Lune ronde et fromages doux. [TERMINÉ]

 :: Le monde :: Yban :: Nord :: Cescan (Capitale) :: Auberges et Tavernes Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ven 3 Juin 2016 - 14:00
J’avais repris les études tout en m’occupant de ma mère dont la santé se dégradait fortement. Je n’avais pas le temps de m’ennuyer à dire vrai mais Morianne me manquait quand même beaucoup. Cependant, avec la reprise des cours, je n’avais pas trop la tête à penser à ma douce. Le soir je sortais dans une auberge réputée pour son hydromel dont je buvais chaque gorgée avec délice. Ce soir-là, la lune brillait de mille feux et les étoiles scintillaient doucement. J’errais dans les rues sans trop savoir si j’allais aller à l’Auberge de Zack ou pas. Je m’assis sur un banc pour contempler la lune ronde et belle, j’adressais même une prière à Daÿl pour que Morianne soit en sécurité sur les routes. Un jeune mzékils vint s’asseoir à côté de moi et commença à me parler mais je ne l’écoutais pas. Sa technique de drague était lamentable et il s’en alla sans demander son reste. Lölö était avec moi gambadant sur mes épaules, maintenant je pouvais parler avec lui et il était très bavard.

Tu penses à quoi, Sëya ?
Morianne…
Encore ! Tu ne fais que penser à elle, et tes études et ta mère ?  
J’y penses aussi… Mais, tais-toi un peu et admire la lune.

L’écureuil fit silence et se dressa sur ses pattes arrière pour regarder l’astre nocturne. Je finis par me lever et pris la direction de l’auberge où j’avais décidais d’aller boire un verre. Je marchais tranquillement dans les rues quand une bande d’enfant passa à côté de moi en courant. Je n’y prêtais pas attention. Ce n’étaient que des mômes jouant à chat. J’arrivais devant l’auberge et poussais la porte afin de pénétrer dans le lieu. Je choisis une table isolée près du feu. M’asseyant, je commandais une bouteille d’hydromel et un plateau de fromages. Je fus vite servie. J’attaquais un morceau de fromage de chèvre que j’étalais sur du pain frais et bus deux gorgées de ma boisson. Alors que je commençais à manger, la porte s’ouvrit sur une patrouille de gardes princiers. Ils firent un tour rapide de l’établissement puis s’en allèrent jugeant que tout était en ordre. Je les avais observés, ils semblaient chercher quelqu’un. Je haussais les épaules, après tout ça ne me concernait pas. Mangeant mon délicieux fromages et buvant mon excellent hydromel, je ne prêtais attention à rien ni personne. La porte avait beau s’ouvrir et se fermer, j’en avais cure. Bien vite, l’auberge fut comble. La seule place qui restait était en face de moi à ma table. Mais personne ne vint me déranger. Du moins pour le moment.
Niveau 9
Sëya Nazen
Je suis dispo pour : 1/1
Expérience : 223

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez - Ka - Aän
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 9


Lune ronde et fromages doux. [TERMINÉ]  Zali

Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 4 Juin 2016 - 11:03
La nuit était déjà tombée sur Cescan une nuit lumineuse, éclairée par la pleine lune, éclipsant tous les autres astres nocturnes dans le ciel. Un navire marchand venait d'amarrer, avec à son bord de précieuses marchandises, destinées à être vendues sur le continent, et à servir de monnaie d'échange pour un contrat qui devrait rapporter un accord commercial à l'entreprise Cornwall. L'héritière et seul membre encore vivant de cette famille de marchand se tenait sur le pont du navire. Habituellement la jeune lorcq aux cheveux blonds comme les blés se tenaient droite et fière, mais le voyage l'avait éprouvé… Elle ne supportait que trop mal les cahots que faisait les navires sur les vagues des océans. Anna avait le mal de mer… Heureusement pour elle, elle disposait de traitements médicinales pour atténuer les symptômes de ce mal, mais passer tant de temps en mer ne lui avait pas réussi et elle avait du rationner ses prises de médicaments.

C'est une fois le pied posé à terre que la jeune femme se sentit bien à nouveau, ragaillardie par la fraîcheur de la nuit. Elle portait une belle robe bleue nuit, et un corsage de la même teinte, tous deux étant ornées de somptueuses dentelles noires et de motifs blancs. Elle portait même un joli sert-cou et des mitaines élégantes dans les mêmes tons que la robe et le corsage. Son visage, sa nuque et ses épaules apparentes semblaient être ceux d'un spectre à la lueur de la pleine lune tant la lumière se reflétait sur sa peau extrêmement pâle. Elle avait ordonné aux marins, qu'elle avait gracieusement payé pour la traversée et tout autre service qui allait avec, ce qui incluait le transport, le chargement et le déchargement de ses précieuses marchandises, d'entreposer ses dernières là où il était prévu qu'elles soient entreposées pendant les accords commerciaux.

