Chats et chiens font parfois bons amis !

 :: Le monde :: Yban :: Nord :: Cescan (Capitale) :: Bas quartiers Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jeu 28 Juil - 11:04

Nous avions rejoint les bas quartiers, enfin j'avais surtout été traînée là-bas par Sëya suite à ma suggestion de faire un peu de mercenariat. Je n'avais pas dans l'idée de me rendre ici pour y trouver un contrat mais après tout, on pouvait trouver du travail partout. Nous nous installâmes à une table et l'aubergiste vint tout de suite à nous pour nous demander ce que nous voulions :

Que puis-je vous servir ?
Une cervoise pour moi. Et toi Tahiri, tu prends quoi ?
Hum... la même chose s'il vous plaît ! répondis-je négligemment.

J'avais un principe : faire le boulot et après seulement il était question de se bourrer, pas avant. Je devais donc restreindre ma consommation d'alcool à la simple cervoise et pas plus. Je jetais des regards un peu partout dans la pièce et cherchais un employeur potentiel. Pour le moment il ne semblait y avoir que des ivrognes, crasseux et puants, rien de plus. L'aubergiste revint avec nos cervoises et je lui demandai alors dans le même temps :

Dis voir, aubergiste, t'aurais pas entendu parlé par hasard d'un contrat intéressant pour des mercenaires comme nous ?
Hum... Désolé mademoiselle, je n'en ai aucune idée.
'kay ! Merci quand même...

Je me tournai alors vers ma cervoise et en bus une gorgée avant de commenter :

Bon... ben on dirait que ça risque d'être long de trouver quelque chose...

Au moment où je prononçai ces mots, un type louche vint s'installer à notre table. C'était un elfin, petit, avec des fringues un peu miteux, il portait un capuchon sale et des mitaines crasseuses. Il renifla bruyamment et prit finalement la parole, ce qui dévoila entre autre le fait qu'il n'avait plus toutes ses dents.

Vous... Vous êtes des mercenaires ?
Ça dépend... Qu'as-tu à nous proposer ?
Et bien... Et bien voilà... je... hum... Il se trouve que... que je devais de l'argent à un groupe de personnes qui... sont spécialisé dans le détroussement et... Et je n'avais pas l'argent qu'ils attendaient... alors ils ont enlevé ma Delphine !

L'elfin se mit à pleurer bruyamment, la morve lui coulant au nez.

Ma pauvre Delphine, elle doit être terrifiée ! Elle n'a que trois ans et... personne ne veut rien faire pour lui venir en aide.
Ola ola... calme toi bonhomme... Calme toi ! Ça m'a l'air dangereux ton affaire... On n'est pas des bon samaritains non plus... C'est quoi ton prix ?
Je... Je n'ai pas vraiment de quoi vous payer, mais les gens qui ont enlevé ma Delphine... ils ont de l'argent... Beaucoup d'argent. Si vous vous occupez d'eux... vous pourriez récupérer ma Delphine et vous servir dans leurs coffres...
Oula... voler des voleurs... j'ai comme l'impression que c'est pas forcément très très prudent... T'en dis quoi Sëya ?

Je me tournai alors vers elle. J'avoue que j'aurai sûrement accepté le contrat, même au vu des risques, cela en valait le coup, et puis je n'étais pas du genre à laisser une petite fille, prisonnière de bandits. Mais j'avais Sëya avec moi, je ne savais pas de quoi elle était capable. Je ne voulais pas la mettre en danger inutilement.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 332

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 28 Juil - 18:15
Elle commanda la même chose que moi, lorsque l’aubergiste revint avec nos commandes elle lui parla. Malheureusement l’arcaëllien ne savait pas où nous pourrions trouver du travail. Je soupirais, dépitée. Tahiri fit une remarque au moment où un elfin miteux et petit vint s’asseoir à notre table. S’en suivit un échange bref mais concis. On avait enlevé l’enfant de cet elfin. Je tiquer légèrement, les elfins était dans la grande majorité des cas stérile. Etait-ce un piège ? Puis je regardais son visage consterné et inquiet. Il ne pouvait mentir. Nouveau soupir. Tahiri me demanda ce que je pensais du fait de voler des voleurs. Après tout, pourquoi pas ? Nous avions que nos vies à risquer et ce pour sauver une petite arcaëllienne de trois ans. J’étais plutôt chaude pour cette affaire. Je bus cependant une gorgée ou deux avant de répondre. Une fois avalées, je dis :

Monsieur, nous allons vous venir en aide et vous restituer votre enfant. Cependant j’ai une question : comment en êtes-vous arrivé là ?
Je… Je n’arrivais plus à nourrir ma petite Delphine alors j’ai fait un prêt auprès de ces… Ces bandits. Voir sourire ma fille c’est le plus important pour moi…. Il sanglota de plus belle.
Je comprends. Très bien, si ça te vas Tahiri je suis partante.

Je tendis un mouchoir en soie à l’elfin en larmes. Il le prit en me remerciant et se moucha avec bruit. Je demandais alors où se trouvait le repère des bandits. Il nous indiqua le chemin jusqu’au tréfonds des bas quartiers. Je levais la main pour appeler l’aubergiste et commandais pour l’arcaëllien une cervoise afin de lui remonter le moral. Je payais l’addition pour les trois boissons. Terminant mon godet, je réfléchissais. Allais-je devoir faire usage de mon don ? Sûrement… Qu’importe il fallait sauver cette enfant. Et récupérer l’argent volé. L’elfin nous indiqua qu’ils étaient quatre. Un virenpien, une elfe, un tahora et une humaine maîtrisant mez. Ça ne serait pas trop dur. Je m’étais battue contre plus d’arcaëlliens que ça.

On y va, Tahiri ?
Niveau 8
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 678

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez - Ka - Aän
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 8



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 30 Juil - 11:21
Je soupirai, puis fis un sourire en coin. Sëya était beaucoup trop gentille, ça avait sûrement dû lui jouer des tours à plusieurs reprises, mais j'aimai bien cet aspect là de sa personnalité. Après tout, si je voulais monter une agence de mercenaire, j'aimerai que tous les membres de mon clan soit comme ça. Il fallait travailler pour gagner de l'argent, c'est vrai, mais tant qu'à faire, autant que se soit pour de bonnes raisons. Après des années de mercenariat, je ne m'étais pas départi d'un certain sens de l'honneur. Il fallait que la cause soit juste pour que j'accepte un travail. C'était toute la différence entre moi et les mercenaires ordinaires.

On y va, Tahiri ? me demanda-t-elle, me sortant de mes pensées.

Je laissai échapper un nouveau sourire, et me levai prestement.

Pas l'choix... après tout, tu as accepté ce travail, on ne va pas cracher dessus. On n'est pas des bénévoles, mais sauver une gamine, ça me semble être une bonne chose ! Allons-y, ma belle !

Nous sortîmes de la taverne, et suivîmes la piste que nous avait indiquer l'elfin pour retrouver sa fille. Après une bonne demie-heure à suivre ce chemin, nous arrivâmes finalement près d'un vieil entrepôt délabré, et visiblement abandonné... Visiblement car en réalité, s'y cachait une bande de voleurs mal-intentionnés. A l'entrée de l'entrepôt se trouvait un aracnor qui faisait le guet, faisant semblant de traîner par là sans en avoir l'air.

Un aracnor ? Mais... il n'a jamais parlé d'un aracnor... L'elfin s'est un peu foutu de nous... quatre bandits... tu parles... Si ça se trouve ils sont plus que ça...

Peut-être qu'il n'y avait eut que quatre voleurs pour racketter l'elfin, mais je pouvais sentir qu'il y en aurait bien plus, j'en avais le pressentiment. Nous avançâmes discrètement et nous cachâmes derrière un pan de mur. Je fis signe à Sëya de ne pas faire un geste et de m'attendre là un instant.

J'm'occupe de l'aracnor... après on pourra rentrer discrètement...

Je sortis de derrière le mur, me mis à courir vers l'aracnor et déployai alors mon fluide. Je me projetai alors en avant grâce à Thâ'Velm, parcourant 2 mètre en un clignement d'oeil et arriva derrière l'aracnor qui eut à peine le temps de remarquer ma présence. Le temps qu'il tende sa main vers sa dague, mon bras, armé de mon épée en bois, fondit sur lui. Mon sabre s'abattit sur sa nuque, et il s'effondra, perdant connaissance suite à mon coup.

Et un d'moins...

Je fis signe à Sëya de venir et entrais alors à l'intérieur du bâtiment. J'entendis des voix, rapidement je cherchai des yeux une planque. Par chance, il y avait des caisses entreposées ici. Je me jetai derrière elles, tirant Sëya avec moi. Je tendais alors l'oreille pour entendre ce que les bandits disaient. Ils semblaient être en pleine discussion.

… N'empêche... quel abruti cet elfin... dit une voix grave, d'homme, je supposais qu'il s'agissait du virenpien, étant donné la gravité de sa voix.
Ouais ! On l'a quand même bien lourdé ce crétin ! répondit une voix féminine.
Ah ah ah ! Ouaaais ! dit une voix d'homme beaucoup moins grave que la première. En même temps, il n'avait qu'à payer ce qu'il nous devait ! Tu crois qu'on en tirera un bon prix de celle-là ?
Aucune idée... Comment elle s'appelle, déjà ? demanda la voix féminine.
On s'en fout, non ?? dit le virenpien.
Je crois que c'était... Delphine ?

Pas de doute, c'était nos ravisseurs. S'ils croient s'en tirer comme ça...

Alors Delphine, on a peur ? dit le tahora, ou du moins celui que je supposai, de par sa voix masculine et moins grave, être le tahora.
Bêêêêêêêê !

« Bêêêêêêêê » ? Comment ça : « Bêêêêêêêê » ? Mais qu'est-ce que c'était que ce bordel ? Je me levais un p'tit peu et vit alors les trois complices autour de ce qui semblait être une chèvre. Je restai un moment à les observer et me cachai à nouveau derrière les caisses, la tronche dépitée, le regard totalement blasé, je me tournai vers Sëya.

