Une piste vers le passé - Partie 2

 :: Le monde :: Mers et océans :: Cimetière d'épaves Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 5 Juin - 15:11


Le Pouzan Saphir avait traversé le courant de la péninsule sud. Comme escompté, cela avait fait gagner un temps considérable aux navigateurs qui s'en félicitèrent. Le voyage se déroula sans le moindre incident, Jack se montrant particulièrement agréable comme Capitaine de bord. Il ne distribua pas même une seule punition à son équipage qui se montra également exemplaire en la matière et Jack s'en félicitait. Il avait craint que ses subordonnés soient de parfaites canailles sans scrupules qui profitent de la situation pour se mutiner ou même se montrer discourtois envers son associé Tyr Mimir. Il se demandait même si Mary n'y était pas pour quelque chose. Peut-être les avait-elle intimidé ? Il n'en savait rien.

Ils firent halte à l'une des villes portuaires se situant dans les îles péninsulaires de Kaïl, évitant ainsi les ennuis au maximum. Il fallait cependant qu'il fasse le plein complet de vivres, assez pour que le navire puisse s'en séparer de la moitié plus tard. A cette occasion, alors qu'on chargeait le Pouzan Saphir, un accident eut lieu : une des caisses de provisions tomba sur la jambe d'un des matelots et celui-ci se vit privé de sa mobilité. Jack fit venir un guérisseur sur le navire afin que les soins soient apportés au blessé. On fit lever l'ancre quelques heures plus tard, une fois que le médecin eut donné les dernières consignes. Le Black Jack assura au matelot qu'il continuerait à percevoir sa part malgré son handicap et qu'il lui trouverait bien un rôle à jouer à bord.

Il n'y avait pas grand chose à faire durant la traversée, aussi Jack permettait à son équipage de s'occuper avec des jeux à condition qu'ils ne misent rien. Il tenait à ce qu'aucun jeu d'argent ne porte atteinte à la bonne entente des matelots. Mary, elle, apparaissait peu, mais chaque soir, on l'entendait chanter, ce qui mettait plus ou moins le capitaine à cran. Un soir elle décida cependant de changer d'habitude et profita de l'occasion pour rendre visite à Tyr Mimir et sa compagne d'infortune.

- Je me permets de vous déranger, Monsieur Mimir, vous et votre compagne d'aventure. La solitude commence à me peser quelque peu et j'étais curieuse de vous rencontrer à nouveau et de deviser avec vous de choses et autres.

L'aässila portait toujours sa capuche sur la tête, masquant en grand partie son visage dans la pénombre. Sa voix quant à elle, était douce et mielleuse, attirante même pour celui qui se laisserait tenter. Toute la gestuelle de cette femme était délicate et les cheveux qui dépassaient de son capuchon étaient coiffés en une tresse d'or soyeuse qui ne pouvait qu'attirer l’œil. Il y avait cependant une odeur étrange qui flottait à son passage, une odeur de marée...  

- J'aimerai en savoir un peu plus sur nos compagnons de voyage et leurs objectifs... Vous êtes quelqu'un d'absolument mystérieux et à la fois fascinant, Sire Mimir. Ce navire de l'époque impériale vous fascine au point que vous preniez des risques pour arriver le premier à lui... Il n'y a pas beaucoup d'arcaëllien qui se donnerait cette peine.
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : 1 RP à la fois
Expérience : 46

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Discrétion, vitesse
Groupes: Neutre
Race: Lupan
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 7 Juin - 19:36
Les jours de voyage se déroulèrent sans encombre, ce qui n'était pas pour me déplaire, cela me laissais le temps d'étudier mes notes et d'écrire sur notre voyage où ce que je pouvais voir. Les jours à bord furent aussi l'occasion de mieux connaître la jeune fille qui avait fait serment de payer la dette de vie qu'elle me devait selon elle. Aviendha venait du désert de Samdal'Han. Elle avait quitté le désert après que son père est été tué par l'homme que j'avais permis de neutraliser à Juier. Elle le traquait depuis des mois pour enfin venger son père qui avait tenté de le neutraliser lui-même. Elle me cachait une partie de son histoire, et c'était un comportement prudent et sage, peut être deviendront nous ami pour nous en dire plus. Par respect, je lui révélais le but de ma quête, moi aussi je cherchais venegance contre mon père pour ma part, je lui révélais qu'il avait tué une personne que j'aimais plus que tout il y a presque cent ans, depuis je lui vouais une haine sans limite ni frontière. 
Un jour que nous étions sur le pont pour aider à replier les voiles, nous avons débattu d'un sujet important alors que le soleil se couchait dans les flots de lapis-lazuli.