***

J'avais été épuisée par ce long voyage… La traversée avait été longue et pénible. J'étais bien heureuse de pouvoir marcher sous le clair de lune. Cescan était envoûtante ainsi éclairée par l'astre nocturne. Je décidai d'abandonner mes affaires aux hommes des docks afin de pouvoir visiter la merveilleuse et prospère capitale d'Yban de nuit. Il y avait encore beaucoup d'activités, la ville était très animée, même à cette heure là. Du haut de mes bottines à talons, je traversai les rues marchandes, passant devant les différentes échoppes de la ville. Je regardais les commerces locaux avec curiosité et m'arrêtai finalement devant une auberge nommée : « L'Auberge de Zack ». Pas étonnant qu'une auberge porte le nom de l'ancien Prince Mzékils'Han dans un lieu pareil.

Je vis une patrouille de soldats en sortir, ils me regardèrent avec intrigue : une jeune lorcq pas encore tout à fait adulte, se promenant dans les rues la nuit… c'était louche. Je leur rendis leur regard… mais le mien était froid et plein d'animosité. Qu'avaient-ils à me regarder ainsi ? Étais-je une sorte de monstre pour eux ? S’apercevant de mon accoutrement et donc de mon appartenance à la noblesse, ils s'excusèrent de m'avoir importuné et me souhaitèrent bonne soirée. Mon visage se radoucit, reprenant un air simplement indifférent et je leur souhaitai également une bonne soirée. Je décidai alors d'entrée dans l'auberge… si les gardes étaient passés, c'est qu'elle devait être en ordre et sans problème, aussi était-ce gage de tranquillité, ce que je recherchais.

Une fois à l'intérieur je soupirai en voyant le monde présent ici… Il ne restait pas une place. Tout était complet, pas une chaise de libre. J'allais faire demi-tour et sortir quand j'aperçus du coin de l’œil une chaise vide à une table où était installée une jeune mzékils aux cheveux bruns. Je me dirigeai donc vers elle et pris le soin de faire le tour de la table avant de me dresser devant elle, les mains jointes devant moi. La jeune arcaëllienne semblait perdue dans ses pensées, je ne voulais pas la déranger, mais c'était la seule place disponible.

Excusez-moi de vous déranger, il ne semble plus y avoir de place nulle part ici. Est-ce que cette place est libre ? Puis-je m'installer à votre table ?
Niveau 5
Anna Cornwall
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 98

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Force, Régénération
Groupes: Domaine
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Artefacts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 4 Juin 2016 - 11:45
Une belle arcaëllienne s’approcha de ma table, je ne la vis pas tout de suite, trop submergée par mes pensées. C’est lorsqu’elle parla que je la remarquais. Je levais des yeux ronds vers elle et lui souris timidement. Je lui fis signe de prendre place sans décrocher un mot. Je bus une gorgée de mon verre et pris un bout de mimolette vieille. Je portais le fromage vers mes lèvres et le croquais avidement. Une fois le morceau englouti, je me concentrais sur la belle damoiselle qui m’avait rejoint. Au vu de ses yeux ce devait être une lorcq. Aimablement je lui proposais de partager mon fromage avec elle. J’interpellais une serveuse et demandais un second verre. Il fut vite apportais et je servais mo invitée.

Je suis Sëya Nazen. Et vous ? J’avais envie de faire la conversation j’ajoutais donc : Vous êtes ici pour affaires ?

Je ne me séparais pas de mon sourire franc malgré l’apparence froide de ma camarade. Lölö gambadais sur la table, volant un bout de pain par ci ou un bout de fromage par là. Le grondant, il s’excusa piteusement et la bouche pleine. Je m’avachie sur ma chaise en soupirant. La journée avait été longue et éreintante. Devant la droiture de la demoiselle je me sentie souillonne. Qu’importe, j’étais fatiguée. Mon regard plongea dans le sien, il me sembla impassible. Elle me donna le sentiment d’avoir vécu de dures épreuves et de s’en être qu’à moitié relevée. Je soupirais et me redressais en prenant un bout e chèvre que j’étalais sur du pain.

En tout cas, je ne vous ai jamais vu ici…
Niveau 9
Sëya Nazen
Je suis dispo pour : 1/1
Expérience : 223

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez - Ka - Aän
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 9


Lune ronde et fromages doux. [TERMINÉ]  Zali

Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 4 Juin 2016 - 12:33
La jeune mzékils m'invita à m'asseoir sans un mot. Je la remerciai tout aussi silencieusement et pris place face à elle. Je restais impassiblement assise, attendant qu'une serveuse daigne passer par là pour commander de quoi manger, regardant mon hôte de table engloutir un morceau de fromage devant mon nez. Elle me proposa alors de partager son fromage avec moi. J'ouvris de grands yeux surpris et acceptai timidement l'invitation. Elle commanda même un verre pour moi et me servit en boisson. J'étais un peu embarrassée par sa gentillesse mais rien ne se lut sur mon visage, hormis une pointe de curiosité.

Je suis Sëya Nazen, finit-elle par dire pour se présenter. Et vous ? me demanda-t-elle avant d'ajouter : Vous êtes ici pour affaires ?

Un très léger sourire se dessina sur mes lèvres, à peine perceptible. Sëya semblait être une personnalité très expressive, une jeune femme pleine d'énergie et d'entrain. Je n'avais que rarement eu l'occasion de côtoyer ce genre de personne, mais je trouvais cela agréable. Cela changeait un peu de mes fréquentations habituelles.

