Ta destiné débute ici ! [TERMINÉ]

 :: Le monde :: Kaïl :: Ouest :: Marais de la Ghyuerf Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 9 Déc 2015 - 17:23
Ta destinée commence ici!
La frontière entre l vie et la mort est parfois si ténue...
Les jours sont devenus des semaines, les semaines sont devenu des mois... J'ai à nouveau quitté ma forêt natal pour fouler les sentiers du monde vaste et mystérieux d'Arcaëlle, à nouveau je laisse le hasard me porter aux côté de ma jument Douce-Brise et accompagné de ma fidèle amie renarde Ombrefeu. J'ai mon sempiternel chapeau à large bord sur la tête, ma veste verte feuille et mes bottes de cuirs, ma dague à la ceinture, un arc et un carquois de flèche à ma selle et ma lance à lame courte dans la main droite.

J'ai traversé plusieurs village du nord de kail avant de bifurquer à l'ouest et de longer la chaîne de montagne et de piquer plein ouest. J'ai réussis dans quelques villages à obtenir quelques petits boulots pour les fermiers qui mon rapporter quelques piécettes et des vivres, un sage dans un autre m'a engager pour soigner ses plantations médicinale et dans le derniers en dates j'ai gagner quelques parties de cartes et de dés avant de filer.

Je suis maintenant à nouveau seul avec mes compagnes animal sur la route et je sens plus que je ne vois le marais duquel j’approche. Il est assez vaste dans ce que je ressens avec ma magie et il refoule l'odeur de la mort et de la corruption... Je veut atteindre la plus grande ville de l'autre côté au plus vite  mais si je traverse cela promet du danger, d'un autre côté si je contourne je vais peut être tomber sur une patrouille de garde avec mon signalement... Je dois aller en ligne droite.

Le crépuscule approche alors je ne tarde pas, malgré la réticence de douce brise je passe l'orée du marais dense aux arbres pourrissants. L'odeur est fétide, je suis forcé de passé mon écharpe sur mon visage pour m'en protéger quelques peu.
Je sens mon fluide qui s'agite dans mes veines dans ce lieu, c'est étrange, Ombrefeu préfère resté sur la selle alors que je marche à côté de Douce-Brise, le sol est humide partout, mais une petite bande de terre fait office de sentier . je le suis pendant plusieurs kilomètres en guettant le moindre danger, je me sens oppressé par le manque de soleil et de lumière, les arbres semble mort ou difforme et plusieurs fois je me suis retourné la lance à l'arrêt en entendant des glissement inquiétant dans mon dos.
La nuit tombe de plus en plus et je ne veux pas me faire piégé dans l'obscurité de ce marais je commence à envisager de modifier un arbre pour en faire une plateforme surélevé quand je vois une sorte de structure carré assez proche. J'en approche et je constate que ce n'est pas qu'une maisonnette perdu dans un bois mais... Un immense manoir dont je ne distingue pas le tout ainsi perdu et enchevêtré dans des masse d'arbres et de lianes.

Je ne vois pas grand chose de distinctif si ce n'est la grande double porte en bois massif ronger par la mousse et des fenêtres à demi cacher par des plantes grimpantes. Je pousse un peu la porte et elle s'ouvre mais bloque à peine entre ouverte, des petites lianes en coincé le haut des portes... je recule et enfonce la porte du pied qui ne résiste guère sous l'impacte et me révèle un atrium spacieux malgré sa décrépitude.

Un reste de vaste tapis jonche le sol, les tapisserie sont des traces noirs sur les murs et l'escalier face à moi semble très précaire... A mon niveau, une porte double à droite et une autre à gauche. En haut je vois quatre porte simple et une juste à la sortie de la première volé de marche. Je décide d'attacher Douce-Brise juste à l'entré près avoir refermé la porte  et l'avoir en partie restauré par fluide, heureusement que c'était du bois et pas du métal.

Il fait presque aussi sombre que dans un tombeau alors je décide de créer de manière espacé des plantes lumineuse partout dans l'atrium, elle émettent une douce lumière bleuté spectrale dans la pièce alors que je m'assois après avoir dérouler ma couverture en restant proche de la porte. J'ai sortis quelques morceaux de pain, du fromage et de la viande séché et j'ai débuter mon dîner dans un silence étrange, Ombrefeu elle même ne semblait guère bavarde, vivement que nous quittions ce marais... Il semble nous mettre sur les nerfs. ..
(c) Never-Utopia
Niveau 6
Grégoire Boisdefer
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 393

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Je suis le Premier Citoyen, du Domaine!:
 




Artefacts acquis:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mer 9 Déc 2015 - 17:55
Le temps passait et marquait d’une pierre mon chemin. J’avais eu plusieurs mission d’accompagnement de caravanes, rien de fascinant en dehors de quelques attaques dont une d’hytrez. Je n’aimais vraiment pas ces créatures puantes. Alors que j’errais dans la capitale, je songeais à visiter Kaïl, après tout j’avais le temps. Une légende parlait d’un manoir perdu dans un marais habité par des spectres peut amicaux. J’aimais avoir peur et surtout les défis. Un de mes compagnons mercenaire m’avait lançait un pari stupide. Passer une nuit dans le manoir. J’avais sauté sur l’occasion de bouger un peu en acceptant le défi. J’avais d’abord cherché des renseignements pour savoir où était le manoir de Gazen le Fou. Après quelques semaines d’enquête, j’avais obtenu ma réponse. Le marais de la Ghyuerf. C’était à l’Ouest de Kaïl. Je pris mon noi’kal et le lançais dans la direction. Il essaya de me décourager d’aller dans ce foutu marais, et, pour sûr, j’aurais dû l’écouter. Mais, si je l’avais fait il n’y aurait pas d’histoire.

La route prit un certain temps avant de sentir l’odeur putride du marais nauséabond. Le sol, spongieux, était peu rassurant mais je m’engageais quand même dans le lieu sombre alors que la nuit commençait à poindre. Marchant à côté de mon compagnon à quatre pattes qui râlait copieusement, j’errais en quête du dit manoir. On m’avait raconté que Gazen Le Fou l’avait construit pour échapper à la mort. Il avait été condamné par Morloc à la potence pour des expériences illicites sur les esprits et les hytrez. Certains disaient même qu’il était un fils de Gar’Haz. Quant à sa mère, ce n’était qu’une tahora qui l’avait élevé dans le culte de la magie. Elle le surprotégea tant et si bien qu’il finit par aimer sa propre mère d’un amour inconcevable. Quand elle mourut, il parvint à faire revenir son esprit en Arcaëlle. Mais elle était terne et triste. Alors il commença ses expériences.

J’arrivais devant la porte, enfoncée, du manoir. D’étrange lueur brillait dans la demeure et un cheval était à l’entrée. Je haussais un sourcil, il y avait quelqu’un. Je laissais mon destrier à l’extérieur et poussais prudemment la porte du manoir. Un frisson me parcourut immédiatement, quelque chose de malsain était là. Les lumières, bleutées, venaient de plantes étranges que je ne connaissais pas. Assis dans la pièce se tenait un arcaëllien en train de pique-niquer. Je restais sur mes gardes, arme en main. Un grognement cadavérique me fit sursauter. Je connaissais bien ce son. Des hytrez étaient ici. Nom de nom ! Préparant un mez’noï, j’observais tous les coins de la pièce avant de lancer :

Je vous conseille de vous mettre en garde car ce grognement ne venait pas de mon estomac.