Delphine... est une chèvre ??? On est en train de prendre des risques... pour une chèvre ? … … … C'est quoi son problème à cet elfin ? Sa fille ? Une chèvre ?? Il se fout d'notre gueule ?
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 332

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Sam 30 Juil - 12:26
Nous avancions au travers des rues et ruelles, jusqu’à arriver à un entrepôt désaffecté. Un aracnor montait la garde. Tahiri me fit signe de ne pas bouger et alla à la rencontre de l’arcaëllien afin de l’éliminer. Ensuite nous entrâmes dans l’entrepôt et nous cachâmes derrière de grosses caisses. S’en suivit une discussion entre les malfrats. Lorsque l’un d’eux imita le bêlement d’une chèvre, Tahiri se dressa pour regarder. Elle revint s’asseoir, la mine déconfite m’annonçant :

Delphine... est une chèvre ??? On est en train de prendre des risques... pour une chèvre ? … … … C'est quoi son problème à cet elfin ? Sa fille ? Une chèvre ?? Il se fout d'notre gueule ?

J’étais titillée entre l’envie de rire et l’envie de partir. J’avais la bouche ouverte en un « o » de surprise. Une chèvre ? Il considérait la bête comme sa fille ? Elle souriait ? Je secouais la tête, défaite. Je ne comprenais pas cet elfin. Il risquait nos vies pour une bestiole… Je me redressais légèrement pour voir à mon tour. Oui, les quatre bandits entourés bel et bien une biquette. Par Thaä, cet elfin allait me le payer. Mais maintenant qu’on était là… J’aperçus une table avec une montagne d’argent. Sûrement les pièces volées aux pauvres bougres tel l’elfin.

Et si on goutait son lait à cette Delphine ? Déclara une voix féminine.

Les autres se mirent à rire. Il fallait faire quelque chose. Mais quoi ? Si ça ne tenait qu’à moi, je partirais. Mais Tahiri semblait sous le choc. Je la secouais un peu, lui demandant ce qu’on devait faire. Je regardais une fois encore la chèvre en me retenant de rire. Tout ça pour ça…. Il y avait de quoi se marrer. L’elfin nous avait bien eus. Ça pouvait être cruel de ma part mais je n’avais pas envie de sauver une chèvre même âgée de trois ans.

On fait quoi ? Bon maintenant qu’on est là autant se rendre utile, non ?
Niveau 8
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 678

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez - Ka - Aän
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 8



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 31 Juil - 10:30
Je soupirai aux mots de Sëya. Les autres étaient en train de plaisanter sur le fait de goûter ou non au lait de la chèvre, moi je ne riais pas du tout. Mais c'était mon devoir de sauver cette chèvre, je l'avais promis... Et puis si cet homme tenait vraiment à cette chèvre, c'était peut-être pour une bonne raison, peut-être que sa relation avec l'animal avait une histoire triste, voir même tragique. Je me levai sans dire un mot, la tête basse, mon sabre en bois en main.

Reste derrière Sëya, j'compte sur toi pour intervenir au bon moment pendant que j'attire leur attention...

Je sortis de derrière les caisses, le poing fermé, la rage au ventre. Je brandis finalement mon sabre en leur direction et les invectiva furieusement.

Hé ! Vous là !

Il se tournèrent vers moi, surpris mais aussi très méfiants. Ils sortirent rapidement leurs armes, me demandant qui j'étais pour oser entrer ici.

T'es qui bordel ? maugréa le virenpien aux écailles bleues et qui devait bien mesurer 2m50 de haut.
Je sais pas ce que tu fous là, mais t'as commis la plus grosse erreur de ta vie, ma mignonne, pesta l'elfe.

Je baissai mon arme et levai les yeux vers eux, d'un air complètement débile. Je fis alors semblant de ne pas savoir où j'étais et jouai l'idiote.

Heum... et bien... excusez moi ! Je crois que je me suis perdu... Je suis à la recherche d'une chèvre et...
Tu te fous d'notre gueule ? pesta le tahora.
Heu... Pas du tout ! Pas du tout ! C'est que... vous voyez... j'ai une chèvre que j'ai confié à mon oncle elfin et...
Un oncle elfin ? C'est quoi cette histoire ? grogna le virenpien.
Oui ! Il est un peu... simplet, et y s'trouve qu'il a égaré ma chèvre...
Bêêêêêê !
Ooooooooh !!! Elisabeth !!!
E... Elisabeth ? Non... Non vous devez vous tromper mademoiselle. Cette chèvre s'appelle Delphine !
Delphine ? N'importe quoi voyons... C'est Elisabeth ! Je la reconnaîtrai entre mille ! C'est mon oncle qui la appelé Delphine ?
Heu... heu... ouais... l'elfin l'a appelé comme ça... grogna le tahora.

Je me mis alors à me lamenter, a prendre des airs dramatiques.

Ah... Mon pauvre oncle... Il n'a plus toute sa tête... Feu ma cousine doit terriblement lui manquer pour qu'il donne ainsi son nom à une chèvre... Le pauvre homme n'a plus toute sa tête depuis qu'il a perdu sa fille.
Sa... Sa... Sa fille ? s'étonna le virenpien. C'est pour ça qu'il...
Oui... Oui parfois il lui arrive de confondre la réalité avec ses espoirs... Le pauvre homme ne s'en ai jamais remis ! Après la mort de sa femme...
Oh ? Sa femme aussi est morte ? s'étonna l'elfe.
Dans des circonstances tragiques oui... La pauvre avait attrapé la petit vérole... elle ne s'en est pas remise... Quelle fin tragique...

Les voleurs semblaient gênés par mon récit, j'espérai sincèrement accaparer leur attention pendant que Sëya tenterai quelque chose, du genre récupérer la biquette en toute discrétion. Je devais continuer mon histoire, mais ce qui m'inquiétait, c'est que je ne voyais pas l'humaine qui était censée être là et maîtriser Mez. Elle serait un danger important si elle arrivait en plein milieu de notre tentative.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 332

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Dim 31 Juil - 13:14
Tahiri se mit à découvert lançant une drôle et étrange conversation. Les bandits semblaient l’écouter et lui répondaient même. Je me glissais de l’autre côté des caisses, faisant le tour de la pièce, pour arriver derrière les vauriens. Une fois au niveau de la chèvre Delphine, je tirais sur la corde.

Hey ! Toi là ! Tu fais quoi avec notre chèvre ?

Lança une voix froide et dure de nature féminine. Je me retournais et me retrouvais face à une rouquine d’allure humaine. Dans sa main droite il y avait une épée, dans sa main gauche un fouet de feu. Je déglutis avec difficulté, lâchant la corde de la chèvre.

Je… heu… Je… Viens la sauver… de… heu… Vos griffes de malfrats… Et… Euh…

Elle m’avait coupé la chique. Je ne savais pas quoi dire. On était dans la merde. Les trois premiers gredins se jetèrent sur Tahiri. L’humaine me défia. Je dégainais mon épée et nous échangeâmes quelques coups. D’abord lent puis de plus en plus rapide. Je n’avais pas le temps de réfléchir à une issue. C’était tuer ou être tuée. Les yeux gris et froid de l’humaine ne me quittait pas. Je fis une roulade arrière et invoquait un bsurt qui se rua sur l’arcaëllienne. Il couina lorsque l’épée mordit son flanc. Je me relevais et me jetais sur l’humaine qui semblait être le chef du groupe de voyous.

Toi, tu n’es pas normale !

Me lança l’arcaëllienne en faisant claquer son fouet de feu près de ma tête. Il fallait que je la désarme. J’invoquais mon tigre de mez et nous nous propulsions sur elle dans un bel ensemble.
Niveau 8
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 678

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez - Ka - Aän
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 8



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 31 Juil - 17:06
J'étais plutôt confiante dans mon récit, et j'aperçus brièvement Sëya passer en catimini derrière les voleurs pour délivrer la chèvre et l'emporter avec elle. Nous y étions presque, encore un peu et la chèvre serait délivré. J'aurai juste assez de temps pour fuir et retrouver Sëya en douce en dehors de l'entrepôt. Hélas cela ne se passa pas du tout comme nous l'avions espéré, et ma pire crainte vint se confirmer : l'humaine manquante à l'appel fit son apparition et prit ma mzékils sur le fait.

Hey ! Toi là ! Tu fais quoi avec notre chèvre ? l'invectiva la rouquine.
Je… heu… Je… Viens la sauver… de… heu… Vos griffes de malfrats… Et… Euh… balbutia Sëya en lâchant la chèvre qui s'en alla dans un coin de la pièce.

Ce n'était pas très convaincant... J'étais dépitée, autant pour le fait de nous être fait prendre la main dans le sac que par le fait que nous étions en train d'essayer de sauver une chèvre. Tout cela était finalement très ridicule... Je n'avais pas l'intention de tuer ces voleurs, surtout pas pour une chèvre, ni pour de l'or, mais à peine avais-je ouvert la bouche pour essayer de m'expliquer que les manants se tournèrent vers moi et dégainèrent leurs armes.

Le virenpien fut le premier à m'attaquer, je bondis en arrière pour esquiver son coup de massue, et attaquai à mon tour avec mon sabre en bois qui fit : SHBONK. Les écailles du reptilien avaient encaissé le choc, il n'avait nullement souffert de mon coup. Je pestais tandis que lui riait à gorge déployée.

Ah ah ahah ! Une sabre en bois ? C'est une blague ?
C'est ta mère, la blague !
Tu parles pas d'ma mère comme ça, pétasse ! vociféra le virenpien.

Les deux autres m'avaient contournée et j'étais à présent encerclé par les trois bandits. Dommage pour eux, j'avais le sort infaillible dans ce genre de situation. J'attendis qu'ils me foncent dessus et hurla alors :

Thâ'Ronae !

Une puissante vague de vent souffla autour de moi et projeta mes ennemis à deux mètres en arrière. Ils tombèrent à la renverse, et j'en profitai pour lancer un autre sort :

Thâ'Lou !