Je me nomme Anna Cornwall, enchantée Sëya. Et merci de votre générosité ! Je suis effectivement ici pour affaires. Vous avez l’œil, dis-je sur un ton assez neutre.

Je continuai à la fixer de mon regard impassible, tout en portant le verre d'hydromel à mes lèvres. Le liquide sucrée et alcoolisée glissa le long de lèvres pour passer délicatement entre ma langue et mon palet, faisant vibrer mes papilles avant de finir englouti au fond de ma gorge. Je trouvais ce breuvage délicieux, et seul un petit air de satisfaction se dessinant sur mon visage en fut la preuve.

La jeune arcaëllienne face à moi avait un sourire remarquablement charmant, ce qui la rendait très jolie à mon sens. Elle était comme une fleur épanouie : pleine de vie. Absorbée par la contemplation curieuse de son visage, et mon appétit que je compensais en mangeant délicatement un bout des fromages présents sur le plateau face à nous, je n'avais pas vu l'écureuil qui se baladait sur la table. Il se mit à grignoter des bouts de pain par-ci, des morceaux de fromages par là. Je ne le remarquai que lorsque la mzékils se mit à le gronder. Je le regardai alors avec la plus grande des curiosités et me pencha doucement vers lui pour mieux l'observer. Pour une fois, une expression se lit sur mon visage, une expression d'intrigue naïve. Visiblement cet écureuil était son animal de compagnie.

Je me redressai alors, reprenant mon air impassible et fit face à Sëya qui me regardait droit dans les yeux. Je pouvais y lire quelque chose qui m'était familier, malgré son sourire charmant,  il y avait cette lueur de tristesse que seuls les gens ayant beaucoup souffert dans leur vie avaient. Elle reprit un bout de fromage et me fit alors une remarque qui me prêta à croire qu'elle était d'ici.

En tout cas, je ne vous ai jamais vu ici…
Non… effectivement… Je viens de Mar'Baal… c'est très loin d'ici… Et à mon grand regret j'ai du prendre le bateau… Je… Je ne suis pas très à l'aise en mer… Ça me rend malade.

Je fis une pause pour manger un morceau de fromage. J'avais un gros appétit, après tout… j'étais une lorcq, la faim je la ressentais presque constamment. J'étais curieuse d'en savoir plus sur mon hôte de table et lui posai à mon tour une question.

Et vous ? Vous êtes d'ici ? Et… j'hésitai avant de finalement demander. Il est à vous cet écureuil ? Il est adorable…

Mon ton n'allait pas vraiment avec mes paroles. Sans être froide, ma voix était monocorde, neutre, manquant d'entrain malgré que j'articulai mes mots avec grand soin et assez de force pour être correctement entendue et comprise. Pourtant il y avait cette petite note de curiosité dans ma voix qui faisait toute la différence avec mon attitude habituelle.

Je la laissai me répondre et dans un autre temps interceptait la serveuse d'un signe de main pour lui demander un autre plateau de fromage et une autre bouteille. J'avais grand faim et je sentais que notre discussion à Sëya et moi allait peut-être durer un peu. J'avais envie de la connaître un peu plus.
Niveau 5
Anna Cornwall
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 98

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Force, Régénération
Groupes: Domaine
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Artefacts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 5 Juin 2016 - 17:24
Je mangeais et buvais en écoutant la voix mélodieuse bien que monocorde de mon invitée. Elle me sembla d’une froideur à faire pâlir mon maître d’arme qui était déjà, bien des fois, froid. Elle avoua que le bateau la rendait malade ce qui m’amusa car c’était également mon cas. Elle se servait du fromage et buvait avec une certaine finesse. Elle me demanda si j’étais de Cescan et si Lölö était à moi. Je ris doucement, amusée. Je pris mon temps pour répondre. Je finis par lâcher :

J’ai grandi ici auprès de ma mère. Lögar est à moi, ce petit fripon est un vrai estomac sur pattes. Je fis silence avant d’ajouter sur le ton de la confidence Moi aussi je suis malade en mer… C’est un vrai cauchemar !

Je soupirais en terminant ma phrase et me saisie de mon verre afin de boire. Je le vidais à contrecœur et le remplie du délicieux nectar. Je quittais du regard la lorcq afin de me couper un bout de fromage un peu fort. Je l’étalais sur mon pain et le portais à ma bouche avec avidité. J’avais envie de parler, du coup je commençais à lui raconter un pan de ma vie :

Ma mère adoptive est très malade, je ne sais combien de temps elle va vivre encore alors je profite de chaque instant en sa présence. Il n’y a que le soir que je m’autorise à sortir avec Lögar. Et vous, vous avez de la famille ?

Demandais-je la bouche pleine de pain et de fromage onctueux. J’observais la foule dans l’auberge et soupirais, c’était bruyant à souhait, on s’entendait à peine penser. Quelqu’un se dirigea alors vers la scène, une barde.