Je perçus alors un mouvement sur ma droite et lançais avec violence ma boule de feu. Mais, ce n’est pas surprenant, elle passa au travers de ma cible. Le spectre d’une tahora me regardait fixement, un sourire malsain sur les lèvres. Par Morloc, je le sens pas ! Je reculais de façon prudente vers l’inconnu. Nouveau grognement. Ça vient de l’étage. Merde… Dans quelle galère me suis-je mise ?

J’espère que vous savez user de vos armes.

Grognais-je pour l’arcaëllien.
Niveau 5
Lilith Yakan
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 250

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcaelle.blogspot.com/
Niveau 5


Épaulette du lion:
 




J'écris en #F6CED8
Revenir en haut Aller en bas
Mer 9 Déc 2015 - 19:14

Je ne me rappelle que d'avoir commencé à prendre mon dîner... J'ai comme l'impression de me réveiller d'un court sommeil agité. Que ce passe t'il? J'entends du bois qui craque puis se brise...
je me redresse en un instant et me place en position de combat la lance à l'arrêt en constatant la présence d'une jeune femme près de moi... Je jette un regard surpris vers elle puis reporte mon attention sur la porte de bois double du rez de chaussé, côté gauche, qui à volé en éclat dans un petit nuage de particule de bois pourrit.

Je distingue une forme se découper du nuage... Une espèce de masse informe, non difforme... Vaguement humanoïde... Mais la peau, elle est nécrosé! Les orbite son vide... Sang et cendre un mort-vivant! J'ai oublié le nom que leurs donnent les gens d'en dehors de la forêt! Didiorkar m'en à parlé une fois en ajoutant que d'après lui le meilleurs moyen de les abattre était de leurs brisé le crâne.

Je sent mon sang qui se glace, le mort en face était une femme, enfin je crois, elle porte un reliquat d'armure rouillé et une lame acéré malgré son état de rouille est fusionné à son bras droit.
La bête approche dans un grognement grotesque et prête à tuer pour nous ajouter comme compagnon! Je fait le vide en moi comme je l'ai appris et me déplace sur la gauche constatant que ma compagne dont j'ignore le nom est accompagné d'une étrange créature que je ne connais pas.
La voix d'Ombrefeu résonne dans ma tête:

"Frère-renard... Tu était si étrange... Quand la femelle humaine est arrivé tu a ris puis tu t'est levé de manière peu commune à toi et j'ai crus que tu allais l'engager en combat avant que la porte ne se fracasse et ne te ramène à toi même."

"Nous en parlerons après Ombrefeu" je m'exclame à haute voix avant de me lancer dans une série d'attaque d'estoc que la créature pare malgré son état de décomposition, j'éssaye de la frapper à la tête avec le poids d'acier à l'autre bout de ma lance mais elle esquive et pare encore. Quand après une feinte de la lance je lui éventre presque l'abdomen de ma dague en la dégainant après une roulade en avant, la morte ne bronche pas et se retourne pour me charger et cette fois c'est moi qui doit paré pour survivre!

J'espère que la nouvelle venu peut utiliser les flammes cela serait arrangeant!

"Noyer la dans les flammes! Sang et cendre!"
je m'exclame à l'adresse de ma compagne. ..
(c) Never-Utopia

Niveau 6
Grégoire Boisdefer
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 393

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Je suis le Premier Citoyen, du Domaine!:
 




Artefacts acquis:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mer 9 Déc 2015 - 19:34
Le spectre se mit à rire et l’arcaëllien sembla s’éveiller d’un rêve. Nom de nom… L’hytrez attaqua. Plus d’yeux, la peau en lambeau. Merde… Il pue en plus ! Le mort-vivant, qui était autrefois une femelle, chargea. L’inconnu para et attaqua. Je ne pris pas le temps d’ôter mes vêtement et me transformais en un magnifique bsurt blanc. Mes crocs se plantèrent dans le bras décharné de l’hytrez et l’arracha, je répétais l’action avec le deuxième. Sans ses membres, il ne pourrait nous étreindre pour nous mordre. Je repris forme xen, nue comme un ver, attrapais ma lance, fis deux trois estocade et planté l’arme dans son crane moue et putride. L’esprit n’apprécia pas que j’esquinte définitivement son amie. Elle se jeta sur moi et entra dans mon corps.

Lilith n’était plus Lilith. L’esprit, Abby, avait pris son corps et attaqua l’arcaëllien. Elle usa des souvenir de la xen pour se transformer en bsurt et tenta de mordre l’inconnu qui était sur son terrain de jeu. Tous avaient péri sous les coups de son hytrez, d’ailleurs, ils arrivaient d’un pas lent et trainant. Grognant, certains encore frais. Il y avait trois enfants, quatre femelles et six mâles. On aurait pu croire à une gentille famille s’ils n’avaient pas eu ce regard vide d’émotions. Les bras tendus ou le long du corps, ils claudiquaient vers le pauvre arcaëllien. La bsurt/esprit, reprit forme xen et déclara :

Toi et la fille, vous serez mien d’ici peu !

La voix de Lilith était devenue caverneuse, effrayante et peu naturelle. L’esprit, peu avenant, donnait des coups de lance dans tous les sens et usait du fluide de Lilith sur l’inconnu. Un cri guttural sorti de la gorge de l’arcaëllienne possédée. D’autres esprits apparurent, sortant des murs, des portes et du plafond. Le noi’kal, inquiet pour sa maîtresse, n’osa pas attaquer la xen. Il se concentra sur les hytrez. Ils étaient trop nombreux. S’imprégnant de l’étranger, il lui envoya un message télépathique :

Je suis Hatämê, elle c’est Lilith. Il faut qu’elle redevienne elle, sinon on est dans la merde.

Le noi’kal avait bien une idée pour l’heure mais il ne savait pas si cela allait fonctionner. Il grogna vers l’esprit et se rua sur Lilith. L’esprit, prenant peur, quitta le corps de la xen.


Je revins à moi, ne comprenant pas vraiment ce qui s’était passé. Je vis la horde d’hytrez. Je pestais et me concentrer sur une boule de feu. Je la balançais sur l’un des gosses qui s’enflamma mais continua à marcher jusqu’à ce que son peu de cervelle ait grillé. Il s’écroula sans que ses comparses s’émeuvent.

On va pas y arriver !
Niveau 5
Lilith Yakan
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 250

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcaelle.blogspot.com/
Niveau 5


Épaulette du lion:
 




J'écris en #F6CED8
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 10 Déc 2015 - 12:26

Les choses s’enchaînaient à un rythme infernal! Alors que je luttait encore contre le zombie ma compagne s'était changé en un bsurt blanc immaculé et avait chargé le monstre en lui arrachant les bras avant de se changer à nouveau en une humaine ... NU! Sang et cendre! je n'ai pas besoin de cela! Je la laisse achever la créature avec sa propre lance avant de me tourner vers elle pour la remercier quand elle se jeta sur moi en voulant m'embrocher avec son arme! J'ai user de ma maîtrise de la lance pour parer les attaques mais elle avait l'avantage sur ce domaine martial, pour ne rien arranger elle se changea à nouveau en bsurt et la je dû user du tranchant de la lance pour l repousser et profiter de plusieurs seconde de répits.

