Le jeu des deux familles [TERMINÉ]

 :: Le monde :: Yban :: Ouest :: Plaine du Beyu’Han Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 15 Nov 2017 - 18:58
Suite de : Doux retour ?

Nous étions tous en train de déjeuner ce matin là lorsque Sëya nous rejoignit, nous demandant si nous avions bien dormi. Tous répondirent avant que ce soit à mon tour.

- J’ai bien dormi, oui ! Tu viens manger quelque chose ? lui demandai-je avant qu’elle ne se mette à table avec nous.

Nous prîmes notre petit-déjeuner dans le calme avant de nous préparer à partir. Les domestiques nous aidèrent à préparer l’attelage qui nous attendaient pour notre voyage. C’est avec une certaine inquiétude que Loreleï nous regardait faire. Elle n’était toujours pas tranquille à l’idée que nous partions dans les territoires plus sauvages d’Yban, d’autant qu’il nous fallait traverser la forêt de l’Axÿ’Han, mais avec les routes tracées jusqu’à Chopan, il n’y avait pas grand-chose à craindre, à part peut-être des brigands.

Je me rappelai avec douleur cet instant où j’avais du affronter une bande d’Hayert’Vaäls pour survivre. Les premiers jours après ma rencontre avec Sëya, cette nuit terrible où je faillis ne plus la revoir. Cela du se voir sur mon visage car Brohmac posa une main sur mon épaule en me regardant avec appréhension.

- Est-ce que tu vas bien ?
- Heu… oui… oui… ça va ! Je… Je repensais juste à quelque chose.
- Ça n’avait pas l’air très positif…
- Ça ne l’était pas… mais ce n’est qu’un mauvais souvenir. Je n’y pense déjà plus ! Tu es prêt ?
- Aussi prêt qu’on peut l’être !
- Les autres aussi ?
- On n’attendait plus que toi !
- Quoi ? Oh… Désolée ! Allons-y alors !

Il me fit un léger sourire amusé et me tapota le dos amicalement. Il monta sur sa jument tandis que je gagnais l’attelage avec Sëya, Scathach et Maïa. Sazan avait quant à elle pour monture un Chi’Mâu, ces drôles de volatiles aussi grands que des chevaux.

- Allez, ya, Annabelle ! pressa Brohmac à sa monture.

Et notre convoi partit vers le sud, en direction des plaines du Beyu’Han, dans la joie et la bonne humeur. Il nous fallut un peu moins d’une semaine pour rejoindre Chopan,, dernier bastion de civilisation avant de rejoindre les terres sauvages. Le voyage se passa relativement bien et nous n’eûmes pas de mauvaise rencontre à déplorer. Seule la rencontre d’un convoi d’esclave faillit déclencher un conflit de ma part. Heureusement, Sazan et Sëya réussir à me faire renoncer à attaquer ces marchands d’esclaves, me convaincant que cela ne servirait pas notre cause pour le moment, qu’il valait mieux se montrer prudentes pour l’instant.

Un peu plus d’une semaine après notre départ, nous finîmes enfin par apercevoir au loin un convoi de nomades. J’avais bonne espoir qu’il s’agissait là de mon clan, de ma famille. Cela me fut rapidement confirmé lorsque je vis débouler non loin de nous une grande bsurt au poil blanc. Je sautais de notre charrette en marche, manquant de me casser la figure et courus en sa direction. Je battis des ailes pour me faire planer au-dessus du sol et me faire arriver plus vite vers Gayël pour lui sauter au cou. La grande louve me lécha copieusement le visage tandis que je la serrais contre moi avant de tomber au sol, éclatant de rire.

- Gayël !!! Ahahahah ! Tu m’as manqué à moi aussi !

Elle frotta son museau contre mon ventre et je la flattai au col avant de lui gratter l’arrière de l’oreille. Elle bondit en arrière de joie avant de grogner et montrer les crocs.

- Quoi ? Tu veux jouer, c’est ça ? Tu veux jouer hein ? Grrrrrr !!!