Elle avait une jolie voix qui enchanta plus d’une personne. Bien vite l’auberge devint silencieuse, concentrée à écouter la barde.
Niveau 9
Sëya Nazen
Je suis dispo pour : 1/1
Expérience : 223

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez - Ka - Aän
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 9


Lune ronde et fromages doux. [TERMINÉ]  Zali

Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 6 Juin 2016 - 1:28
A mon propre étonnement je décrocha un très léger sourire. Elle aussi était malade en bateau. J'étais assez d'accord avec elle, c'était un vrai cauchemar. Je la regardai finir son verre et s'en resservir un autre. J'en fis de même, et me resservis en pain et en fromage. La serveuse était revenue avec un nouveau plateau et une bouteille de plus. J'invitai Sëya à se resservir en ce qu'elle voulait, après tout elle avait partagé son repas avec moi, je devais en faire de même.

C'est alors qu'elle me fit une confession, parlant de sa vie. Je sentais dans ses mots qu'elle avait envie de parler, qu'elle avait besoin de parler. Je n'étais pas très bavarde en réalité, mais cela ne me dérangeait pas d'écouter les autres, même s'il m'était difficile de ressentir quoique se soit pour eux... J'avais déjà du mal à ressentir quelque chose pour moi-même... alors pour les autres...

Ma mère adoptive est très malade, je ne sais combien de temps elle va vivre encore alors je profite de chaque instant en sa présence. Il n’y a que le soir que je m’autorise à sortir avec Lögar. Et vous, vous avez de la famille ?  

Mon regard s'assombrit quelque peu... encore plus froid qu'ils l'étaient en temps normal. Une famille ? J'en avais eu une, il fut un temps... Il ne me restait plus rien et m'en rappeler me troublait. J'avais battît une grande forteresse autour de mon cœur, afin de ne plus ressentir de peine aussi grande, c'est pour cela que j'étais constamment froide et semblait insensible. Encore une fois je dressais ce mur et parlai alors d'une voix impassible, comme si ce que j'évoquai n'avait aucune importance. Seul le chant de la barde rendait mon récit un peu triste, ma voix étant trop neutre pour faire ressentir assez d'émotion.

Je suis vraiment navrée pour votre mère... Je comprend que cela puisse être très dure pour vous... Je n'ai eu pour famille que ma mère... Elle est morte il y a quelques années de cela. C'est son mari qui l'a tué... me laissant orpheline pour une seconde fois. Je n'ai quasiment connu que ma mère adoptive en réalité. J'ai été esclave très jeune... Mais ma mère a eu pitié de moi, m'a prise sous son aile et m'a affranchie...

J'omettais volontairement de parler de ce qui s'était passé par la suite, le fait que se soit moi qui ais tué mon « père » adoptif par vengeance, ce n'était pas vraiment quelque chose que je savais acceptable moralement parlant dans une société comme celle-ci. Mais à son évocation j'avais serré mon poing sous la table, et mon corps s'était légèrement tendu.

Profitez des instants précieux qu'il vous reste avec la votre... Ma mère disait très justement : « La vie est comme une fleur... on sait lorsqu'elle éclot... mais on ne sait jamais quand elle va faner et mourir... la seule certitude, c'est qu'elle se finit toujours trop tôt. » Comme elle avait raison...

Je soupirai légèrement, repensant à ma douce mère. Je la revoyais avec précision, dans son jardin de rosiers fleuris. Cette pensée mélancolique fut doucement et lentement effacée par ma volonté de ne pas montrer ma peine. Le froid... seul le froid de mon palais de glace devait transparaître. Je me saisis d'un morceau de fromage épais et de pain et me mis à manger avec avidité. Je fermais les yeux, profitant du goût de la nourriture que je mangeai tout en écoutant la douce chanson de la barde qui venait de passer à un autre chant.


Je rouvris mes yeux et analysai en silence la réaction de la mzékils face à moi.
Niveau 5
Anna Cornwall
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 98

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Force, Régénération
Groupes: Domaine
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Artefacts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 6 Juin 2016 - 16:07
Elle parla d’une voix froide et dure même si je pouvais m’imaginer qu’elle ressentait quelque chose derrière ce masque. Elle m’incita à profiter de ma mère aussi longtemps que possible ce à quoi je hochais la tête. Je retenais mes larmes à l’idée de perdre ma douce maman. Mais après tout, ainsi était la vie, non ? Je bus un verre et mangeais un peu de son fromage. C’était exquis et purement délicieux. Je jetais un œil vers la fenêtre et vis la lune, ronde et belle, je soupirais. J’allais devoir rentrer avant que ma mère ne s’inquiète. Mais pour le moment, je savourais l’instant présent. Mon regard se perdit dans le vide et j’écoutais la barde chanter. Sa voix était agréable et douce, mélodieuse et sûre d’elle. Elle savait ce qu’elle chantait et elle le partageait avec entrain. J’observais la salle et remarquais que les gens semblait subjuguaient par la mélodie. Cela m’enchanta.

Je suis des cours à l’académie martiale, et vous, que faites-vous ?

