED8
Revenir en haut Aller en bas
Sam 24 Nov - 18:06
Un frisson d'excitation gagna le corps entier de Sereia alors qu'elle regardait le démon et la meute de loups s'approcher de leurs emplacement. Resserrant sa prise sur ses dagues, elle jeta un coup d'oeil à ce que faisait Lilith pour s'appercevoir que celle-ci avait changer de forme.

Tiens, intéressant tout ça.

Soufflant, elle ferma les yeux afin de mieux se concentrer sur le combat titanesque à venir. Grognant, elle s'étira, arqua son corps et, finalement, s’élança dans le combat. Elle laissa l'autre fille s'occuper de la meute, espérant qu'elle s'en tirerait sans dégâts. En courant, elle étira ses bras et fit jouer ses dagues. Puis, enfin, elle attaqua l'Euglar. Elle savait qu'il fallait viser son coeur, sous son cou, ayant déjà combattu ce démon par le passé. Alors, elle pria que Lilith puisse terminer son combat au plus vite, distrayant efficacement le démon pendant ce laps de temps.

Attaque, esquive, attaque, déplacement furtif, attaque. Sereia se récolta moult blessures durant l'affrontement. Son corps se rempli très vite de sang, celui-ci coulant sur son visage et dans ses yeux. Grognant, elle essuya celui-ci et continua à combattre, le sang continuant de couler goûte à goûte par terre, telle une fine rivière sanguine. Ses forces la quittant petit à petit, elle jeta un regard sur le combat de Lilith et la vie, enfin, mettre fin à la vie de l'alpha de la meute. Puis, elle la vie se transformer dans sa forme "humaine" et se diriger vers eux. Soufflant, elle se prépara à distraire l'Euglar afin que sa partenaire de combat puisse en finir avec lui. Regardant dans les moindres détails, elle réalisa bien vite qu'elles ne pourraient pas toutes les deux s'en sortir.

Adressant une dernière prière à Thäa, elle l'implora d'au moins laisser la vie sauve à Lilith puis, espérant que celle-ci connaisse comment en venir à bout, se sacrifia pour leur bien à toutes deux. Déglutissant, elle attaque l'euglar à une zone sensible : ses yeux. Celui-ci, fou de rage, chargea Sereia, laissant alors, enfin, ENFIN, son cou à découvert.

*S'il vous plait, s'il vous plait, faites qu'elle connaisse son point faible.* Alors qu'elle sentait la vie la quitter, Sereia implora une dernière fois Thäa et, enfin, ferma les yeux, laissant la douce quiétude de l'obscurité s'abattre sur elle, la douleur s'éloignant comme elle plongeait dans l'inconscience. La dernière chose qu'entendit Sereia est un cri de guerre suivi d'un cri guttural empli de souffrance.
Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : 0/2
Identité : Fiche
Fluides
Journal
Expérience : 38

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez et Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 1


Elle parle en #aaf0f6
Revenir en haut Aller en bas
Lun 26 Nov - 17:12
A cause de mes multiples plaies sanguinolentes, je marchais lentement même si je me propulsais avec mes ailes. Allais-je arriver à temps pour aider l’arcaëllienne mal menée ? Je tentais d’accélérer, en vain, je poussais un juron en m’étalant de tout mon long. L’eugler tourna son immonde face vers moi et s’en détourna rapidement. De toute évidence je n’avais guère d’importance pour lui, enfin sur l’instant.

Avec moult difficultés et un effort titanesque, je parvins à me mettre sur mes jambes tremblantes. Je grognais, voyant le paysage en noir. Etais-je aveugle ? Ah ! Apparemment non. J’hurlais un « Attention ! » mais Sereia ne sembla ne pas l’entendre. Elle fut évincée avec une violence inouïe. Contractant avec douleur mes muscles, je pris mon envol et arrivais en une demi seconde près de mon adversaire. Il ouvrit sa gueule énorme et puante. Son cœur était cependant très accessible.

