Le forum reprend petit à petit de l'activité.
Allez-vous nous rejoindre ?
Bonne rentrée camarades ♥️

Paisible forêt ? Pas sûre !

 :: Le monde :: Ray’Bauz :: Ouest :: Forêt du Gar’Uîl Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lun 25 Mar 2019 - 17:19
Je soupirais, le voyage me semblait bien long. Nous avions essuyé une attaque de pouzans. Heureusement, même si ce n’était pas un navire de combat, nous avions repoussé les sirènes bleues et agressives. Je me rendais à Ray’Bauz car on m’avait parlé d’un camp d’Hayert’Vaäl dans l’ouest du continent. Pour être exacte dans la Forêt du Gar’Uîl, en son cœur. Il m’avait été conté qu’un clan d’arcaëlliens vivait en autarcie dans cette étendue verte.

Après des jours de navigation et de marche, j’arrivais enfin dans la forêt. Ses arbres étaient hauts et fiers. Leur feuillage était magnifique et resplendissant. Sur le dos de mon noi’kal, j’avançais dans  la belle verte. J’aperçus de ci de là des animaux vivants tranquillement sans crainte.

J’arrivais près d’une petite rivière, serpentant entre les arbres. Je fis stopper Hatämê et sautais au bas de ma selle. Je me débarrassais de mes vêtements afin de me retrouver nue comme un nouveau-né. Une fois fait, je trempais un orteil dans l’eau. Elle était plutôt fraîche. Je haussais les épaules et plongeais d’un coup dans le liquide froid.

Après avoir barbotée un peu, je décidais de pêcher un beau poisson ou deux pour mon repas du soir. Je sortis donc de l’eau et pris ma lance sur le flanc de mon ami à quatre pattes. Retournant dans le liquide bienfaiteur, je restais immobile. Un poisson vint se dandiner devant moi. Rapide comme l’éclair, j’enfonçais ma pointe dans l’animal aquatique. Je fis mouche du premier coup ce qui me ravie. J'ôtais l'animal de ma pointe et le jetais sur la berge. Pour le second j'eus un peu plus de mal mais parvins à mes fins.

J’étais étendue sous un arbre, me faisant sécher à la chaleur ambiante. Les bras croisés derrière la tête, je chantonnais calmement. Le gazouillis des oiseaux était apaisant et splendide.  Je me laissais bercer par leur cui cui joyeux.

La température était un peu tombée. Je m’étais vêtue et préparais le poisson. Alors que je cuisais mon repas, une branche craqua derrière moi. Je me levais et dégainais mon épée puis je demandais à l’arcaëllien, si c’était le cas, de sortir de sa cachette.
Niveau 5
Lilith Yakan
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 391

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcaelle.blogspot.com/
Niveau 5


Épaulette du lion:
 




J'écris en #F6CED8
Revenir en haut Aller en bas
Mar 26 Mar 2019 - 21:10
Ce n'est qu'une nouvelle journée qui se profile devant moi, une journée comme les autres qui ne fait pas de réelle différence. Je vais devoir m'habituer au côté monotone de mon travail. Je suis un mercenaire, et pas un tendre vous pouvez me croire. Il m'arrive d'aider les gens gratuitement ouais, mais généralement je travaille pour une paie, et c'est justement une paye qui m'a fait mettre les pieds dans cette forêt.

Mon armure fait de petits bruits de cliquetis alors que j'avance entre les arbres, regardant à droite et à gauche pour éviter une embuscade. je fait quelques jongleries avec mon arme afin de passer le temps, j'ai beau être ici pour remplir un contrat, ça ne m'empêchera pas de m'amuser un peu. Je continue de marcher jusqu'à ce que la nuit commence à tomber, le ciel devient un peu plus rouge, je devrait me trouver un endroit ou camper.

Je m'approche d'un cours d'eau, c'est un bon endroit pour m'installer. En m'approchant je marche sur une branche qui craque, je n'y fait pas réellement attention au début, mais j’entends quelque chose bouger. j'ai pensé que c'était une des créatures de la forêt jusqu'à ce que la chose en question me demande de sortir de ma cachette, ce que je fait sans montrer ni panique ni réticence, marchant tranquillement dans le champ de vision de l'arcaëllienne en la regardant.

