Du repos ou des bobos ?

 :: Le monde :: Zaay :: Forêt de Zaay Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lun 8 Avr 2019 - 11:14
Je m’étais réveillée un matin avec l’envie de voyager. J’avais préparais mon sac et une monture et étais partie en laissant un mot au gérant. J’avais longuement chevauché sans me souciais de où j’allais. Je m’étais, à plusieurs reprises, arrêtée dans des auberges où j’avais bu sans soif. Plus d’une fois j’avais roulé sous la table. Honteux… Mais j’en avais cure.

Après des jours de voyage, j’arrivais à l’orée de la forêt de Zaay. Je pénétrais dans l’étendue verte sans me faire de mouron. J’étais capable de communiquer avec les lupan de par mon clan. J’avançais donc sur le dos de ma bsurt Nyra. Je sentis la fraîcheur de la nuit se poser sur mes épaules et décidais d’établir un campement pour la soirée et la nuit. Blottis contre Nyra, je dormis comme un bébé.

Quand le jour se leva, je repris ma route. J’arrivais à un étang où je décidais de faire un plongeon. Retirant tous mes vêtements, je plongeais tête la première dans l’eau froide. J’étais bien insouciante pour le coup. Quelqu’un pouvait me surprendre sans que j’aie le temps de réagir. Qu’importe Nyra me préviendrait si quelqu’un approchait. Et c’est ce qu’elle fit. Je l’invitais à se tapir dans l’ombre et, quant à moi, je ne laissais que mes yeux dépasser de l’eau. Je ne vis personne dans les environs. J’attendis un moment puis je sorti de l’eau et dit à voix haute :

Elle est un peu froide cette eau !

Je restais stoïque, guettant un mouvement. Rien... J’appelais Nyra qui arriva avec mes affaires. Je m’allongeais dans l’herbe complétement nue et laissais le soleil sécher ma peau. Cependant, avec discrétion, j’avais pris mon pistolet à gemme mez. On ne sait jamais.

Restant sur mes gardes, je fis mine d’être détendue. Advienne que pourra !
Niveau 6
Vÿdareen Loumez
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 124

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan - Mez
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


J'écris en #2E9AFE

Objet en ma possession :

La ceinture

Du repos ou des bobos ? 59252710

Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mer 10 Avr 2019 - 19:24
- Mais puisque je te dis que d'après la carte il y a un lac par-là ! Râle Dantalion.

Cela fait une bonne matinée que nous marchons à l'aveuglette avec une carte ne datent pas des premières fraîcheurs. L'ennuie me gagnant vite depuis que nous avons quitté le repaire, je passais la lassitude sur Dante qui n'arrêtais pas de pester. Tous ça pour récupérer un bibelot magique appartenant sois-disant à Özan. Bon, c'est une arme maléfique, une certaine "JÄCH’HAN" alias, celui qui trahit et serait munit d'une sorte d'entité démoniaque. Selon les infos Elle serait dans le fond d'un lac tout près d'ici et selon quelques ragots dans un en particulier. Dantalion est à fond dans la mission en tout cas, tant mieux parce que moi pas du tout ! Mon apprenti Aracnor à la tête dans la carte et semble oublier qu'il marche droit vers un potentiel lac sans prendre la peine de regarder où il met les pieds. Comme ça m'amuse, j'attends qu'il se casse la gueule.

Soudain je vois au loin le fameux lac et aussi quelqu'un dedans se dépêchant de de revenir sur la terre ferme. C'est une femme, cheveux blancs et plutôt jolie. Elle semble nous avoir repéré. Je la regarde, elle est tranquillement allongée. J'avance sans me presser tandis que Dante continu à vive allure. C'est encore mieux qu'une chute, une rencontre impromptue avec une femme nue. Il va vers d'une manière pas du tout discrète en plus ! Il râle contre moi comme si j'étais pile à côté de lui. Franchement, pour un aracnor ayant déjà vécu la moitié de son espérance de vie il est tout de même assez nunuche. La jeune femme semble perplexe face à ce spectacle. Dante s'arrête d'un coup. Lève le nez de sa carte et bondit sur place de surprise en laissant s'échapper un "virile crie" de voir une inconnu totalement nue devant lui avec un air mauvais. Il en fait tomber sa carte, fait quelques pas de côté, trébuche puis tombe dans le lac. Le spectacle est tellement hilarant que j'en rit à pleins poumons.

- Puisque tu es déjà dans l'eau tu peux commencer à la chercher. Dis-je à voix haute en m'approchant. Si c'est bien le bon lac.

