Un ami commun [TERMINÉ]

 :: Le monde :: Yban :: Nord :: Cescan (Capitale) :: Palais de la Principauté Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 4 Mar 2018 - 18:24
Juier avait bien changé depuis mon dernier passage. La citée avait grandi mais également évolué. Le port était en plein réaménagement, un chantier colossal pour former ce que Grégoire appelait « l’Arsenal ». Il comptait bien armer le Domaine d’une flotte assez imposante pour dissuader les arcaëlliens malveillants, comme les pirates, de venir se piller les côtes Ouest de Kaïl. Plus encore, il souhaitait protéger le plus de monde possible et pouvoir possiblement intervenir en dehors du continent. J’étais impressionnée, mais aussi très inquiète, car mon ami avait déjà montré des signes de fatigue et prouvé qu’il avait dépassé au moins une fois les limites que son corps et son esprit pouvait le supporter.

Je ne pouvais cependant ni le juger, ni lui demander d’abandonner les efforts colossaux qu’il déployait pour unifier les personnes du Domaine, moi-même ayant dépassé mes propres limites plus d’une fois. C’était ainsi, je serais inquiète pour lui tout au long de notre existence, car il était mon ami, mais je ne pouvais pas lui réclamer de prendre moins de risque. De toutes manières, si ce n’est lui qui allait aux devants de risques, ce sont eux qui viendraient à lui, je le savais, nous étions tous deux destinés à affronter de grandes difficultés… comme la plupart des Arcaëlliens de notre temps, à vrai dire.

Nous embarquâmes à bord de l’incroyable frégate qui portait le nom de « Pilier de l’Automne » qui fit voile au côté de deux bricks : le « Nuit d’Hiver » et le « Boros Blanc ». Le voyage me sembla bien long, possiblement parce que j’étais pressée de pouvoir à nouveau serrer Sëya dans mes bras. Cependant Grégoire me tint occupée tout au long du trajet. Nous jouâmes notamment aux cartes, comme nous aimions bien le faire, mon ami fumant de temps à autre un cigare. Je lui rappelai à l’occasion qu’il possédait toujours la poche d’herbes que je lui avais offert pour ses infusions, ce à quoi il répliquait souvent en rigolant : « Oui, tata aux ailes noires ! » Et nous partions ainsi en fou rire.

Les pavillons du Domaine flottaient au vent ce jour là et les côtes d’Yban étaient en vue. Après l’avoir averti de notre arrivée, le Prince lui même avait tenu à nous envoyer un message, nous signalant que nous étions tous les bienvenus à Cescan et qu’il attendrait avec impatience notre rencontre.

A notre arrivée au port, un contingent militaire nous attendait en grande pompe, ainsi que le Prince qui avait revêtu ses plus beaux atours. Sa bouche dessina un sourire amical tandis que nous descendions du navire.

- Seigneur Boisdefer ! C’est un plaisir de vous voir ici, en Cescan ! Oh… Excusez-moi ! C’est Premier Citoyen à présent, il me semble ! Je vous souhaite la bienvenue sur le continent d’Yban ! J’ai cru comprendre que vous vouliez me voir et cela, assez rapidement ! Vous avez de la chance, je n’ai aucune affaire pressante ces derniers jours. Oh ! Et bien si je m’attendais à cela… Druidesse Moriane !
- Prince, c’est un plaisir de vous voir !
- Ce plaisir est partagé, Druidesse ! Puis-je vous inviter, Premier Citoyen du Domaine, ainsi que notre amie commune à vous joindre à moi et profiter du confort qu’offre le Palais Princier ? Nous pourrons ainsi discuter plus confortablement !
Niveau 6
Morianne
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 89

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan, Khan
Groupes: Principauté
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 5 Mar 2018 - 15:15










La cité de Cescan se profilait peu à peu à l’horizon alors que nos navires s’approchaient du port aux nombreux batiments en transite. J’étais perché à l’avant de la frégate avec le capitaine Kaises et sa sempiternelle pipe dans les mains qu’il n’allumait jamais. 