"L'homme que nous avons donné aux gardes à Juier, il est sûrement en prison et non mort... Une fois ta dette payée, ira tu l'achever ?" Je lui demandais en me tenant au mat alors que je remontais les voiles.


"Non, ce ne sera pas utile... J'ai séjourné quelques mois au Domaine, ils sont parfois hautain avec les autres habitants de Kail qu'ils jugent barbare, mais... La justice y est juste, et nul ne peut s'en protéger. Il est déjà sûrement dans une fosse commune à l'heure qu'il est." Répondit Aviendha de sa voix calme.

"Une justice impartiale est une base essentielle à une nation. Nous verrons dans cent ans comment les héritiers de cette nation auront évolué." Je répliquais, néanmoins, il est vrai que j'étais très curieux à ce sujet... Aucune nation n'avait émergé depuis des siècles !

Plus tard nous avons mangé ensemble dans notre cabine, et pour passer le temps, je lui ai appris le gwent. Un jeu de cartes de stratégie très populaire. J'avais eu l'excentricité dans gardé un ou deux deck dans mon barda. 
Ce n'est que plus tard dans la nuit que nous avons eu la même remarque, la dame du capitaine ne chantait pas ce soir comme à son habitude. C'était étrange. Mais le mystère ne dura guère longtemps quand on vint toquer à notre cabine. La fameuse dame était là, je l'invitais à entrer et Aviendha se couchait alors dans sa couchette pour laisser la place à la petite table à la femme blonde. Je n'étais pas dupe, ma compagnon était autant à l'affût que si la femme encapuchonnée était une assassin. 
J'écoutais la tirade de notre invitée surprise et m'asseyant en lui servant de l'eau, je me permit de répondre avec cordialité. 
"Je suis un chercheur de connaissance, malgré mes expérience de soldat. Ce navire pourrait contenir plus qu'un trésor fait d'or et de pierres précieuses. Et j'aimerais faire l'acquisition d'un navire robuste, si la rumeur est vraie, celui-là est intacte, ce qui m'éviterais de devoir en voler ou faire construire un." Je croisais les mains l'une dans l'autre avant d'ajouter en buvant un peu d'eau. "Néanmoins, il est plutôt impoli de venir à visage dissimulé pour deviser entre honnêtes personnes."
Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : Paré à rp
Expérience : 249

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Neutre
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 1


L'équipage du capitaine Tyr Mimir et du "Dragon Noir":
 


Le Dragon Noir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 14 Juin - 16:57
Mary Fortune s’installa sans aucune hésitation à table quand on l’y invita. Elle n’avait jamais commis cet affront à qui que se soit. L’äassilla écouta avec sagesse son hôte. La réponse lui sembla à moitié satisfaisante. Ses yeux d’or, brillaient au travers de l’obscurité de sa capuche et fixait Tyr avec insistance. Celui-ci fit alors la remarque qu’il était bien discourtois de sa part de se présenter ainsi encapuchonnée. Elle se mit à rire doucement, nerveusement… Il y avait dans cet éclat de voix, comme la marque de quelque chose qui se brise. On pouvait sentir toute l’amertume des années qu’avait vécu Mary.

- Cher Monsieur Mimir, si je viens à visage couvert, c’est pour vous épargner la vue de mon visage, enlaidi par le mal qui me ronge. Je ne voudrais pas vous incommoder avec cela, même si je comprend que vous n’appréciez guère la chose.

