Je suis prête, mon frère.

 :: Le monde :: Kaïl :: Sud :: Désert du Gaha'Fël Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 1 Mai - 14:33



- Ce ne sera l’affaire que de quelques jours, Rebecca. Promis, après cela je reviendrai. En attendant je compte sur toi pour être la jeune fille la plus sage et la plus obéissante.
- Oui, Anna, je te le promets !
- Mez’Han restera avec toi dans tous les cas. Et puis tu vas pouvoir faire plus amples connaissances avec les enfants de Grégoire. Tu verra, ils sont tous gentils ! Ne cause pas de souci à Awilda et Erikar surtout.

Ma jeune pupille me fit oui de la tête en silence avant de fondre sur moi et de me serrer avec force dans ses petits bras chétifs. Je passais une main dans ses cheveux et la rassurais du mieux que je le pouvais, mais cette situation me sembla très dérangeante ; je n’avais pas l’habitude de faire face à un tel débordement de sentiment.

- Reviens saine et sauve, j’t’en supplies… Je veux pas être à nouveau seule au monde, pleura-t-elle.
- Je… Je ferais tout mon possible… dis-je avec une certaine distance.

Elle me lâcha et renifla bruyamment avant de se frotter les yeux pour essuyer ses larmes. Je lui caressais une nouvelle fois la tête avant de la laisser aux bons soins de la petite famille Boisdefer. C’est après des au-revoirs très énergiques que nous quittâmes le Domaine pour partir vers le désert. La garde rapprochée de Grégoire ainsi que Halsim, nous accompagnèrent de près sur nos montures.

***

Quelques jours plus tard, nous arrivions dans le désert chaud et aride du Gaha’Fël. Halsim restait silencieuse ; tout comme moi elle abhorrait les dialogues inutiles et dénués de sens que les gens se font parfois pour rompre ces moments que certains trouvent gênants. Il m’arrivait parfois de lui poser quelques questions auxquelles elle ne répondait guère. Les seuls mots auxquels j’avais le droit était les quelques répliques qu’elle lançait pour me répondre poliment que les interrogations que je lui posais étaient, à son sens, indiscrètes envers son devoir de silence.

Les seuls moments où je discutais vraiment, c’était avec Grégoire, pour lui faire part notamment de mes inquiétudes concernant Rebecca. Il m’assura plusieurs fois que tout se passerait bien et que je n’avais pas à m’en faire. A chaque fois, je ne pouvais m’empêcher de soupirer. J’étais sans nul doute préoccupée par ma pupille qui était loin de moi et qui était sujette aux cauchemars. J’espérai qu’Awilda et Erikar sauraient faire face à ce délicat problème et que ma protégée arrive à en être apaisée.

Plusieurs jours s’écoulèrent tandis que nous bravions la chaleur insupportable du désert et la morsure du soleil. Je n’avais rien emporté de mon armure, et j’étais bien contente de ne pas la porter à ce moment là ; j’aurais littéralement cuit dedans. A l’inverse, la nuit tombée, il faisait très froid dans le désert et nous avions intérêt à bien nous couvrir. Le soir approchait justement ; nous installâmes de ce fait un campement et nous mîmes autour d’un feu de camps. Halsim avait sorti une longue pipe qu’elle avait bourré de différentes herbes avant de les allumer avec la tige incandescente d’un morceau de bois.

- Drôle de pipe, fis-je remarquer.
- C’est un chibouk, plus précisément. Les Hashashyns ont pour habitude de fumer quelque peu le haschich. Une résine faite de chanvre.
- D’où votre nom ! m’exclamais-je.
- Possible… Raz’al’Shaytan préfère la Ligue cependant…

L’assassin tendit l’oreille et se dressa légèrement, comme interpellée par quelque chose d’anormal. Elle tendit sa main vers son sabre et le dégaina lentement. Je tirais Gwyar à mon tour avant de m’apercevoir que la garde du Domaine avait déjà tiré les armes. Rapides et efficaces, comme il fallait s’y attendre. Il y eut du mouvement près de nous, le sable s’éleva en une bosse impressionnante avant que n’en surgisse un scorpion, long de près d’un mètre vingt sans compter son dard menaçant.

- Le dîner est servi ! s’exclama Dakeyras, l’aracnor qui faisait parti de la garde de Grégoire.
- Faites attention, il n’est sûrement pas seul… grogna Halsim d’un air sombre.

Il ne fut effectivement pas seul, d’autres sortir du sable et nous dûmes faire face à au moins cinq d’entre eux, de ce que je pouvais en voir en tout cas. Cela tombait à merveille à vrai dire pour moi, Gwyar avait une irrépressible soif de sang. Un léger sourire se dessina sur mon visage tandis que je brandissais la lame.

- Ça tombe bien… j’avais besoin de me défouler ! Dis-je avec envie.

Halsim me dévisagea légèrement mais n’eut pas le temps de s’en inquiéter plus, les scorpions nous fonçaient déjà dessus.

- RAAAAAAAAAAAAAH !!!! hurlai-je dans le feu de l’action, abattant ma lame en avant.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 418