- J'aimerai bien t'y voir ! Pourquoi tu ne cherches pas avec moi au lieu de...

Il regarde l'inconnue, rougit et plonge la tête dans l'eau. Oui, elle est toujours nue. Ces formes lui plaisent ? J'hausse les épaules puis m'assoit au bord de l'eau près d'un rochet pour avoir l'air détendu et inoffensif.

- Navrée, on ne voulait pas vous déranger en plein bain de Soleil, vous pouvez continuer vos activités. A part les complaintes ne mon camarade vous ne serez pas dérangée.

Spoiler:
 
Niveau 1
Bélial
Je suis dispo pour : osef
Identité : Mon histoire
Compétences
[url=LIENFICHE]Journal[/url]
Expérience : 153

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Ka
Groupes: Hayert'Väal
Race: Demi-dieu de Kaliqua
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 1


Du repos ou des bobos ? 19021005385990533
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 18 Avr 2019 - 18:15
Étendue sur le dos, les yeux mi-clos, je guettais le moindre bruit. Et il y en eut, des voix masculines peu discrètes. Je soupirais doucement, instinctivement je sentis que je ne risquais pas grand-chose avec ces deux arcaëlliens qui ressemblaient plus à des archéologues qu’à autre chose. Mais peut-être m’égarais-je dans les tréfonds de mes idées. Qu’importe, je verrais bien assez vite s’ils étaient ou pas hostiles.

Je me redressais très légèrement sur mes coudes, seins à l’air et tétons pointant un peu. Je pris une tête qui pouvait sembler agressive mais en réalité j’étais plus curieuse qu’autre chose. Je me questionnais sur ces deux intrus. Me demandant ce qu’ils cherchaient, je me retins de rire lorsque l’un des arcaëlliens tomba à l’eau, surpris par ma présence qu’il n’avait pas repérée. Je fis un soupir faussement ennuyé pour éloigner mon fou rire. L’autre s’installa près de moi sans aucune animosité.

Je m’allongeais correctement, fermais les yeux et respirais lentement, la main sur mon pistolet à gemme mez. Ma bsurt semblait tranquille, sûrement n’y avait-il aucun danger face à ces deux gugusses. Je ne pris même pas la peine de répondre à l’arcaëllien assis à ma gauche. Il ne semblait pas agressif mais un peu curieux. Peut-être était-ce réellement des archéologues. Comment savoir.

Je me levais, dévoilant mes fesses bien rondes et fermes. J’alliais vers Nyra et attrapais mes vêtements. Un haut sans manche et un pantalon en cuir, tous deux noirs. Une fois habillée, je retournais sous l’arbre avec une bouteille de vin de noix, du pain et une belle tomme de chèvre. Je saisis le couteau à ma ceinture, qui était ouverte afin que je ne sois pas invisible, et coupais trois tranches de pain et trois bouts de fromage. Je posais le tout sur une vieille souche et fis un sourire à l’inconnu près de moi en lui disant d’une voix amicale :

Si la faim tenaille vos entrailles, servez-vous. Si la soif assèche votre gorge, buvez de ce bon vin de noix.

Je pris une tartine et du chèvre puis portais le tout vers mes lèvres avides.
Niveau 6
Vÿdareen Loumez
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 124

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan - Mez
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


J'écris en #2E9AFE

Objet en ma possession :

La ceinture

Du repos ou des bobos ? 59252710

Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 22 Avr 2019 - 21:08
Peut-on rencontrer de personne aussi généreuse au détour d'une forêt remplie de lacs ? Certainement pas en me rencontrant ! Et pourtant la belle inconnue ne connaissant même pas nos noms m'invite à manger avec elle. Autant en profiter ! Je vais donc près de ses victuailles et commence à me faire une bonne tartine. J'entends l'autre revenir de la nage me crier : "Quoi ?! Mais ! Tu me laisses tout faire et tu manges en plus ?!" Il sort de l'eau, se déshabille devant nous chose que je regarde puis me lance ses fringues toutes trempées. Je les évite puis les met dans la flotte. Elle me gène ! Il semble bien dégoûté. Je reprends donc mon casse-dalle qui tombait à pic pendant que l'autre s'énervait en retournant dans l'eau chercher ses fringues puis j'imagine, le but de départ.

- Merci pour le repas, je suis Bélial. Oh et le braillard dans l'eau c'est Dantalion ou Dante si on préfère. Et vous ?