Demandais-je de but en blanc à mon invitée. Anna devait être une de ces arcaëllienne douée en affaires et qui avait quitté les bancs scolaires depuis belle lurette. Je lui fis un petit sourire encourageant afin qu’elle réponde. Lôgar monta sur mon épaule et me mordilla l’oreille, je le chassais en lui mettant une tape sur la tête. Il pesta et retourna sur la table. Je ris doucement, amusée par son comportement infantile. Mais après tout, il n’était qu’un rongeur. Je lui tendis un bout de pain en l’invitant à manger. Il se saisit du morceau de ses pattes avant et le grignota joyeusement. A nouveau, je souris satisfaite. Je me saisis de mon verre et bus quelques gorgées.

Vous voyagez souvent ? Il m’arrive de partir découvrir le monde avec mon amie mais là elle est en mission pour un de ces camarades… Elle me manque…

Je regardais Anna, attendant son avis et sa parole. C’est alors qu’entrèrent quatre personnes. Ils se dirigèrent vers le comptoir et commandèrent de la bière. Rien de fascinant en soit si ce n’est leur armes. Elles dégoulinaient de sang. Je frissonnais et me fis discrète.
Niveau 9
Sëya Nazen
Je suis dispo pour : 1/1
Expérience : 223

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez - Ka - Aän
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 9


Lune ronde et fromages doux. [TERMINÉ]  Zali

Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 6 Juin 2016 - 18:48
La jeune mzékils sembla se retenir de céder à sa tristesse, il ne m'était pas trop difficile de lire les sentiments sur son visage, contrairement à moi elle était assez expressive. Son regard erra un peu partout et observa le dehors. Je l'imitai et observai la lune en silence. Elle prit la parole, me sortant de ma rêverie.

Je suis des cours à l’académie martiale, et vous, que faites-vous ? me demanda-t-elle tandis qu'elle chassait l'écureuil de son épaule qui lui grignotait l'oreille.
Hum… Et bien je gère l'entreprise de feu le mari de ma mère… répondis-je en regardant distraitement l'écureuil se goinfrer de pain.
Vous voyagez souvent ? Il m’arrive de partir découvrir le monde avec mon amie mais là elle est en mission pour un de ces camarades… Elle me manque…
Votre amie ? Hum… Je…  Je voyage principalement pour les affaires… commerciales, évidemment. Je rencontre beaucoup de gens mais… Je ne sais pas vraiment ce qu'est un ami… Je crois que je n'en ai jamais eut d'ailleurs.

Je disais cela d'une manière totalement détachée, ne montrant pas ce sentiment que je ressentais au fond de moi, ce manque… ce vide intense… Je n'avais jamais eu aucun ami, et j'étais curieuse de savoir ce que cela faisait d'en avoir un. Mais au fond de moi peut-être que j'en étais incapable… je laissai mon doute là où il était et m'apprêtait à lui poser une question quand je vis des personnes armées, entrer dans l'auberge et commander des boissons… Leurs lames étaient couvertes de sang. Mon regard s'arrêta sur eux, les fixant avec la plus grande attention. Sans montrer le moindre signe de frayeur, j'étais pourtant inquiète de voir de les voir entrer dans un lieu public avec des armes souillées de sang encore frais.

Je posais finalement cette question que je voulais poser à la dénommée Sëya, continuant de fixer les autres avec prudence.

Vous disiez suivre des cours à l'académie martiale ? Vous devez savoir vous battre alors… Moi j'ai tout appris de mon maître d'arme… Je suis assez douée à l'épée… Vous pratiquez quel genre de combat ? Vous devez avoir quelques notions de stratégie aussi, non ?

Je faisais mine de regarder ma camarade de table, et jetai des coups d’œil de temps à autre aux hommes armées, deux mzékils, un virenpien et un aracnor. Alors que j'attendais la réponse de Sëya, l'un des mzékils s'approcha de moi, suivi de près par ses compagnons. Il posa ses mains sur mes épaules et vint approcher sa bouche et donc son haleine déjà bien alcoolisée près de mon visage.

Hé ! Mais c'est qu'y a du joli monde par ici ! Alors mesdemoiselles, on est seules ? On a besoin d'un peu de compagnie ? Huhuhu !

Je restai impassible et tournai mon regard froid vers le mzékils. D'une voix qui ne dénotait aucune émotion, je lui adressai ces quelques mots.

Je vous prierai de lâcher mes épaules et de bien vouloir partir s'il vous plaît.
Ahahah ! Hé ! Vous avez entendu ça ? La p'tite dame veut qu'on parte. Mais c'est qu'elle a son caractère, la p'tite pucelle ! Ahahah !
Je ne le redirai pas une troisième fois… Partez immédiatement… Je ne vous connais pas et votre contact physique m'est très déplaisant…
Heeeein ? Qu'est-ce que t'as dit, gamine ?? Répète un peu ça !!?

Il m'attrapa le corsage et me leva de ma chaise alors que je restais toujours aussi impassible. Je saisi son poignet avec toute ma force de lorcq et le lui tordit sans la moindre difficulté.