-Je ne m'attendais pas à rencontrer quelqu'un d'autre dans cette forêt...
Niveau 2
Sorin Vasternok
Je suis dispo pour : 2 RP max en même temps
Expérience : 166

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Neutre
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 2
Revenir en haut Aller en bas
Mer 27 Mar 2019 - 16:57

Il ne chercha même pas à se dissimuler et il me parla. Je rengainais mon arme, eus un petit sourire pataud et soupirais de soulagement. L’odeur du poisson émoustillait mon estomac mais je n’osais pas continuer à le préparer sans inviter l’inconnu à partager ma pitance. Ainsi je lui fis signe de s’asseoir et pris place sur une petite souche juste devant mon feu. N’étant pas une grande bavarde, je ne savais que dire à cet inconnu. Devais-je me présenter pour faire mine d’être juste une demoiselle en train de cuire un poisson en pleine forêt ? Aller, on va faire ça.

Salut, je suis Lilith. Tu as faim ? J’ai un second poisson. Enfin si tu veux.

J’attrapais l’animal par la queue et le montrais à l’inconnu. Il était déjà écaillé et vidé. Je tournais ma broche pour ne pas cramer ma bouffe et replaçais une mèche derrière l’une de mes oreilles. J’observais les alentour d’un air qui pouvait sembler distrait mais, en réalité, j’étais tout le temps sur le qui-vive. Après tout, avant de rejoindre le royaume, j’avais été une Vaibïaëns. Une descendante des enfants élevés par Morloc pour être des pures armes vivantes.

Je retournais mon attention sur l’arcaëllien, il me sembla plutôt stoïque et posé. Pas le genre à attaquer sans raison valable mais pas non plus le type de gars à poser un milliard de questions. J’enlevais mon poisson du feu et mis le second à cuire. Si l’inconnu n’en voulait pas, j’en ferais ripaille.

Je n’osais pas manger devant l’humain de peur de sembler malpolie… Je posais donc mon poisson sur le sol et jouais distraitement avec mes mains. J’eus un petit frisson lorsqu’un courant d’air effleura mon corps vêtu légèrement. J’avais un haut à manche courte et au dos nu afin que mes ailes soient à leur aise et un pantalon en lin. Le tout était de couleur noire.

Que fais-tu par ici ?

Demandais-je de but en blanc.
Niveau 5
Lilith Yakan
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 391

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcaelle.blogspot.com/
Niveau 5


Épaulette du lion:
 




J'écris en #F6CED8
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 4 Avr 2019 - 10:30
L’arcaëllienne qui se trouvait là a dégainée son arme. Je la comprend dans un sens, quand j’entends un bruit suspect je réagis de la même façon, c’est mon premier réflexe. Elle me propose de venir m’asseoir avec elle. J’ai l’habitude de voyager seul, en conditions normales j’aurais refusé à cause du travail, mais là j’ai besoin de trouver un endroit ou me reposer, donc j’accepte et m’assoit à même le sol. Cela semble peu confortable, certes, mais j’ai l’habitude à force.

Je regarde le feu qui crépite entre nous deux, j’ai au moins l’assurance de ne pas finir gelé sur place cette nuit, c’est déjà ça. La  m’interpelle pour me demander si je veux manger du poisson, elle à commencée à en préparer. J’avais emporté des provisions avec moi, mais j’accepte quand même d’en manger un, ça va me permettre d’économiser mes ressources. Je la laisse cuir le premier poisson qui lui est réservé.

Je m’approche du feu alors que l’arcaëllienne met le second poisson à cuire, lui disant que je me charge de la cuisson de celui-ci. Je me met en place devant le feu, préparant le poisson à ma manière. Je ne dit pas que le poisson préparée par l’arcaëllienne est forcément mauvais, je préfère juste faire les choses par moi même, quel genre de mercenaire serais-je si je ne sais pas me débrouiller par mes propres moyens ?