Une lame de vent couvrit mon sabre en bois, j'étais à présent moins démunie face au virenpien avec une lame qui tranche. Je me jetais ensuite sur le tahora et lui donna un coup de pied en pleine face. Le choc fut violent, assez pour lui faire perdre connaissance. Parfait ! Plus que deux ! L'elfe se releva et dégaina une matraque. Je souris, amusée et lui fonçai dessus. Elle pensait arrêter mon coup en parant avec sa matraque, mais la lame de vent autour de mon sabre découpa l'arme en deux. Elle resta les yeux écarquillées, les bras ballants, ne sachant comment réagir face à ça.

T'as perdu ! lui dis-je avec un sourire moqueur aux lèvres, avant de lui donner un puissant coup de pied retourné dans la poitrine.

Elle tomba à terre, ayant du mal à retrouver son souffle. Le coup n'était pas fatale, mais assez puissant pour la laisser hébétée pour quelques instants. A ce moment là, le virenpien revint à la charge, avec sa massue, mais il avait compris le truc avec mon épée, et préféra frapper un grand coup avec son bras. J'évitai le coup, sans aucun réel problème, et me jetai alors à l'assaut contre lui. Rien... Même ma lame de vent ne pouvait rien contre sa cuirasse. Je restai sidérée devant mon épée qui s'était stoppé contre ses écailles et le regardai alors avec des yeux écarquillés.

Hein ??
Perdu ! dit-il à son tour.

Il me décocha un violent revers de bras et m'envoya valser trois mètres en arrière.

Ah ! On fait moins la maligne, hein ? Un oncle elfin... Elisabeth... tu parles ! Des conneries, oui ! Et dire que j'ai failli gober ça !
Hurg... Chuis pas dans la merde...

J'espérai sincèrement que Sëya s'en sorte mieux que moi. Pour ma part j'étais dans une belle merde, le virenpien s'avançait vers moi et me prit à la gorge, m'étranglant par la même occasion.

J'vais t'apprendre ce qu'il en coûte de se foutre de nous, pétasse !
A... l'aide... Eurg...
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 332

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Lun 1 Aoû - 17:36
Alors que nous étions à quelques centimètres d’elle, elle fit un pas de côté et nous esquiva mon tigre et moi. Le bsurt, toujours aussi féroce, se lança sur elle en grondant. Toutes griffes dehors il se propulsa sur elle et parvint à lui griffer l’avant-bras gauche. Son fouet de feu disparut. Une arme en moins, c’était déjà ça. Elle pesta et m’insulta en me traitant de monstre contre nature. Je souris doucement, elle avait peur je pouvais le lire dans son regard. Je profitais de la situation pour bander mes muscles et attaquer. J’envoyais le tigre de mez à Tahiri qui, je l’avais vu du coin de l’œil, était en difficulté. Me jetant sur l’humaine, je fis un moulinet avec mon épée et parvins à entailler sa chair sur le flanc droit. Le bsurt tournait, attendant un ordre de ma part. Je fis un signe de tête et il se lança sur l’arcaëllienne qui lui tournait le dos. Il mordit son épaule droite, lui faisant lâcher son arme. Elle poussa un cri de douleur et tomba à genoux. Je dis alors :

On va récupérer la chèvre et vous allez nous laisser partir avec un peu d’argent, sinon on vous tue. Okay ?
Jveux pas clamser comme une merde ! J’accepte le deal. Azeniah, laisse l’elfe. Elles vont partir avec deux bourses et la chèvre et on va se soigner.
Mais… patronne !
Pas de mais sauf si tu veux mourir !
Okay, okay !

Il s’éloigna de Tahiri et alla vers la rouquine. Elle était dans un sale état. On avait gagné. J’attrapais la corde de la chèvre qui était partie à trois quatre mètres de nous. Elle semblait terrifiée. Je claquais des doigts et le bsurt disparu dans une gerbe de lumière. Je souriais d’un air vainqueur. J’allais ensuite vers la table et pris les deux plus grosses bourses. Ensuite je me dirigeais vers Tahiri.

Comment ça va, Tahiri ?

Lui demandais-je inquiète.
Niveau 8
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 678

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez - Ka - Aän
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 8



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 2 Aoû - 18:17
J'avais perdu connaissance pendant un court instant, instant qui fut tout de même assez long pour que je m'étonne du brutalement changement de situation. Le virenpien m'avait lâché, et Sëya était à côté de moi, une corde en main, tenant la chèvre, tandis que dans l'autre se trouvait des bourses pleines d'or et d'argent qu'elle attacha à sa ceinture avant de me tendre la main pour m'aider à me relever. Je la saisis et elle m'aida à me lever. Je chancelai légèrement mais me redressa doucement, tenant à peine sur mes pieds. D'une voix légèrement étranglée, je répondis à sa question qui était de savoir comment j'allais.

Ça… va… un peu… la gorge… enrouée… mais ça va…

Après un moment à avoir la tête qui tourne, je stabilisai ma vision et observai les choses autour de moi. L'humaine aux cheveux roux était à moitié au sol, essayant de soigner ses blessures, tandis que le virenpien se hâtait de l'aider. Avait-on gagné ? Il semblerait bien… En tout cas Sëya avait réussi à tenir tête à la chef du groupe et semblait beaucoup plus gaillarde que moi sur ce coup là.

Ok… On a la chèvre et l'or… tirons-nous…

Nous sortîmes de l'entrepôt, côte à côte, et gagnâmes les ruelles sombres et malodorantes de la ville basse. Je me mis à rire nerveusement et à faire des remarques, agacée par ma propre impuissance dans l'affaire. C'était moi qui était censée introduire Sëya au job de mercenaire mais c'est elle qui avait tout géré, c'était vraiment la honte pour moi.

T'as géré quand même, merde… C'est carrément la honte pour moi… En plus d'être jolie, t'es forte en fait… Il est cool ton pouvoir divin. Pouvoir invoquer des créatures… c'est méchamment la classe bordel ! 'chier quand même… j'ai l'air fine maintenant… J'étais censée assurer, pas te laisser faire tout le boulot.

Je soupirai et me grattai alors la tête, réfléchissant à un moyen de paraître cool malgré les circonstances.

Tout ça pour une stupide chèvre en plus… c'est trop nul ! Ahahah ! Tu sais quoi ? On va lui ramener sa chèvre à l'autre glandu, on va lui cogner dessus aussi je pense, il mérite bien ça ! Et après j'nous paye une cuite avec notre argent nouvellement gagné ! Ça te branche ? lui dis-je un sourire aux lèvres.

A ce moment là, je me disais qu'elle était vraiment belle cette mzékils, j'avais même furieusement envie de lui faire l'amour, mais ç'aurait été s'exposer à de gros problèmes, en plus de lui foutre la culpabilité de coucher avec moi tandis que sa bien-aimée était loin. Ça n'aurait pas été correct de ma part de faire ça, pas du tout même.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 332

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Mar 2 Aoû - 19:45
J’étais inquiète pour Tahiri, elle était à peine consciente, je lui tendis une main amicale pour qu’elle se relève. Elle la saisie sans hésitation mais en tremblant un peu. Elle n’avait pas fière allure, le virenpien l’avait bien amochée. Je souriais en attachant les deux grosses bourses à ma ceinture. Elle me répondit d’une voix enrouée que ça aller. Je fus soulagée. Elle proposa qu’on se tire quand elle vit que je tenais la chèvre. Nous sortîmes de l’entrepôt. J’avais un sourire vainqueur lorsque je passais devant l’humaine et le virenpien. La rouquine détourna le regard en baissant la tête. Une fois dans la rue, Tahiri fit la discussion mais j’étais préoccupée. Devions-nous donner l’une des bourses à l’elfin ? Après tout, je n’avais pas vraiment besoin d’argent avec la fortune dont j’étais maîtresse. Je soupirais à plusieurs reprises. J’avais eu de la chance, je n’avais pas été blessée. Nous arrivâmes à la taverne miteuse où l’elfin nous attendait. Il était assis à même le sol et regardait par terre. Je sifflais pour attirer son attention. Il leva la tête et un sourire illumina sa face émaciée.

Ma fille, mon bébé !

S’exclama-t-il les yeux plein d’étoiles. Il se leva d’un bond et se rua vers nous. Ça partit tout seul, je lui mis une gifle cinglante. Il me regarda, hébété. Je mis les poings sur mes hanches et déclarais :

On a risqué nos vies pour une vulgaire biquette ?!
Mais… Heu… C’est ma Delphine… Je gagne mon pain grâce à elle !

Je fronçais les sourcils et lui tendis la corde de la chèvre. Il la saisie à deux mains, la serrant contre son cœur. Je détachais une bourse de ma ceinture et lui tendis. Il me regarda, ahuri. Après de longues et interminables minutes, il se saisie de l’argent en me louant. Je l’abandonnais là, n’ayant plus rien à faire avec lui. L’elfin parlait à sa biquette comme si elle pouvait le comprendre.

J’avançais dans les bas-quartiers cherchant une taverne potable. Je finis par en trouver une et invitais Tahiri à y entrer. Je commandais la meilleure bouteille d’hydromel au tenancier et deux verres. Il nous apporta le tout sur un vieux plateau en bois usé. Je réglais l’addition immédiatement et, lorsqu’il vit la taille de ma bourse, il me rinça en Dame et en Demoiselle. Je servis Tahiri puis moi et levais mon verre.

A notre belle aventure peu commune !
Niveau 8
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 678

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez - Ka - Aän
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 8



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mer 3 Aoû - 17:29
J'avais comme l'impression que Sëya ne m'avait absolument pas écoutée. Vexée, je n'avais plus dit un mot pendant un bon moment. Nous rejoignîmes le vieux bouge où nous attendait l'elfin pour lui rendre sa chèvre, et je fus quelque peu étonnée de voir la mzékils offrir l'une des bourses en plus de la chèvre. Je soupirai d'un air agacé mais finis par sourire. Bah… Décidément cette arcaëllienne avait sacré bon cœur. Je ne lui en tins pas rigueur, d'ailleurs je n'avais même plus le cœur à hurler sur l'elfin et continuai à la suivre sans dire un mot.