Ouaaaaargh !!! Aaaaaah aaaaaaaah !!!
Je t'avais prévenu… Je t'avais dit que je ne répéterai pas…
Salope !! M… Mon poignet ! Tu m'as tordu le poignet ! Tu comptes me réparer ça comment, espèce de pétasse ?

Je me rassis comme si de rien était et ignorai totalement les suppliques du mzékils. Les autres se mirent à protester aussi et à demander réparation pour mon geste. Le mzékils, voyant que je l'ignorai, me saisis à la gorge de sa main valide et se mit à hurler sur moi.

M'ignore pas, sale pute !!

Je me saisis de l'épée courte attachée à ma ceinture, que je prenais soin de cacher dans un des plis de ma robe et lui trancha net la main, celle dont j'avais tordu le poignet. Il se mit à hurler et tomba à terre en se tenant le moignon.

Voilà… ton poignet n'est plus tordu… Par contre tu n'en as plus, désolée pour toi… lui dis-je avec froideur.

La seule chose qui m'avait vraiment énervé à ce moment là, c'était que ma robe était à présent tachée de sang. Je soupirai et m'en plaignis de vive voix.

Hum… Tu as sali ma robe avec ton sang… Ce n'est pas très gentil. Tu as de la chance, j'en ai pleins d'autres comme ça… Je ne t'en tiendrai pas rigueur…
Niveau 5
Anna Cornwall
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 98

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Force, Régénération
Groupes: Domaine
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Artefacts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 6 Juin 2016 - 19:44
Les arcaëlliens aux armes souillées vinrent à notre table et je n’eus guère le temps d’agir, tout se déroula étrangement vite. Le mzékils faisant des avances à Anna, Anna le rabrouant et finissant par lui couper la main. Il n’y eut plus un bruit dans l’auberge et de mon côté j’étais bouche bée devant la violence de ma compagne du soir. Bien qu’intérieurement je me disais que c’était mérité. Elle signala aux malotrus que sa robe était tâchée mais que, par chance, elle en avait d’autre. Les compagnon du manchot dégainèrent leurs épées et se mirent en garde. J’attrapais mon arme et me levais brutalement. Je glissais ma lame sous le cou de l’aracnor lui conseillant de s’en aller s’il ne voulait pas d’ennuie. Il se mit à rire et me dit :

J’ai pas peur des jolie donzelle, j’les fout à poil et j’les baise !

J’eus un hoquet de dégout et appuyais ma lame contre sa gorge réitérant mon conseil. Du sang perla de son cou et il grogna comme un animal. Je ne pouvais cependant pas décemment le tuer. J’irais droit à l’arène. L’aubergiste s’approcha de nous et nous demanda de nous calmer et de retourner à nos places. Le virenpien gronda et envoya le tenancier voler à quelques mètres de notre table. Il m’attrapa ensuite à la gorge. Je lâchais mon arme et posais mes mains sur son bras. Je devais faire quelque chose. Mais quoi ? Lögar courut alors sur la table, sauta sur mon épaule et atterrit sur le virenpien. Il lui mordit la joue l’obligeant à me lâcher. L’arcaëllien essaya d’attraper le rongeur mais il était trop vif. Lölö revint sur mon épaule en un bond majestueux. Je ramassais mon épée et me mis en garde. En robe il n’allait pas être aisé de se battre mais je ferais avec.

Sales petites garces, on va vous régler votre compte mais avant on va jouer un peu avec vos corps !

Un sourire amusé et écœuré se dessina sur mon visage. Ces paroles ravivaient en moi le souvenir de mon viol et me mit encore plus en rage. Mon coup partit avec une rapidité hors du commun. Le virenpien se retrouva avec une grande entaille sur le buste.

Partez et vivez, restez et mourez !

Dis-je d’un ton froid et agressif. Je commençais à étendre mon bras au-dessus du plancher et une lumière scintillée au bout de mes doigts. Du sol naissait un pelage noir et bien vite un bsurt se matérialisa. L’animal hurla à la lune et se mit en position d’attaque.

Un ordre de ma part et il fait de vous son repas.

Ils me regardèrent ébahit, murmurant entre eux.
Niveau 9
Sëya Nazen
Je suis dispo pour : 1/1
Expérience : 223

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez - Ka - Aän
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 9


Lune ronde et fromages doux. [TERMINÉ]  Zali

Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 6 Juin 2016 - 20:19
J'étais impressionnée par la capacité de la mzékils à invoquer une créature… de chair et de sang ! Un bsurt qui plus est. Je regardais la créature avec un air incrédule, puis tourner mon regard vers Sëya. Elle n'était pas une arcaëllienne ordinaire, un pouvoir tel que le sien ne pouvait signifier qu'une chose : elle devait être une demi-déesse. Mais de quelle divinité ? Je ne voyais qu'une possibilité : Thaä, la divinité créatrice, le fils d'Özan, et aussi son plus grand ennemi.

Pourquoi de toutes les arcaëlliennes, il avait fallut que je sympathise avec une fille de l'ennemi juré des Hayert'Väal, mon clan ? Je soupirai, d'un air triste et reportai mon attention vers les mécréants qui avaient osé s'en prendre à nous. Effrayés par la magie de la mzékils, ils semblèrent se consulter rapidement avant de prendre une décision.