J'étais en nage, je n'avais jamais encore affronté si puissant adversaire et pour en rien arranger je vis du coin de l'oeil toute une ribambelle de morts arriver pour la curé. Ombrefeu criait des avertissements dans mon esprit mais je n'eut pas le temps d'y répondre que la possédé se jeta à nouveau sur moi sous sa forme humaine et le combat pour la survie reprit de plus belle. Le choc des bois de lance et des lames résonnaient en échos dans l'atrium vide, j'avais du dégainer ma dague pour m'aider à parer les attaques rapides de mon adversaire... heureusement pour moi L'étrange animal de la compagne était en train de retenir à grand peine les morts pour que je puisse contenir sa maîtresse hors de contrôle.

Je voyais du coin de l'oeil des forme spectrale verdâtres voleter en tout sens parfois en hurlant, parfois en riant comme des damnées! La pièce était d'un froid mortel alors que j'étais en sueur sous l'éffort pour continuer à me battre.
Je ne compris pas les mots télépathique de l'étrange animal, je ne parvenais même plus à me concentrer sur ceux d'Ombrefeu! Je fût ravis néanmoins quand il fit mine de se jeter sur sa maitresse et que je pus voir l'esprit qui la possédait en sortir en hurlant de manière stridente.

Je constatais que la jeune femme avait de l'énergie à revendre, elle lanca une sphère enflammé sur l'un des morts de petite taille et j'en profita pour reprendre mon inspiration et j'analysa la situation...
Le surnombre est évident et écrasant, même en lançant des flammes à tout va ont va être submergé... Je constate que les morts ne vienne que de la double porte du bas à gauche de l'entré... Si je ne peut les vaincre alors je dois les contenir et scellé leurs voie d'accès à l'atrium!
je vais néanmoins devoir combattre pour cela et j'ai besoin d'un surplus de puissance... je laisse la jeune femme en solo pour quelques secondes et recule pour commencer ma transformation.

J'use de mon fluide et appel à moi les esprits des arbres, ils répondent à mon appel et je lance mon chapeau et ma veste à ma renarde qui les ranges sur ma selle alors que je sens le bois de fer qui commence à couvrir mes jambes en plusieurs plaques aussi solide que l'acier, mon bassin, l'abdomen et le torse puis les bras et les épaules pour finir par ma tête où le bosi forme un heaume à ailettes qui masque mon visage.

La transformation accomplie je sens ma force qui à décuplé et je m'élance dans la mêlé avec force, je percute sans ralentir un mort qui est propulser en arrière et lui écrase la tête sous ma botte, je pare la lame d'un deuxième avec ma lance avant de la lui décrocher en lui assénant un coup de taille avec la lame de l'arme. Je lance mon arme sur un mort qui tente de prendre la direction de ma renarde et elle fixe le mort dans le mur de bois. je continue alors que les enfants mort se jette sur mon armure pour me ralentir et je les attrapes pour les jeter avec férocité à travers la portes qu'ils ont emprunté pour passer dans l'atrium, un adulte mort approche et je le bloque avec mon avant bras avant d'enfoncer mon bois gantelé dans son crâne et de rejeter le corps sur le côté... je suis enfin à la porte et saisie le montant brisé de celle ci pour utiliser mon fluide et commencer à la scellé avec un maillage de liane entrecroisé... L'opération est lente mais maintenant les morts tentes de m'en empêcher, de ma main libre j'use de pieu de bois que je projette sur mes adversaires pour les repousser assez longtemps... le maillage est presque terminé encore un effort...

Quand je vois toute ouverture dans le passage scellé, je sens mon énergie qui s’échappe, je ne peut retenir l'armure végétale et je la laisse se dissiper lentement en m'adossant au mur proche de moi, je finis par m'asseoir en regardant les deux derniers morts qui approche... J'espère que la jeune femme ne s'est pas fait abattre.....
(c) Never-Utopia

Niveau 6
Grégoire Boisdefer
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 393

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Je suis le Premier Citoyen, du Domaine!:
 




Artefacts acquis:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 10 Déc 2015 - 12:53
L’inconnu utilise khan avec force et foi. Je n’ai pas le temps de me vêtir et le froid des spectres commence à me saisir. Les fantômes se jettent sur moi pour m’empêcher d’aider mon comparse à combattre les hytrez. Je suis aveuglée par leur lumière intangible. Je ne sais comment me débarrasser d’eux, rien ne peux les vaincre. Je peste et hurle comme une damnée quand ils s’amusent à pénétrer mon corps et mon esprit. Je ne vois plus rien, je ne saisis plus rien. Seul le froid m’envahit et la mort tente de me submerger. Je n’arrive pas à penser ni réfléchir. Hatämê tente de m’aider, en vain il ne peut les mordre. Je tombe à genoux, les yeux révulsés. J’arrive à implorer l’aide de Morloc. Et, comme par miracle, les spectres s’éloignent de moi. Après quelques secondes, j’arrive à me mettre debout. Je vois qu’il ne reste que deux hytrez.

Mez’noï !

Hurlais-je avec vigueur. Une boule de feu se matérialisa dans mes mains, je visais l’un des mort-vivants qui s’embrasa puis ramassais ma lance et courais à toute allure vers le second et lui transperçais le crâne de mon arme. Les esprits se dissipèrent en geignant, seul resta la tahora qui grognait de rage. Je sautais sur le dos de mon noi’kal, le lançais vers l’arcaëllien et intimais à ce dernier de monter. Il avait l’air épuisé mais il fallait fuir avant que l’un de nous soit possédé et tue l’autre. Une fois qu’il fut en selle, je lançais Hatämê au galop vers la sortie. J’espérais seulement que ses compagnons à quatre pattes suivent. Il fallait quitter le marais et fissa !

Le froid mordant de la nuit mordait ma peau nue mais je n’y prêtais pas attention. Le noi’kal fonçait à travers le marais, évitant les pièges. J’entendais le galop du cheval derrière moi. Le spectre ne nous suivait pas, peut-être était-il enchaîné à la demeure vétuste.

Enfin, la sortie du marais fut en vue.


HRP:
 
Niveau 5
Lilith Yakan
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 250

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcaelle.blogspot.com/
Niveau 5


Épaulette du lion:
 




J'écris en #F6CED8
Revenir en haut Aller en bas
Ven 11 Déc 2015 - 14:30

Faite gronder lefeu!
Notre fuite fût aussi chaotique que notre combat,je fût pratiquement monté manu military sur l'étrange animal de ma compagne avant que ils ne s'élance vers la sortie, je parvins à ordonner à Ombrefeu de faire suivre Douce-Brise et je constatais entre deux pertes de conscience que mes deux amis à quatre pattes nous suivaient comme si le ténébreux les pourchassaient!

Je ne garde aucun souvenir de la traversé du marais... J'ai oscillé entre conscience et perte de conscience tout le voyage avant que une fois sortie tout juste du marais je me laisse glissé le long de la monture de la jeune femme pour m'adosser assis contre une souche en rampant. Douce-Brise et Ombrefeu son arrivé peu après et j'ai définitivement perdu conscience.

J'ai rêvé de spectre en colère, de mort sortant de leurs tombeau pour me pourchassé... j'ai rêvé d'un marais qui ne finissait pas peu importe les kilomètre parcouru et d'une lune verdâtre dans le ciel.

Je me suis réveillé en sursaut... La nuit est bien tombé et les étoiles illumine le ciel, pas de lune en vue... Un instant... Les arbres, des fougère maladive... Sang et cendre nous ne somme pas sortie du marais! Je me relève difficilement, je sens que mes forces sont à nouveau complète mais je ne crains que cela ne soit d'aucune utilité... Je jette un regard autours de moi, la jeune femme est allongé dans une couverture proche de moi, son animal dort aussi. Un hennissement me surprend et je me retourne pour voir Douce-Brise qui semble angoissé et qui piétine accroché à une souche.
Je réajuste mon chapeau sur ma tête et ma veste avant de flatter l'encolure de la jument en murmurant avec une voix apaisante mais rien n'y fait.
Je cherche la source de son angoisse même si elle me semble évidente... Je pensais que la femme nous avaient fait quitter le marais mais je constate que j'ai du me méprendre.