Le regard dubitatif de Tyr lui laissa penser que son argument était difficile à avaler. Pourtant, c’était la stricte vérité, Mary avait belle et bien le visage transformé par un mal pire que tout ceux qu’elle avait pu connaître jusque là. Voyant qu’il ne lâchait pas l’affaire, elle soupira et admit alors :

- Soit… Puisque vous insistez…


L’äassila tira sa capuche en arrière pour dévoiler son visage. Il était affreusement pâle, les veines apparentes et bleues, le sillonnaient. Si ses traits étaient somptueux et attirants, son aspect, lui, était effrayant. On aurait dit une morte… Pourtant elle était belle et bien debout en train de leur parler. Des marques sur son cou faisaient penser à des branchies, comme si l’äassila n’arrivait plus totalement à contenir sa véritable apparence. Elle était à la fois fascinante et terrifiante, belle et affreuse.

- J’espère que je ne vous incommode pas trop… Je n’ai hélas pas assez de maquillage pour cacher tout cela. Vous comprendrez que je ne souhaite pas tellement me montrer à visage découvert à présent…

Elle afficha un sourire las, emprunt d’une grande fatigue. Seuls ses yeux semblaient encore pleins de vie. Malgré tout, eux aussi avaient souffert de son mal. Leur éclat était légèrement ternis contrairement à ce qu’ils furent. On pouvait aisément deviner que l’äassila fut d’une beauté époustouflante autrefois. Elle ne semblait plus que l’ombre d’elle même, un reflet terni par la noirceur de son âme maudite.

- J’ai bien des années derrière moi… peut-être pourrais-je vous être d’une quelconque utilité dans votre quête de savoir. Ce navire pourrait peut-être receler un secret que je pourrais vous dévoiler par mes connaissances… Ce gros balourd de Jack ne s’intéresse pas vraiment à ce genre de chose. Moi, en revanche, c’est une autre histoire… Je ne compte pas rester avec vous après cela, mais je peux vous fournir une quelconque aide… n’hésitez pas, même si je devine à la nature de vos yeux, que vous avez également beaucoup vécu, vous aussi.
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : 1 RP à la fois
Expérience : 46

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Discrétion, vitesse
Groupes: Neutre
Race: Lupan
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3
Revenir en haut Aller en bas
Ven 15 Juin - 18:24
Voilà une bien cruelle malédiction qui avait transformer la femme qui se dévisageait devant moi. J'entendis les doigts d'Aviendha se crisper, sûrement sur sa dague. Les peuples du désert sont d'une extrême superstition hélas. 
Je pris un nouveau verre d'eau, comme si de rien n'était en écoutant mon invité et je lui répondis calmement.
 
"Je ne me permettrais pas de vous manquer de respect sur votre apparence, et je n'ai pas pour habitude de juger en me basant sur celle ci." Je posais mon verre et croisais les doigts, faisant comprendre que ce sujet était inutile à développer. "Je serais très curieux d'entendre ce que vous avez à me dire sur ce fameux navire...
Un marin l'a qualifié de maudit, et même si je n'attribut pas aux dieux ni au fluide tout les phénomènes étranges de notre monde... Il est vrai qu'un navire intact dans cette zone des océans est bien inhabituel.
" Je commentais en invitant ainsi la dame à en dire plus. 

Cela dit, je savais bien que les informations devront être prises avec prudence, je n'aurais aucune autre source pour les confirmer, ce qui est dangereux. Mais qu'est-ce qui ne l'était pas de nos jours ? Plus vite, j'aurais ce navire, plus vite, je pilonnerai la demeure familiale de ses canons... Et plus vite, je pourrais me perdre dans la nature et y attendre la fin de mon existence et retrouver mon aimée de l'autre côté. 
Même si je ne connaissais pas aviendha depuis très longtemps, l'avoir dans mon dos serait un réconfort ainsi perdu en mer et entouré de pirate, même si le lupan semble honnête et très courtois aux premiers abords, il faut rester prudent avec ces individus.
Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : Paré à rp
Expérience : 249

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Neutre
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 1


L'équipage du capitaine Tyr Mimir et du "Dragon Noir":
 


Le Dragon Noir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 19 Juin - 20:53

Mary Fortune écoutait patiemment son interlocuteur, ne faisant pas vraiment attention à l'autre personne qui se trouvait dans la pièce. Elle avait bien cru entendre le bruit d'une dague qui sort de son fourreau mais elle n'en fit rien. Ils se rendraient rapidement compte qu'elle n'était pas venue avec de mauvaises intentions. L'äassila joua alors carte sur table avec le lorcq.