Alors qu'elle me répond, je n'entends plus aucun bruit dans l'eau. Il l'a peut-être trouvé qui sait ? Je me tourne un peu, ses fringues sont hors de l'eau mais aucun signe de lui. Roooh ça va... S'il était mort il flotterait non ? J'ai plutôt envie de manger en bonne compagnie. Une compagnie d'ailleurs bien plus intéressante que le pauvre Dante au fin fond de son lac à s'obstiner. Courage l'araignée !

- Vous êtes à la recherche de quelque chose en ces lieux ? Il y a peu de gens qui traîne dans les forêts en général sauf les bandits dans leur repaires. En tout cas je suis enchanté de faire votre connaissance.
Niveau 1
Bélial
Je suis dispo pour : osef
Identité : Mon histoire
Compétences
[url=LIENFICHE]Journal[/url]
Expérience : 153

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Ka
Groupes: Hayert'Väal
Race: Demi-dieu de Kaliqua
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 1


Du repos ou des bobos ? 19021005385990533
Revenir en haut Aller en bas
Ven 26 Avr 2019 - 15:23
J’observais donc l’arcaëllien nommé Dantalion puis Bélial. Ils ressemblaient à un vieux couple d’aventuriers aimant se chamailler. Enfin, à première vue. Le vent caressa ma chevelure neige et je repoussais les mèches derrière mes oreilles. Je mangeais un peu et soupirais de bien-être après avoir bu quelques gorgées de mon vin de noix. Il avait un goût fort et doux en même temps. Un savant mélange. J’étendis mes bras dans mon dos afin de m’appuyer sur mes mains. Le soleil d’après-midi printanier caressait gentiment mon visage pâle. Je restais ainsi jusqu’à ce que Bélial me questionne sur les raisons de ma présence en ces lieux qui pouvaient sembler hostiles pour une dame dans mon genre. Je tournais délicatement la tête vers le bel arcaëllien aux traits mystérieux, je souris doucement et répondis avec calme :

De temps à autre, je quitte le monde bruyant des villes pour revenir vers mes racines. Je fais parti d’un clan nomade, les rastgars. Connaissez-vous ? Je fis une courte pause et ajoutais de façon paisible : Nous sommes de bons chasseurs et avons la joie de parler le lupan. On apprend ce dialecte à peu près en même temps que l’arcaëllien.

Je me laissais tomber en arrière, exposant mon visage à la douce lumière solaire. Qu’est-ce que j’étais bien ! Un soupir de bien-être et de bonheur souleva ma poitrine. Je me demandais si ce drôle de couple pouvait être dangereux. De prime abord cela ne semblait pas être le cas. Je bâillai à m’en décrocher la mâchoire. Par Othab, que j’étais tranquille dans cette immensité verte ! Je me souvenais de partis de cache-cache avec les autres enfants du clan et, parfois, de jeune lupanons.

D’où venez-vous, messire ?

Demandais-je avec une légère curiosité. Me redressant, je croisais mes jambes, attendant sa réponse.
Niveau 6
Vÿdareen Loumez
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 124

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan - Mez
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


J'écris en #2E9AFE

Objet en ma possession :

La ceinture

Du repos ou des bobos ? 59252710

Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mer 1 Mai 2019 - 12:08
Un clan nomade ? Je n'en ai jamais entendu parler ni même de leur nom. Et apparemment ils aiment la compagnie des Lupans. Des personnes pouvant comprendre le Lupan, c'est plutôt pratique. Si je m'intéressais vraiment de très près à mon clan d'Hayer'Väals j'aurai sûrement cherché tout le potentiel d'une telle découverte mais pour le moment je ne vois pas ce que ces informations me rapporterait. Je la garderais dans un coin de ma tête puisque je suis le seul à l'avoir entendu. Dante se noie pour mettre aussi longtemps à revenir ? Il sait pourtant nager. Moi qui pensais le laisser gérer cette mission et me balader tranquillement me voila obligé d'intervenir.

- Pour Dante que je vais chercher après ça je ne sais pas. Je viens de Samdal'han, c'est plutôt loin d'ici mais vu que vous étiez nomade peut-être connaissez-vous le désert. Ce n'est pas très accueillant je le crains. Si vous voulez bien m'excuser un moment, je vais aller ramasser l'araignée qui se bat dans l'eau.