Je me mis à grogner moi aussi avant de me jeter sur elle pour l’attraper au niveau du cou. Elle se débattit et m’envoya à terre avant de me sauter dessus pour m’attaquer, pour jouer évidemment. Je roulais sur le côté et bondis pour me relever et esquiver. Je me mis à sautiller, donnant des coups d’ailes pour m’élever dans les airs, histoire d’éviter ses assauts avant de tomber sur son dos et de la serrer contre moi.

- Tu m’as manqué, ma sœur !

Elle se mit à geindre, en remuant la queue, me signifiant clairement que ce sentiment avait été réciproque. Je soupirai de joie, heureuse de retrouver ma bsurt de sœur. Je fis signe à notre groupe d’approcher avant de me tourner vers la caravane de nomades.

- On y va, Gayël !

Gayël grogna et fit mine de se désintéresser de la caravane pour se tourner vers la remorque où se trouvait Sëya et les autres. Elle se dirigea vers elle malgré mais protestation et finit par arriver au niveau de Sëya. Elle ne put la saluer comme elle l’aurait voulu, mais je sentais son excitation sur le moment tant elle geignait de joie.
Niveau 6
Morianne
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 89

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan, Khan
Groupes: Principauté
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 16 Nov 2017 - 15:34
Je regardais avec une certaine douceur et une grande joie les retrouvailles entre Morianne et sa bsurt. Scathach et Maïa semblaient inquiètes devant les jeux des deux sœurs. Moi, bêtement, je souriais. Lorsque la louve géante se précipita vers nous je l’entendis dire :

Sëya ! Tu es revenue !
Comme promis par le passé.
Allez venez avec moi !

Elle fit demi-tour et alla vers la caravane de nomade. Je fis suivre la bsurt par notre groupe. Une fois au niveau des nomades nous descendîmes de la charrette. La famille de Morianne arrêta ce qu’elle faisait et ce furent des retrouvailles touchantes. La mère de mon aimée la serra contre elle. Puis elle vint vers moi et me réserva le même sort. Je l’enlaçais avec douceur et lui demandais comment ça allait.

Nous allons bien, et vous donc ?
Le voyage fut long mais on vous a trouvé alors ça va plus que bien !

Je fis un sourire à la mère de ma dulcinée et présentais, uniquement par leur prénom, les autres. Je laissais le soin de présenter sa mère biologique à sa mère adoptive à Morianne. Scathach était légèrement en arrière, la tête basse.
Niveau 9
Sëya Nazen
Je suis dispo pour : 1/1
Expérience : 223

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez - Ka - Aän
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 9


Le jeu des deux familles [TERMINÉ]  Zali

Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 18 Nov 2017 - 10:24
Les retrouvailles furent joyeuses. Mes parents semblaient en très bonne forme. Je ne pouvais que m’en réjouir. Je serrais mon père dans mes bras quand Sëya se mit à présenter tout le monde. Ils étaient ravis de pouvoir faire la connaissance de mes amis. Je vis alors Gayël renifler Scathach avec insistance.Avait-elle senti quelque chose de familier en elle ? Probablement, elle se tourna vers Sëya et aboya. Ma douce me transmit le message par notre collier.

- Elle dit que Scathach sent un peu comme toi.

Je souris à cette idée. On ne pouvait rien cacher à Gayël. Je lui flattai le col et finis par réclamer l’attention de tous.

- Maman, Papa, et Gayël, j’aimerai vous présenter Scathach !
- Je crois que Sëya nous l’a déjà présentée, fit remarquer mon père, légèrement embarrassé.
- Oui, je sais, mais il y a quelque chose que vous devez savoir à son sujet.
- Ce n’est pas nécessaire, Morianne… soupira tristement la sorcière.
- Pour moi, si ! protestai-je avant de me tourner vers mes parents et Gayël qui avait la tête penché sur le côté. Scathach et la femme qui m’a donné la vie, c’est ma mère de sang.

Mes deux parents se regardèrent avec inquiétude. Ils semblaient partagés entre plusieurs sentiments, cela pouvait se lire sur leurs visages bronzés.

- Gayël dit : « C’est pour ça qu’elle sent comme toi ! » me souffla Sëya.