Malheureusement, malgré ma formation martiale, je n’atteignis pas l’organe. En effet, le glouton balança son énorme bras droit vers moi. Je n’eus que le temps d’esquiver, m’éloignant de la créature d’Özan. Râlant, maudissant la divinité du chaos et implorant Ge-Ban et Thaä de m’aider, je revins à la charge du démon. Ma lance était prête à perforer sa peau dégueulasse et à transpercer son maudit cœur. Il hurla vers le ciel, dégageant l’endroit où se trouvait l’organe salvateur. Pour moi, bien sûr.

Avant qu’il n’ait le temps de voir le coup venir et y mettant toute mon énergie restante, ma lance pénétra son palpitant. Le monstre cria de douleur et de surprise. Il recula, titubant. Le sang s’écoula largement lorsque ma lance quitta son corps immonde. L’eugler s’écroula au sol. J’utilisais un mez’noï, une boule de feu assez grosse, je m’approchais avec prudence du démon malveillant et lui lançais la boule dessus. Son corps s’embrasa et diffusa une odeur pestilentielle.

Ne prenant pas le temps de me vêtir, j’allais vers l’arcaëllienne. Inquiète, j’espérais qu’elle n’ait pas trépassé. Ainsi, je me surpris à invoquer la clémence de Gar’Haz et la bienveillance de Jurk. Clopin- clopant, j’arrivais à la hauteur de mon alliée d’un jour. Je me mis à genoux et posais ma tête contre sa poitrine. J’entendis son cœur battre calmement et régulièrement. Je soupirais de soulagement et remerciais les dieux. Je sifflais Hatämê qui arriva assez vite. Me levant avec peine, j’attrapais une sacoche sur son flanc droit. Je commençais à désinfecter chaque blessure puis à les recoudre avec patience. Son bras gauche semblait cassé. Je me levais et allais vers la sacoche sur le flanc gauche. Cela me prit un certain temps aux vues de mes douleurs. J’attrapais un grand bandage, un pot contenant des herbes médicinales et deux morceaux de bois assez épais et long qui feraient office d’attelle.

Quand j’eus fini de soigner ma camarade, je m’occupais de mon cas. Bien évidemment, je n’avais pas accès à certaines plaies. Je fis mes soins tant bien que mal. Une fois « réparée », j’allais me vêtir d’une robe en toile de jute de couleur verte. Puis, m’asseyant à sa droite, j’attendis que Sereia se réveille.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1 rp / 2
Expérience : 136

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://www.scribay.com/text/1635591925/arcaelle/chapter/159559
Niveau 5


Épaulette du lion:
 




J'écris en #F6CED8
Revenir en haut Aller en bas
Mar 4 Déc - 6:35
Un frissonnement secoua le corps entier de Sereia avant que, dans un profond sursaut, elle ne se réveille en prenant une grande inspiration. Secouant la tête, elle ouvrit les yeux, s'attendant à ne voir que du rouge. Après-tout, elle était vraiment très blessée lorsqu'elle avait perdue connaissance. Regardant vers le bas de son corps, elle se rendit compte avec effarement que ses blessures avait été pansées. *Mais qu'est-ce que...* Elle ouvrit de grand yeux effarées avant de se souvenir de la présence de Lilith à ses côtés. Se redressant, elle grogna légèrement lorsque ses plaies tirèrent mais n'en fit pas cas, inquiète pour l'autre fille.

Se tournant vers elle, Sereia se rendit compte qu'elle était moins blessée qu'elle ne s'y attendait de prime abord. Soufflant de soulagement, elle ferma légèrement les yeux avant de les rouvrir, attentive.

Tu vas bien ? Bon, mise à part les blessures dont tu es victime et les nouvelles cicatrices qui joncherons ton corps, s'entends.

Grimaçant légèrement de gêne, elle se frotta la nuque, déstabilisée. Sa voix, rauque du nombre de temps où elle n'avait pas parlé, était légèrement cassée, rappel du cri qu'elle avait poussée avant de s'évanouir. Se frottant les yeux, elle s'installa en tailleur et fit le décompte de ses blessures. Ainsi, des côtes ayant été trop sollicitées -elles lui faisaient mal au touchées mais elles n'étaient pas cassées, c'était déjà ça-, un bras cassé, de très nombreuses plaies... À se regarder, ont croiraient plutôt que c'était elle toute seule qui avait affrontée tous les monstres et non pas avec une partenaire. Elle en grogna de dépit, marmonnant sous son souffle qu'au final, elle était nulle au combat si elle se retrouvait autant blessée.