Vous… vous nous l'paierez, sales putes !
Ouais ! Vous ne vous en tirerez pas à si bon compte !!


Les brigands s'enfuirent rapidement de la taverne, traînant leur ami manchot avec eux. J'essuyai mon épée avec un chiffon que je conservais toujours sur moi et la rangeai dans son fourreau. Je me tournai finalement vers Sëya et lui demandai alors calmement :

Est-ce que vous allez bien ? Ils ne vous ont pas fait mal ?

Je rajoutais alors à son attention :

C'est impressionnant ce que vous venez de faire. D'où tenez-vous un tel pouvoir ? Je n'ai jamais vu quelqu'un invoquer un bsurt de chair et d'os…
Niveau 5
Anna Cornwall
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 98

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Force, Régénération
Groupes: Domaine
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Artefacts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 7 Juin 2016 - 11:30
Ils se sauvèrent à toutes jambes sans demander leur reste. Je claquais des doigts et le bsurt disparut aussitôt. Je m’assis à la table et bus un peu comme si rien ne s’était passé. Anna me demanda d’où venait mon don, je rougis légèrement un peu gênée par la question. Je ne pouvais avouer être fille de Thaä comme ça surtout à une inconnue. J’éludais donc la question en répondant que c’était un don de naissance, ce qui était faux j’avais eu ce don assez tardivement. Je mangeais un bout de fromage, un peu dérangée par le regard des gens. Ils m’observaient comme un phénomène de foire. Je baissais la tête, honteuse. J’aurais dû être plus prudente et ne pas faire appel à mon don.

Vous vous débrouillez bien avec une épée.

Dis-je nonchalamment. Je voulais à tout prix changer de sujet. Mon don était la porte ouverte vers la mort si un Hayert’Vaäl était dans le coin. Après tout, mon sang ouvrait une porte mystique. Je soupirais et bus à nouveau. Je me rendis alors compte qu’il était vide et le remplis de façon calme et posée. Je ne voulais pas que l’on voit ma gêne. La barde s’était remise à chanter mais je ne prêtais pas attention à sa douce voix. Mon regard plongea dans celui d’Anna et un frisson me parcourut. Elle était effrayante en fait… Je haussais les épaules et me concentrais sur autre chose, la lune par exemple.

La lune est très belle ce soir, non ?

Dis-je avec désinvolture. Je voulais partir mais cela aurait trahi mon malaise. Alors, je restais en mimant le bien-être et le fait que j’étais décontracté. Bien évidemment ce n’était pas le cas. Je n’avais jamais été aussi angoissée. Je bus encore un peu.

Vous avez donc repris l’affaire du mari de votre mère, c’est bien cela ?

Demandais-je naïvement.
Niveau 9
Sëya Nazen
Je suis dispo pour : 1/1
Expérience : 223

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez - Ka - Aän
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 9


Lune ronde et fromages doux. [TERMINÉ]  Zali

Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 7 Juin 2016 - 14:16
La mzékils éluda rapidement ma question tentant de changer de sujet. La seule réponse que j'eus à ce sujet fut qu'elle avait eu ce pouvoir à sa naissance. J'avais comme un doute… J'étais à présent persuadée qu'elle ne voulait pas du tout répondre à la question, me confirmant plus ou moins dans mes théories. Si elle était une fille de Thaä, il était évident qu'elle ne le crierait pas sur tous les toits.

Que devais-je faire à présent ? Elle était ennemie à ma cause si elle était bien ce que je pensais, mais si je me trompais ? Rien ne me garantissait qu'elle l'était… même si son pouvoir en était clairement une preuve indéniable. Je ne pouvais décemment pas m'en prendre à elle, pas ici, devant tout ce monde, au risque de dévoiler ma filiation aux Hayert'Väals. De plus, si elle était une demi-déesse, je n'avais aucune chance contre elle. J'avais vu la puissance dont elle pouvait faire preuve… invoquer un bsurt était une magie redoutable. Qui sait quelle autre magie pouvait-elle avoir ?

De toutes façons je n'avais aucune raison de la tuer, aucune raison de m'en prendre à elle, si ce n'est qu'elle représentait un ennemi potentiel. Personne ne m'avait ordonné de la tuer, aussi n'était-ce pas dans mon intérêt de lui faire du mal. Et puis j'avais sympathiser avec elle, je n'avais pas envie de m'arrêter à ce détail, juste parce que j'avais un doute sur son identité. Je restai tout de même prudente, si elle était bien fille de Thaä, c'était plutôt moi qui était en danger face à elle. Je connaissais la puissance d'un demi-dieu, mon maître en était un… un demi-dieu d'Özan… J'avais pu admirer la puissance redoutable que ces personnes avaient…

Vous vous débrouillez bien avec une épée. me dit-elle pour changer de sujet.

Je sortis de ma rêverie et lui répondit alors, distraite.