Je me lève puis me désape en faisant bien attention à mes affaires, les pliants dans un coin. Des vêtements de qualité, comment ne pas vouloir en prendre soin ? Et bien oui mademoiselle, vous n'êtes pas la seule à dévoiler avec fierté une enveloppe charnel aussi sublime. Bien que la mienne ai de multiples cicatrices et des sortes de tatouages, scarifications étranges... . Une fois prêt je me lis à l'eau peu à peu. Bien froide. J'aime pas ça. Il a eu le temps de se noyer non ? Alors pourquoi il ne revient pas à la surface ? Enfin, son corps je veux dire ? Je nage donc dans le lac à sa recherche. Il est plus profond que je l'aurais imaginé. Je vois... La faune et la flore locale. Pas d'Aracnor mourant. Pas d'arme d'Özan non plus. Il y a de l'agitation un peu plus loin. Je remonte à la surface pour respirer un coup et m'avancer un peu plus vers le centre du lac. Je replonge et avance le plus loin possible vers le fond. Je vois enfin la frimousse blanche de Dante. Il est comme prit au piège par des algues noires très étranges. Il est aussi près d'un coffre en bois avec des dorures. Il semble mort non ? Je vais voir ça. Je le dénoue de ses liens qui semble ne pas avoir été fait naturellement. J'ai l'impression qu'il ne faut pas tirer dessus. Bon, le coffre ou l'araignée ? Ah... Il va bien falloir quelqu'un pour porter le coffre au retour. Je prends donc Dante contre moi puis reviens vite à la surface. Je nous ramène hors de l'eau puis l'allonge. Mince, il a l'air vraiment mort en fait. Un cadavre ne sert à rien sauf si on peut l'échanger. Qui voudrait son cadavre ? Je vérifie sa fréquence cardiaque au cas où et je sens un très faible battement. Je ne sais pas comment secourir les gens moi, je sais comment faire le contraire c'est tout ! Il a encore quelques algues qui se sont accrochées à lui, elles sont tenaces !
Niveau 1
Bélial
Je suis dispo pour : osef
Identité : Mon histoire
Compétences
[url=LIENFICHE]Journal[/url]
Expérience : 153

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Ka
Groupes: Hayert'Väal
Race: Demi-dieu de Kaliqua
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 1


Du repos ou des bobos ? 19021005385990533
Revenir en haut Aller en bas
Lun 6 Mai 2019 - 18:55
Je reste silencieuse devant ses paroles. Pas que ce soit inintéressant, juste que je n’ai rien à dire de plus. J’attrape la bouteille et déguste le délicieux contenu. Je me lève en même temps que Bélial et m’étire en baillant avec force et bruit. Je ne suis pas réellement une Dame. J’ai même tendance à roter et péter sans gêne et en public. Qu’importe. J’admire les attributs de l’arcaëllien qui finit par plonger dans l’eau froide. Je m’approche du bord de l’étang et observe les bulles remonter là où l’arcaëllien à piquer une tête. Je croise mes bras délicatement sur ma poitrine. Le temps semble s’écouler avec lenteur et je crains un instant pour la vie des deux voyageurs.

Je vois, au bout d’un certain temps, Bélial remonter avec son compagnon. Ce dernier semble inerte et sans vie… Je soupire, me dirige vers l’endroit où il est déposé. Des algues se sont accrochées à lui et je connais cette variété. Elle est vénéneuse. Par chance, dirons-nous, je maîtrise Äan'Ivÿ, ce sort permet de purger un corps de son poison. Ce n’est pas un poison mortel, il ralenti seulement les organes et, par conséquent, les battements de cœur ce qui peut donner une impression de mort du malade. Je m’agenouille près du corps inanimé de l’aracnor. Je pose mes mains là où sont attachées les algues, les virant avec un petit bout de tissus. À petite dose ça ne fait rien mais ne sait-on jamais ?

Après une bonne demi-heure à extraire la substance parasite, je m’écroule sur le dos avec la nausée et un mal de tête du feu de Kaliqua. Mais Dante est sauvé. Du moins je l’espère. Je tourne la tête vers le bel arcaëllien, lui fait un sourire doux et murmure d’une voix éreintée :

Il va s’en tirer mais je pense qu’il va dormir jusqu’à demain matin. Nyra, ma bsurt, transporte deux couvertures, faut en mettre une sur Dante.