Je suis vraiment désolé de m'être évanouie. Je ne croyais pas que le coup porté avait été aussi fort que ça. Je me sens coupable de t'avoir laissée combattre toute seule le glouton.

Grognant, elle se frotta le visage, la fatigue s’abattant soudain sur elle. Ça avait été une très longue journée, après-tout. Voyant que le soleil ne tarderait pas à se coucher, elle tourna les yeux vers Lilith.

Si jamais tu veux te reposer, je peux mettre mes maigres talents d'elfe à contribution et nous préparer un semblant de lit confortable, fais de mousses et d'herbes non dangereuses. Sinon on peut faire tout autre chose. Comme c'est de ma faute si tu as été blessée par le glouton, car j'imagine que tu n'en es pas sortie sans blessures, auquel cas je suis sincèrement désolé, ont peut faire ce que tu veux. Même juste se promener en forêt, j'ai vue une belle clairière en venant vers le volcan.

Fermant les yeux, elle souffla, frottant doucement, sans s'en rendre compte, la cicatrice présente à son poignet.
Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : 0/2
Identité : Fiche
Fluides
Journal
Expérience : 38

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez et Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 1


Elle parle en #aaf0f6
Revenir en haut Aller en bas
Ven 7 Déc - 21:51
Enfin, elle s’éveilla. Elle sembla un très bref instant ailleurs. Alors que j’allais lui demander comment elle se sentait, elle me devança. J’eus une moue douloureuse en bougeant pour lui faire face. Je soupirais avec difficulté et répondis que, dans l’ensemble, tout allait bien. Je lui fis un sourire timide. Par le passé j’avais eu nombre de compagnons d’arme. Tous plus différents les uns que les autres. Mais celle-ci semblait être une guerrière presque aussi dangereuse que moi.

Alors que j’étais enfoncée dans mes pensées lointaines, elle s’excusa de s’être évanoui. Je fis un geste de la main en secouant négativement la tête. Je lui assurais que je n’en faisais pas cas. Je sentais, petit à petit, le sommeil m’envahir. La journée et le combat m’avaient achevé finalement. De plus, j’avais encore des plaies suintantes. Notamment dans le dos entre les ailes. Je crus, un instant, percevoir une forme s’approcher dans l’obscurité naissante. Mais il n’en fut rien. Juste mon imagination qui me faisait des farces.

Elle me fit maintes propositions pour occuper notre soirée en tant qu’être en vie. J’eus un petit rire nerveux. Je me sentais agitée, comme si la menace était toujours présente. Etait-ce une réalité ou la crainte d’être retrouvée par une ancienne connaissance ? Je songeais, essentiellement, à Jared. Mon frère d’arme chez les vaibïaëns. Il avait été mis de côté dès son plus jeune âge à cause de sa cécité. Mais il avait fait preuve d’une grande vaillance et dextérité martiale. Je savais qu’un combat contre lui serait assez rude. Voir néfaste pour moi. J’implorais les Divinités du monde de nous protéger. Dans mon état, je ne pourrais combattre plus de quinze minutes.

Fixant le sous-bois environnant, je malaxais mon fluide. Hatämê était également aux aguets. Après environ cinq bonnes minutes, nous fûmes rassurés et baissâmes la garde. Il n’y avait pas de réels dangers ce soir. J’acceptais l’invitation de Sereia à nous faire les lits proposant d’aller chasser pendant ce temps. Bien évidemment, comme souvent, je n’attendis pas sa réponse et montais sur le dos de mon ami. Je lui demandais d’éviter le plus possible les soubresauts.

Une fois dans la forêt, je quittais le dos massif de mon camarade, enlevais mes fringues et me transformais en bsurt. Je reniflais l’air, cherchant la piste d’une proie. Je repérais l’odeur d’un chi’Mâu. Il devait être à cinq ou six mètres. Je devais cependant me méfier du volatil pouvant atteindre les six kilogrammes car il utilisait mez pour prendre la fuite.