- J'ai connu l'Empire, je suis né bien avant que l'Enac ne vienne au monde. J'ai déjà entendu parler de ce navire... Je peux vous en compter l'histoire, tout du moins celle que j'en connais. Elle n'est peut-être pas complète, mais cela vous donnera une idée.  

Tyr sembla très captivé soudainement, toute information sur ce navire était bonne à prendre, même s'il savait qu'il devrait se méfier.

- Le Vil Empereur était un navire d'espionnage de la flotte impériale. Léger, rapide, bien armé, il avait la réputation de ne jamais avoir été pris. A chaque fois qu'il opérait, son équipage ne laissait qu'un survivant de ses raids, pour qu'il soit le témoin de la brutalité et l'efficacité de ce bâtiment. Lorsque l'Empire c'est effondré, avec la victoire de l'Enac, la chaîne de commandement a été brisée. On ne sait pas ce qu'il est advenu du Vil Empereur ce jour là, mais il aurait disparu pendant plusieurs années avant de refaire surface un beau jour, aux abords du cimetière des épaves. Tous les navires qui l'auraient croisé de près depuis ce jour, aurait sombré corps et âme, hormis à chaque fois un membre épargné pour aller raconter l'histoire. Après, je n'en sais pas plus... Ce sont des histoires dont j'ai entendu parler... Mais ça expliquerait pourquoi un navire de l'empire est soudainement apparu... De ce que j'en sais, il réapparaîtrait tous les dix ans pendant une période d'un ou deux mois, avant de disparaître à nouveau.

Elle s'éclaircit la gorge en buvant une grande rasade d'eau du verre qu'on lui avait offert et reprit :

- Après, libre à vous de me croire ou non. Moi-même je ne connais pas tout les détails, et je ne sais guère s'ils sont justes, mais... Ce n'est pas impossible. Les malédictions sont monnaies courantes dans les eaux du Cimetière d'épaves... Peut-être que l'équipage s'est mutiné contre son capitaine... ou bien ont-ils vendus leurs âmes pour continuer à pouvoir effrayer les mers d'Arcaëlle. Je n'en sais rien... Je vous invite toutefois à la prudence. Ne prenait pas cette histoire à la légère. Le Vil Empereur existait bel et bien, je connais personnellement un elfe qui les a combattu, et en a réchappé... car il était celui désigné pour aller conter l'histoire.
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : 1 RP à la fois
Expérience : 46

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Discrétion, vitesse
Groupes: Neutre
Race: Lupan
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3
Revenir en haut Aller en bas
Mar 19 Juin - 22:19
Les informations de la dame du capitaine Jackétaient des plus fascinantes. Oui, une malédiction pourrait expliqué les agissements étranges de ce navire si, particulier. Néanmoins, il était tout aussi probable que lesp irates s'accaparent le "vil empereur" à intervalle régulier depuis des générations pour piller les environs de la région océanique.  Les rumeurs et les déformations auraient fait le reste. 
je remerciais la femme venu d'une autre époque, lui proposant de converser à une autre occasion sur l'ère d'avant, du temps de l'Enac et avant celle ci. Pour l'heure, je devais me reposer. Aviendha fit part de ses réticences à crorie la femme du capitaine Jack, je la raussurais, j'étais curieux mais pas naïf. Mais c'était un début d'explciation appréciable. 
le lendemain, je calculais la trajectoire du "Pouzan Saphir" pour rejoindre le cimetière d'épave. Comme prévu, les courants nous donnait trois jours d'avance sur la flottille improvisé Dominian, même si celle ci avait appareillé dans l'heure après nous. 
Après encore une semaine de mer, nous apercevions enfin au loin le cimetière d'épave, auréolé d'une brume constante. Je montais sur le pont près du capitaine lupan. Je sortis ma longue vu et détaillait les environs. 
"Nous ne pourront faire passé ce navire... Il y a des épaves encore émergé, et celles submergé peuvent encore nous envoyer à la mer. Il serait préférable de prendre une ou deux chaloupes pour inspecter la zone et trouver le navire que nous cherchons."  je suggérais au capitaine. 
En effet, des navires ronger par l'humidité et la mousse était en train de parsemé la mer devant nous. Les coques couvertes de coquillages, des ponts fendus, des canons vert d'oxydation. Et un silence de mort mis à part le bruit de l'eau. Ma hache me serait d'un grand réconfort dans ce cimetière d'épave. Vivement que je récupère le "Vil empereur" et que je quitte ces eaux lugubres.
Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : Paré à rp
Expérience : 249