Et à mon tour je sombre dans le néant. Exténuée.
Niveau 6
Vÿdareen Loumez
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 124

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan - Mez
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


J'écris en #2E9AFE

Objet en ma possession :

La ceinture

Du repos ou des bobos ? 59252710

Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 18 Mai 2019 - 23:45
Contre toute attente, Vÿdareen sait comment sauver quelqu'un de la noyade. Elle extrait le poison sans relâche pendant un long moment avant que Dante soit sauvé. Je ne la déconcentre pas jusqu'à la fin où elle tombe de fatigue dans l'herbe, me disant qu'il lui faut une couverture pour lui et qu'il va roupiller jusqu'à demain matin. Jusqu'à demain ?! Oh la la ça fait long... . Elle s'endort ainsi et me voilà seul avec la bête. La Bsurt. Ou le. Non je crois que c'est une femelle. Peut-importe. Je m'approche de la bête bien que je ne sois pas doué avec les animaux pour prendre les couvertures mais celle-ci ne semble pas très coopérative. A manger. Je vais lui donner de la viande pour l'occuper. Mince, elle refuse d'y prêter attention. Je tente de m'approcher, suffisamment pour essayer de la toucher et la contrôler mais cette chieuse grogne pour m'inciter à reculer. Bon, autre stratégie. Je lui balance les affaires mouillés de Dante en visant ses yeux puis m'approche d'elle en fonçant. Je la touche puis prend le contrôle de son esprit. Les animaux, c'est bien plus facile que nous. Je lui somme de se calmer puis prend les couvertures. J'en mets une sur Dante, l'enroulant comme un rouleau de printemps et en dépose une sur Vÿdareen, la plaçant contre sa Bsurt pour la tenir chaud. Je fais de même avec Dante.

Une attention délicate certes. Après tout, je ne suis pas à fond dans le dévouement à Özan. Et on n'est pas obligé d'être des brutes. Que des brutes. Sauf que là... Ça veut dire que c'est à moi de me taper le coffre sous l'eau. Je pourrais attendre Dante pour qu'il retente mais... Quelque chose me dit qu'il ne va pas approcher de si tôt un lac. Et puis comme on dit, plus vite parti plus vite revenu. J'enlève donc le reste de mes vêtements avant de me jeter à l'eau. Je vais tout au fond en faisant attention d'être bien au milieu du lac puis je tente de repérer le coffre. Je le cherche du regard en me déplaçant, des allées et retours pour reprendre de l'air jusqu'à le trouver. Il est cependant avec ces satanés algues et je ne veux pas finir comme l'autre araignée. Contrôler une plante... Non, ce n'est pas possible ou il aurait fallu apprendre une autre magie. Comment m'approcher ? Ou le prendre ? Je pense savoir. Je vais mettre des pierres sur elles, comme ça elles me laisseront passer et seront occupées. Aaaaah... Et bien ça ne va pas être facile.

Après avoir passer une plombe à essayer de prendre de grosses pierres et les mettre là où je voulais, j'a enfin réussit à me faire un étroit passage un peu près correcte. Je suis épuisé ! J'espère que ça ira avec ce stupide coffre ! Je passe délicatement en essayant de perdre le moins possible d'air lorsque je me fais attaquer par trois sirènes sorties de nulle part ! L'une me saisit un bras, l'autre une jambe et la troisième se colle contre moi. Elles semblent en fait plus attirées par mes atouts masculins que par le faire de me faire la peau. Je leur fait signe que je dois remonter pour aller respirer un coup et elles me raccompagnent jusqu'au bord de l'eau.

- Herm... Merci les filles ! Pouvez-vous me dire ce qu'il se trouve dans le coffre s'il vous plait ?

Elles ricanent entre-elles puis se collent à moi bien que se soit qu'à moité déplaisant.

- Beau mâle, tu veux le coffre et ce qu'il contient ?

- En effet. Dis-je en priant mon père que je ne me reproduise pas avec elle.

- Je te le ramène si tu nous fécondent toutes les trois.

Ah ah. Très marrent. Merci pour la vanne père.

- Pourquoi ? Vous ne pouvez pas ailleurs vous en trouver une chacune ?

Je fais agir mon don divin sur la sirène qui semble être la chef des deux autres et lui suggère de me ramener le coffre en premier. Elle ne semble pas contrariée et demande aux deux autres de me le ramener. Elles exécutent et j'essaie de toutes mes forces à ce qu'elle ne me pelote pas en les attendant. Une fois fait, elles se mettent sur moi. Je les repousse calmement et va ouvrir ce satané coffre pour voir dedans. Et... Ce n'est pas une arme d'Özan... Evidemment. Se serait trop beau pour être vrai. A la place j'ai une panoplie d'affaires appartenant à différentes personnes avc plus ou moins de valeur.