Je vois Ombrefeu qui dort sur la selle... Bizarre qu'elle ne s'éveille pas avec le raffut de la jument... je commence à la caresser et je suis saisie d'éffroie, elle est glacé comme la mort! Je regarde et je vois qu'elle respire de manière infiniment lente! Je tente de la réveiller mais rie nn'y fait! Je cours vers la jeune femme et tente à nouveau de la réveiller mais elle est tout aussi froide et proche de cesser de respirer! Son animal est dans le même état!

J'entends des bruits étranges... Et je remarque seulement la fine brume qui cours sur le sol spongieux... Je vois danser des ombres entre les arbres. Je dois trouver une solution... Je vais faire cela oui.

Je pose mes mains au sol et commence à user du khan pour muter les plantes proches... J'explore leurs composition, je l'altère par magie, ici pas de fumigène ni de spore urticant! Je vais enflammer et illuminer cette endroit!
Je parviens à créer des spore de pollen capable de s'enflammer sous une petite impulsion de khan et je laisse les plantes proches laisser couler une sève inflammable visqueuse tout autours du bivouac... Je sens les ombres qui approches, elle murmures et grognent!

"Partez d'ici bande de margoulin!" Je m'exclame en lançant une impulsion de khan partout autours de moi qui enflamme mon dispositif incendiaire végétal. Un grondement résonne tel un fauve rugissant et des flammes orangé détonnent tout autours du bivouac alors que les arbres proches se changent en torche à l'écorce ignifugé par mes soins avant de les enflammer.
Les ombres hurle alors avec colère, des pattes ou main griffus tentent de traverser les flammes mais elles hurlent de douleurs et repartent... je me tiens debout au centre du bivouac à la recherche d'un ennemis qui m'aurais échappé, mais le calme est revenu dans le marais.

je me lance auprès d'Ombrefeu qui commence doucement à se rechauffer et à respirer plus normalement avant d'ouvrir ses grand yeux noisettes.

"Tu est très bruyant frère-renard..." murmure son esprit dans le mien etje glousse en lui grattant les oreilles. ..
(c) Never-Utopia


Niveau 6
Grégoire Boisdefer
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 393

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Je suis le Premier Citoyen, du Domaine!:
 




Artefacts acquis:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 11 Déc 2015 - 19:59
La sortie proche, je me sentais étrange, lourde et flasque à la fois. Je stoppais mon noi’kal. Il ne devait plus y avoir grand danger. J’installais le campement et vis l’inconnu ramper pour s’installer contre une souche. Je choisis de ne pas faire de feu, au cas où. Je m’installais pour dormir, de plus en plus lasse et molle. Ma respiration se fit lente et j’eus soudainement très froid. Je glissais vers un sommeil étrange dont je pensais ne jamais sortir. Mon corps se glaça et devint raide comme une branche. J’essayais d’ouvrir les yeux mais en vain. En réalité, nous n’étions pas sortis d’affaire, triste réalité. Ma respiration était de plus en plus lente puis presque inexistante. D’innombrables minutes s’écoulèrent, j’entendis bien l’autre combattre mais sans pouvoir me mouvoir pour l’aider. Pas de chance, je vais sûrement y rester. Le temps s’écoula et mon corps commença à se réchauffer, je pus bouger les jambes puis les bras et, enfin, ouvrir les paupières. Je me redressais prestement.

Qu’est-ce qu’il y a eu ?

Demandais-je d’une voix pâteuse, comme si j’avais bu un peu trop. Je me levais, je constatais que j’étais restée nue sous la couverture. Je me précipitais vers l’une des sacoches qu’Hatämê avait sur le flanc et en sorti une tenue légère et ample. Je m’habillais dans la foulée. Je soupirais, lasse de tout cela. Etant debout, je signifiais à l’inconnu qu’il fallait avancer et quitter le marais maudit. Je sautais sur le dos de mon compagnon à quatre pattes et le fis avancer d’un pas encore lent et engourdi. J’espérais que l’arcaëllien suive.

Après quelques minutes d’avancée, nous passâmes la sortie du marais, je me sentis revivre. Mon cœur sembla battre de nouveau normalement, ma respiration était calme et régulière. Mes membres, jusqu’alors endormis, reprirent consistance. J’étais sauve.

Lilith : 1 ; Le marais : 0 !

M’exclamais-je comme une gamine en brandissant le poing vers le lieu maudit et putride. En vie ! Je suis en vie ! Morloc soit béni ! Je souriais comme une imbécile heureuse, bien trop contente de m’en être tirée comme ça, sans blessure. J’en oubliais presque l’inconnu et ses animaux.
Niveau 5
Lilith Yakan
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 250

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcaelle.blogspot.com/
Niveau 5


Épaulette du lion:
 




J'écris en #F6CED8
Revenir en haut Aller en bas
Sam 12 Déc 2015 - 15:15

Je regarde la jeune femme qui se lève et prend sans tarder la fuite... Je suis terrifié et je pense à la suivre, ce que je fais sur quelques pas avant de m'arrêter. Je regarde derrière moi vers le manoir en ruine, je commence à faire demi-tour.
Combien de personnes vont encore laisser leurs âmes ici, combien de cadavres vont continuer à déambuler sans pouvoir avoir le repos? Une petite voix me dit que je devrais oublier tout ça, partir loin et laisser cela à un héro avec une épée sacré et tout le tatouin mais...  Les enfants, des enfants souffre là-bas sous l'emprise d'un spectre en colère.

Je marche à travers les arbres difforme et les eaux sombre et nauséabonde. Les feu follets éclates par ci par là, éclairant parfois de lueurs verdâtre les coins sombres. Ombrefeu est sur mes talons, elle est silencieuse et étrangement sérieuse, ma jument marche tenu par la bride. Je me demande toujours ce que je pourrais faire pour arranger les dangers de ce lieu angoissant et triste. Je vois enfin les portes massives du manoir, toujours entre ouverte, des murmures angoissants me parvenant. J'ai peur mais je ne suis pas seul... Ombrefeu et Douce-Brise sont là... J'attache Douce-Brise à l'extérieur et je pose ma main sur la prote et pousse.....
(c) Never-Utopia
Niveau 6
Grégoire Boisdefer
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 393

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Je suis le Premier Citoyen, du Domaine!:
 




Artefacts acquis:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 14 Déc 2015 - 8:28
J’attendais l’inconnu, assise sur le sol. J’avais un mauvais pressentiment, celui qui vous fait dresser tous les poils du corps. Allais-je devoir entrer à nouveau dans ce marais putride pour sauver cet imbécile ? J’attachais mes armes à leur place habituelle, ordonnais à Hatämê de ne pas bouger et entrais de nouveau dans ce lieu spongieux. Après un court laps de temps, j’aperçue à nouveau la demeure maudite et, devant, le cheval de l’inconnu. Il devait être à l’intérieur l’idiot… Armant mon cœur de bravoure et ma main de mez, j’entrais dans le taudis. L’angoisse du lieu se saisit de moi immédiatement. J’aperçu l’arcaëllien. Je ne pus m’empêcher d’aller vers lui et de lui murmurais :

Suicidaire ?