Pendant la cuisson j’entends la Xen m’interpeller pour me demander ce que je fait dans cette forêt. Je reste silencieux pendant quelques secondes avant de répondre à sa question. Ma réponse est courte, certes, mais je ne suis pas du genre à passer par quatre chemins, je vais droit au but.

-Je travaille, c’est tout.

Je ne cherche pas à savoir quelle sera sa réaction, je reste concentré sur mon travail actuel. Il y a un peu de vent, mais mon armure en bloque une bonne partie, donc je n’y fait pas tant que ça attention. La cuisson se termine et je retire mon poisson du feu, regardant ensuite l’arcaëllienne qui à décidée de m’attendre pour manger. C’est gentil de sa part de m’attendre, mais elle n’avait pas vraiment besoin de le faire. Je reste donc sur l’idée qu’elle l’a fait par politesse.

-Bon appétit


Je prononce ces dernières paroles avant de retirer mon casque pour commencer mon repas.
Niveau 2
Sorin Vasternok
Je suis dispo pour : 2 RP max en même temps
Expérience : 166

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Neutre
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 2
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 4 Avr 2019 - 13:48
Le bruit du vent soufflant dans les feuillages fut notre compagnie lors de notre repas. Je n’étais pas spécialement bavarde à dire vrai et lui aussi ne semblait pas user de sa salive pour rien. Je savourais paisiblement mon poisson en retirant les arêtes avec délicatesse. La chair de l’animal était légèrement rosée et avait un doux fumé. Je sortis de ma besace une gourde pleine d’eau. Je bus et posais l’objet devant l’inconnu. Il ne m’avait pas donné son nom… Qu’importe.

J’avais fini de manger et étais étendue les bras croisés derrière la tête. Je regardais le ciel au travers des branchages. Le vent me berçait de sa douce mélodie. Soudain, je me redressais. Un bruit avait attiré mon attention et ce n’était pas un bruit commun à la forêt. Donnant un coup d’ailles, je me mis debout, arme en main. J’avais un mauvais pressentiment. Les cheveux sur ma nuque s’étaient dressés. Inconsciemment, je malaxais mon fluide.

Je restais silencieuse pour ne pas attirer le danger par ici. Des fois que ces arcaëlliens, dont je percevais les voix, ne faisaient que passer. Je dénombrais quatre personnes au son des cordes vocales. Je perçus un mouvement sur ma droite et me tournais rapidement. Un grand lupan se tenait devant moi. Il mit un doigt devant sa gueule dentue. Mon cœur battait à tout rompre. La peur ? Non l’excitation d’un combat à venir.

Les voix s’éloignèrent et dix minutes plus tard nous entendions à nouveau le chant des oiseaux et du vent. Le lupan au pelage blanc inclina la tête et soupira doucement. Sans que je ne m’y attende, il se laissa tomber au sol croisant ses jambes. Je l’observais, entre curiosité et, peut-être, crainte. Il se passa une main sur le crâne et déclara :

Eux adorateurs Özan. Vouloir sacrifier moi car pelage rare… Merci avoir gardé silence, arcaëlliens. Moi être Hÿtuk, lupan solitaire. Et vous ?
Je… Heu… Lilith. Des adorateurs d’Özan dis-tu ? Combien sont-ils ?
Eux avoir camp pas loin. Eux tueurs de rares êtres. Eux mauvais.
Es-tu blessé ? Il y a du sang sur ton épaule gauche…
Pas grosse blessure. Juste éraflure.

Je regardais vers le lieu où était passé ces mécréants d’adorateur du Dieu fou. Dès demain j’irais espionner ce camp d’Hayert’Vaäl. En attendant, repos. Je sortis de ma besace un bout de pain et du fromage que je donnais au lupan. Il me remercia et commença à manger.
Niveau 5
Lilith Yakan
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 391

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcaelle.blogspot.com/
Niveau 5


Épaulette du lion:
 




J'écris en #F6CED8
Revenir en haut Aller en bas
Mar 14 Mai 2019 - 21:30
Je commence à peine à manger mon poisson qu'un bruit attire mon attention, et ce n'est pas le genre de bruits qu'on s’attend à entendre dans une forêt. J'ai le même réflexe que l'arcaëllienne, je dépose mon poisson et me lève en dégainant mon glaive. Je reste sur mes gardes, attendant que qui que ce soit se montre. Je m'attendait à quelque chose d'imposant, et dans un sens j'ai été servi : un grands Lupan est sorti des broussailles en nous faisant signe de ne rien dire, ce que je fait en gardant ma posture de combat, toujours sur mes gardes.