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Force, Régénération
Groupes: Domaine
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Artefacts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mer 2 Mai - 10:53





feat





J'avais tout juste commencé à croquer dans mon repas que j'entendis tous mes compagnons dégainer et se lancer dans la bataille contre de gros scorpions... Il est étrange que ces créatures attaquent des voyageurs aussi nombreux même en étant à nombre quasi-égale. Hélayne était la seule à ne pas être aux prises avec un des insectes géants. Je lui fis signe de venir en aide aux autre et je m'enfonçais dans les ombres de la nuit avec ma lance et ma dague et mon pistolet à poudre. Accroupi, j'étudiai la zone, si j'étais un dompteur, j'essaierais d'être en hauteur, sur la dune à quelques mètres de notre campement par exemple.
L'approche fut complexe, mais j'arrivais enfin au niveau de la dune et comme je m'en doutais, un humanoïde observait la scène en incantant d'étrange paroles. Je mis genou à terre, pris le temps de verrouillé ma prise sur mon arme, j'étais à quelques mètres... La détente s'actionnait, un clic, une détonation et l'homme s'écroulait après un flash de lumière sortant du canon de mon arme. Je repartais directement vers le campement en rechargeant. Je constatais que les créatures se dispersaient dans le désert. Parfait.
Je réapparus dans la lumière du feu de camp comme si de rien n'était et repris mon repas.
"Qu'avez-vous trouvez?" Demandait l'assassin.
"La source du problème, il n'y a plus de problèmes. Maintenant que vous vous êtes amusez, mangez et buvez. La route est encore longue jusqu'à la cité. Il se peut que des bandits nous ai repéré avec tout notre vacarme... J'espère qu'ils auront la jugeote de ne pas tenter de nous barrer la route." Je dis avant de croquer dans ma viande rôtis au feu.
Nous reprenions la route le lendemain, dans une mer de sable et de chaleur. J'étais affaibli, loin de toute végétation. Mon esprit vagabondant dangereusement. Nous n'étions plus très loin. Je n'ai qu'une idée, me cacher dans les jardins du palais pour apaiser un peu la faiblesse que je ressens.
Les murs de la cité furent en vue, combien de temps ? Je ne sais plus. Mes hommes et Anna me regardent comme si j'allais mourir d'un moment à l'autre. Peu importe, il y a de la végétation dans cette ville, je la ressent et mon âme me poussent à m'y rendre au plus vite. Nous avons passé les portes, sûrement Anna et Halsym. Plus nous entrons dans la cité plus je ressens mes forces me revenir, pas autant que lorsque je suis en pleine forêt, mais c'est déjà suffisant pour que je retrouve ma lucidité.
Nous avançons vers le palais de la sultane, oui... Autant aller droit au but. Même si je suis couvert de sable, toujours dans ma tenue fétiche et tout le reste qui va avec un long voyage. C'est là que je vois une tresse blonde se faufiler à notre approche dans une ruelle. Je me tourne immédiatement vers Anna.
"Anna... Vous avez vu?! Ont aurait dit...." Non, mon fils Arakar est au Domaine, en sécurité. "Non, j'ai dû rêver."

©️ Jawilsia sur Never Utopia

Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 475

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Je suis le Premier Citoyen, du Domaine!:
 




Artefacts acquis:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 7 Mai - 19:04
Enfin arrivé sur la terre ferme ! C'est amusant leurs bateaux, on a pas les même chez nous. Bon, il est temps de s'éclipser du bateau visiblement occupé par un roi ou un truc comme ça ayant un insigne de renard bleu. On va essayer les ailes sur cette planète largement en meilleur santé que la mienne ! Bon, on les déplie et si on s'élance bien, on devrait planer et voler. Attention... C'est parti !!!

- Aaaah !!!

Les planches en bois font un sol très lisses et très rigides... .

- Un intrus !

Il est temps de déguerpir.
***


Alors que je continue ma route vers une sorte de ville, j'entends déjà du bouquant et quelques habitants y sortir. On dirait les bas-fonds de quartiers défavorisés ou alors une tornade est passé par-là. Un panneau d'affichage ? Il est remplis de petites quêtes et nouvelles. Recherche d'apprentis, des gens recherchés et... Tiens, voilà quelque chose d'intéressant. Un mort se serait relevé ? Plusieurs même. Ils n'ont pas de batteur ici, parce qu'il y en a pas besoin normalement, ici, les morts restent morts. Bon, il est temps qu'un spécialiste de la mort arrivent à leur secours, ça à sûrement quelque chose à voir avec Wraith d'une manière où d'une autre.

Je me rend donc chez la personne ayant posté ce message, le croc-mort de la ville. C'est une bien jolie petite ville mais il fait super chaud ! L'astre lumineux au-dessus de nos têtes est tellement vif... . Hop, heureusement que j'ai une casquette. Par-dessous la couronne, il manquerait plus que je la perdre. Je toc à la porte mais personne ne me répond mais la porte est entre-ouverte. Je l'ouvre comme toute personne curieuse et entre en appelant ce monsieur...? Tobin ?

- Monsieur Tobin, c'est le batteur ! J'ai vu votre annonce et...

Ah. Bon, monsieur Tobin ne sera plus jamais ennuyé par ses problèmes de morts qui se relèvent. La question est plutôt de savoir qui lui aussi, se relèvera. Il a été battu à mort par je suppose plusieurs personnes vu la carrure du monsieur. Des marques de griffures, de morsures aussi.

- Aaah... Aaaaaah !!!

Dégainant ma batte et la transformant en massue à piques, je me tourne vers le bruit que je connais que trop bien : un mort tente de dire quelque chose. Après lui avoir ouvert le fruit d’Yggdrasil en deux je constate que ce mort était dans un état de décomposition très avancé. J'avance en dépassant le cadavre et y trouve un petit garçon mort il y a peu puis quelques autres morts, eux par contre depuis un bon moment roder. Bon, je vais faire le ménage.

A présent, tout mort restera mort. C'est un état plutôt radical et dont on est sûr de ne pas avoir de surprise. Tiens, des gardes sont par-là. Ils ont l'air d'être dans leur patrouille quotidienne. Hum...? Un papillon noir comme j'en ai vu dans les yeux de la demoiselle dans le château. J'avais dit quoi déjà ? De s'en méfier ? Hum... J'en voit un accroché à une marchande fonçant avec détermination vers les gardes lourdement armées. Il est au niveau de la nuque. Elle les attaque ! Les hommes ripostent mais la femme se tord dans tous les sens, même humainement pas possible mais les gardes s'en débarrasse avant de se poser la question. Je m'approche un peu discrètement puis m'agenouille vers la femme encore en vie malgré ses membres coupés. Les gardes restent immobiles, les yeux écarquillés, le visage pâle. Je retire délicatement le papillon de la nuque de la demoiselle qui cesse immédiatement de bouger. Le papillon semble rétracter une sorte de trompe et ses pattes sont acérées. Un truc qu'on est pas censé trouvé ici non ? Où alors le monde ici à bien changé. Une ombre vient me couper dans mon monologue intérieur. Celui d'un des gardes qui a reprit ses esprits.