- C'est... Quoi ?

- Nos trésors même si... Tu es bien trop grand pour être mit dedans.

J'ai fait tous ça pour... Rien du tout ?! Sérieusement ?!! Bordel... Je leur rend le coffre, déclinant l'offre. Je me fiche bien des babioles qu'elles ont taxé je suis venu pour l'arme d'Özan. Tous ça pour rien... Je suis dégoûté.

- On veut quand même que tu nous mette en cloque ! Saisissez-le !

Non mais ! Elles ne vont pas... Navré, je ne suis pas du tout d'humeur pour ça ! Je contrôle une nouvelle fois la chef mais elle semble bien déterminée a ce que je leur serve d'outil de reproduction. Elles font apparaître des jambes à ma grande surprise et me prépare farouchement.

- Il y avait quelque chose dans le coffre avant ces affaires volées ?

- Hum... Une arme mais... Elle n'est plus ici !

Bon, puisque je n'ai pas le choix. Je m'occupe donc de les servir toutes les trois malgré la fatigue jusqu'à ce qu'elle ai eu leur compte. Après cette... Séance spéciale, la chef me raconte toute l'histoire de ce coffre. On l'aurai caché il y a très longtemps et la personne qui devait reprendre le coffre n'est jamais revenu. Elles ont fini par troquer l'arme à un marchand itinérant. Super... Et on a que son prénom "Yulrish". On ne va pas aller loin avec ça. L'arme est de nouveau perdu. Elles s'en vont avec le coffre, me laissant seul avec moi-même. Ma conscience. On va devoir revenir les mains vides. Et j'aurais en plus de futurs progéniture... Enfin, si elles tombent enceintes. J'espère bien que non mais la vie sait être très ironique. Je me pose et attend d'être sec pour enfiler des vêtements et me réchauffer contre la Bsurt en piquant un peu de couverture à Vÿdareen vu qu'elle est plus grande. Elle sent bon et elle est jolie. J'aurai vraiment préféré m'accoupler avec elle qu'avec ces trois autres là... . Enfin bon, oublions ces bêtises, je me suis fatigué pour rien et il est grand temps que je fasse un petit somme. La Bsurt nous préviendra bien si on a un visiteur indésirable approchant de nous. Je m'endors vite en pensant à des choses agréables.
Niveau 1
Bélial
Je suis dispo pour : osef
Identité : Mon histoire
Compétences
[url=LIENFICHE]Journal[/url]
Expérience : 153

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Ka
Groupes: Hayert'Väal
Race: Demi-dieu de Kaliqua
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 1


Du repos ou des bobos ? 19021005385990533
Revenir en haut Aller en bas
Lun 20 Mai 2019 - 20:32
Le néant… Aucun son, aucune image, aucune sorte de vie. Pourtant, je sens mon corps et mon esprit. Je perçois mon fluide parcourir mon être. Je ne ressens pas de froid ni de chaud. Je suis entre ici et nulle part. Tout est noir, visqueux peut-être aussi. Suis-je ailleurs que dans le néant ? Je frissonne, je perçois une décharge électrique allant de ma tête jusqu’à mes pieds. Que se passe-t-il ? J’essaie d’ouvrir les yeux, de crier, de bouger. Rien. Que m’arrive-t-il ? Suis-je morte ? Quelque chose tombe sur moi. Est-ce dans la réalité ou dans ce néant ? Je grelotte soudainement. Merde… C’est quoi cette lumière si forte ?

J’ouvre les yeux, en panique. Je m’aperçois que ce qui tombe sur mon corps n’est autre qu’une pluie d’orage. Je peste avec force. Je suis trempée jusqu’aux os et le feu est éteint ! Bordel des Dieux ! Un orage déchire le ciel de nuit. Je demande à Nyra de se lever. Elle s’ébroua avec force en se mettant sur ses pattes. Je continue à insulter Gadvaoi pour son idée ingénieuse de faire tomber l’orage pendant la nuit alors qu’il n’y a pas d’abris. J’ai complétement oublié les deux arcaëlliens. Je ne songe qu’à mon petit confort personnel.

Eh bien, c’est ce qui s’appelle être mouillée, l’amie !

Je regarde autour de moi et ne vois personne. D’où vient cette voix que je n’arrive pas à cibler ! Mâle ou femelle ? Je grogne, je cherche mes armes. Elles ne sont plus là ! Les deux voyageurs m’auraient-ils dépouillé dans mon sommeil ? Je hurle mais aucun son ne sort de ma gorge.

