A l'aide ! [PV Morianne] [TERMINÉ]

 :: Le monde :: Yban :: Nord :: Forêt de l’Axÿ’Han Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lun 22 Fév 2016 - 17:02
De retour à Yban, je suivais mes cours sans réelle passion. Cependant, j’avais de bons résultats et en étais plutôt fière. Je me promenais dans la ville un jour de congé et l’envie de parcourir le monde me reprit. Je voulais tant tout voir et tout connaître mais, pour ma protection, je devais devenir plus forte. Être fille de Thaä n’est pas chose facile… Je soupirais en m’asseyant sur un banc, pleine de regrets. Mais, après tout, j’étais encore jeune et j’avais, peut-être, la vie devant moi. Peu de gens connaissaient mon ascendance divine mais je voulais me faire un ou une amie et lui dire tout. Je voulais vivre une grande amitié. Jusqu’à présent, je n’avais eu que des connaissances sans plus. Je me mis debout, levant les yeux aux cieux. J’allais vers ma demeure pour y prendre mon cheval et me rendre dans la forêt la plus proche. Nuage était rapide et fier, c’était un bon étalon. Blanc comme neige avec une petite tâche noir sur le flanc gauche. Je sellais l’animal et partie en quatrième vitesse vers ma destination. Je galopais sans faire attention aux autres. Je voulais de l’aventure et du combat. En sortant de la ville j’en trouverais sûrement.

Après quelque temps de cavalcade, j’arrivais dans la forêt. Je mis pied à terre et Nuage me suivit sagement sans que je le tienne. Je m’assis sous un arbre et me mit à rêvasser. Je n’étais qu’une gamine pleine d’espoirs stupides.

Je m’étais assoupie quand des voix me réveillèrent. Elles n’étaient pas très loin de moi. Nuage henni ce qui attira l’attention des inconnus. Il semblait inquiet. J’attrapais mon épée, prête à en découdre. Ils étaient quatre. Un mzékils, un tahora et deux humains. Le mzékils à la chevelure rouge m’observa et un sourire machiavélique se dessina sur son visage. Ses yeux bleus s’illuminèrent comme s’il venait de trouver un objet rare et précieux. Je compris en quelques secondes ce qu’ils étaient. Des Hayert’Vaäl. Et qu’est-ce qu’ils voulaient ? Je vous le donne dans le mille : moi !

Tiens tiens ! Fit le mzékils. Ne serais-tu pas notre proie ? En tout cas tu es sa sœur jumelle si je me trompe. Sëya Nazen, fille de Thaä !

Et merde… Pourquoi ? Pourquoi fallait-il que ça tombe sur moi ? Je me mis en position de combat et les défiais du regard. Le mzékils se toucha l’entre-jambe et assura que j’étais bonne pour une petite partie avant de mourir. Que voulait-il dire ? Allaient-ils me forcer à faire la chose alors qu’ils devaient me tuer ? Je soupirais, perdant espoir. Je reçu une boule de feu dans la main et ils se ruèrent sur moi.

Je passe premier !

Rugit le mzékils en me jetant au sol et en dégrafant son pantalon. Je hurlais, suppliais, la peur prit largement le dessus sur le rationnel. Il arracha mes vêtements me mettant à nu. J’appelais à l’aide. Je me débattais et puis une grande douleur. Il était en moi. Je me mis à pleurer en suppliant qu’il cesse mais il ne faisait que commencer. Il immobilisa mes bras de ses mains et souriait fou de joie à l’idée de dépuceler une demi-divinité. Qui plus est, la fille de Thaä.

Pitié, arrêtez ! J’ai mal !

Dis-je dans un sanglot plein de haine et de peur. Les autres arcaëlliens avaient déjà sorti leur mandrin. J’allais passer un très mauvais moment. Je me débattais si bien que j’avais encore plus mal. Le mzékils me gifla pour que je me calme. A dire vrai, il m’assomma à moitié. Je poussais des petits cris de douleurs, sentant le sang couler de ma fleur.

T’aime ça, salope !