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Neutre
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 1


L'équipage du capitaine Tyr Mimir et du "Dragon Noir":
 


Le Dragon Noir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 21 Juin - 18:48
Jack était de plus en plus nerveux au fur et à mesure que le Pouzan Saphir approchait du Cimetière d'épaves. Il avait déjà eut de grandes mésaventures ici par le passé. Encore aujourd'hui, les conséquences de ces mésaventures étaient une réalité. Le matin même, alors que le bâtiment approchait des abords de ce lieu maudit, Jack avait sévèrement sermonné l'un de ses arcaëlliens pour avoir manqué à son poste. Il s'était retenu de le faire passer par dessus bord et se contenta de le faire enfermer dans une cabine vide du bâtiment.

Alors que le Pouzan Saphira approchait des abords du Cimetière, Tyr rejoignit le Black Jack sur le pont, lorgnant de sa longue vue les horizons.

- Nous ne pourront faire passer ce navire... Il y a des épaves encore émergées, et celles submergées peuvent encore nous envoyer à la mer. Il serait préférable de prendre une ou deux chaloupes pour inspecter la zone et trouver le navire que nous cherchons.
- C’est mal me connaître, camarade ! Il se trouve que j’ai déjà navigué dans ces eaux, et j’en connais l’accès aussi sûrement que je connais les moindres recoins d’Hytraz. Je connais une voie sûre pour naviguer dans ces eaux. Si le navire impérial est là dedans, il aura sûrement emprunté celle-ci. Il n’y a aucun autre moyen d’y pénétrer. Faites moi confiance !

Et le Black Jack tint parole. Malgré la difficulté de manœuvrer dans ces eaux qui recelaient de nombreuses abîmes, le Capitaine Black les fit progresser dans cet enfer brumeux à l’atmosphère inquiétante. Il n’y eut pas un heurt et quand bien même l’équipage commençait à se poser des questions et à faire savoir leur inquiétude quant à cette prise de risque. Jack fut cependant très clair cette fois, au détriment de l’image qu’il voulait garder vis à vis de son complice lorcq.

- Le prochain qui conteste mes décisions passera par dessus bord, c’est bien clair ? Que celui qui a les couilles de s’opposer à moi le fasse maintenant ! clama-t-il en se saisissant d’un pistolet à poudre visiblement chargé.

Il y eut une rumeur, mais personne n’osa se dresser contre le lupan. Il afficha une mine furieuse et déclara alors :

- C’est bien ce que je pensais ! Allez, tas de marins des îles ensoleillées ! Du nerf ! Je veux qu’on me cargue ces voiles ! Préparez les chaloupes ! Qu’on prenne les armes et la poudre ! Tenez vous prêts à affronter l’enfer s’il le faut ! Ces eaux ne sont pas celles que vous avez l’habitude de côtoyer, bande de limaces ! Vous voulez votre paie ? Alors survivez à ce qui nous attend… Et que May’Veal nous soit clémente…

Le Vil Empereur apparu finalement, subitement même, tel un spectre surgissant de nulle part. Il était là, derrière eux, comme s’il avait toujours été là. La surprise fut totale et Jack en fut le premier apeuré.