Je me mis à rigoler doucement devant Gayël qui ne semblait pas en éprouver de crainte ni quoique se soit de négatif. Elle semblait au contraire plutôt curieuse et continuer d’observer la sorcière en silence. Mon père s’approcha d’elle avec le regard dur, comme s’il essayait de la jauger.

- Gork… l’interpella ma mère, inquiète de sa réaction.
- Je n’aurai qu’une question… Est-ce que vous buvez du vin de noix ?
- Heu… Je… hésita Scathach. J’en… ai déjà bu oui… heu… mais…
- Alors buvons-en pour fêter ça !
- Heu… quoi ? s’étonna-t-elle.
- Et ben quoi ? Il faut célébrer ça, non ? Vous venez de retrouver Morianne, vous venez de rencontrer ses parents, et si vous saviez comme ça a été une joie de l’avoir comme fille, de la voir grandir… Nous ne saurions trop comment vous remercier de ce cadeau béni !

Ma mère, Isaleh, soupira de soulagement en voyant que mon père le prenait plutôt bien. C’est Scathach qui eut une mine sombre et n’avait plus trop la tête à sourire. Cela lui rappelait sans doute de mauvais souvenir, celui de mon abandon je suppose. J’avais l’impression de sentir sa tristesse et cela me fit mal au cœur. Je m’approchais d’elle et posa une main sur son épaule pour la rassurer.

- Je te l’avais dit, ça c’est plutôt bien passé, non ?
- Je ne sais pas, Morianne… Je…

Elle soupira et se tourna vers ma mère. Elle posa ses mains sur ses épaules et la fixa dans les yeux.

- Morianne ne m’a dit que du bien de vous, Isaleh. Je… Je voudrais vous remercier vous et votre mari d’avoir pris soin d’elle et de l’avoir éduqué comme votre propre fille.

C’était la première fois que je voyais Scathach ainsi, vulnérable, les yeux embués de larmes, prêtes à fondre en pleur. Ma mère, Isaleh, la fixa avec tendresse et compassion.

- Allons, allons ! Elle n’était qu’un bébé quand nous l’avons recueillie, c’était bien normal pour nous, qui ne pouvions pas avoir d’enfant, que de la considérer comme notre propre fille. Et elle est toujours notre bébé, notre petite Morianne.
- M’maaaaaan !!! m’indignai-je. Je suis plus un bébé !

Je sentais sur moi le regard taquin de Gayël qui en pensait tout autrement. Pour elle, j’étais sûrement encore la mzékils qui se prenait pour un petit louveteau. Je pris ma mine boudeuse devant cette conspiration et tout le monde éclata de rire, sauf Scathach qui était presque à pleurer dans les bras de ma mère.

- Merci, Isaleh… Gork… Je… Je vous dois bien des explications pour cela, bredouilla Scathach.
- Bah… Ça serait mieux oui ! bougonna mon père. Mais ça n’est pas non plus nécessaire, vous savez ? Venez ! Allons boire un verre et annoncer ça aux autres ! Vous faites déjà partie de la famille à présent pour moi !
- Venez, Scathach ! Venez ! Cela vous ferait-il plaisir que je vous raconte des souvenirs que j’ai de Morianne quand elle était petite ? lui demanda Isaleh.
- Rien ne me ferait plus plaisir, je crois, lança la sorcière qui eut un léger sourire.
- Je crois que je vais en prendre pour mon grade… soupirai-je.

Sëya se mit à rire et me prit par le bras. Nous allâmes donc gaiement rejoindre le cercle qu’avait formé les nomades autour d’un feu qu’ils venaient d’allumer. Tout le monde s’exclama de joie en nous arrivant toutes les deux venir.
Niveau 6
Morianne
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 89

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan, Khan
Groupes: Principauté
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 18 Nov 2017 - 16:02
Nous marchions vers le clan qui fut enthousiaste de nous revoir. Et une poignée de main là, une accolade ici, une tape dans le dos amicale là-bas. Morianne et moi furent accueillies comme des reines. J’en fus un peu gênée, je l’avoue. Ils nous invitèrent à nous asseoir avec eux sur des rondins. Une marmite chauffait au-dessus du feu et une délicieuse odeur s’en échappée. Mon estomac grogna ce qui fit rire ma dulcinée.