- Lâchez ce, cette chose noir ! Je ne sais pas ce qu'est tous ce cirque mais je suis sûr que c'est vous ! Lavez-vous doucement et laissez-nous vous passer les menottes.

- Si je le lâche il sera libre et cette chose comme vous dites, j'ai un doute sur sa pacifisité.

- Faites ce que je vous dis ! Eddy, on va le ramener à la Sultane, il éclairera de ses lumières les cris de cette zone.

- Soit.

J'écrabouille le papillon dans ma main avant de me lever, ce qui énerve encore plus le garde. Il me met une corde autour des poignées puis me traîne fièrement mais non sans hostilité à mon égare. Je n'ai pas vraiment le temps pour ça... Cependant, mon arme ne sert pas à blesser les vivants. Il semble parader alors que son collègue explique la situation à quelques hommes. Finalement je suis récupéré par un autre type puis amené devant une femme. Il s'adresse à elle avec beaucoup de blablas respectueux avant de lui exposer les faits. Apparemment, je serais la clé pour comprendre ce qu'il se passe dans cette ville et peut-être même quelques autres beaucoup plus en détresses plus loin. Ah, et j'ai un accent. Un accent pas commun, ça semble important. Hum ? Encore un papillon noir ? Il vole innocemment vers la demoiselle se faisant nommé "Sultane". Il m'agace. Il semble vraiment convoiter cette femme. Je me défait tranquillement de mes liens puis lance la batte devenu un marteau qui s'écrase sur le mur avec le papillon. Ayant surprit tous le monde, ils sont resté planté là avant que quelqu'un faisant deux fois ma carrure se jette sur moi. Le marteau revient à moi, je le remet à la taille sous forme de batte avant lever les mains mais trop tard. Je suis littéralement écrasé sous le poids de ce géant.

- Il était armé ! Dit le soldat. Mais ! Ce n'était qu'un gourdin à la con !

- Une... Batte... Dis-je. Je ne... respire plus là.

- Il a voulu tuer la chef avec son gourdin maléfique ! Crie un autre soldat. Il faut l'éliminé !

- Non... Juste... Le papillon noir... Non, ne prenez pas ma couronne... !

- Il est chelou ! Dit un autre soldat essayant ma couronne.

- Non attend ! C'est sûrement ensorcelé !

Un petit silence vient et il ne se passe strictement rien.

- Comment fait Wraith pour vivre ainsi... Laissez-moi tranquille... Je dois sauver Wraith...

Je crois qu'à partir de là, je me suis évanouie.

Spoiler:
 
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : Un pour le moment
Expérience : 365

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): AÄN
Groupes: Domaine
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas
Mar 8 Mai - 11:42










Nous sommes amené au palais après que Halsym et Anna ai réussis à discuter avec les gardes que nous avions pu croiser dans les rues. Parmi toutes les patrouilles de garde que j'ai pu voir depuis notre arrivée, il y a une chose qui semble clocher. Je regarde mes protecteurs qui hochent la tête. Les officiers des patrouilles sont nerveux, les rues sont tout autant agité que d'habitude pourtant, je n'ai rien vue de plsu qu'un pickpocket aventureux... Mais les officiers semblent, angoissés. 
Je suis Anna et Halsym malgré tout. Ce voyage est bien étrange, des sosies de mon fils, des officiers angoissés, sur quoi est-ce que je vais tomber plus tard. Le palais lui n'a pas changé non plus, grand bâtiment somptueux et imposant aux arches gravé et doré. Nous sommes amené dans la salle du trône auprès de la sultane. Elle non plus n'a pas changé. Les gardes nous annonces à peine qu'un groupe de garde entre en traînant un homme attaché et... Sang et cendre ,ont aurait dit Wraith! En beaucoup plus mal en point, et avec ses ailes. 
Les gardes semblent penser que c'est un responsable d'une menace qu'ils ne nomment pas, mais qui les effraient certainement et alors que je vois un gros papillon noir qui se balade près de la sultane, comment rater un papillon si gros! Je vois un marteau le pulvériser à quelques mètres de la sultane! J'en suis surpris et vois l'arme revenir au prisonnier en se changeant en une sorte de gourdin.
Bien évidemment, les gardes se jettent sur lui et les éclats de voix résonnent dans la grande salle. Mais c'est en entendant l'étrange sosie prononcer le prénom de mon ami que je décide d'intervenir. Il connait wraith et il veut parait, il le sauver! 
Je fais signe à mes protecteurs et nous nous dirigeons vers les gardes... 
"Lâchez le, il a des informations sur mon ami!" Je m'exclame.
Par cet chaleur, je ne ne vais pas par quatre-chemins.
"Vous êtes dément ! Reculez où je vous considère comme son complice!" Hurle le chef des gardes.
"Pauvre crétin." Je siffle. 
Et moi et mes quatre protecteurs nous lançon dans une bagarre rapide et violente avec les hommes de la sultane. je lance ma botte dans le casque de celui qui fait un étranglement à l'étrange personnage, le casque se décroche et je fais un roulé-boulé pour l'attraper et l'abattre sur le crâne de l'homme à nouveau. Mes protecteurs eux ont fini de désarmer les gardes et les tiennent en respect avec leurs propres lames. Je prends soin de désarmer le personnage étrange que je viens de libérer temporairement et le secoue pour le réveiller.
"Où est Wraith?! Où est mon ami?! Réveille toi espèce de ... De... Marginal !" Je m'exclame vers le xen. 