La maison avait dû être belle autrefois, pleine de vie. Je soupirais en voyant un hytrez se dirigeait lentement vers nous. Je n’y réfléchis pas trop, je balançais ma boule de feu vers lui. Les spectres tournoyaient vers le plafond en geignant. Il ne fallait pas détruire cette demeure qui les emprisonnait. Juste, la sceller correctement pour que personne ne puisse entrer ou sortir.

Je fis part de mon idée à mon acolyte. Du bois craqua à l’étage. Il fallait faire vite et se barrer fissa. Je pris une grande inspiration, fis demi-tour et attendis près du cheval de monsieur Khan. Après tout c’est le fluide qu’il utilisait.
Niveau 5
Lilith Yakan
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 250

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcaelle.blogspot.com/
Niveau 5


Épaulette du lion:
 




J'écris en #F6CED8
Revenir en haut Aller en bas
Sam 19 Déc 2015 - 10:49

Les spectres gémissaient en volant à ras le plafond de la grande salle, ils avaient tous l'air si triste, si souffrant... Je ne percevais pas de mes yeux le spectre de la femme qui semblait les commander.
J'entendis les pas de la jeune femme qui arrivait, elle avait le pas léger mais reconnaissable.
J'entendis "suicidaire?"
Non pas suicidaire...Triste. Je ne répondit pas à la jeune femme mais je lui souris en enlevant mon chapeau et je m'exclamais à l'intention des spectres.

"Je veux vous aidez! je veux vous aidez à trouver le repos. guidez moi! Donnez moi un indice pour vous amenez au repos!"

J'attendis, les spectres s'enroulaient autours de moi sans me faire de mal mais ils murmuraient sans s'arrêter dans une cacophonie de mots inquiétants et angoissant! Mais alors que je commençais à perdre mon sang froid qui se fissurait petit à petit, les voix s'atténuèrent et un esprit arriva devant moi, une enfant, à peine 8 ans... Elle me regarda dans les yeux et me sourit

"Vous voulez vraiment nous aidez?"retenti sa voix avec calme.

"Oui... Je veux vous amenez le repos que vous méritez." Je lui répondit en déglutissant.

Elle me sourit et sa main spectrale pris la mienne, elle était glaciale mais douce. Elle ria d'un rire cristallins et me guida vers la porte qui tronait au sommet de la première volé d'escalier de l'atrium.

"La dame est très en colère mais elle est surtout malheureuse... Elle en veut à son amoureux... Si ont l'aidait elle nous laisserais partir vers le ciel lumineux... je vois maman et papa et qui m'appel mais je n'arrive pas à voler vers eux."

Je m'agenouilla vers elle et lui souris en remettant mon chapeau. Ombrefeu se cala entre mes jambes en fixant l'enfant.

"Je vais tenter de vous aider alors... Est-ce que les Hytrez sont aussi des vôtres?"


"Non... Ils... Ils sont méchants, leurs âmes peuvent pas aller au ciel mais ils refusent de partir... Dans la terre. Alors ils tuent, c'est qu'ils faisaient, même avant."

Je me relevais et regardais la porte avec une certaine appréhension... La voix moqueuse d'Ombrefeu retentit dans ma tête.

"Alors tu perd ton courage frère-renard? Une porte te fait elle dont si peur?"


"Silence Ombrefeu... Allons mettre fin à tout ça, j'ai encore de grandes choses à découvrir ailleurs." Je grommelais en enfonçant la porte pour m'enfoncer dans les ténèbres d'une cours intérieur... Et d'un groupe d'Hytrez.

Les cris de peur et de guerre retentirent et les armes parlèrent avec les fluides... ..
(c) Never-Utopia
Niveau 6
Grégoire Boisdefer
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 393

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Je suis le Premier Citoyen, du Domaine!:
 




Artefacts acquis:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 19 Déc 2015 - 21:16
J'étais près du cheval ma ne voyais pas l'utilisateur de Khan venir. Je pestais entre mes dents, ce type allait me rendre chèvre. Retournant dans le manoir, en ayant fait apparaître mon tigre de mez, j'avançais avec prudence sur le parquet de bois de la demeure maudite. Je vis l'arcaëllien prendre les escalier et monter calmement. J’emboîtais le pas à l'humain, un peu craintive. Mon tigre feulait de colère et de mécontentement. Je n'aimais pas cet endroit, il empestait la mort et la destruction. Un fantôme d'enfant passa devant moi et me traversa comme s'il ne m'avait pas vu. Nous arrivâmes dans une cours intérieure bondée d'hytrez aux yeux glauques et inexpressifs. Le tigre attaqua lorsque je lui en donnais l'ordre, ayant une aide animal je pris le temps de me dévêtir avant de prendre la forme de bsurt. Une fois sous forme animale, ma lance posée près de ma pile de vêtements, j'engageais le combat avec les morts, prenant garde de ne pas me faire mordre ni griffer. Ma gueule s'ouvrit grande et emprisonna la tête d'une fillette chauve en décomposition. Elle lâcha un râle et sa tête se sépara de son corps lorsque je tirais un coup sec. Les bras s'agitèrent encore un instant puis le corps s'écroula comme une vulgaire poupée de chiffons. J'avançais avec prudence dans la petite coure, méfiance et prudence, deux maîtres mots. Mon regard se posait partout, je pus compter six mort-vivants et un spectre. Celui de la tahora. Elle pleurait à chaude larmes, priant vainement les Dieux de l'aider. Ma forme changea, je ne voulais plus attaquer. Je devins chat blanc à pattes de velours. Je passais discrètement parmi les morts qui ne cherchèrent pas à m'attraper. Une fois arrivée sur un espèce de balcon aux fleurs mortes, je pris formes xen. Le spectre dû sentir ma présence et se tourna vers moi.

Ses yeux tristes me fixèrent intensément et, un instant, je crus lire un espoir dans son regard d'outre-tombe. Un soupir las souleva sa poitrine décharnée et translucide. Elle ne bougea pas, pas même les lèvres, mais sa voix résonna dans le lieu :

Pourquoi être revenus ?
Mon comparse doit être suicidaire et... Moi aussi.. Peut-être... Je fis silence, l'observant, elle avait dû être belle autrefois. Quel mal vous ronge, tahora ? Pourquoi ne pas passer dans l'autre monde ?

Un soupir las, triste et colérique s'échappa de ses lèvre pâles. Elle me tourna la dos et étendit les bras de façon horizontale. Elle gronda, soupira encore, et pleura de nouveau.

Autrefois, ce lieu était magique et plein de vie. Mon époux, Naz'Bäer était un arcaëllien attentif et aimant. Puis il rencontra cette péronnelle bien jeune et futile. Il en tomba amoureux follement. Pour ne pas ma quitter il... IL M'A EMPOISONNÉ ! Il m'a trahi, me vouant à une non-vie... Depuis, ma colère est si grande que je piège les âmes errantes et les mort-vivants en ma demeure pour le retrouver et le tuer. Car aujourd'hui il n'a que quatre-vingt-seize ans. Moi j'en aurais à peine soixante-dix-sept.... Je n'ai même pas eu d'enfants. Hoooooooooooo Comme je suis malheureuse !

Je réfléchis à ses maux et ses mots. Pour la libérer, il suffisait de lui apporter vengeance et elle serait libre tout comme ses prisonniers. Pas trop dur ? Oui, certes mais il fallait trouver l'arcaëllien. Alors, je me permis de lui demander ce qu'il était. Elle répondit :

C'était le plus beau des mzékils avec sa longue chevelure acajou et ses yeux noire comme la nuit. Sa taille imposante et sa musculature d'athlète me faisait frémir. Aujourd'hui il vit caché dans le marais, en ermite après avoir été trahi par sa péronnelle. Mais jamais il ne vient me voir...