Après que les autres bruits soient passés, le Lupan nous explique qu'il était poursuivi par des adorateurs d'Özan. Des adorateurs hein? j'en ai déjà rencontrés par le passés, c'est quand je les ai vus la première fois que j'ai compris pourquoi personne les aime. Ils étaient un petit groupe de cinq en balade, je les ai tous tués car ma cible se trouvait parmi eux et les autres voulaient le défendre, c'est pathétique qu'à cinq ils aient pas su battre un mercenaire.

Je range mon arme et m'approche lentement de ce Hÿtuk, le regardant fixement avant de lui adresser la parole, je devais lui demander des informations.

-J'ai été payé pour détruire leur camp, tu te souviens de la direction?

Je parlais avec le plus grand des calmes, j'ai dévoilé ce qui m'amenait dans cette forêt : je devais détruire le camp Hayert’Vaäl. j'attends quelques secondes puis je retourne vers mes affaires pour me préparer à dormir, toujours à l'écoute d'une potentielle réponse. Certains me considèreraient fou d'attaquer un camp d'Hayert’Vaäl à moi tout seul, mais le paiement vaut le coup. Je n'ai pas peur de mourir, tout comme je n'ai pas peur de me battre, ce ne sera pas la première fois que je suis seul face à un énorme groupe d'ennemis.
Niveau 2
Sorin Vasternok
Je suis dispo pour : 2 RP max en même temps
Expérience : 166

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Neutre
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 2
Revenir en haut Aller en bas
Sam 18 Mai 2019 - 11:51
Ainsi, cet arcaëllien avait le même type de mission que moi. Intéressant. Il faut dire que depuis quelques années, j’étais devenue experte en chasse aux Hayert’Väal pour le compte du Royaume. J’en avais capturé, tué, estropié. J’avais déjà eu à faire à des camps et je savais qu’il n’était nullement prudent et avisé de s’y attaquer seul sans être doué dans l’art du meurtre. Par chance, mes origines d’arme vivante étaient très utiles dans cette chasse à l’arcaëllien. Je soupirais doucement, écoutant la réponse du lupan blanc.

Ils être vers est de forêt, monsieur.

Il cligna des yeux, me regarda la gueule entrouverte et resta immobile telle une statue de cire. Je soupirais doucement. Devais-je venir en aide à cet arcaëllien ou non ? Je m’allongeais sur le flanc, fixant les deux êtres en ma compagnie. L’air s’était radouci fortement. Par chance, j’avais une couverture épaisse. J’observais l’attitude de l’inconnu qui semblait être un humain. Il me sembla fortement déterminé à éliminer les occupants de ce campement d’adorateurs du chaos.

Alors que le feu crépitait encore joyeusement, je finis par rejoindre le pays des rêves. J’étais paisible et sereine. Pas que je sois inconsciente du danger environnant. Non. Le lupan montait le premier tour de garde. De ce fait, j’étais plus ou moins rassurée, en sécurité.

La lune était à son zénith lorsque Hÿtuk me secoua avec une grande douceur. Je grognais, m’étirais et ouvris les yeux. C’était à moi de veiller sur les dormeurs. Je prêtais au lupan ma couverture et il s’allongea.

Assise près du feu encore vivace, j’écoutais les bruits nocturnes et apaisants. Cependant, mon oreille fut attirée par une voix. Elle était plutôt proche mais je ne parvenais pas à comprendre les mots émient. Inquiète, je malaxais mon fluide, prête à devenir une belle bsurt au pelage blanc.