Nous discutions dans un joyeux brouhaha alors que la nuit tombée, amenant le froid. Scathach et Isaleh discutaient joyeusement, j’aperçus même des sourires des deux côtés. Les nomades sortirent des bols et des cuillères en bois. Ils commencèrent à servir la soupe en chantant de vieilles mélodies. On me tendit un récipient avec la délicieuse pitance. Je remerciais l’arcaëllienne avec une joie non dissimulée.

Après avoir mangé on fit la vaisselle tous ensemble. Je trouvais cela convivial. Une fois la corvée finie, on retourna près du feu et un jeune arcaëllien sortit un luth. Il commença à jouer gaiment accompagné par la voix d’une arcaëllienne d’un âge avancé. Les enfants dansèrent autour du feu en tapant dans leur main au rythme de la mélodie. C’était agréable. Je posais ma tête sur l’épaule de Morianne et fermais les yeux.

Je sentais que Morianne tendait l’oreille pour entendre ses mères parler. Je me demandais si elle les entendait.

Niveau 9
Sëya Nazen
Je suis dispo pour : 1/1
Expérience : 223

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez - Ka - Aän
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 9


Le jeu des deux familles [TERMINÉ]  Zali

Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 26 Nov 2017 - 18:40
Je tentais d’écouter ce que mes deux mères se disaient. Je voyais de temps à autre Scathach me lancer des regards et se mettre à rire. Pas de doute, ma mère était en train de lui raconter des anecdotes très gênantes à mon sujet. Au bout d’un moment je préférai ignorer la chose d’autant que pour couronner le tout, Tolmen, mon frère de tribu, vint s’asseoir à nos côtés. J’espérai qu’il n’avait pas encore dans l’idée de faire de moi sa femme, qu’il avait abandonné cela une bonne fois pour toute.

- Hé ! Sëya, Morianne ! Alors ? Toujours amoureuses ?
- Toujours, Tolmen, et ça n’est pas près de changer !
- J’avais bien compris, tête de mule ! me répondit-il avec agacement.
- Bon… et bien je suppose que tu as le droit de t’asseoir à côté de nous alors.
- Trop aimable… dit-il en faisant la moue.

Il prit place et désigna Karaï, la femme qui chantait avec sa douce voix pour accompagner le jeune luthier.  

- Karaï chante toujours aussi bien, tu trouves pas ? me demanda-t-il.
- Oui ! Elle chante bien ! Comme toujours ! lui dis-je
- Ça ne t’a pas manqué ?

Je soupirais, un peu lasse de ses questions. Je savais où il voulait en venir et cela m’agaçait au plus haut point.

- Çà me manque tous les jours, Tolmen. Mais je te l’ai déjà dit ! Thäa m’a confié une mission ! Je me bas en son nom !
- Ouais, c’est surtout en celui de sa fille… Hein Sëya ? dit-il en haussant les sourcils avec un air complice en fixant Sëya.

Elle soupira doucement, une peu amusée, un peu excédée. Elle fit un sourire doux et charmeur et répondit :

- Morianne sert ma mère avec dévotion, je ne suis que son aimée. Je suis certaine que Morianne sait faire la différence entre ma mère et moi. Hein, Morianne ?
- Heu… Oui, sinon ça serait… très bizarre ! avouai-je en m’imaginant nue dans les bras de Thäa. TREEEES BIZARRE !!! Trop bizarre ! Brrrr… Oh non ! C’est clair !

Tolmen s’esclaffa de rire et faillit en tomber à la renverse. Il se rassit sur la moitié de tronc qui nous servait de banc et eut un large sourire avant d’ouvrir de grands yeux hébétés.

- Ouaaaah ! En tout cas tu es venue avec une sacrée compagnie ! Tu ne veux pas me présenter à ton amie là bas ?
- Hein ? Quelle amie ?
- Tu sais ! La tahora aux cheveux blonds là… Qu’elle est beeeelle ! dit-il en la regardant avec émerveillement.
- Oh ! Maïa !

Je me mis à pouffer de rire. Le pauvre ne savait pas.