Toute seule. Si fragile. Perdue.

Quelque chose me déchire le dos. J’ouvre la bouche, pas de son. Putain ! Il se passe quoi ? J’essaie de bouger mais des liens emprisonnent mes mains et mes jambes. Par Thaä, que m’arrive-t-il ?

Serait-ce ton heure, petite arcaëllienne ?

Chantonna la voix sadiquement. Je veux répondre mais mes cordes vocales semblent être sectionnées. Soudain, un éclair me traverse.

Je me redresse en hurlant et en posant les mains sur ma gorge. Qu’était-ce ? Un cauchemar ?

Bordel de putain de merde !

Criais-je soulagée.
Niveau 6
Vÿdareen Loumez
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 124

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan - Mez
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


J'écris en #2E9AFE

Objet en ma possession :

La ceinture

Du repos ou des bobos ? 59252710

Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 24 Mai 2019 - 19:39
Hum ? Je suis dans un lieu que je ne connais pas et il a aucune logique. Je me souviens, je me suis endormi. On dirait une sorte de grotte aménagée. Qui peut vivre dans un endroit par- Par tous les Dieux ! Qu'est-ce que c'est que ce chantier ?! Il y a du bazar partout, on retrouve des jouets d'enfants dans tous les sens. Amy ?! Elle... Cuisine ? Amy ne sait pas cuisiner. Même en rêve je sens son odeur enivrante et qu'elle beauté... . C'est un rêve érotique sans queue ni tête ? Elle vient contre moi avec son air jovial et doux. J'adore lui caresser les ailes, j'ai même mémorisé la sensation. Elle me préviens que l'on va passer à table et qu'il faut chercher les... Enfants ? Pardon ? Dans ce rêve on a des gosses ? Bon, et dans ce rêve étrange ils ressemblent à quoi ? Je ne tarde pas à les apercevoir. Deux faux jumeaux vu qu'il y a un garçon et une fille. La fille me ressemble et le garçon est comme sa mère. Ils ont l'air d'avoir trois ou quatre ans. Ils viennent rapidement à table où le repas est servit. Poissons et riz. Nous nous occupons chacun d'un enfant, l'ambiance familial semble être plaisante et on a l'air heureux.

- Une vision qui ne prendra jamais forme.

Je vois soudain comme une ombre de forme humanoïde laissant imaginer qu'il est derrière-moi. Je ne sais pas si je dois me tourner. Ai-je envie de participer à ce rêve qui vire soudainement au cauchemar ? Je peux me réveiller et me rendormir pour passer à autre chose.

- Ce n'est pas un rêve comme les autres. Je te montre ce qui n'arrivera jamais.

Ah. Encore un de ses rêves qui me file la migraine au réveil. Pas de prédiction de fin du monde aujourd'hui ? Pas de types à cheval amenant la fin de l'humanité ? C'est parce que je ne le prends pas assez personnellement ?

- Je le sais. Dis-je à l'ombre menaçante. Sa famille nous a clairement dit qu'o n'était pas là pour fonder une famille et avoir un pseudo bonheur. Je sais bien qu'on ne m'autorisera jamais cela. On est juste des pions dans un plan dont nous n'avons pas la main. Je ne peux pas rendre Amy heureuse de notre union. On doit juste obéir et mourir pour la gloire d'Özan. Je n'ai pas signé pour ça comparé à Amy mais quand on a pas le choix... Cela dit, j'investis pas à fond et puis les adorateurs ne sont que des branquignoles incapables de faire et penser des choses cohérentes. Si les Hayer' gagnent se ne sera pas au prix de leurs efforts mais grâce à ce qui se passera par la suite qui les dépassent. Au fond... Je sais qu'Amy aurait beaucoup aimé jouer la maman. Et c'est vrai que j'ai souvent pensé à fuir en l'arrachant à ces tarés. Pourquoi vivre dans une grotte comme ça avec elle et des enfants jusqu'à ce que le fléau s'abat sur cette planète. Mais c'est impossible. Il n'y a pas de retour en arrière.

- En effet, me répond-t-il en s'approchant de moi. Pas de retour possible. Tu dois juste accepter ton destin et celle d'Asmodée. Alors pourquoi ne te retournes-tu pas pour me regarder et devenir ce que tu dois être ?

- Parce que j'ai encore le temps.

- Ce n'est pas la raison.