L’attaque ne se fit pas attendre, je perçus un mouvement et en moins de trente secondes, mon apparence avait totalement changé pour devenir un loup géant. Je comptais six attaquants. Bandits ou Hayert’Vaäl ? Je poussais un hurlement à faire froid dans le dos.
Niveau 5
Lilith Yakan
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 391

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcaelle.blogspot.com/
Niveau 5


Épaulette du lion:
 




J'écris en #F6CED8
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 11 Juil 2019 - 0:32
Le camp se trouve donc plus à l'est dans la forêt? Je vais prendre cette information, il n'a de toute évidence aucune raison valable de me mentir. Je hoche la tête et je vais me poser assis contre un arbre, j'ai pour objectif de détruire ce camp, mais avant cela je doit me reposer le plus possible, il est hors de question de s'y rendre sans être en pleine possession de mes moyens. Je décide donc d'essayer de dormir afin de profiter du maximum de repos.

Je met un peu de temps à m'endormir, mais je fini par y arriver. Je refais encore le même rêve, un rêve ou je suis chez-moi et ou mes parents sont encore vivants et vivent heureux. Je mange avec eux alors qu'ils discutent d'un sujet qui ne me concerne pas. Comme à chaque fois le rêve se termine sur mes parents qui s'adressent à moi, me souhaitant bon courage et me disant de faire de mon mieux pour accomplir ma mission. Quel genre de mercenaire serais-je si je ne fait pas de mon mieux?

Je me réveille à cause du cri d'une bête, je relève la tête en direction du cri pour apercevoir un loup anormalement grand lancer un regard menaçant à un groupe de six personnes. Je me lève et m'approche en marchant du loup. J'ai remarqué que Lilith a disparue mais c'est le cadet de mes soucis. Je regarde les six inconnus en gardant une main sur la garde de mon glaive rangé dans son fourreau, je les fixe à mon tour et leur adresse la parole sans me retenir.

-Qui êtes-vous et que nous voulez-vous?

Je m'attends à deux choses, sois à être attaqué sans avoir de réponse, soit à avoir une réponse  saugrenue suivie d'une attaque encore, mais je n'ai de preuve pour aucune des deux situation, alors je n'attaque pas, mais je reste sur mes gardes tout de même.
Niveau 2
Sorin Vasternok
Je suis dispo pour : 2 RP max en même temps
Expérience : 166

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Neutre
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 2
Revenir en haut Aller en bas
Mer 17 Juil 2019 - 18:22
Je montre les crocs, je grogne, je trépigne. Je ne fais aucunement attention à l’arcaëllien qui s’est réveillé. Je plante mes griffes dans la terre meuble, légèrement humide. Une grande virenpienne aux écailles noires pose son regard or sur le combattant qui a posé une question. Elle semble sourire, lève sa masse et crie d’une voix étrangement aigüe :

Pour Özan ! Que le chaos s’abatte sur vos misérables vies insignifiantes et banales ! Camarades ! Tuez ces païens !

Le lupan blanc semble prêt à combattre avec nous ces vils Hayert’Vaäl. Tant mieux. Je me mets en position d’attaque au moment où un xen à la peau noire ayant de magnifiques ailes orangées et blanches se transformer en une énorme aracnÿ velue aux yeux rougeoyants. Je frissonne de dégoût et, un peu, de peur. L’arcaëllien devenu une araignée gigantesque fait claquer ses mandibules en me fixant. Ainsi, il veut combattre avec moi… Fort bien. Je pousse un hurlement qui se veut agressif et sûr. La bestiole se rue sur moi, je bondis au-dessus d’elle et atterris dans son dos. Je mords avec toute la puissance de ma gueule l’une des huit pattes de la saloperie poilue. Le xen transformé s’agite et je finis par lâcher mais avec son membre entre mes dents. Je crache la chose par terre et, étant proche d’une lance, je reprends forme arcaëllienne, évidemment je suis nue. J’attrape avec vivacité l’arme et, au moment où l’aracnÿ se jette sur moi, je la plante dans son abdomen, perçant son cœur. La créature arachnéenne redevient le xen à la chevelure ocre, il porte une main tremblante vers la blessure sur son torse. Il essaye de parler mais seul un gargouillis sort d’entre ses lèvres. Je m’approche, lève ma lance au-dessus de sa tête et dis :

Rejoins ton Dieu maudit, sale connard !