Donc, il n'était pas loin, il suffisait peut-être de couper la tête de ce mécréant et de l'amener à l'arcaëllienne trahie. Je réfléchissais.
Niveau 5
Lilith Yakan
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 250

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcaelle.blogspot.com/
Niveau 5


Épaulette du lion:
 




J'écris en #F6CED8
Revenir en haut Aller en bas
Mar 22 Déc 2015 - 22:03

Esquiver, riposter, transpercer, sauter, décapiter... Le combat n'était qu'un flou artistique et frénétique. Mes spore incendiaires éclatent de manière sporadique, illuminant la cour d'une lumière infernale, un hytrez vaincu, la lame de ma lance lui transpercant le crane, un deuxième avec ma dague dans la tempe, j'esquive je roule, je saute sans m'arrêter... Je dégaine mon arc, deux flèche file et abattent l'un des hytrez, deux autres brûlent dans des cris horribles.
Tuer, tuer et encore tuer, combien de minutes? Je ne sais même plus... Les revenants se font moins nombreux mais je suis en nage, la sueur me brûle les yeux, mes muscles sont des bloc ardent et douloureux. Je ne conçoit aucunes autres pensée que me battre, me battre, avancer...
Je finis par atteindre le spectre de la dame en colère au moment des explications. je monte les marches qui mènent aux deux femmes, je suis sale, j'ai des cernes sous les yeux et les flammes qui brûlent dans la cours projetent mon ombre devant moi. Je suis haletant et en sueur.
Je m'avance de quelques pas vers le spectre... Je lache ma lance et mon arc au sol, ma dague les rejoint dans un clang sonore. Ombrefeu se glisse près de moi et attend. Je pose mon chapeau sur la tête rousse de ma tendre amie et lui souris avant de reporter mon attention sur la spectre et Lilith.

"Si je vous amènent votre ancien amant pour que vous puissiez mettre un terme à toutes ces morts... Que vous puissiez avoir des explications... Il ne faut plus de mort ici. Il y a eu trop de morts..."

Je réajustais ma veste en la dépoussiérant et réarangeais ma coiffure... Quand je vis mes mains je constatais des tremblements léger à travers mes gants de cuir... Je dois me reprendre. Trouver l'ermite, m'assurer que la spectre reparte en paix et pour l'ermite... Ont verra.

..
(c) Never-Utopia
Niveau 6
Grégoire Boisdefer
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 393

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Je suis le Premier Citoyen, du Domaine!:
 




Artefacts acquis:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mer 23 Déc 2015 - 11:39
La souffrance peut prendre bien des visages et des aspects. Le spectre en était un exemple flagrant. Empoisonnée, elle n’avait su abandonner celui qu’elle aimait. C’est dans ce genre de situation que je suis bien heureuse de trouver qu’aimer c’est surfait. L’inconnu proposa d’apporter l’ermite au fantôme. Je soupirais, quand allais-je dormir ? Je retournais vers mes vêtements, enjambant les cadavres. J’enfilais ma tenue sans dire un mot, trop occupée à songer. L’ermite ne nous accompagnerait pas sans résistance. Je ramassais ma lance. Plus vite on trouverait ce maraud, plus vite je pourrais dormir. Je m’approchais de nouveau du spectre.

Savez-vous sa position ?

Demandais-je à la tahora sans aucune douceur. Je la vis frémir puis sourire. Elle m’indiqua un chemin menant à un vieux temple d’Othab. Il était dans les ruines de ce lieu de culte abandonné. N’attendant pas l’utilisateur de Khan, je fis demi-tour et pris les escaliers. J’arrivais dehors et montais sur Hatämê. Je lançais ma monture en direction du vieux temple en ruine.

Après quelques temps de cavalcade, nous arrivâmes devant le lieu, un feu brûlait entre les murs illuminant le marais. Je sautais au bas de ma selle et pris la direction du feu en ayant pris soin d’invoquer mon tigre de mez.

Près du feu se tenait un mzékils ni jeune ni vieux. Il leva un regard curieux vers moi. Je restais immobile, l’observant dans le silence.

A qui ai-je l’honneur ? Demanda-t-il d’une voix calme et posée.
Lilith Répondis-je froidement. Je suis là pour votre épouse. Suivez-moi et vivez.

Il se mit à rire et se leva.
Niveau 5
Lilith Yakan
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 250

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcaelle.blogspot.com/
Niveau 5


Épaulette du lion:
 




J'écris en #F6CED8
Revenir en haut Aller en bas
Dim 27 Déc 2015 - 11:43

J'attendis près de la tahora alors que ma compagne partait sur son destrier chercher l'homme, je me retrouvais à nouveau seul avec Ombrefeu dans la grande cours. Elle avait du être luxuriante auparavant, les statues autrefois sublime n'étaient plus que des débris ronger par la mousse. Les chemins de promenades étaient enseveli sous la boue et la où avant les fleurs couvraient surement la terre battue tout était nu et désolé.

Je passais mon temps alors à détailler la spectre... C'était une belle femme, avec son visage fin et ses cheveux claire qui lui tombaient dans le dos jusqu'au creux de ses reins, elle avait une robe blanche qui lui sculptait les hanches pas trop fines et son corset laissait deviné une poitrine opulente et un médaillon trônait entre les deux collines de la femme morte.

J'avais vu il y a un moment un collier de ce genre mais où... Je n'arrivais pas à m'en souvenir. Je sentis la spectre s'approcher de moi et me tourner autours en me chuchotant d'une voix assez languissante.

"Ta compagne est partit, j'ai vu que tu détaillait mon corps, ne serait tu pas comblé si je pouvait le faire revenir pour toi? Je sens dans ton coeur un vide... Toi aussi l'amour t'a trahie... je pourrais combler ce vide si tu le désire..."

Je ne répondis pas mais une sensation de danger m'assaillis... Outre le fait qu'une spectre voulait que je partage sa couche un autre danger rôdait.... Son collier... Ses vêtements, c'est la clé du mystère...
Où avais je vu cela vite! OUi mais bien sûr! Le musé de la capitale de Kail! Un instant... La spectre était maintenant contre moi son corps spectrale diffusant une froideur sur ma peau.
Le style de son collier, de ses vêtements... Plus personnes ne les portes, plus personnes car cette mode est passé depuis plus de trois siècles! Son mari est un mort comme elle! Les symboles sur son collier ce sont des glyphes des adorateurs du chaos!

Elle compris car soudain elle repris une expression de colère démoniaque et je sautais en arrière pour atterrir dans un ancien parterre de fleur.

"Tu aurais dû accepter de me rejoindre mortel!" Hurlait t'elle avec fureur. Alors que des hytrez sortaient de terre avec des gémissement... Je n'avais plus mes armes et c'était impossible que je n'arrive à combattre autant de ces créatures seul et désarmé, même ma magie avait ses limites.
J'attendis une charge qui ne vint pas, les hytrez restèrent immobiles et fixèrent la tahora. Je sentis une petite main glacé prendre la mienne...

La petite fille était là, juste à côté de moi... Elle levait ses yeux vers moi et je la vis dévoiler deux mandibules avant de les faire à nouveau disparaître.

"Vous ne cesserez jamais de me suivre vous les aracnors..." Je lui dit avec un sourire.

