Tendre romance

 :: Le monde :: Yban :: Nord :: Cescan (Capitale) :: Habitations Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 15 Aoû - 13:03
- Je ne sais pas, répondis-je honnêtement à Sëya. D'ici, on voit mal, mais je dirais que oui. Je crois reconnaître sa coupe de cheveux...

Rien n'était moins sûr à présent, mais il fallait se fier à Maïa. J'espérais sincèrement que les choses se passent bien pour elle, et tous les autres d'ailleurs. Amaya était également rentrée. Probablement connaissait-elle aussi le lieu. Nous restâmes donc ainsi à attendre, nous occupant comme nous le pouvions, observant attentivement les passants alentours.

Il faisait presque nuit lorsque Maïa sortit de l'établissement en compagnie d'un jeune mzékils. Pas de doute cette fois-ci, il s'agissait bien de Helrick. Il semblait rire aux éclats tout comme la jeune tahora. Bras dessus, bras dessous, ils parcoururent les rues sous notre vigilance avant de se séparer non loin de la demeure de Helrick et sa famille. Nous attendîmes que Maïa s'en éloigne et regagne la demeure des Nazen pour la rejoindre.

- Alors ? Tu t'es bien amusée ? lui demandais-je sans animosité.
- Heu... Oh... Oui oui ! Helrick est un très gentil garçon... avec quelques préjugés, mais on ne peut pas lui en vouloir, vu la famille qu'il a...
- Certes... Tu as pu apprendre des choses intéressantes concernant notre affaire ?
- Notre affaire ? Quelle affaire ?

Je me pinçais l'arrête du nez. Elle se moquait de nous, ou quoi ?

- Non, mais... Tu plaisantes ? On t'as envoyé faire ami-ami avec lui pour une bonne raison, tu sais ?
- Oh... Heu... Oui oui... Mais je me suis dit que se serait un petit peu tôt de parler de choses trop personnelles...
- Maïa... soupirai-je. On n'a pas le temps d'être prudent... Il faut absolument que tu arrives à le convaincre de collaborer avec nous...
- Mais c'est que... On passait un si bon moment... Et il avait l'air si nerveux... Je ne voulais pas l'angoisser avec ça et prendre le risque qu'il prenne la fuite.

Je soupirai à nouveau. Il valait mieux ne pas insister. Je la laissais donc en compagnie de Sëya en prenant mon habituel air bougon et en m'éloignant vers notre chambre.

- Je laisse tomber pour ce soir... Je vais aller me coucher. Tout ceci commence à me fatiguer... Bonne nuit.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 462

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan, Khan
Groupes: Principauté
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 28 Oct - 21:15
Nous rentrâmes au manoir des Nazen. Une fois chez nous, il s’en suivit une courte discussion entre Maïa et Morianne. Cela ne donna rien de concluant, malheureusement. Ma dulcinée s’en alla, la mine boudeuse. Soupirant, j’expliquais à la jeune Tahora que le temps des badineries était révolu. Il fallait faire fi des états d’âme des uns et des autres. Nous devions coincer cette enflure ayant commandité le meurtre de ma douce et gentille servante.

Maïa s’excusa, la tête basse. Elle m’expliqua qu’elle ne voulait pas presser le jeune arcaëllien de peur de le faire fuir. Je hochais la tête, disant d’une voix lasse que je comprenais mais que cela ne nous avait avancé en rien. Je vis alors ses yeux s’embuer de larmes. Je la pris dans mes bras lui disant que ce n’était pas un drame, juste un contretemps. Je lui dis bonne nuit et partie rejoindre mon aimée.

J’ouvris la porte de la chambre et, bougie en main, je pénétrais dans la pièce spacieuse où le feu crépitait joyeusement et chaudement. Je posais ma lumière vacillante sur la commode et me mis nue. Je courais presque jusque dans le lit pour me blottir contre Morianne. Une fois sous l’édredon, je l’embrassais doucement sur la joue.

La nuit passa. Je fis des rêves étranges sans aucun fondement si ce n’est l’incohérence la plus totale. J’ouvris les yeux lorsque quelqu’un tira les rideaux, noyant mon visage dans la lumière blafarde du soleil matinal.

Je fis une rapide toilette, me vêtis et pris mon repas matinal dans une ambiance assez tendue. Une fois fait, nous allâmes tous dans le salon. Là, nous préparâmes le rendez-vous nocturne de Maïa. Elle proposa, innocemment, de rencontrer par « hasard » le cousin de Morianne près de chez lui dans la journée.

C’est une bonne idée, qu’en pensez-vous ?

M’exclamais-je plus que ravie. Je jetais un œil à Morianne en lui souriant aimablement.
Niveau 8
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 799

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez - Ka - Aän
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 8



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 3 Nov - 17:54
- Est-ce que ça ne va pas être trop évident ? fis-je remarquer. Ça risque d'éveiller ses soupçons, non ?

Toute l'équipe sembla réfléchir. Ma remarque n'était pas dénuée de sens à leurs yeux, mais Maïa réagit rapidement et nous fit part de son avis.

- C'est vrai que Helrick est quelque peu paranoïaque, mais je ne pense pas qu'il se méfie de moi. Au plus, je ne suis pas obligée de l'attendre pile poil au pied de sa demeure. Je peux très bien me mettre au bout de la rue et le « croiser par hasard ».

Je me mis à réfléchir, la mine contrariée, mais au fond, je n'avais rien à redire là dessus. Je haussais les épaules et m'avouai vaincue. Elle était libre d'entreprendre ce qu'elle voulait. Après tout, elle devait sûrement le connaître mieux que moi après avoir passé toute une soirée avec lui.

A peine avions-nous terminé cette discussion que l'on entendit frapper à la porte. C'est Brohmac qui alla ouvrir, suspicieux et sur ses gardes. Il tomba nez à nez avec un messager royal, escorté de deux soldats de la Principauté. La mzékils présenta un rouleau de parchemin et déclara.

- J'ai un courrier à remettre en main propre à la Druidesse, Morianne ! Il s'agit d'une lettre du Prince en personne.
- Bien sûr ! Entrez !
Acquiesça Brohmac en invitant la messagère et les soldats à entrer.

Je me rendis auprès de la jeune femme pour qu'elle puisse me remettre le courrier du Prince. Je décachetai le rouleau et le lus en silence avant de regarder la mzékils avec un air décontenancé.

- Wouw... Sérieusement ? Juste moi ?  
- Ne me regardez pas comme ça... Je ne connais pas le contenu de ce message, je n'en suis que le coursier.
- Je vois... Et bien j'aurais une requête à vous suggérer. Allons au palais princier ensemble.
- Madame ?
- Je suis invitée au palais, le Prince requiert ma présence, visiblement, et seulement moi.
- Bizarre... commenta Brohmac
- On verra bien ce qu'il me veut, soupirai-je.

Je me dirigeai vers Sëya et l'embrassai avant de la serrer dans mes bras.

- T'en fais pas, je vais essayer de faire vite. Sois prudente ! Je t'aime !

Je la lâchais et me dirigeais vers la messagère ailée pour lui faire signe que j'étais prête à partir.

- Allons-y ! Voyons ce que le Prince a à me dire.  

Nous prîmes notre envol, escortés par les gardes, également ailés. Je ne sais pas ce que me voulait le Prince... mais contrairement à ce que je pensais, ce qui se passa par la suite dura plus longtemps que prévu.

HRP:
 
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 462

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan, Khan
Groupes: Principauté
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Yban :: Nord :: Cescan (Capitale) :: Habitations-