J’enfonce la pointe dans l’un de ses yeux, touchant le cerveau. La mort est rapide. Je ne prête pas attention à ce qu’il se passe autour de moi, je me contente de redevenir la bsurt blanche, prête à mordre.

Un früll mesurant à peine le mètre cinquante courait vers moi, avec un goupillon, une arme munie de deux sphères hérissées de pics le tout relié à un manche en bois bien solide. Je n’eus pas le temps de l’éviter, l’arme me frappa en plein dans la gueule et je sentis le goût ferreux du sang sur ma langue. Folle de rage, je sautais sur l’arcaëllien à l’apparence de hérisson, le mettant au sol d’une patte puissante. Il couina, surpris. Je penchais ma grosse tête au-dessus de la sienne, du sang coula d’entre mes babines sur son visage.

Pas mourir ! Veux pas ! Ne tue pas Hÿtruck ! Moi pas le choix ! Moi pas méchant !

Je pouvais sentir l’odeur de la peur sur lui. Devais-je le croire, l’épargner ou le tuer ? Serais-je magnanime ? Je sens son cœur battre très vite. Ment-il ? Par précaution, je décide de l’assommer et d’aviser plus tard.

Alors que je dépose le früll contre un tronc, une vive douleur me brûle le flanc gauche. Je grogne et tourne les yeux vers la blessure. La virenpienne m’a plantée une dague dans le corps. Je commence à voir trouble. Y aurait-il du poison ? Je perds conscience, redevenant une xen, toujours nue.

Niveau 5
Lilith Yakan
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 391

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcaelle.blogspot.com/
Niveau 5


Épaulette du lion:
 




J'écris en #F6CED8
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 18 Juil 2019 - 20:45
Je reste à fixer ces êtres étranges, ils sont tous de races différentes. Ils sont plus nombreux que nous, mais ce n'est pas suffisant pour me faire peur, vous pouvez me croire. Je garde mon assurance et ma main sur la poignée de mon arme, j'ai déjà vaincu en infériorité numérique, je suis assez entraîné pour leur faire face à moi tout seul si il le faut. J'entends l'un d'entre eux hurler aux autres de nous attaquer, ce qui n'est pas loin de la première situation à laquelle j'ai pensé.

Je dégaine mon glaive rapidement alors que l'un d'entre eux me fonce dessus, armé d'un glaive lui aussi. Je bloque ses coups sans problèmes, je suis bien plus entrainé que celui-là. Un autre passe dans mon dos et tente de m'attaquer en traitre, il a eu la mauvaise idée de crier en portant son coup cependant. Je me baisse pour que le haut de son corps passe au dessus de moi. Je me relève d'un coup en donnant un coup d'épaule vers le haut, cet adversaire passe au dessus de moi en se retournant comme une crêpe, tombant au passage sur son collègue.

Je fait un mouvement rotatif de l'épaule rapide pendant que l'un d'eux se relève. Je n'attends pas qu'il se remette complètement debout pour lui mettre un gros coup de poing afin de le faire retourner à terre. L'autre essaye de se relever, mais je prends de l'élan et saute dans sa direction, glaive en l'air pour le planter au sol dans le ventre, tout cela avant qu'il n'arrive à se relever. L'autre se relève et tente de m'attaquer pendant que son collègue se vide de son sang. J'esquive son coup de très peu, j'entends le bruit de sa lame contre l'acier de mon armure alors que son arme rebondit dessus.

Je change mon arme de main, utilisant ma main droite maintenant libre pour attraper l'homme par la gorge, le soulevant en me servant de mon épaule gauche comme soutiens. Je fonce sur la Virenpienne qui à donnée l'instruction aux combattant, mais avant de l'atteindre je laisse tomber son collègue sur le côté depuis mon épaule et je lui met un grand coup de pied au niveau du ventre. Je suis parfaitement capable de gérer plusieurs ennemis en même temps, je vous l'ai dit.