Je dois savoir! Je dois savoir! Je pense que le climat me rend plus à fleur de peau alors que mon énervement ressort sur ce pauvre type. 

©️ Jawilsia sur Never Utopia

Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 475

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Je suis le Premier Citoyen, du Domaine!:
 




Artefacts acquis:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 14 Mai - 19:15
La situation dégénérait à vue d’oeil, Halsym me fit signe de ne pas m’approcher du combat malgré qu’il aurait été de mon devoir de prendre partie pour Grégoire. Cependant il ne semblait pas dans son état normal et les gardes ont réagi par instinct. La Sultane, outrée par ce soudain débordement de violence envers les siens bondit de son trône et se saisit de son sabre avant de se diriger vers Grégoire avec un air féroce.

- Non mais vous vous êtes cru où là ? « Alkhanazir alkabira » !!! « Kalib qadhar » ! Levez encore la main sur les miens et je vous fais tous tuer ! s’écria la sultane qui ne semblait pas du tout apprécier la situation actuelle.

De mon côté, je poussais Halsym à agir. Il fallait absolument que la situation se calme. On ne pouvait pas se permettre que la Sultane ou que Grégoire ne commettent l’irréparable. L’assassin s’empressa alors de toquer un certain nombre de fois au mur à un rythme particulier. C’est alors qu’un passage dans la pièce s’ouvrit et que débarquèrent plusieurs arcaëlliens vêtus de noir et portant des masques en crâne. La petite troupe d’assassins se posta tout autour de la pièce et jetèrent des bourses au sol qui se percèrent tout en laissant échapper un gaz étrange. Halsym prit un tissu et m’en couvrit le bas du visage tout en m’éloignant de l’écran de fumée.

Après un très court moment, les soldats, gardes, d’un camps comme de l’autre, tombèrent au sol, endormis. La Sultane pesta et jeta un regarda assassin à Halsym qui s’inclina devant elle.

- Halsym ! Qu’est-ce que ça veut dire cette histoire ? Pourquoi tu fais rentrer ces chiens d’étrangers ici ? Tu as vu la pagaille qu’ils ont provoqué ? Ils avaient promis de ne plus revenir ici !!!
- Je suis désolée, grande sœur ! Il fallait que père les entende ! Et je crois que l’affaire de ce xen un peu fou est liée d’une manière ou d’une autre à ce qu’il se passe. Les papillons noirs, ma sœur, son une réalité, et je suis sûr que d’une façon ou d’une autre, ils sont liés aux assassins qui ont rejoint le camps des Hayert’Vaäls !
- La peste soit de ces renégats et de ces étrangers !!! Soit… Emmenez-les au Palais du Démon…
- Oui, Sayf !
- Dame Cornwall également ! Je ne veux plus avoir à faire à eux ! s’emporta la Sultane.

Les Assassins traînèrent tout ce beau monde dans les couloirs souterrains du palais. Mes yeux furent bandés pour que je ne puisse garder en mémoire le trajet à l’aller. Halsym me guida donc par la main pendant des heures et des heures tout au long de ces immenses dédales souterrains.

Nous arrivâmes finalement dans une salle que je reconnu comme le petit salon dans lequel on m’avait fait patienter la première fois que j’étais venu ici. On posa les gardes de Grégoire et ce dernier sur les coussins confortables de la salle ainsi que le jeune xen. Halsym m’invita à m’asseoir le temps qu’elle aille chercher Ras’al’Shaytan, qui, je le compris plus tôt d’après le dialogue avec Sayf, était également son père. Qui l’aurait cru ? Ainsi donc, Halsym était également la fille de Ras’… J’attendis donc patiemment. J’entendais les quelques gémissements des gardes dominians et de Grégoire qui avaient peine à se réveiller.

Quelques minutes plus tard, Ras’Al Shaytan fit son irruption dans la pièce et me jeta un regard glacial avant de s’asseoir près de nous.

- Halsym m’a un peu expliqué pourquoi vous êtes ici. Nous avions pourtant un accord…
- Je sais, grand Ras’Al Shaytan, mais les choses se sont compliquées et nous avons grand besoin de requérir votre aide. Halsym a du vous en parler, non ? Le centre de Kaïl est ravagé par un fléau encore pire que la guerre, et vos assassins renégats y sont peut-être liés ! Nous avons besoin de mettre nos efforts en commun pour affronter ce danger.
- J’en conviens, Dame Cornwall ! Et je suis prêt à engager la Ligue à vos côtés. Cependant, vous n’avez pas jugé nécessaire de respecter notre accord…
- C’était une situation particulière… Nous devions venir vous voir !

Lazare me jeta un regard sévère, me fixant avec intérêt.

- Prouvez le moi !
- Pardon ?
- Prouvez-moi que vous ne souhaitez pas dégrader nos relations, que vous êtes venus avec de bonnes intentions. Offrez moi quelque chose de valeur. Ne me dites pas que vous n’êtes venus sans rien !
- Vous pouvez parler ! Vous avez envoyé vos assassins pour nous espionner ! Soyez reconnaissants que nous n’ayons pas fait enfermer Halsym pour le restant de ses jours !
- J’admets que de laisser des espions sur votre territoire n’était pas une preuve de courtoisie de ma part. Soit… Merci d’avoir épargné Halsym en ce cas ! Cependant… Vous avez causé beaucoup de grabuge au palais. Ma fille aînée, Sayf, n’a absolument pas apprécié vos comportements !
- Il va falloir voir ça avec Grégoire Boisdefer. Je n’y suis pour rien, moi. Heureusement que nous étions là, Halsym et moi et que nous nous sommes tenues à l’écart, sinon saurait été pire. A vrai dire je ne comprend absolument pas la situation ni la raison qui les a poussé à tous se quereller et créer la zizanie, avouai-je.
- Soit… Mais… on dirait que l’un de nos invité est réveillé !