"Vous avez été bon avec beaucoup des miens, je les vu dans votre coeur... La dame à fait massacré tout les aracnors de notre région car ils avaient renié Ozan... En vérité, tout les pauvre hytrez sont d'ancien aracnor. quand je leurs ai montré votre bonté pour les nôtres ils ont refusé de vous toucher à nouveau. Ils se doutaient déjà de votre ascendance à votre façon de vous bagarrer avec eux... Nous avons tuer la dame et enfermé son corps dans le mausolée du manoir... Il faut brûler ses reste pour se débarrasser d'elle."

Je regardais la tahora qui fulminait de rage en hurlant vers moi mais elle était comme effrayé de s'approcher.

"J'imagine que la porte derrière elle est le mausolé... Comment la combattre suffisamment longtemps pour atteindre ses restes?"
Je demandais à la petite fille.

"Les âmes coincé ont choisis de vous défendre de ses atatques en prenant posséssion d'une arme d'hytrez... Elle souffrira à chaque coup et reculera mais ne mourra pas, détruisez ses ossements et courrez sauvez votre compagne!" Répondit la petite spectre.

PAs de temps à perdre donc... je laissa un hytrez approcher avec un une sorte de lance comme la mienne mais d'allure antique... Elle brillait d'une lueur bleuâtre glacé et j'e nsentis toute la froideur en prenant avec respect l'arme de l'aracnor décomposé.

Ombrefeu restait avec l'enfant en tremblant devant tout les esprits qui tournaient en hurlant de colère sans pouvoir approcher la tahora. Je posais à nouveau mon chapeau sur la tête de ma renarde et fonçais droit vers la tahora...Elle hurlait et des éclairs jaillirent de ses mains et frappèrent le sol près de moi dans un geyser de terre. Je fis trois roulade pour esquiver d'autre éclairs avant d'arriver sur et de lancer la lame au bout de lance dans un coup de taille qui lui taillada la poitrine d'un bout à l'autre. Elle hurlait d'une douleur à m'en vriller le crânes et je me jetais sur la porte du mausolée qui se fractura sous mon poids et la faiblesse du bois pourrit depuis si longtemps.

J'invoquais une cosse de spore incendiaire depuis un bout de mousse et courus sur l'immense tombe face à moi et en retira le couvercle en grognant, l'objet finement ouvragé finis par s'ouvrir et dévoila les restes de la tahora manipulatrice.

Un cris de haine me parvint et je vis la femme à l'entré du mausolée le visage déformé se préparant à me charger. Je fit éclaté la cosse de spore incendiaire sur les restes du spectre et me tint prêts à recevoir la femme.
Elle ne parvins jamais à moi et hurla une dernière fois alors que son image se dissipait au fil que ses os noircissaient et devenaient cendre.

Quand elle disparut complètement je sortis et vit les esprits rassemblé, autrefois des lumières aux visages effrayant de douleur, ils étaient maintenant des êtres lumineux et aux sourires radieux. La petite fille me regardais avec des larmes spectrales coulant de ses yeux.

J’approchais alors que je rendais son arme à l'hytrez qui rejoignit les siens dans un rang parfait.
"Il te reste ta compagne à aller soutenir... Mais sache que ce manoir est maintenant comme ton foyer... Les hytrez ont choisis de... rester ici, ils vont regagner leurs tombe et attendre tes ordres quel qu’ils soient. Tu nous rends au repos de Jurk... Merci Grégoire Boisdefer... Nous passeront de ta part tes chaudes salutations à ton amie plumeocéan..." Avant que je ne puisse poser plus de question je vis les spectres disparaitres graduellement et les hytrez regagner leur demeures éternel sans un mots de plus...

Ombrefeu me regardait avec plus encore d'étonnement que moi et finis par dire.

"Si nous vivions ici... Awilda adorait rendre à ce lieux la vie... Erikar et les enfants y seraient bien sous la garde des hytrez aracnors... Tu devrais demander u ntitre de noblesse vu que ce serait tes terres dans un sens... Dois je te trouver une concubines frère renard?" Gloussais t'elle

"SI je deviens noble tu devrais porter une robe en dentelle et manger ta viande par petite bouché en assurant ta descendance aussi Ombrefeu, ni moi ni toi n'aimerais être ainsi privé de nos liberté d'alller et venir ha!"

"C'est juste, allons aider la dame qui finis toujours nu avant de continuer notre conversation, enfin si elle à encore besoin d'aide."


Je récupérais mes armes et courrus jusqu'à Douce-Brise et galopais vers le fameux temple à bride abattu, espérons que j'arrive à temps!..
(c) Never-Utopia


Niveau 6
Grégoire Boisdefer
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 393

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Je suis le Premier Citoyen, du Domaine!:
 




Artefacts acquis:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 27 Déc 2015 - 19:19
Lorsqu’il se leva, je me rendis compte que lui aussi était spectrale. Ainsi, il était déjà mort !? Je haussais un sourcil, surprise par cette nouveauté. Il était devant moi, le regard terne, le visage triste. Il posa une main froide sur mon épaule droite et soupira longuement. Le feu avait disparu, seule la nuit nous entourée. Je frémis, c’était certainement de la peur. Il porta un doigt vers ses lèvres pâles et me somma d’écouter son récit.

Je suis bien celui que vous cherchez, j’ai aidé nombre de vos semblable à fuir mon épouse folle. Oui… Oui je l’ai tué. Pourquoi ? Non, pas pour une péronnelle comme elle aime le raconter mais parce qu’elle a massacré des innocent au nom d’Özan. Elle en a fait ses prisonniers. Ce à quoi je n’avais pas pensé, c’est qu’en la tuant, je lui donnerais plus de pouvoir. Mais après qu’avais-je de mieux à faire face à sa démence ? Meurtri par le chagrin, j’ai erré dans le marais qui se formait autour de moi. Je maitrisais khan et, inconsciemment, j’ai créais une prison pour ma femme. Cette sorcière… Elle m’a volé mon cœur puis ma raison d’être. J’ai fini par mettre fin à mes jours par le poison. Mon corps s’est décomposé à cet endroit même. Il montra un talus un peu plus loin. J’ai refusé le Royaume de Gar’Haz pour veiller à ce qu’elle ne fasse plus de mal. Mais ma quête est vaine.

Il fit silence et fronça les sourcils. Il chuchota quelque chose que je ne compris pas. Son regard se tourna vers le manoir et une larme coula sur sa joue fantomatique. Il dévia son regard vers moi et sourit doucement. Je n’arrivais pas à suivre cet arcaëllien. Qu’est-ce qui le faisait sourire ? Je frissonnais à nouveau. Il y avait quelque chose de pas clair dans tout ça. Mon regard fut alors attiré par un pendentif datant du règne des Dieu-Empereur. Il était un ancien conseiller Impérial. Il dut remarquer mon visage ébahit car il se mit à rire.

Tu es une descendante des Vaibïaëns ? N’est-ce pas ? Je hochais la tête, en silence. Morloc n’a rien d’un Dieu fillette. Ce n’est qu’un spectre à qui Gar’Haz a refusé les enfers et les terres des morts. Tu sers la mauvaise cause. Il faut combattre, bientôt une guerre surgira du néant et ce ne sont pas les tiens qui la déclencheront mais les adorateurs d’Özan. Écoute-moi, l’arcaëllien vient d’en finir avec ma sorcière de femme. Détruit mes ossement que je puisse rejoindre Gar’Haz et Jurk. Mais avant, prends le collier sur mon squelette ainsi que le manuscrit dans le petit coffre en étain. Donne tout cela à la Reine des Cités Blanches.