Avec une très grande discrétion, je m’approchais de l’animal aux plumes jaunes orangées. Lorsque je fus à moins de deux mètres, je bondis avec précision et rapidité malgré la douleur que ça engendra sur mes blessures. Le chi’Mâu poussa un cri à m’arracher les oreilles mais je tins bon. Mordant son cou, je perçais la jugulaire. La bête s’écroula en quelques minutes. J’appelais mon ami qui arriva avec es vêtements alors que j’avais repris forme xen. Il m’aida à charger l’oiseau sur son dos puis je grimpais.

chi’Mâu:
 

Nous arrivâmes au campement. Je ne fis pas attention à l’arcaëllienne et à son travail. J’avais faim. A l’aide de mez et de bois que j’avais ramassais en revenant, je fis un feu. Puis je plumais, vidais et mis à cuire le repas. J’eus un frisson, j’avais froid. Je me tournais vers ma camarade du jour, lui disant d’une voix éraillée :

J’espère que tu as faim !
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1 rp / 2
Expérience : 136

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://www.scribay.com/text/1635591925/arcaelle/chapter/159559
Niveau 5


Épaulette du lion:
 




J'écris en #F6CED8
Revenir en haut Aller en bas
Mar 11 Déc - 7:02
Rouvrant les yeux suite à l'agitation de sa partenaire de combat, Sereia remarqua vite son agitation. Nerveuse, regardant sans cesse la forêt et les environs... La Xen sentait-elle quelque chose que Sereia ne sentait pas ? Inquiète, elle se redressa, utilisant son ouïe affutée pour écouter les environs... Mais non, à part des paroles loin de leur position et le souffle paisible du vent, il n'y avait rien. Souhaitant que ce ne soit pas quelque chose de dangereux et qu'elle se trompa, Sereia souffla, angoissée. Un frisson remonta le long de son échine, l'excitation gagnant doucement son corps fatigué. Soupirant, elle se massa la nuque, le haut des bras et le front, essayant de faire fuir le sommeil la gagnant.

Rouvrant les yeux, elle les reposa sur Lilith, sentant une légère agitation dans l'air. Elle écarquilla imperceptiblement les yeux en la voyant malaxer son fluide, mais son corps relâcha pratiquement toute tension lorsqu'elle vit celle-ci se relaxer. Soufflant, elle s'en voulue de se sentir soulagée, mais elle ne voulait pas d'une autre rencontre dangereuse pour ce soir, une seule lui avait suffit pour les semaines à venir. Voyant soudain la Xen partir vers la forêt, Sereia eut un temps d'arrêt avant de se dire qu'elle allait certainement revenir... Enfin, elle l'espérait fortement. Grognant de douleur, elle finie par s'installer en tailleur par terre, le corps encore endolori. Massant doucement son bras le plus amoché, elle posa le regard sur l'horizon, admirant les couleurs teinter doucement le ciel alors que le soleil se couchait lentement, miroitant la voûte céleste d’innombrables couleurs.

Secouant légèrement la tête, elle soupira et, se tournant vers la forêt, vit une forme au loin revenir vers sa position. Penchant légèrement la tête sur le côté gauche, elle avisa finalement Lilith qui revenait vers elle. Légèrement rassurée de ce fait, elle plissa les yeux et, utilisant sa vision d'elfe, eut un rictus de soulagement en voyant de la potentielle nourriture. Elle n'osait l'avouer, mais Sereia se sentait vraiment affamée. C'est pourquoi elle eut un léger rire nerveux lorsqu'elle entendit la question. Si elle avait faim ? Elle pourrait s'enfiler une meute de loup à elle toute seule.

Je dois bien avouer que le combat plus mes blessures m'ont ouvert l'appétit. Besoin d'aide, camarade ?

Après tout, c'était quelque chose de totalement normal d'offrir son aide, non ?


HJ:
 
Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : 0/2
Identité : Fiche
Fluides
Journal
Expérience : 38

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez et Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 1


Elle parle en #aaf0f6
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Zaay :: Volcan de Kaliqua-