Hum… Oui… On m'a appris à m'en servir… Plus jeune j'étais intenable… ma mère a insisté pour que je prenne des cours de combat à l'épée pour pouvoir me défouler. J'ai changé plusieurs fois de maître d'arme avant que l'un d'eux soit le bon pour m'enseigner correctement…

Elle sembla écouter ma réponse, mais seulement d'une oreille distraite. Je me remis à manger et à boire, toujours aussi délicatement. Peut-être que mon attitude froide et surtout cruelle envers le mzékils que j'avais rendu manchot sans la moindre pitié l'avait troublé. Je soupirai, regrettant un peu d'avoir si vite recouru à la violence. Nous n'étions plus vraiment discrètes… d'ailleurs tout le monde dans la taverne nous jetait des regards. Seul le barman qui avait été éjecté nous était reconnaissant d'être intervenu pour calmer le jeu, mais il me lançait tout de même des regards inquiets. Il fallait que je revois encore un peu mieux mon attitude pendant mes phases de couvertures…

Sëya me posa finalement une autre question, encore pour changer de sujet. Elle n'était peut-être pas à l'aise avec moi, ou redoutait quelque chose. Même si elle semblait calme et décontracter, ses changement brutaux de sujet en disait long sur la tension qu'elle ressentait.

La lune est très belle ce soir, non ?

Je ne répondis pas et me contenta de jeter à nouveau un coup d’œil à travers la fenêtre pour observer la Lune. Je plissai les yeux légèrement, prenant un air plus sévère.

Vous avez donc repris l’affaire du mari de votre mère, c’est bien cela ? me demanda-t-elle pour encore changer de sujet.

Je soupirai avant de finir mon verre d'hydromel et lui répondre.

Oui… Mon navire est arrivé ce soir même, avec mes marchandises à bord. Je dois conclure un contrat de vente afin d'ouvrir un commerce ici. Il paraît que les femmes de Cescan sont très coquettes… du moins celles qui sont libres… J'ai hérité de l'affaire familiale, alors il faut bien que je fasse tourner l'affaire, sinon quoi je finirai vite ruinée…

Je laissai finalement mon explication là, bus à nouveau un verre d'hydromel et enchaîna alors sur quelque chose d'autre.

Vous aimez les belles robes ? J'en ai apporté tout un lot qui fait partie de ma marchandise… Cela vous dirait-il de venir en voir quelques unes ? Ou même de les essayer ? J'ai amené un couturier avec moi… il pourrait les ajuster à votre taille…

Je lui avais proposé cela de façon purement innocente. Je n'avais pas l'intention d'attenter à sa vie ni lui faire du mal. Je voulais simplement lui proposer de se changer un peu les idées en regardant de belles pièces de couturiers forts habiles qui avaient travaillé pour mon compte.
Niveau 5
Anna Cornwall
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 98

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Force, Régénération
Groupes: Domaine
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Artefacts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mer 8 Juin 2016 - 9:41
Son navire était arrivé le soir même. Je lui fis un sourire doux et compréhensif, ça avait dû être un soulagement que d’arriver sur la terre ferme. Elle me proposa ensuite de me montrer de belles robes. J’étais toujours mal à l’aise mais j’acceptais avec une certaine joie. Je lui proposais cependant de remettre ça au lendemain matin. Je lui indiquais où je vivais avec ma mère pour qu’elle vienne me chercher. En plus, cela tombait bien, je n’avais pas cour le matin. Je me sentais plus détendue, plus sereine. Les gens avaient repris leurs conversations et semblait avoir oublié l’incident d’un peu plus tôt. Je me levais alors, prête à rentrer. Je dis au revoir à Anna et laissais une somme sur la table.

Alors que je marchais dans les rues désertes et sombres, je me sentis suivie. A plusieurs reprises je m’arrêtais et me retournais pour voir ce qu’il en était. Mais… Rien. Je soupirais et accélérais le pas, je n’étais plus très loin du domaine familiale. Alors que j’entrais dans la cour, j’entendis une voix. Je me mis à courir vers la porte. J’entrais et refermais à clef derrière moi. Je pris la direction de ma chambre et me déshabillais hâtivement. Me glissant dans les couvertures, je fermais les yeux. J’avais fait une belle rencontre aujourd’hui. Même si sa froideur dépassait de loin tout ce que j’avais connu. Elle était plutôt gentille si on efface le fait qu’elle est tranchée un poignet.

Cette nuit-là, je dormi bien. Aucun rêve ne vint troubler mon sommeil et le lendemain je me réveillais fraîche comme une fleur. Après être passée à la salle d’eau, je m’habillais d’une robe turquoise. Je descendis prendre mon petit-déjeuner en compagnie de ma mère qui avait bien maigrie. La maladie la rongeait entièrement. Je craignais le jour où elle me quitterait. De façon innocente et omettant la bagarre, je lui parlais de ma rencontre.

Fais attention à ne pas trop dépenser, Sëya.
Oui mère.

Je l’embrassais sur le front et partie devant la maison attendre Anna.
Niveau 9
Sëya Nazen
Je suis dispo pour : 1/1
Expérience : 223

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez - Ka - Aän
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 9


Lune ronde et fromages doux. [TERMINÉ]  Zali

Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Yban :: Nord :: Cescan (Capitale) :: Auberges et Tavernes-