Nous sortîmes de l'auberge pour nous trouver une taverne un peu moins miteuse où elle commanda une bonne bouteille d'hydromel qu'on nous servi prestement. Elle leva son verre et déclara :

A notre belle aventure peu commune !
A… à notre aventure oui… dis-je avec hésitation.

Je bus une gorgée, sans vraiment faire attention au goût qu'avait ma boisson. C'était pourtant un excellent hydromel, mais je n'avais plus trop la tête à profiter de ce que je buvais. Je regardais par la fenêtre avec morosité et lâchai finalement :

T'es quand même sacrément gentille d'lui avoir filé une bourse en plus de la chèvre… Elle en a de la chance ta douce… avoir quelqu'un d'aussi admirable…

Je bus le reste de mon verre cul sec et m'en resservis un autre. Je me mis à grommeler et finis par interpeller le tavernier, lui demandant de nous ramener de quoi manger avec tout ça. Je commandai du saucisson, différents fromages, une grosse miche de pain et même du jambon. Il ne tarda pas à nous apporter tout ça, trop content d'avoir des clientes aussi riches que nous l'étions sur le moment.

Un sauvetage de chèvre… … … Ahahahahah !

Je me mis à rire comme une démente, me disant qu'au fond c'était vraiment ridicule, mais au fond de moi, je me sentais bien d'avoir sauver cette bestiole. Après tout, si l'homme la voyait comme son bébé, ça valait bien le coup. Et puis son sourire, bien qu'édenté, m'avait donné un peu de baume au cœur je devais l'avouer.  

Faudra que tu lui raconte ça ! C'est pas tout les jours qu'on affronte une petite guilde de voleurs pour sauver une chèvre ! Elle risque de trouver ça drôle ! Ahahah ! Ah… bon sang…

Je bus encore, une bonne gorgée, y trouvant mon comptant d'ivresse et je me mis ensuite à couper des morceaux de saucisson que je disposai devant nous.

Faut que j'te dise un truc au fait, Sëya ! J'me sens terriblement mal de pas l'avoir dit plus tôt, et loin de moi l'idée de vouloir te cacher quoique se soit… Mais y s'trouve que… hum… comment dire… Chuis une ancienne Arme… Tu sais, les adorateurs de Morloc tout ça… ben j'en étais avant… Mais j'ai jamais pu blairer Morloc… En tant que fille de Gar'Haz, je savais au fond de moi que Morloc était pas un dieu… j'pouvais pas l'adorer, mais j'ai fait semblant… j'ai fait semblant jusqu'à ce que j'en ai marre… De toutes façons je crois que j'ai été la plus mauvaise arme qui soit…

Je dévorai sans faire attention des morceaux de saucissons, j'avais à la fois faim sans avoir faim. Je mangeai comme pour combler un vide au fond de moi, tout comme je buvais. Vÿ me manquait beaucoup en réalité, j'avais terriblement envie de partir, et en même temps la compagnie de Sëya m'était tout de même drôlement agréable. Elle était si gentille, et puis elle semblait si désemparée, je n'avais pas le cœur à la laisser seule. Je me disais que je pourrai au moins rester le temps que sa douce revienne.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 332

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Mer 3 Aoû - 17:56
Elle trinqua avec hésitation, cela m’amusa un peu. Je trouvais cette aventure très drôle et par-dessus tout on avait rendu le sourire à un arcaëllien. Quoi de plus beau en ce monde qu’un sourire, même édenté ! Elle trouvait que j’avais été trop gentille avec l’elfin. Je haussais les épaules l’air décontracté. Je songeais qu’il fallait que je raconte cette aventure à Morianne au moment où Tahiri me disait de le faire. Je souris bêtement et bus quelques lampées de mon hydromel. Elle commanda de quoi se sustenter un peu. Fromages, saucisson, pain et jambon. Je me jetais sur une tranche de saucisson fraîchement coupée et l’engloutis en trois bouchées. Il était foutrement bon ce sauciflard ! Je pris une seconde tranche lorsque l’elfe m’avoua m’avoir caché quelque chose. Elle déclara avoir été anciennement une arme de Morloc. Si c’était autrefois, ça n’avait pas d’importance. Cependant je restais silencieuse, la mine sombre. Je repensais à Anna qui était en réalité une Hayert’Vaäl. J’avais cru me faire une amie et en fait…. Non…. Je soupirais et bus à nouveau vidant mon verre. Je me resservis dans la foulée.

Ce n’est pas ce qu’on était hier qui compte mais ce qu’on est aujourd’hui…

Dis-je avec une touche de sagesse. Un sourire s’afficha sur mon visage jovial et heureux. Je frappais la table du plat de la main et dit à Tahiri que ce n’était rien qu’elle soit une ancienne arme. Tant qu’elle n’était pas une Hayert’Vaäl moi ça m’allait. Je pris une autre tranche de saucisson puis une tranche de jambon et un peu de pain. Je mangeais avec envie et faim. Je me régalais comme jamais c’était de la bonne nourriture. Je souriais à Tahiri et dis :

Cette aventure m’a creusée l’estomac, pas toi ?

Je ris de bon cœur en repensant à la chèvre. Quelle drôle d’affaire. Je soupirais en buvant un peu d’hydromel. J’avais le cœur en fête, cette petite escapade m’avait rendu joyeuse. J’étais enthousiaste et demandais à Tahiri si on recommençait le lendemain avec une autre affaire.
Niveau 8
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 678

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez - Ka - Aän
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 8



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mer 3 Aoû - 18:29
Ce n’est pas ce qu’on était hier qui compte mais ce qu’on est aujourd’hui… répondit-elle face à mon aveu.

Je souris bêtement à sa réponse. Ce que j'étais aujourd'hui, hein ? Rien de plus qu'une mercenaire, soiffarde avec une addiction au sexe, mais tout de même la main sur le cœur. Je me coupai une tranche de jambon et mordis dedans, affamée que j'étais. Il ne tenait qu'à moi de devenir quelqu'un d'incroyablement bien et bon, reconnue de tous pour mes actes.

Ouais ! T'as raison ! Ah ah !

Je lui souris franchement et sincèrement, levant mon verre avant de le boire et me resservir. Ses paroles m'avaient remotivé, et puis je n'avais aucune vraie bonne raison de faire la triste mine.

Cette aventure m’a creusée l’estomac, pas toi ? me demanda-t-elle.
Ben ouais ! C'est pour ça que j'ai commandé tout ça !! J'devrais commander des poulets rôtis en plus tu crois ?

Nous nous mîmes à rire joyeusement et finalement elle me demanda si je voulais que nous recommencions le lendemain.

Ah ah !! J'étais sûre que tu prendrais goût à ça ! Okay ! Demain on se refait une mission de mercenariat ! Et cette fois-ci je brillerai par mes exploits ! Tu verras ! J'aurais la grande classe ! Ça comptait pas aujourd'hui ! J'avais encore la gueule de bois ! Ahahah !

Je bus une gorgée d'hydromel, 'tain con, qu'est-ce qu'il était bon maintenant que je m'en rendais compte. Je finis ma part de jambon et me coupais un morceau de fromage à présent. Je lançai un regard à Sëya, lui souriant bêtement, comme une vieille complice. Peu importe que j'ai été forcée par Loreleï de l'accompagner, maintenant je le ferai de bon cœur.

Tu sais quoi ? On devrait le raconter à Loreleï ! Elle va se mettre dans tous ses états, ça va être drôle ! Ahahah ! Je l'imagine… je toussotai et pris alors son intonation de voix : QUOI ? Vous vous êtes mises en danger pour sauver une chèvre ? Tahiri !!! Je vous avais demandé de la surveiller, pas de la mettre en danger ! Vous êtes des inconscientes ! Dans les bas-fonds en plus… Vous ne vous rendez pas compte ! Petites idiotes ! Bla bla bla bla blaaaa ! Ahahah !

Je me mis à éclater de rire, convaincue que mon imitation était drôlement bien faite.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 332

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 4 Aoû - 19:32
Je riais devant l’imitation de Tahiri, j’imaginais la tête de Loreleï en apprenant notre aventure rocambolesque. J’imaginais bien les grands airs de la Prêtresse de Thaä… Elle ne serait pas contente. Cela m’amusa fortement, désobéir pouvait être drôle. Je pris un morceau de chèvre que je tartinais sur du pain. Je mangeais le morceau avec gourmandise et faim. Puis, une fois la tartine finie, je bus une ou deux gorgées d’hydromel. Je commençais à être fatiguée et baillais à m’en décrocher la mâchoire. J’observais Tahiri, elle n’avait pas l’air d’une arme. Elle semblait plus arcaëllienne que moi. Plus vivante aussi. Je soupirais lorsque j’eus une crampe dans le ventre. Je me pliais en deux en grognant. J’avais un pet de coincé. Je poussais pour l’évacuer et un bruit sonore retentit. Je rougis de honte. Je présentais mes excuses à l’elfe qui se poilait devant mon pet. J’avais honte. Une dame ça ne pète pas en public…. Encore moins en compagnie d’une autre damoiselle. Mais cela ne semblait pas déranger Tahiri qui était pliée en deux. Je soupirais, rougissant au plus haut point. La honte s’emparait de moi comme la mort d’un vieillard.