Je me tournais vers le xen que Lazare fixait avec froideur. Il ressemblait à s’y méprendre à ce jeune barde qui avait joué au mariage d’Aleksandar. Wraith, il me semble. Mais ce n’était clairement pas lui au vu des ailes qui se trouvaient dans son dos.

- J’espère que vous avez de bonnes explications à nous fournir jeune homme, parce que votre comportement était quelque peu étrange et pourrait vous coûter la vie si vous ne vous montrez pas clair ! Mais je manque à mes devoirs, je me présente : Raz’Al’Shaytan, grand maître de la Ligue des Assassins et aussi le père de notre Sultane bien aimée. Alors essayez d’être clair quand vous allez prendre la parole, car je ne vous garantie pas que vous conserverez votre tête.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 418

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Force, Régénération
Groupes: Domaine
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Artefacts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 14 Mai - 21:11
Malgré le confort qu’offrent ces coussins, je ne peux pas m’empêcher de me réveiller d’un coup. Premièrement, je ne suis pas chez moi. Deuxièmement, je ne sais pas avec qui je me trouve. Et troisièmement… Beh y’a pas de troisièmement, deux raisons c’est déjà pas mal ! Je me retrouve face à des types étranges me fixant avec froideur. Je tente une posture assise convenante sans être trop quoi que ce soit et constate qu’il n’y a plus ma batte. Un crétin plus loin tente de… L’activer ? J’allais leur dire que ce n’est pas un jouet quand le type qui a le regard le plus froid de la pièce entame un long monologue.

- J’espère que vous avez de bonnes explications à nous fournir jeune homme, parce que votre comportement était quelque peu étrange et pourrait-vous coûter la vie si vous ne vous montrez pas clair ! Mais je manque à mes devoirs, je me présente : Raz’Al’Shaytan, grand maître de la Ligue des Assassins et aussi le père de notre Sultane bien aimée. Alors essayez d’être clair quand vous allez prendre la parole, car je ne vous garantis pas que vous conserviez votre tête.

Je le fixe longuement, il semble être, sans trop se tromper, le dirigeant de ce… Pays ? Je ne sais pas. Mes infos de l’endroit sont obsolètes. Bon, je vais essayer de leur faire un super accent mais ce n’est pas garanti du tout.

- Je suis le roi des batteurs. Bon, là, ma couronne a été dérobé par un type en armure mais ne vous en fait pas, cet objet n’est pas mortel pour les non-receveurs.
Voyant qu’ils ne pigent pas un broc de ce que je raconte, je me gratte la tête avant de reprendre.

- Laissez tomber, vous ne comprendrez pas les étendus de l’univers. Nommer moi juste « le batteur » ça ira très bien. Je passais dans votre heu… Territoire pour sauver quelqu’un, un certain Wraith qui s’avère être mon jumeau et il a fallu que je passe par chez vous. En venant ici j’ai pu constater que c’était pire que ce que je croyais. Vous êtes peu à peu envahit par des créatures maléfiques sous l’apparence d’un papillon noir ayant de sortes d’yeux aux ailes. J’ai été témoin de leur attaque et leurs effets néfastes sur vos habitants. Mais ce n’est pas tout, vos morts sortent de terre et tente de tuer tout être vivant. Vous avez qu’à aller chez votre fossoyeur.

Je fouille ma poche et leur sort le papier.

- C’est son annonce. Comme une partie de mon métier est de tuer les morts je me suis dit que je pourrais être utile puisque chez vous, un mort est mort si toute fois il l’est. Le fossoyeur et d’autres habitants dans sa maison sont morts et vous pouvez voir très nettement un mort récent et un cadavre en décomposition. Je suppose les avoir tous tués avec ma batte qui n’est pas un jouet.

Je regarde l’autre mec essayant toujours de savoir comment ça marche avant de reporter mes yeux sur le type qui m’avait causé plus tôt.

- Pour tuer un mort il faut leur exploser la tête, moyen garantit. Et cette batte ne se transformera pas, vous n’êtes pas un batteur. C’est une arme sacré, je peux en avoir d’autres mais si possible j’aimerai la garder, c’est un cadeau d’anniversaire du Juge. Enfin, mon « Dieu » pour vous simplifier, là où j’étais. Bref… Après cela j’ai vu ce papillon contrôler l’esprit d’une femme qui attaquait ce qui me semble être une garde et j’ai éliminé le papillon noir. Cependant, croyant que j’avais quelque chose à voir avec ce phénomène au vue de mon apparence lugubre ils m’ont amené à vous. J’ai vu dans votre palais de ces papillons noirs roder autour de la Sultane et je l’ai éclaté contre le mur avec ma batte afin qu’elle ne se fasse pas plantée par celui-ci. Ensuite un gars pesant une tonne m’a écrasé comme j’ai écrasé l’insecte maléfique sous son énorme poids. J’ai cru mourir d’asphyxie mais ce…

Je regarde le type barbu avec un look étrange.

- Monsieur m’a surement sauvé la vie. Votre étoile lumineuse est très forte, je ne suis pas habitué à cette chaleur si on ajoute au fait que c’est la première fois que je reviens sur Arcaëlle ça faisait beaucoup à supporter. Bon, je crois n’avoir rien oublié et avoir suffisamment monopoliser la parole. Si ça ne vous gêne pas, j’ai d’autres choses à faire de plus urgent alors j’aime bien vos coussin confortables mais je dois mener à bien ma quête donné par mon « Dieu » alors… Ben… Au plaisir ?
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : Un pour le moment
Expérience : 365

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): AÄN
Groupes: Domaine
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas
Mar 15 Mai - 22:19










C'est avec un peu de difficulté que je me réveille, sur des coussisn moélleux, c'est déjà ca. La dernière fois c'était pas agréable. J'en conclus que je suis chez Lazare. Je pousse un long soupir avant de regarder autours de moi, mes quatre gars sont là et le type bizarre. Anna et et Halsym sont là... Puis Lazare entre. J'ai finis par me redresser et à faire un espèce de demi cercle autour du type louche avec mes gars. Lazare fait la menace voilé habituelle.  Et là, j'ai le droit à l'explication la plus nébuleuse de toute ma vie, si vague et confuse que même moi je n'aurais pas tenté le coup. Je regarde mes gars, ils me regardent, ont regardent Lazare, il regarde le "batteur", il regarde lazare... Bref, c'est l'anarchie là. 