« Nous sommes visiblement attendu Premier Citoyen. » Dit il.

« Oui… Ma venue doit autant l’arranger qu’elle m’arrange. De ce que je sais, il y a des négociations pour mettre fin à l’esclavagisme sur les territoires de la principauté, et notre cher hôte manque de soutiens politique. » je répondis au capitaine qui pouffait alors.

« Verrons nous vraiment la fin de cet abject commerce de notre vivant monsieur. » 

Les trois navires à mes couleurs accostèrent et je descendis sur les quais pour rejoindre le prince qui nous fit bon accueil. J’avais réussi à faire venir avec moi à terre un seul de mes protecteurs pour ne pas paraître sur mes gardes, ce qui serait mauvais pour les négociations futur. Néanmoins, Dakeyras restait sur ses gardes et le nombre de soldats de la principauté autour de nous devait lui faire mâcher des cailloux. 


« Ce serait un honneur de pouvoir bénéficier de l’hospitalité princière après tant de jours en mer, prince Yülhan Mzékils’Han. » Je répondis au prince. 

Nous avons alors pu profiter d’une escorte jusqu’au palais, traversant la citée animé de Cescan. Nombre de personnes s’agitaient à l’approche du convoi de calèches. Beaucoup d’édifices semblaient très anciens et se distinguaient par leurs architectures qui variaient en fonctions de leurs époques de fondation. Cela donnait un patchwork qui n’était pas désagréable là où à la Ghyuerf, le patchwork urbain était fondé sur les édifices venant de cultures différentes, mais toutes plutôt contemporaines. 

Le palais lui était grandiose, bien loin de mon manoir, minuscule en comparaison… Comment peut-on avoir besoin de tant de place ? Les gardes nous conduisirent à une salle de réception dans les méandres du palais… 

« Si j’avais une telle demeure, tu serais forcé de recruter plus de protecteurs mon pauvre Dakeyras. » Je dis à mon ami en armure rouge alors que je réajustais mon uniforme vert feuille.

Il ne répondit pas, mais je savais que dans son rôle il était très avare de mots inutiles, aussi, je souris alors que nous passions les portes de bois gravé finement, de la salle de réception. 


« J’espère que Seya n’est pas trop loin… Tu dois être impatiente. » Je soufflais à Morianne avant d’attendre que le Prince ne nous invite à prendre place dans la grande salle disposant d’une grande table de bois laqué et de chaises de velours.  

©️ Jawilsia sur Never Utopia

Niveau 6
Grégoire Boisdefer
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 389

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Je suis le Premier Citoyen, du Domaine!:
 




Artefacts acquis:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 12 Mar 2018 - 10:36
Nous avions finalement gagné la salle du trône. Là-bas nous y attendaient une table ainsi que de confortables sièges. Nous restâmes un instant au pas de la porte, Grégoire me souffla alors :

- J’espère que Sëya n’est pas trop loin… Tu dois être impatiente.
- Impatiente ? Le mot est faible, Grégoire. Aussitôt cette entrevue terminée, je m’en vais à tire-d’aile la rejoindre. Mais je ne t’abandonnerai pas maintenant ! Le cœur de Sëya tout comme le mien battent la chamade… Elle est aussi empressée que moi.

Le Prince nous invita à nous asseoir, prenant lui même place sur l’un des fauteuils. Il ne prit pas place sur le trône, préférant se montrer d’égal à égal avec nous. Il afficha un sourire fier avant de faire venir une servante tahora qui apportait dans ses bras un plateau de victuailles tandis qu’une deuxième, une virenpienne, s’était empressé de servir quelques verres de vin et d’eau.

[color=#ffffff]- Je vous rassure, Premier Citoyen du Domaine, mes chères petites mains reçoivent un salaire et sont nourries et logées. J’essaye de suivre vos exemples en matière de… traitement des domestiques. Je n’ai hélas pas encore les termes pour en parler sans que cela ne fasse mauvais genre ! Bref… Servez-vous ! Vous devez sûrement avoir faim et soif de produits frais. Je sais qu’en haute mer, c’est plus compliqué de manger convenablement.