Je regarde en direction de mes deux camarades. Le Lupan semble se débrouiller face à son adversaire, La Xen, elle, semble être tombée inconsciente, je vais devoir la défendre. La virenpienne se relève et fonce vers elle d'ailleurs. Je ne perds pas de temps et fonce dans sa direction, bondissant d'un coup pour lui planter mon glaive au niveau de l'épaule. Il est hors de question que je les laisse lui faire du mal. Je vais devoir rester défensif jusqu'à ce qu'elle se relève.

Il ne reste plus que deux ennemis, cette Virenpienne qui semble déterminée à nous vaincre, et l'ennemi qui s'en prends au Lupan. Deux d'entre eux sont morts, et les deux derniers sont assommés.
Niveau 2
Sorin Vasternok
Je suis dispo pour : 2 RP max en même temps
Expérience : 166

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Neutre
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 2
Revenir en haut Aller en bas
Mar 30 Juil 2019 - 14:18
Il fait noir, si noir. Aucun son ne vient à mes oreilles. J’ai un goût de sang dans la bouche. J’essaie d’ouvrir les yeux mais mes paupières semblent si lourdes. J’avale ma salive qui a un relent ferreux. Je veux me lever, même si je n’y vois rien. Je n’arrive à bouger aucun de mes membres, ils semblent paralysés. Que faire… Que faire ? Je sens un voile froid envelopper mon être. Je sens mon fluide comme jamais auparavant. Par les Dieux, que m’arrive-t-il ? Je dois voir, entendre ce qu’il se passe. Fait chier ! Je n’arrive pas à revenir.

Alors que je lutte contre la noirceur m’entourant, j’entends une voix. Elle semble si lointaine… Mais aussi familière. Est-ce quelqu’un de mon passé ? L’arcaëllienne murmure :

Aäbkoñ, niouk’tüyakm ! Ïe ërch möùlak, ölu nïok där lôzalitë öup âc banäel’öerù !

Je ne savais qui était cette personne mais ça voix m’envoya une décharge puissante d’adrénaline. J’ouvris les yeux, nue sur le sol couvert de mousse, je pris une grande inspiration en criant de douleur. Je me mis sur le dos juste au moment où la virenpienne allait abattre son arme sur mon crâne. Je roulais sur le côté, échappant de justesse à une mort promise. Avec moult difficultés, je parvins à me dresser sur mes jambes qui étaient tremblantes et faibles.

Je vais te crever, bal'Ïone!

Je la vis sourire de toutes ses dents acérées, elle eut un rire peut encourageant et du genre sadique. Elle semblait si sûre d’elle que s’en était navrant. Je me regroupais, bandant mes muscles et malaxant mon fluide. Elle allait voir cette chienne ! Avant que je n’ai le temps de lui bondir dessus, une flèche lui traversa le crâne de part en part.

Qu’est-ce ? M’étonnais-je. Je…

Entre les arbres apparurent de grands lupans au pelage noir et blanc. Hÿtuk, le lupan blanc, inclina la tête. Aucun mot ne fut prononcé. Les adorateurs du vil Özan encore en vie furent chargés sur des bsurts aux poils roux et blancs. Nos sauveurs partirent sans un mot suivis par notre camarade au pelage neige. Je ne comprenais pas ce qu’il venait de se passer. Me remettant de mes émotions, j’allais vers mes affaires et sortis du matériel afin de désinfecter, panser et recoudre mes blessures. Je ne craignais pas la douleur, Yakan, mon maître chez les Vaibïaëns, m’avait enseigné la maîtrise de soi.

Lorsque j’eus fini, je regardais l’arcaëllien ayant combattu avec moi. Je ne savais que dire alors, je sortis une bouteille de cidre brut et du fromage. J’invitais mon allié du jour à faire pitance.



traduction:
 
Niveau 5
Lilith Yakan
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 391

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcaelle.blogspot.com/
Niveau 5


Épaulette du lion:
 




J'écris en #F6CED8
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Ray’Bauz :: Ouest :: Forêt du Gar’Uîl-