Quand l'homme eu fini son discour. Je me levais, surement suivis par uen dizaine de viseur d'arbalète caché jusque dans les pots de fleurs et les coussins. ET m'inclinais respectueusement devant Lazare, pas de manière soumise mais respectueuse. 
"Je suis désolé du dérangement, et du... Bazar que nous avons fais au palais de la sultane. La chaleur de votre climat ne me réussis gère, et le xen ici présent avait dit avoir des informations sur un ami très chère qui à disparu depuis quelques temps." Alors que je faisais mes excuses, mes protecteurs ne purent s'empêcher de questionner le xen étrange.
"Donc, si je résume... Vous ête un guerrier?" Commence Jénifaël.
"Qui combat les morts, ramené à la vie par des papillons démoniaques." Poursuit Dakeyras.
"Et votre dieu est?" Demandait Helayne avec circonspection.
"Et qui envoie les papillons?" Demandait plus vivement Ekodas.
"Et de qui faut il sauver monsieur Dorcas?" Demandait Dakeyras.
"ET pourquoi ont lui voudrait du mal? C'est un enfant perdu sur Arcaëlle ce type." Grommelait à moitié Jénifaël.
Pendantc e temps j'avais le pressentiment de ne pas être seul. Comme ci ... Comme ci quelqu'un de proche était dans les parages. Puis il y avait les bruits, c'était très discret mais... Dans le repaire du chef des assassins, il me paraissait déplacé.  
 


©️ Jawilsia sur Never Utopia

Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 475

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Je suis le Premier Citoyen, du Domaine!:
 




Artefacts acquis:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mer 23 Mai - 15:20
Je restais silencieuse, observant la scène comme si je n'en faisais pas parti. Tout cela dépassait quelque peu mes compétences et je devais bien l'avouer, l'intérêt que je portais à cette affaire n'y était plus. Pour moi, le problème aurait été vite réglé... Je préférai donc rester observatrice et ne pas me mêler. Lazare, en revanche, fit signe à tout le monde de se rasseoir, en particulier au jeune xen qui ressemblait à Wraith Dorcas et semblé pressé de partir au plus vite.

Le vieil homme s'éclaircit la gorge et finit par prendre la parole d'un ton très impérieux.

- J'ai bien peur que cela soit impossible, jeune homme. Vous laisser partir ainsi ne serait pas dans mon intérêt, encore moins dans celui de la Ligue. De plus, vos explications me semblent tout à fait incohérentes. J'ai l'impression de parler à un fou en toute franchise.

Il se redressa légèrement sur son céans et passa une main le long de sa barbiche, réfléchissant avec soin à ce que le « Batteur » venait de raconter, comme s'il essayer de mettre plusieurs pièces d'un complexe puzzle ensemble. Il se tourna alors vers Grégoire et s'exprima pour lui répondre.

- Je comprend... Néanmoins, essayez de tenir vos Arcaëlliens, ils semblent quelque peu... vifs et très prompts à réagir !
- Leur rôle l'exige... précisais-je à l'attention de Ras'al'Shaytan.
- Certes... tout comme le rôle de mes assassins exigent qu'ils ne se montrent pas prompt à épargner qui que se soit, répliqua-t-il avec cynisme.
- Au moins, nous sommes prévenus... dis-je avec amertume.

Halsym venait de nous rejoindre et se posta derrière moi, croisant les bras et fixant son père avec un air grave et sévère. Celui-ci s'en étonna et fixa quelques instant cette dernière avant de lui demander :

- Qu'y a-t-il ma fille ?
- Je crois que nous devrions apporter quelques crédits à ce que raconte ce xen ! Ça a l'air dément mais Saÿf était curieuse... alors elle s'est renseignée. Elle m'a fait part de ses découvertes. Apparemment, cette histoire de papillons et de morts qui reviennent à la vie pourrait s'avérer fondée !

Lazare fronça les sourcils. Il semblait avoir du mal à croire à cette histoire, tout comme moi d'ailleurs, mais j'avais assez confiance en Halsym pour croire en ce qu'elle disait sur l'instant. D'autant que sa loyauté envers son père ne lui permettrait pas de lui mentir.

- Vraiment ? finit-il par demander.
- Oui, père... Cela pourrait avoir un lien avec ce qu'il se passe au centre de Kaïl.
- Je vois... Bien... Il va falloir tirer les choses au clair au plus vite... trancha-t-il. Vous, étranger qui vous faites nommer « Le Batteur », racontez moi ce que vous savez à propos de ce Wraith, de qui le détient et ce que vous savez des papillons noirs et des morts qui se relèvent. La moindre information que vous avez pourrait être capitale pour nous et pourrait faire pencher mon jugement en votre faveur. Il me sera plus facile de réfléchir à l'éventualité que je vous épargne si vous collaborez... Sinon je suppose que je pourrais vous laisser aux soins des Dominians qui ont l'air tout aussi... prompt à faire usage de force pour satisfaire leur curiosité que moi si ce n'est plus.
- Toute information concernant Monsieur Dorcas serait la bienvenue, en effet, précisais-je. Allez-y, Sieur Batteur, ne soyez point avare de détails, mais de grâce, évitez-nous vos élucubrations fantasques. Ces histoires de Dieu Juge, batte magique et je ne sais qu'elle couronne de quelle Royaume sont distrayantes pour les enfants mais là nous n'avons pas le temps de tergiverser... dis-je froidement.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 418