Me murmura-t-il à l’oreille en riant. Je lui crachais au visage, la colère montait en moi. Mes ailes battaient le sol, mon corps se cabrait. Quand il eut fini son affaire, le tahora prit la relève. J’avoue, il fut plus doux que le mzékils mais je trouvais cela fort douloureux. Physiquement et psychiquement. Je hurlais ma détresse. J’implorais ma mère de venir à mon secours par n’importe quel moyen. Mais, elle sembla sourde à mes suppliques. Les deux humains eurent le temps de me saillir aussi. Quand les quatre furent passés, je me recroquevillais en position fœtale, pleurant les larmes de mon corps. La colère me submergea alors. Je me redressais, cherchant mon épée du regard. Le mzékils l’avait entre ses mains et son mandrin était toujours sorti. Je compris alors qu’ils n’en avaient pas fini avec moi. J’essayais de me lever pour fuir. Je reçu un violent coup de pied dans le ventre. Le souffle coupé, je me retrouvais à quatre pattes. Je le sentis toucher mon postérieur. Je sus que j’allais avoir encore plus mal. Je parvins à lui donner un coup de pied dans le visage et fuir à genoux vers l’arbre le plus proche. Mais ils me rattrapèrent.

Petite garce ! Cracha le mzékils Ta douleur sera telle que tu suppliera qu’on te tue !
Pitié, Laissez-moi ! A L’AIDE !
Niveau 9
Sëya Nazen
Je suis dispo pour : 1/1
Expérience : 223

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez - Ka - Aän
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 9
Revenir en haut Aller en bas
Lun 22 Fév 2016 - 23:05
Au loin, à l'écart de ce crime ô combien odieux, arpentant dans la forêt et aux aguets, une jeune femme marchait à un rythme soutenu. Elle semblait être en plein voyage, portant sur l'épaule un sac en toile dont le fond était renforcé en cuir. Sa cape de fourrure blanche, posée en biais sur son côté gauche, pour ne pas gêner l'ouverture de ses ailes d'un noir aussi sombre que les plumes d'un corbeau, se soulevait au rythme de ses pas et du vent contre lequel elle avançait. Ses bottes de fourrure brune se posaient avec souplesse sur le lit des feuilles mortes qui tapissait cette luxuriante forêt dans laquelle elle n'avait aucun mal à progressé, après tout il s'agissait là de son élément naturel.  

Cette jeune femme ? C'était moi, Morianne, druidesse et grande adoratrice de notre créateur : Thaä. Vous ne me connaissez pas encore mais vous apprendrez bientôt qui je suis réellement. Dans ma plus grande noblesse d'âme, je vous accorde le privilège d'en apprendre un peu plus sur mon histoire. C'est pour cela que je vais vous expliquer qui je suis.

J'étais en quête, en quête pour mon seigneur Thaä auquel j'avais consacré ma vie depuis que j'étais enfant. Il m'avait confié une mission, une mission de la plus haute importance, celle de mettre fin au chaos et de protéger Arcaëlle du mal qui le rongeait. Oui vous avez bien entendu, le dieu Thaä en personne, s'adressant à moi dans mes rêves, m'avait contacté pour m'avertir d'un terrible danger. Je ne pouvais resté sourde à son appel et décida comme il me l'avait demandé, de quitter mes proches et de partir combattre les ténèbres. Je ne savais où le danger se trouvait, je ne connaissais pas non plus sa source, tout ce dont j'étais sûre, c'est que le créateur me guiderait dans ma destinée et me mènerait jusqu'aux vils créatures qui osaient souiller de leur seule existence notre si beau monde.

Mais revenons en au récit en question voulez-vous ? Je parcourais les terres d'Yban, dans la forêt de l'Axÿ'Han, l'air était doux, le soleil filtrait à travers les nuages et l'épaisse cime des arbres. Je me sentais comme chez moi, comme partout où il y avait de la végétation et des animaux sauvages d'ailleurs. Je profitais de ce moment de calme pour continuer ma route et apprécier le chant des oiseaux, le bruissement des feuilles, le vol des insectes, et la beauté de ce paysage époustouflant.

C'est alors que je m'arrêtai soudainement dans ma contemplation. Plus un bruit... Il n'y avait plus oiseau qui chante, plus de rongeur fouissant le sol. Tout était étrangement trop calme. Calme ? Pas vraiment... En réalité à force de me concentré, j'entendis au loin du tumulte. J'écoutais alors cette agitation, ces voix portées par le vent, attentivement.

Je compris bien vite qu'il ne s'agissait pas d'une simple discussion ou même d'une dispute un peu violente. Il y avait dans le ton des voix, de l'agressivité, du mépris, mais aussi de la peur, du désespoir. Une voix de femme... qui appelait à l'aide, oui ça ne pouvait être que ça. Comprenant que la situation était surement des plus tumultueuses et même tragique, je commençai à accélérer le pas, puis petit à petit je me mis à courir, courir, encore et encore, regardant loin devant moi pour essayer de trouver d'où venait cette cacophonie.