Cesse de rire, c’est… dérangeant…

Dis-je d’une voix fluette qui couvrait à peine les éclats de l’elfe. Je bus pour oublier ma gêne. Je vidais carrément le verre d’une traite et m’en servis un autre. Je ne savais plus où me mettre. J’avais encore un gaz dans le bide et il sortit mais cette fois il fut silencieux. J’en fus soulagée. Je bus encore un peu. Puis, devant le fou rire de Tahiri, je me mis à rire avec elle. Entre deux rires, je buvais de l’hydromel et bientôt la bouteille fut vide. Je commandais sa petite sœur au tenancier qui s’empressa de nous l’amener. Je réglais une fois encore la somme avant qu’il ne parte. Je servis l’elfe puis mon verre. Il était foutrement bon ce petit hydromel. Je le dégustais comme je pouvais mais la soifarde que j’étais buvait trop vite. La tête commençait à me tourner légèrement. Je n’y prêtais pas attention, trop heureuse d’être en compagnie sympathique. Même si cette compagnie se moquait un peu de moi.
Niveau 8
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 678

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez - Ka - Aän
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 8



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 5 Aoû - 10:21
Après mon imitation de Loreleï, nous nous mîmes à rire joyeusement. Je me rassis et me remis à manger et boire. Je vis alors Sëya se tordre en deux, comme affligée par un mal de ventre. Alors que j'allais lui demander si ça allait, le son d'un pet m'arrêta net. Je me retins quelques secondes avant d'éclater de rire, à la fois rassurer que ce ne soit que ça, et puis parce qu'il fallait avouer que la tête de Sëya était franchement hilarante tellement elle rougissait de honte.

Cesse de rire, c’est… dérangeant… minauda-t-elle.
Désolée… prtttt ! AHAHAH !!! riais-je de plus bel.

Certaines personnes dans le bar nous regardèrent avec des regards interloqués, d'autres semblaient plus outrés. Qu'importe, je continuais de rire tandis que Sëya buvait pour échapper aux regards des autres. Finalement, devant mes éclats de rire, elle me rejoignit dans mon fou rire. Elle commanda une nouvelle bouteille d'hydromel que l'on s'empressa de boire, comme de vraies soiffardes. Au bout d'un moment je fis signe à Sëya d'attendre, le doigt levé en l'air.

Attends, attends !

Je me tapais alors légèrement la poitrine et finis par lâcher un rot sonore et malodorant qui fit se tourner la moitié des regards de la taverne dans ma direction. Je me mis à rire comme une idiote, bus un verre et fis face aux regards qui se tournaient vers moi.

Ben alors quoi ? 'zavez jamais vu une donzelle roter ou péter ? Vous croyez qu'on fait comment, quand on va aux latrines, hein ? Qu'on chie des papillons par le cul et qu'on pisse des arc-en-ciels ? Ahahaha !

C'était peut-être la première fois qu'ils voyaient une elfe se conduire de la sorte. Il est vrai que mes congénères avaient tendance à se montrer plus distingués, plus délicats et élégants. Je n'en avais que faire de ces elfes qui pétaient plus haut que leur cul, j'étais une arcaëllienne comme les autres, et comme les autres je pétais, rotais, chiais et pissais comme toute arcaëllienne de ce bas monde. En tout cas, certains se mirent à rire dans l'assemblée, il y avait même une tahora qui se mit à prendre la parole.

Ah bon ! J'croyais que les elfes ça tirait des pluies d'éclairs par les yeux et que ça projetai des boules de feu par son cul !

Je me mis à rire et lui répondit alors sur le même ton de plaisanterie :

Non, mais selon les Vaibïaëns, c'est ce que faisait Morloc !

Tout le monde se mit à rire et s'en retourna à ses discutions. Je me tournai vers Sëya et me remis à rire comme une andouille. Il faut dire que je commençai à être passablement éméchée. Je sentis alors une main se poser sur mon épaule et me secouer. Je me retournai pour faire face à un très vieux mzékils qui était rouge comme une outre à vin, son haleine sentait fort l'alcool et je dus retenir un haut le cœur pour ne pas lui vomir dessus.

Hé !! Dis donc, salope ! D'où tu parles de Morloc comme ça, hein ? Morloc c'était l'plus grand !

Je le regardai alors de travers, haussant un sourcil.

Qu'est-ce tu veux qu'ça m'foute ? Si t'aime tant ce vieux despotes qui est mort et réduit en cendre, t'as qu'à rejoindre les Armes…
T'as bien vu ma gueule ? Ils voudraient pas de moi… trop vieux…
Ben fallait y réfléchir avant, gros soûlard ! Dégage maintenant ! Commence pas à me faire chier avec ton Morloc, sinon je te montre la vraie puissance des VRAIS dieux… Et crois moi, tu vas pas apprécier.

Le vieux bonhomme n'insista pas plus que ça, voyant que j'avais ma main qui tapotait sur le manche de mon sabre en acier. Je le regardai s'éloigner d'un œil mauvais et finis par tourner à nouveau mon regard vers Sëya tout en vidant mon verre.

Ils sont cons ces mecs… c'est le genre de type qui doit être bien content que l'esclavage existe encore dans c'pays… Pfff… J'paris qu'il se branle sur le portrait de Morloc tellement ça l'excite le « bon vieux temps »… heurk… rien que d'y penser, il m'dégoute…

Je me resservis un verre et le bus aussi vite que le précédent.

Moi je dis, y a qu'un truc vrai et valable, l'anarchie totale !!! Faites c'que bon vous semble arcaëllien et arcaëllienne, de toutes façons, on a déjà assez des dieux au-dessus d'nous pour craindre un autre pouvoir que le leur. Nique les gouvernements !!!! Ouaaaaaaaaais !!!

J'enfournai un morceau de pain et de jambon dans mon gosier avant de les mâcher et les avaler tout rond. Je me resservis et levai mon verre, un pied sur la table, l'autre sur la chaise.

T'façons c'est pas la guerre qu'on veut, nous les arcaëlliens, c'est pas non plus la monarchie, ni la domination d'un gouvernement, encore moins de la démocratie ! Tout c'quon veut c'est ça, dis-je en levant mon verre, ça, ajoutai-je en brandissant un morceau de saucisson.

Je posai alors les deux sur la table, pour avoir les mains libres, défis les lacets qui retenaient mon haut en cuir et dévoilai mes seins à toute l'assistance.

Et ÇA ! Mouahahahaha !

Il y eut des éclats de rire, comme des huées, mais je m'en foutais totalement, je n'étais de toutes façons pas dans mon état naturel.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 332

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Ven 5 Aoû - 18:06
Certainement pour me détendre, elle rota. Cela me fit rire aux éclats tant et si bien que j’en pleurais de rire. S’en suivit une conversation tout aussi drôle entre Tahiri et un arcaëllien. Elle insulta même Morloc ce qui sembla déplaire à un type qui l’accosta. La traitant de salope il lui demanda d’où elle parlait du Dieu-Empereur de la sorte. L’elfe rétorqua rapidement, menaçante. Je restais le cul vissais à ma chaise, inquiète. Je n’osais même plus boire. Par chance le vieux mzékils n’insista pas d’avantage et s’en alla en bougonnant que la jeunesse n’avait plus de respect pour ses héros. Je soupirais, quel héro ? Morloc était le pire souverain qu’Arcaëlle ait connu. Heureusement que l’Enac l’avait tué sinon nous serions toujours dans un Empire malodorant et destructeur… Je bus une gorgée d’hydromel et observais Tahiri parler. Elle était chaude la mémère. L’alcool commençait à lui monter à la tête et elle dégrafa son corsage dévoilant sa poitrine. Je me mis à rougir au plus haut point suppliant l’elfe de cacher ses seins. Cela ne semblait pas la déranger que de vieux pervers la reluque. Je me levais et me plaçais devant Tahiri pour la cacher en disant :

Le spectacle est fini les gars !

Il y eut des exclamations de dépit et les gens retournèrent à leur verre. Je remis le corsage de l’elfe en place et m’assis à nouveau sur ma chaise. Elle, elle riait à gorge déployée. Je pris du fromage et du pain. Je mangeais avidement ma pitance en grommelant que Tahiri n’était pas sage. Je l’insultais de dévergondée mais cela ne sembla avoir aucun impact sur elle. Je soupirais et vidais mon verre en mangeant ensuite une tranche de saucisson. Je ne savais plus où me mettre alors que je n’aurais pas dû être gênée, bien au contraire. Des seins j’en voyais tous les jours dans le miroir. Mais là, devant tout ce gens… C’était d’un sans gêne ! Je pris un morceau de chèvre et le gobais en une bouchée.

T’es vraiment sans gêne comme gonzesse…
Niveau 8
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 678

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez - Ka - Aän
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 8



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 6 Aoû - 8:03
Alors que j'exhibai fièrement ma poitrine, Sëya vint me cacher, me forçant donc à remettre mon haut. N'en ayant pas vraiment envie, elle se chargea de le faire. Je sentis ses doigts fins glisser sur ma peau tandis qu'elle m'enfilait mes vêtements, ce qui me provoqua quelque frissons. J'étais à ce point ivre que cela m'excita un court instant, avant que je me rappelle qui était en train de me rhabiller. Je me mis à rire à nouveau, regardant Sëya qui était dépitée. Elle me traita alors de dévergondée, insista sur le fait que je n'étais pas sage et que je devrais faire plus attention. Je rigolais d'autant plus et la regardais finalement avec un sourire amusé.

T’es vraiment sans gêne comme gonzesse… finit-elle par ajouter.
Si tu savais… Hu hu hu ! La gêne ne me connaît pas ! Toi par contre, on dirait qu'elle te connaît bien ! Hi hi ! Pourtant c'était juste des nichons…

Je me penchais alors plus près d'elle, la dévorant des yeux, un sourire malin aux lèvres. Je savais que ce que j'allai lui dire n'était pas raisonnable, mais qu'importe, je n'avais jamais été raisonnable de ma vie, ce n'était pas maintenant que j'allais le devenir.

T'as pas aimé ? Hein dit ? Tu les trouve comment ? Tu veux les toucher ? Hu hu hu ! Promis, je dirais rien à ta douce ! Ahahahah !

Je me mis à rire aux éclats encore plus et bus la moitié d'un verre avant de me remettre à rire à gorge déployée. C'était vraiment n'importe quoi, tout cela n'avait aucun sens, mais qu'importe, j'avais envie de m'amuser, que se soit en taquinant Sëya, ou d'une autre façon.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 332

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Sam 6 Aoû - 20:07
Elle riait aux éclats ce qui me mit mal à l’aise et un peu en colère. Elle me demanda :

T'as pas aimé ? Hein dit ? Tu les trouve comment ? Tu veux les toucher ? Hu hu hu ! Promis, je dirais rien à ta douce ! Ahahahah !