- Parce que je n'ai pas envie de devenir ce que tu es. Comprends-tu ? Je ne suis pas à fond dans vos délires. Je sais que c'est sans espoir mais ce n'est pas pour autant que je vais embrasser le chaos. Je resterais tel que je suis.

- Tu tiens à elle.

- Je ne sais pas. Peut-être... A quel point ?

- Alors la prochaine fois-

Je me réveil soudainement avec la douce mélodie de vilains mots accordé par une voix féminine pas fluette pour un sou ! Vÿdareen s'est réveillée après ce qui semble être un fâcheux cauchemar. Il est encore tôt, l'astre lumineux est timidement là dans un orange d'une grande beauté. Dante aussi est réveillé. Il râle dans sa barbe. En repensant à ce rêve, lui aussi va mourir pour la gloire d'Özan. Comment peut-on en arriver-là ? Il semble étonné d'être en vie, il me regarde avec interrogation.

- Non, il faut que tu remercies la demoiselle pour ça. Et la couverture.

Dante n'a pas l'habitude de ça. Il ne sait pas comment faire. Il ne sait pas s'il doit la remercier ou être déçu de ne pas avoir rejoint son Dieu chéri. Quel petit être stupide. Touchant mais stupide.

- Mauvais rêve ? Il est encore tôt. Je me suis permis de me rapprocher de vous pour la chaleur de la couverture et de votre bête. Je n'ai plus très envie de dormir après le mien, si vous voulez je vous laisse vous reposer. On en a fini avec ici. On n'a pas trouvé ce qu'on cherchait.

- Hé mais vous avez p'être cauchemardé tous les deux mais moi je dormais bien ! J'veux rester un peu.

Quel entêté celui-là. Et la politesse alors ? Je vois, ta petite tête contrarié et gêné va-t-elle suffire pour prouver ta reconnaissance ?
Niveau 1
Bélial
Je suis dispo pour : osef
Identité : Mon histoire
Compétences
[url=LIENFICHE]Journal[/url]
Expérience : 153

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Ka
Groupes: Hayert'Väal
Race: Demi-dieu de Kaliqua
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 1


Du repos ou des bobos ? 19021005385990533
Revenir en haut Aller en bas
Mar 4 Juin 2019 - 20:02
Un cauchemar bien trop réel à mon goût. Je me lève, en sueur, j’observe les alentours. Rien ne semble indiquer un potentiel danger. Stupide rêve ! Je soupire et serre mes bras contre ma poitrine. Le monde semblait subir quelque chose. La question était : Quoi ? Il y avait un petit air de fin des temps dans tout ça… Qu’importe.

Je fus tirée de mes pensées par le bel arcaëllien qui avait dormi contre moi. Je m’aperçus que l’autre gars était aussi éveillé. J’écoutais Bélial en le fixant bêtement. J’étais encore abasourdie par mon mauvais rêve. L’arcaëllien de belle allure parla de partir mais l’autre voulait dormir encore ce qui sembla déranger l’autre. Qu’importe. Je fis un sourire doux et charmeur avant de dire :

Je pense bouger un peu aujourd’hui. Ne vous en faites pas, je sais me débrouiller.

Je fis un clin d’œil aguicheur et m’étirais dans un cri de bien-être. Qu’il était agréable de vivre au rythme de la nature, loin de ces villes où grouille la pourriture et où nombre d’arcaëlliens se noient dans leur fange. Je laissais un instant mon regard observer les alentours. Que de beauté et pourtant je crus voir des arbres, entre autres, au bord de la mort.

Je m’approche d’un chêne près du courant d’eau et pose la main dessus. Le tronc s’effrite à peine frôlé. Il se passe quelque chose. Mais quoi ? Peut-être trouverais-je des informations de par le monde. Je vais commencer mes investigations à Yban. J’ai entendu des rumeurs sur Cescan et son Prince régent. Mais sont-elles exactes ? Et puis, ainsi, je pourrais passer à l’écurie-école que je possède là-bas.

Je ramasse mes affaires, les range et saute sur ma bsurt. Je dis adieu aux deux étranges archéologues, s’ils le sont. On ne peut tout savoir des êtres pensants. Pas en quelques heures ni en une vie d’humain ou d’aracnor… Il faut au moins une centaine d’année pour cerner le monde. Enfin, je crois.
Niveau 6
Vÿdareen Loumez
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 124

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan - Mez
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


J'écris en #2E9AFE

Objet en ma possession :

La ceinture

Du repos ou des bobos ? 59252710

Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Zaay :: Forêt de Zaay-