C'est alors que je m'arrêtai, légèrement haletante suite à ma course, et que j'aperçu au loin ce qui se passait. Un groupe d'hommes, visiblement très mal intentionnés s'en prenaient à une femme sans défense. Quelle ignominie ! Quelle lâcheté !  Je bouilli de rage, lâcha mon paquetage et traversa une partie de la distance qui me séparait de ces malfrats en courant comme une furie. Puis je bondi légèrement et déploya mes grandes ailes, planant au dessus du sol.

J'arrivai à présent dans le dos de deux d'entre eux et les frappa chacun à l'arrière de la tête d'un coup de mes deux ailes respectives. Les deux hommes tombèrent à terre sous la violence du choc, surpris et incapables de réagir à mon attaque aussi rapide qu'imprévue.

J'entendais alors le mzékil qui menaçait la femme et la tenait en respect proférer de nouvelles menace à son encontre.

"Petite garce ! Ta douleur sera telle que tu suppliera qu’on te tue !" avait-il dit avant que la femme hurle à nouveau à l'aide et que je ne mette au tapis deux de ses compagnons dans la surprise totale.

C'est alors que je lui répondis à sa plus grande surprise :

C'est toi qui va me supplier, pourriture !

Figée d'horreur par les menaces que je proféra à son égard, il n'eut à peine le temps de tourner son visage vers moi que je lui décochai un rapide et précis crochet du droit en plein visage, ce qui le fit perdre équilibre. Il tomba alors lourdement à terre, le nez en sang.

Je ne pu m'empêcher alors de rajouter avec toute l'agressivité que l'on me connait bien :

Alors... Ca te plait ???
Niveau 6
Morianne
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 89

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan, Khan
Groupes: Principauté
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 23 Fév 2016 - 9:22
Petite garce ! Cracha le mzékils Ta douleur sera telle que tu suppliera qu’on te tue !
Pitié, Laissez-moi ! A L’AIDE !

Je rampais au sol, essayant de fuir ces monstres mais j’avais mal dans le bas ventre et chaque geste me semblait être une torture. Les deux humains s’écroulèrent laissant apparaître une mzékils. Thaä m’avait-elle entendu ? Peut-être… Je regardais l’arcaëllienne se battre contre mes assaillants tout en me recroquevillant sur moi-même. J’étais incapable du moindre geste et pourtant j’étais capable de me battre. Je me sentais souillée et sale. Les larmes inondaient mon visage pâle. Le tahora se rua sur moi, glissant une lame sous ma gorge.

Tu fais encore un geste, femelle, et je la bute !

Cracha-t-il en appuyant son arme sur ma gorge où je sentis perler quelques gouttes de sang. Être nue n’arrangeais pas mon affaire et je me débattais lui envoyant mes ailes dans le visage. Il grogna et resserra son étreinte.

Cesse de bouger où je t’achève fille de Thaä !

Me hurla-t-il à l’oreille. Je cessais de gesticuler, pleurant à chaudes larmes. Je ne voulais pas mourir, du moins pas comme ça. Je suppliais du regard la mzékils, implorant sa clémence. Puis, prise d’une rage sans nom, je parvins à me défaire je ne sais comment de l’emprise du tahora. Je retournais son arme contre lui, la plantant dans son cœur.

Tu aimes ? Demandais-je pleine de colère.
Ga… garce !

Du sang coula aux commissures de ses lèvres. Ses yeux se figèrent dans une expression de colère et de douleur. Il était mort. J’arrachais le poignard de son torse et me tournais vers le mzékils qui était de nouveau debout. J’étendis la paume droite et fis apparaitre un loup qui se rua sur l’être abject. Sa gorge fut déchiquetée. Le sang affluait et il tomba à genoux. Les deux humains, à demi sonné, se relevèrent et prirent la fuite. Je tombais à genoux, pleurant à chaudes larmes.
Niveau 9
Sëya Nazen
Je suis dispo pour : 1/1
Expérience : 223

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez - Ka - Aän
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 9


A l'aide ! [PV Morianne] [TERMINÉ]  Zali

Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 23 Fév 2016 - 10:29
Fille de Thaä ? Avais-je bien entendu ce que le tahora, qui gisait à présent mort dans une marre de sang, avait dit ? Était-ce... une demi-déesse ? Je n'étais pas bien sûre de ce fait mais tout ceci m'avait profondément troublée. D'autant qu'à présent, j'avais compris à la vue du corps nu de la jeune femme quelle atrocité elle avait pu subir.