- Je ne suis pas sûre qu’elle soit ton type…
- Hein ? Quoi ? Oh aller ! Sois sympa s’il te plaît !! Elle est trop mignonne ! Tu peux pas me dire non comme ça ! Tu pourrais au moins me la présenter…
- Hum hum… Et bien… Si tu insistes… Mais je te le dis, tu ne seras pas son genre…

J’échangeais un regard avec Sëya, pouffant de rire. Elle comme moi savions que Maïa était clairement attirée par les femmes. Par les hommes, nous n’en savions rien, mais nous nous doutions que ce n’était pas le cas.

- Vas-y, Sëya. Fais lui les présentations ! On ne sait jamais… dis-je en rigolant dans ma barbe.
Niveau 6
Morianne
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 89

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan, Khan
Groupes: Principauté
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 27 Nov 2017 - 17:10
Mon rire s’éteint brusquement lorsque Morianne me demanda de faire les présentations entre Maïa et Tolmen. Je tuais du regard ma bien aimée et lui envoyais via le collier un message très clair :

Pas de sexe pendant un mois !

Morianne pouffa sachant que je ne tiendrais pas. Me levant, j’invitais l’arcaëllien à me suivre. Maïa était en pleine discussion avec Sazan. Cette dernière me vit arriver avec le jeune ami de Morianne. Maïa se retourna  et me sourit doucement et amicalement. Je présentais Maïa à Tolmen.

Il souhaite te connaître plus en détail. Enfin tu vois quoi… Non, apparemment… Par ma divine mère ce que tu es gentille. Tolmen veut mieux te connaitre pour sortir avec toi. Ne ris pas ! Maïa ! S’il te plait… Ho et puis merde, débrouillez-vous tous les deux.

Je fis volte-face et retournais près de Morianne lui assurant que ma vengeance serait à la hauteur de mes attentes. Ma mzékils rie de bon cœur et m’embrassa avec ferveur. Ma mauvaise humeur partit immédiatement. Autour du feu les arcaëlliens commençaient à bâiller.  

Chers invités, chère famille et chers amis, il est l’heure d’aller sous nos tentes pour y trouver le repos. Allons allons, pas de discussion ! Tous au lit !

Les tentes étaient assez grandes pour accueillir dix personnes adultes. Morianne me dirigea vers l’une d’elle. Nous nous couchâmes habillées sous les peaux de bêtes. J’embrassais ma dulcinée et me lovais contre elle.  Je mis à peine dix minutes pour m’endormir.
Niveau 9
Sëya Nazen
Je suis dispo pour : 1/1
Expérience : 223

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez - Ka - Aän
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 9


Le jeu des deux familles [TERMINÉ]  Zali

Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 28 Nov 2017 - 10:43
Les journées suivantes se passèrent incroyablement bien. La bonne humeur était de mise. Scathach s’était liée d’amitié avec ma mère et mon père qui veillait sur ses deux là comme s’ils s’attendaient à ce qu’elles fassent les quatre-cent coups ensemble. Maïa n’avait quant à elle, toujours pas comprit ce que lui voulait Tolmen, même si elle continuait de le traîner un peu partout où elle allait. Sazan et Brohmac s’en amusait beaucoup d’ailleurs car l’innocence de Maïa était vraiment ridicule pour ces deux là. Je pense que la tahora devait tout de même apprécier la présence du jeune homme car elle riait souvent de ses pitreries.

Nous passions nos journées à la cueillette, à la chasse ou à simplement nous promener dans les plaines. Parfois nous ramassions des baies, tantôt des champignons. En tout cas, Gayël nous accompagnait toujours, profitant de notre présence. Plus le temps passait, et plus je la sentais complice avec Sëya, ce qui me rendait quelque peu jalouse de temps à autre, d’autant que les deux ne se privaient pas de me taquiner avec ça. En tout cas j’appréciais fortement ces moments là quand nous étions tous à profiter de cette vaste étendue. Nous pouvions admirer l’incroyable et si diverse faune des plaines.