Il tourna son regard vers moi et me fit un petit sourire amusé.

- Goûtez le vin, Morianne, il devrait vous plaire, il vient des caves de votre chère et tendre.
- Vraiment ?
- Ma foi, mon épouse a été conquise par ce vin et en a fait mener jusqu’ici. Elle a acheté deux fûts du plus grand cru.
- Vôtre épouse ?
- Oui ! Elle s’est liée d’amitié avec votre compagne. Elle lui rend souvent visite ces derniers temps.
- Je vois. Tant mieux !

Je sentais une légère pointe de jalousie naître en moi, mais je la réprimais très rapidement. J’étais plus ou moins au courant, mais je ne pouvais m’empêcher de ressentir une certaine inquiétude à ce sujet. Le Prince prit un gobelet rempli de vin et le leva face à nous.

- Trinquons à votre venue, Grégoire Boisdefer !

Nous trinquâmes, les yeux dans les yeux, avant que le Prince ne prenne une longue gorgée de vin. J’en bus moi-même une petite lampée avant de reposer mon verre.

- J’ai été surpris d’apprendre votre venue, Premier Citoyen, mais c’est un plaisir de vous voir ici ! Dites moi donc, pour quelles raisons avez-vous fait tout ce déplacement depuis Kaïl jusqu’ici pou venir me voir ? La raison doit être des plus importantes, je l’imagine.
Niveau 6
Morianne
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 89

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan, Khan
Groupes: Principauté
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 12 Mar 2018 - 21:21










Je prends place à table et trinque avec le prince et Morianne, surtout par politesse, je n’aime guère le vin… Heureusement, j’arrive à n’en rien montrer et fini par le laisser sur la table. Je me permets en entendant parler des caves de Seya de dire à voix basse à Morianne.

« Seya à une réserve rien que pour elle ? j’espère qu’elle ne la laisse pas ouverte alors où tu risques d’y laisser ta dignité huhu » je gloussais faisant référence à la soirée du mariage d’Aleksandar où ma fidèle amie n’avait pas très bien encaissé le vin de la soirée.

Je repris néanmoins mon sérieux pour répondre au prince. Je n’avais fait que hocher la tête à sa phrase sur ses domestiques. Les domestiques sont des employés, inutile de trouver cela mauvais genre de les qualifier de servants. Mais le prince voulait connaître la raison de ma venue à Yban.

« Je suis venu pour demander votre aide. » Je lâchais avant de poursuivre avec sérieux. « Je souhaite votre aide et celle du royaume pour que la paix soit enfin une réalité entre le Domaine et la démocratie. » 

Je me tournais vers Dakeyras, qui me tendit plusieurs parchemins que je fis glisser vers le prince. 

« Tromayan à été assiégé par une horde Hayert’vaal il y a un mois. Nous n’avons su la nouvelle que parce qu'une courageuse soldate de la cité à réussis à se faufiler jusqu’à Wasdkioljer pour me demander audience. » Je montrais du doigt les parchemins entre les mains du prince.

« Voici la liste incomplète des victimes parmi les défenseurs originels de la garnison de Tromayan, le général Phantil ayant lui aussi succomber lors de la bataille. » Je croisais mes doigts sous mon menton avant de continuer avec une légère nuance d’amertume.

« Deux mille trois cent trente-deux soldats dominian sont mort en venant porter secours à nos frères démocrates. Si les mensonges de l’Alpha n’avaient pas fait croire le général Phantil à des chimères de renforts venu des autres citées, nous aurions pu minimiser les victimes, peut être même les empêcher. Prince Mzekils’Han… Il y a tant de morts, que seul les soldats et les mages habite encore ce qu’il reste de cette cité pour la purifier des maladies qui cherchent à s’y propager. J’ai ordonné de déplacer les habitants et les soldats survivants par la force au besoin pour les escorter jusqu’à Allerthan afin qu’ils rejoignent leur royaume en vie. 