Je rougis de honte et de colère. Je me levais et tapais du poing sur la table lui disant de cesser ses gamineries. Je m’assis ensuite et bus mon verre d’une traite et m’en resservis un. Vraiment ! J’avais honte pour elle. Mais elle ne semblait pas plus gênée que ça. Je soupirais et ris doucement, c’était ridicule d’être en colère pour une paire de seins mis à l’air. Je la sermonnais cependant disant qu’un détraqué pouvait prendre ça pour une invitation à coucher. Mais ça ne sembla pas l’atteindre. Je bus mon verre et m’en servis, encore une fois, un autre. Je pris un bout de jambon et du pain, je déposais la viande sur la tartine et mangeais doucement. Tahiri semblait s’être calmée. Peut-être réfléchissait-elle. A quoi ? Je ne sais pas, je ne suis pas dans sa tête.

A quoi tu penses ?

Lui demandais-je la bouche pleine. Je trouvais que l’endroit manquait cruellement de musique.je me mis donc à chanter des chansons vulgaire de plus en plus fort. J’espérais redonner le sourire à Tahiri. Elle avait la mine maussade et ne riait plus. C’est alors qu’un arcaëllien bedonnant s’approcha de nous. C’était un tahora dégarni sur le devant du crâne. Il posa une main sur l’épaule gauche de Tahiri et commença à faire de propositions vulgaire et malsaine. Je rougis devant sa hardiesse à nous mettre dans son lit. Je ne savais plus où me mettre tellement j’étais mal à l’aise. Il se pencha et déposa un bisou sur la joue de Tahiri. L’elfe allait sûrement réagir, j’espérais du moins. A moins que ce ne soit une fille facile qui écarte les cuisses pour tout le monde. Non, elle ne pouvait être ainsi. Elle n’était pas une fille de joie quand même !
Niveau 8
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 678

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez - Ka - Aän
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 8



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 6 Aoû - 20:42
Elle n'avait visiblement pas apprécié mon invitation… Bah, tant pis, c'était juste pour rigoler après tout. C'était juste amusant de la voir rougir ainsi. Je continuais de rire doucement jusqu'à ce qu'elle me sermonne sur le fait que des détraqués pouvaient prendre ça pour une invitation. Je m'arrêtai de rire subitement et la regardais un moment avant de regarder mon verre plein d'alcool avec une mine maussade. Ma vie ne se résumait que ça… l'alcool, le sexe, et l'humour douteux. Je n'avais rien d'autre finalement, rien de plus qu'une vie de débauche, pas d'ami, pas de famille, ni descendance et encore moins d'une personne avec qui je partageai ma vie. Rien… Le néant…

A quoi tu penses ?
R… rien… c'est rien…

Je mentais, je mentais horriblement mal même. Je ne savais pas cacher ma tristesse quand je la ressentais vraiment à ce point là. Je souris tristement, et pris le verre, le portant à ma bouche. J'hésitai un instant puis le reposai doucement, refusant de boire plus… Je ne sais si c'était pour me redonner le sourire, mais Sëya se mit à chanter des chansons paillardes. Je me mis à sourire à nouveau et tentai d'accompagner la mzékils dans ses chants, mais ma gorge était nouée par l'émotion.

C'est à ce moment là qu'un tahora bedonnant se mit à nous faire des propositions. Il posa d'abord une main sur mon épaule, je ne dis rien sur le moment, je pensais que devant notre refus et notre silence, il allait bien finir par abandonner et lâcher l'affaire. C'est au moment où il déposa un baiser sur ma joue que je me mis à réagir. D'une voix sombre je lui demandai alors :

Hoy ? Tu crois faire quoi exactement, là ? Enfoiré ? Tu vois pas que je passe la soirée avec une amie, là ? Hein ? Qui t'as autorisé à m'embrasser comme ça ?
Ben j'pensais que ça te gênait pas ce genre de chose au vu de ce que tu nous a montré tout à l'heure ! Heu heu heu !
Tu m'as pris pour une catin ou quoi ? Chuis pas d'humeur là ! Et puis chuis avec mon amie là, alors fous moi la paix, ok ?

Avec mon amie… Oui… Sëya était un peu une amie pour moi maintenant, et il était hors de question que je lui montre mes pires aspects… Peut-être même que je n'avais plus envie d'être cette personne… Je ne savais plus, j'avais l'esprit trop embrumé par l'alcool, mais une chose était sûre, je n'avais pas envie d'avoir une partie de jambes en l'air avec ce type.

Oh ! Allez ! Elle peut venir si ça te gêne de la laisser toute seule ! Elle pourra participer ça, sera plus drôle !
Lâche-moi j'te dis, bordel !!!!

Je lui saisis le bras, puis la tête et lui cognai violemment contre la table qui se fendit en deux sous l'impact, emportant au sol toutes nos victuailles. J'étais énervée, dans un état de rage telle que je sentais ma partie divine prendre doucement le dessus. Mes yeux prirent une teinte rouge tandis que mes cheveux se décolorèrent en blanc argenté. Je donnais un violent coup de pied dans son gros ventre bedonnant pour le virer de là et tendis ma main vers mon sabre en acier. Tuer… j'avais… envie de tuer… Non… non il ne fallait pas… Mon esprit hurlait à mon corps de ne pas céder à cette envie. Je me mis à genoux et finit par me mordre la main… jusqu'au sang, essayant de freiner mon besoin de sang, mon besoin irrépressible de tuer quelqu'un… Le sang coulait à flot le long de mes dents, et pourtant je ne sentais même pas la douleur dans ma main. J'avais les dents bien plongées dans la chair. Le goût et l'odeur du sang calmait ma soif de mort, et je pouvais garder un peu le contrôle de moi-même ainsi.

Le tahora quand à lui ne repris pas ses esprits, trop sonné pour cela, mais tout le monde me regardait avec effroi, me pointant du doigt comme une folle, un monstre, une bête de foire. Mes yeux cramoisis laissèrent couler des larmes de douleur, de rage, et de tristesse. J'étais encore plus terrorisée qu'eux ne l'étaient…
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 332

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Dim 7 Aoû - 16:32
Elle s’énerva sur le tahora qui insista. Je restais muette et outragée par le comportement de l’arcaëllien. Je ne savais plus où me mettre. Alors que j’allais prendre un morceau de saucisson, Tahiri explosa la tête du ventru sur la table qui se cassa. Soit la table n’était pas solide soit elle avait une sacrée force. Ses cheveux se mirent à blanchir et ses yeux à rougir. J’étais terrifiée. Que se passait-il ? Il y avait un grand silence dans la taverne. J’étais stupéfaite. Je ne savais pas comment réagir. J’ignorais ce que e devais faire. Et Tahiri qui se mordait à sang la main. Prenant mon courage à deux mains, je me levais et allais vers l’elfe lui parlant doucement. Je posais une main sur son épaule droite et murmurais des mots rassurants. Je ne savais pas trop quoi faire de plus. Je m’accroupie à côté de Tahiri et replaçais une de ses mèches derrière son oreille. Mes gestes étaient lents et calmes. Mais intérieurement je bouillonnais, j’étais terrifiée et inquiète. Le tenancier s’approcha de nous tout en restant à une bonne distance.

Ma table ! Vous allez la rembourser au moins ?
Oui, oui… Bien sûr.

Je tendis une poignée de pièce à l’aubergiste qui vint les récupérer sans lâcher Tahiri du regard. Je m’excusais auprès de l’arcaëllien pour sa table. Il hocha la tête et retourna derrière son comptoir. Le tahora s’était éloignée en disant que l’elfe était une malade. Qu’il fallait la mettre dans une maison de fous. Je soupirais et ne dis rien. J’aidais Tahiri à se relever et pris la sortie. Une fois dehors, je lâchais l’elfe et lui demandais ce qui venait de se passer. J’étais douce dans mes mots et mon regard. Ce devait être un traumatisme pour elle. Je regardais Tahiri sans dire un mot de plus, attendant qu’elle me réponde et qu’elle redevienne « normale ». Il ne fallait pas qu’on rentre alors qu’elle était dans cet état. Je suppliais alors l’elfe de reprendre ses esprits en lui mettant une gifle qui n’aurait même pas assommé une mouche.
Niveau 8
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 678

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez - Ka - Aän
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 8



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 8 Aoû - 12:29
Tout était si vague, ne voyant que vaguement ce qui m'entourait, mon esprit se concentrait essentiellement sur le fait de ne pas céder à la rage meurtrière de ma partie divine qui réclamait la mort. C'était bien la première fois que je perdais le contrôle sans avoir touché à mon sabre. Étais-je en train de devenir folle ? Les conditions de ma « transformation » avait-elle changé ? Où était-ce moi qui avait changé ? A moins que ce soit mon père qui ait décidé qu'il était temps que lui amène plus d'âmes ? Cette idée me fit froid dans le dos, j'en étais même terrifiée. Et si je devenais la marionnette de mon père ? Si je perdais totalement mon statut d'arcaëllienne au profit de ma forme divine ? Si je devenais une sorte de déesse vivante ? Je ne voulais pas… Je voulais vivre comme une arcaëllienne, souffrir et rire comme une arcaëllienne, partager des bons comme de mauvais moment en tant qu'arcaëllienne… Mourir telle une arcaëllienne.

Je reprenais petit à petit mes esprits, j'entendais vaguement une voix m'appeler, prononcer mon nom pour que je revienne parmi les arcaëlliens. Cette voix était douce, réconfortante, avec cette note légère d'innocence… Je connaissais cette voix… elle appartenait à Sëya, la gentille mzékils avec qui j'avais sauvé une chèvre il y a seulement quelques heures de cela. Une chèvre, une mzékils, un elfin… tout était en train de se troubler dans mon esprit mais je luttais pour me concentrer et me souvenir. Du sang… j'avais la bouche pleine de sang. Ma mâchoire fini par lâcher la pression sur ma main engourdie et mutilée. Je la regardai avec étonnement et me mis à pleurer, submergée par l'angoisse et la tristesse. Qu'est-ce qui avait bien pu me prendre de faire une chose pareille ?