Comment osaient-ils ? Si elle était bien la file de Thaä, comment osaient-ils ainsi la souiller et lui manquer de respect ? Mon âme criait de fureur, une fureur noire et sans nom. Je regardais alors les deux humains encore en vie prendre leur jambes à leur cou. J'avais une envie démesurée de leur faire payer leur crime, de leur broyer le crâne à mains nues. C'est ce que j'aurai sans doute fait si la femme derrière moi n'était pas tombé à genoux en pleurant toutes les larmes de son corps.

Plus important que de venger l'affront à cette demi-divinité, il fallait d'abord prendre soin d'elle. Je ne pouvais m'empêcher que c'était un signe du destin. A peine avais-je quitté les miens, à peine avais-je commencé mon périple au nom de Thaä que notre divinité avait mis sur ma route l'une de ses enfants. Si elle n'avait pas été ainsi malmené, j'aurai sans doute exulté de joie et aurai sans doute louer Thaä de cette providence. Je retirai la cape attachée à mon cou et m'approcha doucement de ma nouvelle protégée, faisant un geste pour l'envelopper avec.

"Est-ce que ça va ?" Allai-je demandé avant de me retenir d'une telle bêtise. Évidemment que ça n'allait pas. J'avais la gorge serrée... Face à moi une fille de Thaä, malmenée et brisée par toute cette violence. Je n'osais pas parler, tout ce que je réussi à faire était de poser ma cape de fourrure sur ses épaules pour la couvrir et poser une main compatissante sur l'une d'elles. Je n'étais vraiment pas doué pour ce genre de situation, ni pour réconforter qui que se soit... Je restais silencieuse, à l'observer de mes yeux pourpres, mon âme chagrinée par une telle tragédie.
Niveau 6
Morianne
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 89

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan, Khan
Groupes: Principauté
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 23 Fév 2016 - 12:00
Je pleurais à ne plus pouvoir respirer. J’étais souillée, humiliée, abattue. Mon regard, vide, ne voyait rien. Cependant, je sentis que l’on déposer avec gentillesse une cape sur mes épaules et une main sur l’une d’elle. Je me retournais et me jetais dans les bras de l’inconnue en sanglotant. Ma vie était finie après cette ignominie… Non, j’étais en vie. Brisée mais en vie. J’allais anéantir les Hayert’Vaäl. Je trouverais le moyen de leur faire payer. Ils avaient volé ma pureté, déshonoré mon nom. Ils allaient voir ! Je n’étais pas la fille de Ge-Ban, certes, mais le sang de Thaä coulait en moi.

Merci pour votre intervention, mademoiselle.

Finis-je par lâcher la tête enfouie dans son cou et en pleurant. J’implorais les Dieux de me pardonner pour ce que j’avais subi. Mais je n’étais pas coupable. J’étais la victime. Je restais un long moment contre la mzékils en versant les larmes de mon corps. Je sentais le sang couler de ma fleur mais n’y prêtais pas attention. Et… S’ils m’avaient mise enceinte ? Le déshonneur s’abattrait sur moi….

Je veux mourir…

Sanglotais-je à bout. Mes yeux étaient clos, je revoyais la scène. Ça avait été tellement douloureux. Je fins par me détacher de l’arcaëllienne, essuyant mon visage. Je claquais des doigts et le loup s’évapora dans l’infini néant. Mon regard était perdu, tout comme ma joie de vivre. Je regardais les deux cadavres. Me levant en resserrant la cape sur mon dos, j’allais vers le tahora et l’enflammé d’une boule de mez puis je répétais l’action sur le mzékils. J’implorais Jurk de leur refuser la clémence de l’autre monde. Qu’ils deviennent des esprits errants ! Qu’ils errent sans but jusqu’à la fin des temps… Tel était le châtiment que je voulais pour eux.

Je suis Sëya, et vous ?

Demandais-je tremblante à la mzékils. Épuisée, je tombais à genoux.
Niveau 9
Sëya Nazen
Je suis dispo pour : 1/1
Expérience : 223

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez - Ka - Aän
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 9


A l'aide ! [PV Morianne] [TERMINÉ]  Zali

Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 23 Fév 2016 - 12:43
Alors que je ne m'attendais pas du tout à cela, la mzékils en face de moi qui pleurait tout son saoule fini par se jeter sur moi. Je ne peux exprimer au combien j'étais embarrassée. Je n'avais jamais eut vraiment beaucoup de contact physique hormis avec mes parents, et encore... et la voir ainsi pleurer contre moi me noua l'estomac. Je ne savais pas quoi faire et dans cette situation je la laissai se blottir contre moi, pleurant toujours à chaudes larmes. Et puis c'était la fille de Thaä, je me devais de lui apporter mon réconfort, à défaut de savoir quoi dire, je l'ai donc laissé faire. J'avais même envie de la serrer contre moi mais je me demandais si cela n'était pas déplacé. Je n'étais après tout qu'une druidesse, rien de plus.