Un jour, nous admirions le vol d’un faucon pèlerin. Le volatil planait avec aisance dans les courants d’air. Il tournait en rond, cherchant quelque chose, probablement avait-il déjà repéré sa future proie. Nous le vîmes piquer du bec à une vitesse foudroyante. La bête avait plongé vers le sol et était remonté aussi sec, une proie en pleines serres. Cela nous inspira pour une petite virée aérienne au grand damne de Gayël qui ne pouvait pas nous suivre.

Nous planions joyeusement, observant le monde depuis les hauteurs. Nous pouvions voir le cercle que formaient les caravanes de la tribu. Main dans la main, nous nous sentions libres d’aller où nous voulions. Nous remarquions alors la présence d’un lac plus loin. Il aurait fait bon de s’y baigner s’il n’avait pas fait aussi froid. Nous nous y posâmes tout de même pour l’observer de plus près. Nous passâmes un petit moment à faire des ricochets sur l’eau avec les galets présent au bord. Finalement lasses de ce petit jeu, nous revînmes au camps où Brohmac semblait nous attendre avec une mine grave.

- Pourquoi cet air si sérieux ? lui demandai-je, inquiète.
- Mauvaise nouvelle. Amalya est venue nous rejoindre pour nous apporter une missive. Elle vient du Domaine. Saphira te demande, Morianne ! Apparemment Grégoire serait en danger et Anna est aux abonnées absentes pour le moment. Elle ne peut compter que sur toi !
- Quoi ? Mais… Grégoire n’a-t-il pas à présent des hommes ? Une armée sur laquelle compter ?
- Son armée n’y pourrait rien… Apparemment il est victime d’un maléfice et est devenu complètement fou de rage ! Il va finir par tuer quelqu’un si on ne lui vient pas en aide. Tu es son amie, Morianne ! Tu sais ce que ça fait de ne pas se contrôler ! Tu es la mieux placer pour l’aider !

Je soupirai et regardai Sëya avec désespoir. Je partageais avec elle mon envie de rester ici, mais aussi mon désir d’aller sauver mon ami qui était dans une fâcheuse situation. Il me faudrait partir, c’était certain, et je savais qu’au vu de l’avancement des jours, ma bien-aimée préférerait rester à Cescan pour accueillir le Prince d’Yban dont le retour ne se comptait désormais plus qu’en jours, peut-être d’ici deux semaines. Elle ne pouvait pas partir au risque de manquer le Prince.

- On va devoir rentrer à Cescan… Je prendrai le premier navire pour Kaïl… Ca ne m’enchante pas, mais je ne peux pas laisser Grégoire sans secours… C’est mon ami.

« Et puis nous ne sommes jamais vraiment séparées grâce au collier ! » Ajoutais-je par la pensée à ma bien-aimée.
Niveau 6
Morianne
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 89

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan, Khan
Groupes: Principauté
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 28 Nov 2017 - 15:11
Mon visage se ferma à l’annonce de Brohmac. Grégoire n’avait-il pas une armée ? Pourquoi fallait-il que ce soit Morianne ? Je serrais les poings et baissais la tête. Même l’idée qu’avec le collier nous n’étions pas vraiment séparées ne me suffisait pas. Je soupirais, desserrais les poings et dis par la pensée à Morianne qu’elle devait y aller que je me débrouillerais pour le Prince et la haute société.

Nous dîmes au-revoir à la tribu et prîmes la route pour Cescan. Le retour fut morose. Maïa, un peu tristounette, ne parla pas du voyage. Je ne fus pas bien bavarde non plus. Je ponctuais mes silences de longs soupirs las.

Cescan fut en vue. Nous prîmes la direction du port. Une fois devant les bateaux, nous descendîmes. Je serrais Morianne contre moi la faisant promettre d’être prudente. Elle trouva un navire qui partait dans l’heure vers Kaïl Ouest. Ma dulcinée embarqua après un long baiser d’au-revoir.

Une fois qu’elle fut partie nous retournâmes chez moi. Je devais, maintenant, attendre le Prince.
Niveau 9
Sëya Nazen
Je suis dispo pour : 1/1
Expérience : 223

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez - Ka - Aän
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 9


Le jeu des deux familles [TERMINÉ]  Zali

Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Yban :: Ouest :: Plaine du Beyu’Han-