Je me sentais décomposée, et je devais sûrement être livide, même moi je le sentais, j'avais horriblement froid et le sang en moi semblait s'être gelé dans mes veines. Je sentis une petite tape sur le visage qui me fit me rappeler que Sëya était toujours là, à mes côtés. Au moins elle n'avait pas fuit… Ce que j'aurai pu aisément comprendre cela dit… Je m'accrochai alors à son bras et finis par articuler quelque chose qui avait plus ou moins de sens.

Chuis maudite… foutu don divin…

Je me penchai alors en avant, vomissant du sang, de l'alcool et à peu près tout ce que j'avais mangé ce soir. Ce n'était pas vraiment le fait d'être ivre qui m'avait rendue malade, mais plutôt le choc émotionnel, le choc de ne pas avoir réussi à me contrôler, le fait d'avoir dû me mordre jusqu'au sang pour ne pas céder à la folie meurtrière. J'avais horriblement mal à la main à présent, et je ne pouvais plus compter que sur l'appui de Sëya pour tenir vaguement debout. Je me tirai debout, avec son bras, et enveloppa mon bras autour de ses épaules pour me maintenir sur mes pieds qui tremblaient. Mon autre bras pendait lamentablement, le sang coulant abondement de la morsure que je m'étais infligée.

Je suis désolée… horriblement désolée… mon don est une malédiction… le sang de Gar'Haz dans mes veines… J'ai mal putain… J'me suis pas loupée… Il… il est vivant l'autre ? Je… je l'ai pas tué hein ? Rassure-moi ! Je l'ai pas tué, hein ? Je voulais pas…

Nouvelle crise d'angoisse… Je ne me souvenais même plus si j'avais tué le tahora ou pas. Je retombais à terre et me mis à vomir à nouveau. Tous les muscles de mon corps étaient tendus, et mon esprit était totalement embrouillé. Mon apparence repris cependant ses couleurs originelles, petit à petit, aussi sûrement que les feuilles tombent en automne.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 332

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Lun 8 Aoû - 16:28
Tahiri était livide, elle maudissait son don divin et je la comprenais.il était terrifiant et absolument ingérable. Elle aurait pu tuer ce tahora d’une baffe à mon avis. Je caressais son dos pendant qu’elle vomissait ses tripes. Elle disait être désolée et je compatissais avec sa détresse. Elle me demanda si l’autre était vivant, je lui répondis que oui. Elle vomit à nouveau et je tapotais son dos comme une mère consolant son enfant. Je l’aidais à se relever et je me mis en route avec l’elfe. Nous devions, avant de rentrer, trouver un soigneur pour sa main qui était bien ouverte. Je marchais lentement, écrasée par le poids de Tahiri. Elle était encore pâle et semblait sur le point de rendre une fois encore. Jamais deux sans trois comme on dit. Pour le moment ça allait, nous avancions doucement mais sûrement. Je m’arrêtais plusieurs fois pour demander mon chemin à des inconnus. Ils m’indiquèrent la route pour aller chez Hyra, une vieille guérisseuse xen. Nous arrivâmes devant une maison peinte en jaune dont les volets étaient mauves. C’était là. Je frappais trois coups secs sur la porte tout aussi mauve que les volets. J’entendis une voix me dire de patienter puis la porte s’ouvrit sur une vieille xen aux cheveux blancs et à la peau ridée. Elle nous regarda surprise, je lui expliquais alors que mon amie s’était lourdement entaillée la main. Elle nous fit entrer chez elle en nous intimant de ne toucher à rien. Elle nous conduisit dans une petite chambre à peine éclairée avec un lit simple au milieu de la pièce. J’allongeais Tahiri sur le vieux lit qui grinça sous le poids de ma camarade. L’elfe était toujours aussi blanche qu’un linge. La soigneuse s’approcha en tenant une lampe à huile dans sa main tremblante. Elle déposa la petite lumière sur une table de chevet. Elle observa ensuite la main de Tahiri. Hyra me demanda si elle s’était infligée cette blessure elle-même. J’hésitais un instant et finis par dire la vérité. La xen soupira et me demanda si c’était une fille de Gar’Haz. J’hochais la tête, surprise. Elle se frotta les mains l’une contre l’autre puis les apposa au-dessus de la plaie. Je sentis le fluide se dégager de ses paumes et la blessure commença à rétrécir. Bientôt il n’y eut plus rien.

Merci Ma Dame. Dis-je à la xen en la payant. Tahiri, comment te sens-tu ?

Niveau 8
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 678

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez - Ka - Aän
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 8



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 8 Aoû - 19:52
Sëya faisait des efforts incroyables pour moi, déjà elle m'aidait à tenir debout, puis après avoir demandé plusieurs fois son chemin, elle me mena à une guérisseuse, une vieille xen qui habitait dans une demeure dont les couleurs de la façade me donnait envie de vomir à nouveau. Je me retenais cependant de régurgiter à nouveau mes tripes et entrai avec l'aide de Sëya après que la vieille femme nous ait ouvert la porte et invité à entrer. Mon amie me déposa sur le lit grinçant tandis que la xen m'éclairait de sa lampe, pour constater les dégâts.

La guérisseuse sembla alors curieuse de savoir si je m'étais moi-même infligée cette morsure. Sëya dut avouer la vérité, je restais quant à moi silencieuse mais n'en voulais pas à mon amie pour cela. Étrangement, la vieille xen avait deviné que j'étais une fille de Gar'Haz étant donné qu'elle demanda si j'en étais belle et bien une. Sëya acquiesça d'un signe de tête, ce que je fis moi-même, aussi surprise qu'elle. Je voulais lui poser la question, lui demander comment elle pouvait savoir cela, mais je sentais ma gorge se serrer, et je n'en eus pas le courage. La vieille dame se frotta les mains et appliqua finalement le fluide de soin sur ma main. Après son apposition, il n'y avait plus rien à ma main, elle était comme neuve, ne laissant pas même le signe d'une cicatrice.

Je… vais mieux oui… Je n'ai plus mal en tout cas… merci m'dame… et… merci Sëya…

Même si je me sentais mieux physiquement, j'étais toujours aussi affligée moralement et mentalement. J'avais une triste mine et me sentais toujours aussi sale, toujours aussi fautive. C'est vrai que ce tahora l'avait un peu cherché, mais il n'avait pas mérité ça… et puis de mon côté, je me sentais horriblement mal d'avoir laissé cette part de moi prendre à ce point le dessus sur moi. Que devais-je faire à présent ? Je n'étais plus fréquentable… si à chaque sortie je me faisais accoster par des gros lourds avec qui je n'avais pas envie -ce qui arrivait assez souvent, je devais l'avouer- et que je me mettais à péter un câble, ça n'allait plus être vivable. Et puis qu'elle image aurait-on de moi ? Et depuis quand me souciais-je de mon image ? Tant de question qui se mêlaient et s'entremêlaient à tel point que ma tête était pleine à craquer. L'angoisse… à nouveau… la terrible angoisse. Celle que je ressentais très voir trop souvent quand j'étais sobre et inactive. Et oui, à ce moment là, étant donné le choc, je ne ressentais plus les effets de l'alcool, j'étais à peine groggy…

Je regardais finalement Sëya avec un air pitoyable, comme un chien battu, ou quelqu'un qui a tout à se reprocher. J'étais malade d'angoisse, et j'avais à peine le courage de la regarder.

J'ai totalement foutu la soirée en l'air, hein ? 'scuse moi, Sëya… J'ai l'impression que ma nature divine est totalement ingérable… C'est… c'est vraiment gentil de ta part de pas m'avoir abandonné à mon sort… Je… je ne t'en voudrais pas si tu veux que je parte… Je n'ai pas envie de te causer plus d'ennuis… mais… tu peux compter sur moi pour la mission de demain.

La mission de demain… j'arrivai quand même à penser à ce genre de distraction dans mon état. Sëya pouvait compter sur moi, peu importe ce qu'elle décidait. Je ne pouvais pas la décevoir, je ne voulais pas la décevoir…
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 332

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Mar 9 Aoû - 16:49
Elle me dit aller mieux du moins qu’elle n’avait plus mal. Elle remercia la xen puis moi. Je ne savais pas bien ce qui s’était passé mais je voulais garder un œil sur Tahiri pour m’assurer qu’elle irait vraiment mieux. Alors que j’étais dans mes pensées, elle m’en tira en disant :

J'ai totalement foutu la soirée en l'air, hein ? 'scuse moi, Sëya… J'ai l'impression que ma nature divine est totalement ingérable… C'est… c'est vraiment gentil de ta part de pas m'avoir abandonné à mon sort… Je… je ne t'en voudrais pas si tu veux que je parte… Je n'ai pas envie de te causer plus d'ennuis… mais… tu peux compter sur moi pour la mission de demain.

Je soupirais, oui elle avait foutu en l’air la soirée mais dans le fond c’était un mal pour un bien. On ne rentrerait pas bourrées comme des huitres ce soir. Loreleï n’aurait donc pas de raison de nous sermonner. Enfin presque. Je comptais bien lui raconter l’histoire de la biquette. Juste pour voir sa tête. Je souris à Tahiri et lui dis :

Pour sûr ça a mis du piment dans les épinards. Mais de là à te chasser pour ça, qui suis-je pour te juger ? Pff…. Aller viens, on rentre ! Une bonne nuit de sommeil et demain on sauve une autre chèvre !

Je préférais emprunter le ton de l’humour pour ne pas la faire culpabiliser encore plus. Je l’aidais à sortir du lit et nous prîmes la direction de la sortie de la demeure de soigneuse. Je la remerciais encore et nous prîmes l’air. J’avançais doucement pour être sûre que Tahiri me suive. Une fois sorti des bas-quartiers, nous empruntâmes le chemin du manoir où Loreleï devait attendre sur le pied de guerre.