Elle me remercia de mon intervention, mais mes mots ne sortir pas de ma bouche, j'eu voulu exprimer une réponse mais la seule chose que je réussi à faire correctement était de hocher la tête en guise d'acquiescement, comme pour lui dire que c'était bien normal.

Elle lâcha alors une phrase qui me choqua, qui exprima sa honte, et son envie de mourir suite à cette humiliation.

"Non !!" voulais-je répondre, mais encore une fois je n'arrivai pas à parler. Je me sentais si gênée par cette situation. Le rouge me montait aux joues et je n'arrivai plus à garder mon sang froid.

Je la laisser encore rester contre moi, puis elle fini par s'écarter et me demander mon nom. Sëya, s'appelait-elle, quel beau nom, je le trouvais tout à fait charmant. Mais il fallait que je réponde à présent, que je prenne enfin la parole face à cette personne qui pour moi, représentait déjà beaucoup de chose.

Je... me nomme Morianne. Fille de Gork et Isaleh, nomades Rastgars, et fière druidesse de Thaä. Pour vous servir noble dame.


"Noble dame"... Je ne savais rien encore de Sëya, mais dans mon esprit, cette femme était noble, de par sa nature, de par le fait qu'elle soit l'enfant de la divinité que j'adorai depuis mon enfance, elle en était l'incarnation physique de sa perfection. Je ne pouvais manquer de respect à cette dame.

Puis elle tomba à genoux et je me précipita vers elle pour la soutenir. Je la pris dans mes bras, instinctivement et la serra à nouveau contre moi, espérant sincèrement que cela suffirait à lui montrer toute ma compassion à son égard.
Niveau 6
Morianne
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 89

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan, Khan
Groupes: Principauté
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 23 Fév 2016 - 13:22
Elle me prit contre elle, d’abord j’écarquillais les yeux puis je les fermer, tremblant encore un peu. Ce qui venait de m’arriver était horrible mais la vie continuait. Je finis par me calmer au bout de quelques temps, commençant à somnoler. J’étais bien contre elle. Je me sentais en sécurité. De plus, elle servait ma mère ce qui me rassura sur ses intention. Elle n’était pas là pour me tuer cette Morianne. Rassurée, un peu apaisée, je me serrais contre elle en reniflant. Comment allais-je faire pour expliquer cela à ma mère adoptive ? Allait-elle me déchoir de ma noblesse ? C’est alors que j’entendis le galop d’un cheval. Il se dirigeait vers nous à toute allure. C’est la voix de mon maître d’arme, fils de Ge-Ban, qui me ramena vers Arcaëlle.

Dame Sëya ! S’exclama-t-il en me voyant ainsi. Que s’est-il passé ?

Je tournais lentement la tête vers lui et il vit mes yeux rougis par les larmes. En voyant les corps calciné et ma tenue peu adéquate à une balade en forêt, il sembla comprendre et lâcha :

Les chiens !

Il descendit de sa selle et s’approcha de Morianne et moi. Il inclina la tête et se présenta à la mzékils. Yaslan se présenta à la mzékils, il était d’apparence elfique mais était un demi-dieu, tout comme moi. Il s’accroupit et me parla doucement me disant qu’il allait me conduire à la demeure familiale et me soigner. Je sus par son regard qu’il espérait que je ne sois pas enceinte. Il invita l’arcaëllienne à nous suivre. Il récupéra Nuage et attacha sa longe à la selle de son étalon. Puis, il me souleva et me déposa délicatement sur son cheval. Il me demanda si j’allais tenir le coup, je hochais la tête. Il se retourna et ramassa mon épée. Il soupira et me la donna. Le fils de Ge-Ban s’assura que les deux ailés étaient bel et bien mort puis attrapa la longe de son cheval.