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Force, Régénération
Groupes: Domaine
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Artefacts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mer 23 Mai - 22:43
Alors que du côté des... Gens connaissant visiblement Wraith commencent à me questionner, piquer par leur curiosités. Ce que je pense être leur chef, le type avec un chapeau s'excuse pour le dérangement. La nana en armure ne dit rien depuis un moment avant que l'autre type avec ses yeux de hyène ne cause à son tour. Y'a-t-il seulement des hyènes dans leur monde ? J'avais les bases qui datent d'une vingtaine d'années mais c'est tout. Ah... Père, pourquoi a-t-il fallu que vous alliez sur cette planète peu évolué technologiquement parlant pour que leur hôtes ne se doutent même pas qu'ils ne sont pas seuls dans l'univers.

- Comme si le temps s'arrêtait alors que nous parlions confortablement assit sur ces coussins moelleux. Savoir ne change en rien sur ce qu'il se passe ici. Alors que nous discutons tranquillement, d'autres morts doivent être debout dans d'autres cimetières, des papillons contaminent vos gens et qui sait, peut-être vos proches. Sans vouloir vous terrifier ni vous prendre pour des manches, vous ferez mieux de cloîtrer votre beau palais avec sa Sultane le temps que quelqu'un de compétent et éclairé examine avec plus de profondeur qu'une rencontre soudaine et brève de ses apparitions du moins tout à fait anormal sur votre planète. Rassurez-vous, cette attaque vient bien de votre monde et pas d'un autre plus évolué sinon je crois que vos Dieux débouleraient illico pesto. Les Dieux n'aiment pas les visites inhospitalières de personnes venus d'ailleurs.

Je regarde la femme en armure.

- Ah oui, c'est vrai que pour vous, tous ceci vous dépasse. Je vais passer.

Je regarde de nouveau la hyène, nouveau surnom, en levant doucement le bras. La batte qu'entre-temps on avait lâché revient à moi tel un boomerang. Je la range en soupirant.

- Je veux bien partager ce que je sais sur Wraith au type avec un chapeau qui semble le connaitre, il est plus utile de lui daire à lui plutôt qu'à vous. D'autant que le temps presse, bientôt votre sécurité illusoire va disparaître et se sera la pagaille dans votre royaume. Vous allez sûrement vous réunir pour faire une annonce au peuple par la suite.

Je les voix s'affoler sur mon arme et soupir.

- Encore quelque chose où vous allez me traiter de fou si je vous dirais la vérité. N'importe quel paysan verrai bien que je ne viens pas tout à fait de votre monde. A moins que ces habits cousus à la machine avec des couleurs synthétiques se fabrique ? Ainsi qu'une batte qui revient à son propriétaire et des chaussures évidement pas faite à la main avec des crampons et cette couronne de matériaux qui vous est inconnu se fabrique aussi ? Cependant, en terme de coussin, vous marqué un point : même mon trône n'est pas aussi confortable. Enfin bref, pour ceux qui n'auraient pas compris je n'ai pas d'autres infos sur ces choses vous menaçant et j'ai déjà dit ce que je faisais ici. On gagnerai tous du temps si vous me laisser régler cette histoire et que vous ne vous en mêlez pas. Mettez juste vous gens à l'abri, surtout des papillons noirs et repliez-vous, c'est tous ce don vous pouvez faire.

Je regarde l'homme au chapeau.

- Si toutefois vous voulez venir avec moi libre à vous, je vous mènerai à Wraith et à la personne qui dirige ces choses.

Je reporte mon regard sur la hyène en levant le regardant avec une froideur comparable à la sienne.

- Quand à vous, vous n'êtes aucunement autorisé à disposez de ma vie de la sorte, si toutefois vous persistez ce n'est pas une armée que j'enverrai à vous mais mon dieu à l'opposé des vôtres, le miens est plutôt présent. Vous pourrez me tuer si vous le souhaitez, tant que ma mission n'est pas remplis, le Juge remet le joueur directement sur le terrain. Le seul inconvénient c'est que je repartirais de là où je suis venu et que je vais peut-être sûrement croiser une nouvelle fois une sorte de princesse sirène qui sera très mécontente. Donc quand vous aurez fini de nous faire tous perdre du temps nous pourrons peut-être sauver votre monde qui sait ?

Là, je joue le prince hautain et autoritaire, peut-être que là il me croira si de suite je parle de mon rang ? Ce n'est qu'un titre chez moi pour dire que c'est moi qui dirige l'équipe de batteurs. Et non, pas de trône dans une grande salle sans meuble avec de sublimes colonnes. Rien qu'un siège de "président" à une grande table ronde où je réuni les joueurs de mon équipe. Avec ce regard de hyène comme il fait, je suis super convainquant non ? Bras croisé, sourcils froncés, tête haute etc... Personne ne se tiendrait aussi droit comme un roi le ferai. Fini de jacasser à faire de la diplomatie, on sort les grands moyens. Même si ce n'est pas vraie du tout, Juge ne peut pas aller dans un monde où il n'est pas aller mais un peu de bluff, si c'est bien fait, ça passe. C'est la seule option qui est rapide. Je ne frappe pas les vivants avec mon arme, ça Juge ne serait pas content et je suis seul. Espérons que cela suffise pour que je puisse vite sauver Wraith. Et j'aimerai bien que le type au chapeau m'accompagne, par curiosité vu qu'il connait mon frère.
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : Un pour le moment
Expérience : 365

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): AÄN
Groupes: Domaine
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas
Jeu 24 Mai - 21:58










Bon sang, mais ce xen est absolument insupportable, et Lazare n'aide pas en étant aussi glaciale! Je passe mes mains dans mes cheveux écorce en essayant de comprendre plus le xen. Il est certains qu'il connaît Dorcas, apparemment, il veut le sauver. Une migraine rôde de plus en plus près de mon cerveau surchauffé. 
C'est là que, tout s'éclaircit... Oui, en partie du moins. Comme si, un souffle frais avait balayer mon incompréhension et ce fichu mal de tête qui approchait. Je me levais et m'approchais du xen et de LAzare. Ce fou ailée avait fait venir son arme et les assassins étaient déjà près à lui trancher la gorge et lLazare n'avait pas une once de patience devant la technique de bluff peu crédible du xen, je m'y connais en bluff. 