Après un bon moment à marcher, nous arrivâmes chez moi. Nous montâmes les marches quatre à quatre tout en étant silencieuses. J’ouvris la porte et derrière… Personne ! Il fallait maintenant nous rendre dans nos chambres avec discrétion et calme. Nous empruntâmes l’escalier de marbre et arrivâmes aux chambres. J’invitais Tahiri à aller dans la sienne et je me dirigeais vers la mienne à pas de loup.

Le jour pointais à l’horizon, une servante vint tirer les rideaux pour me réveiller. Je grognais de mécontentement et m’étirais en baillant. La servante m’invita à descendre prendre le repas matinal. Je me levais du lit et fis une brève toilette. J’enfilais mon pantalon et mon haut puis attachais l’épée à la ceinture. Je descendis et entrais dans la salle de repas. Loreleï était déjà là en train de boire un thé.
Niveau 8
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 678

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez - Ka - Aän
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 8



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mer 10 Aoû - 12:58
Pour sûr ça a mis du piment dans les épinards. Mais de là à te chasser pour ça, qui suis-je pour te juger ? Pff…. Aller viens, on rentre ! Une bonne nuit de sommeil et demain on sauve une autre chèvre ! me répondit-elle après m'avoir souri.

Je restai quelque peu abasourdie devant sa réponse, mais je me mis à sourire à mon tour.

Hin hin… Ouais ! Sûre qu'on va en sauver d'autres ! Ah ah !

Nous quittâmes la demeure de la guérisseuse, après que je l'ai remercié une dernière fois. Nous avançâmes lentement au travers des rues -à mon rythme, qui était assez lent étant donné mon état- et nous arrivâmes finalement à destination, sans encombre… et sans Loreleï pour nous accueillir, ce que je trouvai plutôt surprenant. Nous montâmes à l'étage en faisant le moins de bruit possible et nous souhaitâmes bonne nuit avant de gagner nos chambres respectives… du moins c'est ce que je pensais. Un fois arrivée dans la chambre plongée dans l'obscurité, je me déshabillai prestement et me glissai dans les draps chauds et confortables du lit.

Ma nuit fut étonnement paisible, je dormis comme une bébé, beaucoup trop épuisée physiquement et mentalement pour penser à quoique se soit. Et puis la chaleur du lit m'avait totalement assommée, c'en était même étrange tellement j'avais été apaisée, c'est comme s'il y avait une présence rassurante près de moi. Au moment où le soleil se levait à peine sur Arcaëlle, ma conscience fut légèrement éveillée par la lumière qui filtrait légèrement derrière les rideaux. J'ouvris les yeux quelques secondes pour les refermer et me blottir correctement dans le lit. Je tendis légèrement mes mains et sentit quelque chose de chaud et doux au bout de mes doigts. Je continuai à malaxer doucement la chose entre mes doigts, trouvant cela fort agréable, et me rendis soudainement compte qu'il y avait également une douce odeur qui chatouillait mes narines, ça sentait bon la cannelle ou la vanille, quelque chose de sucrée et très agréable. Je sentis alors un souffle caresser le haut de ma tête et fus soudainement envahie d'un doute : « ne serait-ce pas une personne que je suis en train de toucher ? » J'entendis tout à coups un toussotement et ouvris brusquement les yeux, j'avais le visage en face d'une jolie poitrine voluptueuse et tendre, enveloppée dans une jolie nuisette de soie blanche, sur laquelle était posées mes mains. Je levais lentement la tête au-dessus de moi et me retrouva nez à nez avec le visage de Loreleï souriant qui me fixait avec des yeux pleins de colère et me jetant des éclairs.

Je peux savoir ce que vous faites là ? Dans MON lit ??? Et pourriez-vous… OTEZ VOS MAINS DE LÀ !!!
Oups ! Heu… je… Non… heu attendez… je… ARGH !!

Elle m'attrapa les mains et m'éjecta du lit, saucissonnée dans les draps et les couvertures. Elle se leva du lit et vint à ma rencontre, me chevauchant et m'attrapant par les épaules.

J'espère que vous avec une bonne explication !
Ahahaha ! C'est pas du tout ce que vous croyez ! J'vais vous expliquer… Il était tard hier soir et j'ai… heu… j'ai du me tromper de chambre dans la pénombre, j'ai confondu la mienne avec la votre et…
Vous n'auriez pas eu quelques mauvaises intentions à mon égard au moins ? me demanda-t-elle avec un sourire effrayant.
Hein ? Des mauvaises intentions ?
Oui… Le genre d'intentions qui auraient mis en danger ma vertus…
Ahahahahaha ! Quelle idée, voyons ! Nonononononoon ! Je me suis juste trompée de chambre, c'est tout ! Ahahah !

Elle me regarda d'un œil incrédule, puis se remit à sourire, avec quelque chose de malsain dans son attitude. Elle se pencha lentement vers moi, laissant tomber ses longs cheveux blonds en cascade, le long de sa nuque. Elle approcha délicatement sa bouche près de mon oreille, dans un mouvement qui me parut sensuel, et elle me murmura doucement :

Si je vous retrouve encore une seule fois dans mon lit… je m'assurerai que vous subissiez un châtiment digne de ce nom.

Je blêmis et fis oui de la tête, montrant que j'avais parfaitement compris le message. De toutes façons, pour quelle raison aurais-je envie de passer une nuit de plaisir avec une furie pareille ? Certes, elle avait un corps magnifique, et étant donné sa force physique, je pouvais supposer qu'elle devait également avoir une bonne endurance, ce qui était bien deux atouts considérablement tentants, mais au niveau du caractère… Elle me faisait juste trop froid dans le dos pour que j'eus ne serait-ce qu'envie de l'imaginer dans mes bras à passer un moment très intime.

Bien… Relevez-vous et, de grâce, habillez-vous ! Je vais faire ma toilette, si je vous surprend à essayer de m'épier…
J'ai compris ! J'ai compris ! J'vous jure que j'ai compris ! Je suis désolée pour tout ça ! C'était pas dans mes intentions ! Vous m'imaginez avec vous ? Enfin je veux dire… c'est pas que vous soyez pas attirante mais… heu… gloups…

Elle me jeta un regard mauvais, le sourire toujours aux lèvres, toujours aussi malsain.

Oui ?
Oubliez ce que je viens de dire ! Je suis juste désolée ! Je… Je m'habille !!!
Bien ! Très bien ! Bonne décision !

Je m'habillais alors en vitesse et sortis de la chambre sans demander mon reste. Je tombais alors face à la domestique que j'avais taquiné la dernière fois. Elle me regardait avec de grands yeux, visiblement choquée. Au début je ne comprenais pas pourquoi elle me regardait ainsi, puis je fis le lien à force de réflexion… Je venais de sortir de la chambre de Loreleï, ce qui pouvait, effectivement, paraître très très étrange.

Heu… Non ! Non ! Attends ! Va pas t'imaginer des choses, hein ?
Je… Je n'imagine rien du tout ! Vous… vous faites ce que vous voulez avec Dame Loreleï mais je pense que Dame Sëya devrait en être informée…
Je… Je ne fais rien du tout avec Dame Loreleï ! C'est juste un malentendu !
Je ne veux rien savoir ! Ça ne me regarde pas ! Je… Bonne journée ! dit-elle avant de s'enfuir.

La journée commençait décidément sur les chapeaux de roue. Je soupirai et rejoignis la salle à manger où je pris place à table, même s'il n'y avait encore rien de servi. Les minutes et les domestiques défilèrent devant moi, les délicieuses choses qui constitueraient notre petit déjeuner s’amoncelaient, jusqu'à ce que Loreleï se présente dans la pièce, ne manquant pas de me jeter un regard en biais. Elle s'assit près de moi avec une moue désobligeante. Je répondis à ses manières par un air gêné et un petit sourire timide. Elle soupira et tendit son bras vers une tasse et la théière encore fumante.

Du thé ? me demanda-t-elle avec délicatesse.
Heu… Oh… Oui ! Je… je veux bien, merci.

Elle me servit et me tendit la tasse, puis se servit à son tour et engagea alors la conversation.

Et sinon, à part le fait que vous ayez décidé de vous introduire dans ma chambre sans raison valable, comment c'est passé la journée d'hier ? Vous avez pris soin de Sëya, j'espère ?
Oh… Heu… oui ! Mais je suis sûre qu'elle préférerait être là pour que je vous raconte cela.
Je vois… Vous n'avez pas tort, je préférerai qu'elle me confirme que vous avez bien pris soin d'elle… Un gâteau ? dit-elle en me tendant un plat couvert de petits gâteau sec.

J'hésitais un instant, trouvant sa gentillesse étrange, peut-être avait-elle une idée derrière la tête… ou peut-être pas. Je me faisais probablement des idées, elle était peut-être juste très gentille de nature, voilà tout. J'en pris deux et commençai à mordre dans le premier.

Merci, dis-je la bouche pleine.
Hum hum ! On ne parle pas la bouche pleine… me sermonna-t-elle.
Désolée…

Elle me fit un sourire radieux, qui m'émerveilla sur l'instant. Elle n'avait pas l'air de m'en vouloir plus que ça pour m'être introduite dans sa chambre (par erreur!!!), ou alors elle devait avoir une sacrée maîtrise d'elle.

J'espère que vous ne vous êtes pas attirées d'ennuis en tout cas…
Ahahahahah ! Des ennuis ? Quelle idée ! Ahahahah !

Je savais bien que cette gentillesse cachait en réalité une profonde sévérité et des questionnements qui allaient sans doute me mener droit à l’abattoir selon les réponses qu'on lui donnerait Sëya et moi. C'est justement à ce moment là qu'elle entra dans la salle, habillée et prête pour repartir, mais pas avant d'avoir pris un petit-déjeuner digne de ce nom bien sûr.

Aaaaah ! Sëya ! Te voilà ! Ahahaha ! B… Bien dormi ? demandai-je à cette dernière.
Bonjour, Sëya ! s'exclama Loreleï d'une voix guillerette. Alors ? Comment c'est passé cette journée, hier ?

J'eus l'air profondément dépitée… je m'attendais à me faire tuer à tout instant…
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 332

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Yban :: Nord :: Cescan (Capitale) :: Bas quartiers-