Mzékils, vous venez ? J’ai des questions à vous poser. Je suis garde en chef de la demeure Nazen.
Niveau 9
Sëya Nazen
Je suis dispo pour : 1/1
Expérience : 223

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez - Ka - Aän
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 9


A l'aide ! [PV Morianne] [TERMINÉ]  Zali

Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 23 Fév 2016 - 13:42
Je croisais les bras, et regardait l'homme prendre soin de Sëya. Au début je ne comprenais pas très bien, je me demandai qui était cet homme puis il se présenta à moi comme étant le maître d'arme de la noble dame que je venais de secourir.

Je ne savais pas vraiment ce qu'était un maître d'arme... Était-ce comme le maître qui m'avait appris les rudiments de arts martiaux ? Sans doute... Malgré mes vêtements de sauvageonne il semblait me faire confiance, possiblement parce qu'il avait compris que j'avais sauvé Sëya.

Finalement il me demanda si je voulais les accompagner. C'était un peu comme de demander à un aveugle s'il voulait voir, ou de demander à une prêtresse si elle voulait voir son dieu. Evidemment que je les accompagnerai, cela ne pouvait être autrement. J'avais tellement de question à poser... tellement de chose à découvrir, et si Thaä m'avait mis sur le chemin d'une de ses enfants, ce n'était certainement pas pour que je m'en détourne. C'était un signe, je devais accompagner Sëya, peut-être même que ma vie entière avait été dédié à cela. Peut-être que depuis mon enfance, Thaä avait prévu que je sois celle qui aiderait son enfant dans sa dure quête. Quête de quoi ? Je l'ignore... Mais à en juger par les personnes qui lui ont fait du mal, j'étais prête à parier qu'elle aurait à coeur de se venger. Peut-être était-ce eux le mal que je devais affronter...

Je fini par répondre à l'homme avec un assurance déconcertante.

Je vous suivrai, peu importe où, mais si Thaä m'a fait rencontré sur mon chemin l'une de ses filles, je me dois d'aller là où elle ira et comprendre les desseins de notre divinité, tel est ce que je crois. Oh... et appelez moi Morianne...

Je dépliai alors mes ailes en grand et commençait à m'envoler, je ne pourrais pas les suivre à pied alors qu'ils étaient à cheval, aussi décidai-je qu'il était préférable de les suivre d'un peu plus haut.
Niveau 6
Morianne
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 89

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan, Khan
Groupes: Principauté
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 23 Fév 2016 - 14:25
Il hocha la tête quand elle énonça son prénom. Il eut un sourire triste à mon égard et se mit en route marchant à côté du cheval. Nuage suivait paisiblement et Morianne volait au-dessus de nous. Après un certain temps, nous quittâmes la forêt empruntant un chemin de terre vers la ville. Je serais la cape autour de mes frêles épaules, en quête de chaleur. Je tenais fermement mon épée contre moi, au cas où. La douleur commençait à passer et je me sentais légèrement mieux. Mon regard se promenait sur la plaine où je vis un troupeau de vaches paître tranquillement. Je soupirais, je ne serais plus jamais tranquille. J’avais entendu parler, lors de mon séjour au Royaume, d’un groupe qui chassait les Hayert’Vaäl. J’en parlais à Yaslan, lui exprimant mon souhait de les rejoindre tout en continuant mes études.

Il faudra en parler avec votre mère, Ma Dame.

Répondit-il simplement. Je hochais la tête. Qu’allait-elle dire de mon viole ? Elle serait sûrement déçue. Je soupirais une fois encore. La ville fut en vue. Nous passâmes les gardes et le vieux quartier pour nous rendre dans les hauts lieux. Au milieu d’un parc trônais un grand manoir aux couleurs claires. Nous entrâmes dans la cours puis dans la demeure.

Par les Dieux, Sëya ! Que t’est-il arrivé ? Hurla presque ma mère en levant les bras au ciel.
Mère, je… Je me jetais contre elle en pleurant à nouveau J’ai tellement honte mère…

Elle caressa mes cheveux et me conduisit dans ma chambre en disant à Morianne et au maître d’armes de rester là. Elle chercha des vêtements dans mon armoire et m’aida à m’habiller. Mon corps était couvert de bleu, surtout entre les jambes. Une fois vêtue, nous redescendîmes vers nos invités. J’avais une belle robe pourpre et un collier de perles. Je regardais Morianne et invitais Yaslan et la mzékils à me suivre dans un bureau.

Niveau 9
Sëya Nazen
Je suis dispo pour : 1/1
Expérience : 223

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez - Ka - Aän
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 9


A l'aide ! [PV Morianne] [TERMINÉ]  Zali

Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Yban :: Nord :: Forêt de l’Axÿ’Han-