Je suis passé à une plume de voir une citadelle d’adorateur du chaos à moins d’une semaine de marche de Wasdkioljer qui se remet à peine de la bataille d’apocalypse que nous lui avons fait subir pour arracher la victoire… Je ne peux plus tolérer cette guerre froide stupide entre la démocratie et le Domaine. Cette débilité provoque des morts inacceptables. » 

Je me redressais et de manière plus solennel je déclarais.

« Je fais la demande officiel pour que la principauté avec l’aide du royaume encadre une réunion de négociation de paix entre l’alpha de la démocratie de Kail et le Premier Citoyen du Domaine de KaiL. »  

©️ Jawilsia sur Never Utopia

Niveau 6
Grégoire Boisdefer
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 389

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Je suis le Premier Citoyen, du Domaine!:
 




Artefacts acquis:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mer 21 Mar 2018 - 19:09
Le Prince Mzékils’Han regarda Grégoire avec gravité. Il semblait évaluer silencieusement ces nouvelles informations. J’étais nerveuse et impatiente d’entendre ce qu’il avait à en dire. Sa réponse serait capitale pour le futur de Kaïl, et plus généralement pour celui d’Arcaëlle.

- Visiblement, nos manœuvres n’ont pas réussi à faire entendre raison à l’Alpha… Soit ! Il n’est plus question d’hésiter à présent. Grégoire Boisdefer, vous pouvez compter sur moi pour organiser une rencontre avec l’Alpha. Je vais rentrer en contact avec la Reine Tahora’Han pour lui demander son soutien dans cette entreprise. Une chose est sûre, Tarik Jazeber va devoir accepter certaines exigences, ou craindre une coalition entre le Domaine et la Principauté.

Je regardais le Prince avec étonnement et il dut le remarquer, car il repris aussitôt la parole, me fixant attentivement.

- Le conseil de la Principauté est favorable à notre soutien au Domaine. Si l’Alpha décide d’ignorer nos demandes d’accords et de continuer à collaborer avec les Hayert’Vaäls, il devra s’attendre à des actions militaires de notre part ! Je peux compter sur le soutien de nos armées pour cela.
- Et bien… C’est inattendu ! m’exclamais-je.
- C’est juste la continuation logique des choses, chère druidesse ! Personne ne désire que les Hayert’Vaäls continuent de proliférer et de répandre à la fois leur culte immonde et la mort !
- C’est vrai ! Vous avez raison !
- N’hésitez pas à vous servir en victuailles, nous invita le Prince. Ça serait dommage d’avoir fait venir cette nourriture pour rien !
- Je ne vais pas me faire prier ! m’exclamais-je.

Nous mangeâmes donc, discutant avec le Prince des mesures et protocoles à envisager. Grégoire était plutôt content de pouvoir compter sur la Principauté même s’il émit quelques réserves. Il préférait, tout comme moi, que le problème soit réglé par voie diplomatique et non par force armée comme l’envisageait éventuellement Yülhan.

Après un repas des plus appréciables, je fis mes aurevoirs tout d’abord au Prince, puis à mon ami. Je ne pouvais m’attarder plus longtemps ici alors que Sëya m’attendait avec impatience, tout comme j’avais hâte de la revoir. Je pris Grégoire dans mes bras, le serrant tout contre moi. Je lui souhaitais bonne chance et lui commandais de prendre soin de lui, de faire le moins de folie possible. Il se mit à rire et me rendit mon accolade, me souhaitant à mon tour de réussir et de faire en sorte que notre prochaine rencontre soit le plus tôt possible. Je ne pouvais rien lui promettre mais je n’en espérais pas moins.

Sans plus de cérémonie, je quittais alors le palais princier pour rejoindre ma douce et tendre qui m’attendait à l’extérieur, accompagnée d’une mzékils à la chevelure blanche magnifique. J’appris  un peu plus tard qu’il s’agissait de la Princesse.
Niveau 6
Morianne
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 89

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan, Khan
Groupes: Principauté
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Yban :: Nord :: Cescan (Capitale) :: Palais de la Principauté-