Il s’écarta pour me laisser passer. J’allais vers le talus, invoquant mez. Je trouvais le squelette qui possédait encore des cheveux. Je vis le coffre en étain, le collier. Je pris les deux puis incendiais les restes du mzékils. Alors qu’il s’effaçait, il soupira un merci.

Sur le collier, en plus du pendentif, se trouvait une clef de petite taille. Je la dirigeais vers la serrure du coffre et en sortie un livre ayant une couverture en cuir vert. Dessus était écrit :

Créatures et malfaisance d’Özan


Je glissais le livre volumineux dans ma sacoche et mis le collier autour de mon cou. J’entendis alors approcher.
Niveau 5
Lilith Yakan
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 250

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcaelle.blogspot.com/
Niveau 5


Épaulette du lion:
 




J'écris en #F6CED8
Revenir en haut Aller en bas
Mar 12 Jan 2016 - 21:43

Je finis par arriver après une course sans répit à travers la fange des marécages et les choses en décomposition. L'odeur agressait les narines, mais je finis par voir la jeune femme devant le temple, un feu brûlait non loin, je sautais de scelle et fis face à la voyageuse en lançant un regard à l'amas incandescent.

"Vous semblez avoir géré le problème... Le spectre était-il mauvais ?"
Je lui demandais en enlevant mon chapeau en m'approchant du temple.

Malgré les plantes grimpantes et les ravages du temps qui fissuraient la pierre, on pouvait voir nombre de beaux glyphes qui étaient dans une langue inconnue. Je dégageais un peu de lierre et passais mes mains sur la pierre gravé... Je sentais l'envie de creuser plus profond mes recherches sur ce temple, mais... C'est comme si une peur illogique me tenaillait le ventre.

"Savez-vous ce que sont ces glyphes ?" Je demandais la voix distante..
(c) Never-Utopia
Niveau 6
Grégoire Boisdefer
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 393

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Je suis le Premier Citoyen, du Domaine!:
 




Artefacts acquis:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mer 13 Jan 2016 - 11:05
J’observais les cendres fumantes quand l’inconnu arriva. Il me demanda si le spectre de l’ancien était mauvais, je secouais négativement la tête. Il avait dû être un bon arcaëllien de son vivant et l’était resté dans la mort. J’avais un peu de peine pour lui, après tout, il s’était sacrifié pour le monstre qu’il aimait. Ça valait sûrement une place dans les jardins des enfers de Gar’Haz. Je glissais le collier sous ma tunique et me tournais vers l’arcaëllien.

Ce fut une soirée mouvementée…

Murmurais-je de façon presque inaudible. Je soupirais et observais le vieux temple. Il devait dater d’avant le règne des Tahora’Han. Il était ancien et… en ruine. L’inconnu me demanda si je connaissais les glyphes tracés sur les murs. Je répondis par la négative. Je passais un doigt distrait sur l’un des symboles. Que voulait dire cette écriture ? Que racontait-elle ? Je soupirais, encore une fois. Qu’importe. Je voulais quitter cet endroit au plus vite.

Vous souhaitez étudier cette écriture datant des premiers arcaëlliens ?

Demandais-je une pointe d’ironie dans la voix. Je ramassais ma lance et cherchais un endroit où dormir pour la nuit. Je trouvais un lit de mousse bien confortable. Déposant mes bien, je sortis une petite couverture de ma besace et m’allongée. Je n’eus guère besoin d’une berceuse pour rejoindre le monde des rêves. Mais ce fut une nuit agité par des spectres et des hytrez.

****Le lendemain****

Le soleil avait du mal à passer entre les épaisses végétations du marais mais je sentais cependant sa chaleur. Je rangeais mes affaire et dit au revoir à l’inconnu.

Au fait, je me nomme Lilith.

Dis-je comme si cela avait de l’importance.
Niveau 5
Lilith Yakan
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 250

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcaelle.blogspot.com/
Niveau 5


Épaulette du lion:
 




J'écris en #F6CED8
Revenir en haut Aller en bas
Lun 18 Jan 2016 - 21:43

La journée avait été rude, et la nuit fut d'un agréable réconfort malgré l'humidité ambiante et le faible halo de lumière de notre feu de camp. Ombrefeu blottit à moi, nous avons dormi comme des enfants jusqu'au doux matin et ses rayons de soleil.

Lorsque je fusse totalement sortis du sommeil, je me rendais compte que ma compagne commençait déjà à préparer son départ, je préparais aussi le mien et alors qu'elle me révélait son nom, je lui révélais le mien avec une révérence digne de la cours.

"Je suis Grégoire Boisdefer... Merci pour votre aide... Si vous repassez par là, arrêtez-vous au manoir, je vais m'arranger pour le rendre digne de ce nom." Je proposais avec un sourire.

Je la saluais et l'observais partir. Moi, je retournais au manoir avec mes compagnes animal... Oui, il y a des enfants aracnors qui seraient ravit de vivre dans un si grand espace, surtout une fois le marais rendus à une vie forestière plus digne.

L'avenir s'annonce radieux !..
(c) Never-Utopia
Niveau 6
Grégoire Boisdefer
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 393

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Je suis le Premier Citoyen, du Domaine!:
 




Artefacts acquis:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 19 Jan 2016 - 13:46
Il se présenta sous le patronyme de Grégoire Boisdefer. A ce que je compris il allait retaper le manoir afin de le rendre viable. Je lui répondis que j’essayerais de revenir un jour mais ne garantissais rien. Je montais sur le dos d’Hatämê et commençais à partir avec mes gains de la nuit. Je saluais de la tête l’humain et déguerpie rapidement de ce lieu maudit. Etrangement, je me sentais en paix, comme si j’avais fait quelque chose d’extraordinaire. Une question me taraudait cependant : Avais-je choisi la bonne route ? Morloc, s’il n’était qu’un esprit, était loin d’être un Dieu. Ma foi semblait ébranlée. Je soupirais en savourant les rayons bienfaisants du soleil sur mon visage. J’étais sortie du marais. Maintenant, il fallait rentrer à Alzbey et écrire à la reine. Je devais avoir une entrevue avec elle, et vite. Ce livre parlait de créatures d’Özan mais j’ignorais en quoi elles consistaient. Mon estomac grogna, j’avais faim avec toute cette histoire. Je fis halte dans le premier village venu et allais à l’auberge. Je commandais un repas chaud ainsi qu’un bain pour me décrasser.

A demi allongée dans la baignoire en cuivre, je frottais mon corps crasseux. L’eau n’était plus limpide. Une fois propre, je quittais le liquide brunâtre, me séchais et m’habillais. J’avais l’estomac plein et je sentais bon, que demander de plus ? Je repris mon bonhomme de chemin vers Alzbey après avoir rédiger une missive pour la Reine Amalÿ. Le courrier, bien que bref, montrais l’urgence de notre rencontre.

Altesse,

J’ai en ma possession un vieux manuscrit qui devrait en intéresser plus d’un. Je souhaite vous voir rapidement afin de vous le remettre.

Dans l’attente de votre réponse.

Soldat Lilith.


Je confié la missive à un coursier que je payais grassement. D’ici cinq à six semaine, la reine aurait mon mot.
Niveau 5
Lilith Yakan
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 250

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcaelle.blogspot.com/
Niveau 5


Épaulette du lion:
 




J'écris en #F6CED8
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Kaïl :: Ouest :: Marais de la Ghyuerf-