"Temps mort! D'accord... Alors." Je me tournais vers le xen." Pour l'amour des dieux, si vous venez d'un autre monde, faite l'effort de ne pas être un parfait crétin et de saisir que vos propos ici son complètement incohérent. Gardez vos histoires de Juge, de batteur et autre pour les vôtres. Nous y gagnerons déjà en clarté."
Je me tounais vers Lazare en jetant un petit coup d'oeil à Anna. 
"Bien, les poins sûr et certains ,c'est que des insectes contamine les habitant d'un mal qui les changes en horreur, ces même insectes relèves les corps des morts. La source de ce fléau vient du centre de Kail et de celui qui retient mon ami. Donc, il faut annihiler la menace. Et... je suis ouvert à toute les suggestions pour être honnête." Je terminais en m'asseyant sur un coussin.


Les forces dominian ne pourraient rien de plus que l'envoit d'un petit corps expéditionnaire, insuffisant. Les assassins n'avaient pas de réelle armée. Ce qui impliquait uen tactique plus subtile. Mais alors que je réfléchissais, je croisais rapidement le regard d'Halsym qui se détournait du mien avec précipitation... Est-ce un rougissement que je vois aux frontières de son voile ? Quelques choses ne tourne pas rond. Elle semble nerveuse dans son regard... Et elle m'a déjà vu durant des semaines, donc ce n'est pas moi, mais vu sa réaction, c'est par rapp... Non, non pas moyen.
Mes Protecteurs semblaient partants pour une opération secrète en territoire ennemi. Même si Jenifaël aurait voulu le soutien d'une armée. Lazare réfléchissait toujours tout comme Anna. 


"Anna... Quand nous sommes partis je ne me souviens plus où était Arakar.... Vous pourriez me le rappeler ? S'il vous plaît." Je demandais innocemment en fixant du coin de l'oeil Halsym.


©️ Jawilsia sur Never Utopia

Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 475

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Je suis le Premier Citoyen, du Domaine!:
 




Artefacts acquis:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 28 Mai - 16:59
Je regardais Grégoire avec quelque peu d'étonnement face à sa question. Arakar ? Le jeune était à ce point discret que je ne me souvenais même plus de lui. Comment aurai-je pu savoir où il se trouvait ?

- Je regrette, Grégoire, mais je n'en sais rien. Je dois avouer que votre fils est d'une discrétion à toute épreuve. Je ne l'ai pas vu depuis un certain temps. Pour tout vous dire, j'avais même oublié qu'il était là à notre départ.

Ceci étant dit, Grégoire sembla confus et réfléchir sérieusement à quelque chose qui semblait le tracasser. Je le laissais avec ses soucis et me tournais vers Lazare qui était en train d'échanger quelques mots avec sa fille avant de se tourner vers le Batteur.

- Si vous croyez pouvoir m'intimider avec vos vaines menaces, sachez que ça ne prend pas. Des fausses menaces, j'en ai entendu tout au long de ma vie, mais je crois que celle-ci était la moins crédible de toutes. Cependant je vais vous pardonner cet écart et le mettre sur le compte de votre folie plus qu'évidente ! Je ne sais pas ce que vous racontez, et ça n'a pour ainsi dire aucun sens ! Mais bon... Puisque vous avez parlé et que nous pouvons peut-être nous arranger...

Il fit signe à Halsym de venir vers lui pour lui murmurer quelques mots à l'oreille. Elle hocha de la tête et partit comme elle était venue.

- Nous allons former un contingent d'assassins, prêt à affronter ce genre de situations... hors du commun. Je laisserai Halsym, ma fille, se charger de les diriger. Le fait est qu'elle semble disposée à coopérer avec vous, je ne vois personne d'autre de mieux qualifiée qu'elle pour endosser ce rôle.
- Nous vous sommes reconnaissants pour votre aide plus que précieuse, Ras'al'Shaytan.
- Je ne le fais pas entièrement pour vous, il en va de la sûreté de la Ligue des Hashashyns. On ne peut laisser courir une telle menace plus longtemps. Samdal'Han risquerait l'implosion avec de tels fléaux à l'intérieur de ses murs.
- Nous comprenons parfaitement. Cette question étant réglée, quand partirons-nous ?
- Lorsque notre commando sera prêt, et j'escompte, quand le votre sera prêt ! J'imagine que vous ne comptez pas amené que ce petit groupe. Si ?
- Le temps pressant, j'ai bien peur qu'il ne faille compter que sur une petite force... En résumé, si nous pouvons faire venir un contingent de soldats du Domaine, ce ne sera qu'un petit groupe d'élite... Mais la discrétion sera sans doute notre meilleur atout.
- Je vois... Soit ! L'affaire étant réglé... Il ne serait pas très courtois de ma part de ne pas vous inviter à prendre un repas en ma compagnie. D'autant que j'ai cru comprendre que Sieur Boisdefer aimerait se désaltérer. Vous êtes tous invités ! Cela vous laissera un peu de temps pour composer avec votre équipe et prendre les dispositions nécessaires.
- Nous vous remercions infiniment, Ras'al'Shaytan. répondis-je poliment.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 418

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Force, Régénération
Groupes: Domaine
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Artefacts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Kaïl :: Sud :: Désert du Gaha'Fël-