- Par la crinière de mes ancêtres… A VOS POSTES !!!! Branle-bas de combat !!!
- CAPITAINE !!! Le navire est à l’arrêt ! Il n’y a personne sur le pont !
- Personne ? s’exclama Jack avec stupeur. Sorcellerie…
- Ou sale ruse… souffla Mary qui venait de les rejoindre.
- Tu devrais te mettre à l’abri, sorcière…
- Oh non ! Si c’est bien de la sorcellerie, comme tu le dis, vous aurez besoin de moi.

Le lupan grogna mais acquiesça du chef. Il n’avait aucune confiance en Mary, mais il savait que cette äassila avait des dons qui lui permettraient de faire face à la situation.

- Chaloupe à la mer !!! S’il n’y a personne sur ce rafiot, alors vérifions cela ! Sir Mimir, c’est l’instant de vérité ! Nous allons voir si ce navire est hanté… ou si ce n’est qu’une supercherie.

Les chaloupes furent mises à la mer, on dépêcha une équipe des plus vaillants marins pour aller sur le navire fantomatique. Comme convenu, Mary Fortune était de la partie, ainsi que Jack, qui ne voulait pas passer pour un couard – il avait son honneur à défendre -. Le second du Capitaine Black prit le commandement en son absence.

Tout était terriblement silencieux, seul le clapotis de l’eau contre les épaves, les navires, et les petites embarcations ainsi que le bruit des rames plongeant dans l’eau rompaient cette ambiance mortelle. Les pirates étaient armés jusqu’aux dents, Jack lui même tenait son sabre et son pistolet en main, bien décidé à ne pas se laisser faire si tout à coup, un équipage faisait son apparition sur le pont du Vil Empereur.

On finit par arriver au bord à bord du navire et l’on grimpa un à un. L’équipe était inquiète, le brouillard s’était épaissi. Difficile dans ces conditions de distinguer avec certitude les contours du navire. De près, en tout cas, il semblait parfaitement intact. Jack huma l’air, toujours les armes à la main. Son poil se hérissait sans qu’il ne comprenne pourquoi. Le danger était bien présent, mais probablement invisible.

- Formez des groupes, ne restez jamais seul ! Première équipe, allez vérifier les cales du navire. Deuxième équipe, à la batterie, si ces petits fumiers préparent les canons, je veux qu’on les arrête. Pas de quartier ! Troisième équipe, restez sur le pont. Je superviserai la première équipe.
- Parfait ! Sir Mimir, nous devrions inspecter la cabine du capitaine. Nous pourrions peut-être apprendre certaines choses. Allons-y, déclara Mary.

Descriptions:
 
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : 1 RP à la fois
Expérience : 46

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Discrétion, vitesse
Groupes: Neutre
Race: Lupan
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3
Revenir en haut Aller en bas
Sam 23 Juin - 15:13
Nous sommes monté à bord sans coup férir, portant le navire semble quasiment prêt au départ. Le capitaine jack disperse ses hommes pour fouiller le navire et probablement trouver le trésor qui y est oublier depuis des siècles. Pour l'heure, Aviendha et la sorcière Maryfont partit de mon groupe. J'ai ma hache à la main, paré à frapper quand nous ouvrons la cabine du capitaine. 
Les gonds grincent alors que la porte de bois laqué à peine dégradé par l'air de la mer, s'ouvre lentement, nous dévoilant la pièce. Premièrement, un squelette occupe la place du fauteuil du capitaine, d'après l'uniforme parfaitement entretenu malgré son porteur et les galons, c'est bien le capitaine de ce vaisseau. Ensuite je remarque le reste de la pièce, le luxe typique de l'empire qu'affectionnaient les officiers. Meubles de bois laqué, tapisseries de soie, couverts d'argent et vaisselle de porcelaine bien rangé. Un bureau avec une carte de notre monde, des plumes, de l'encre, des instruments de bronze de qualité pour la navigation. 
Ce que je vois de plus utile, c'est le livre dans la main squelettique du capitaine trépassé, ainsi qu'un sabre dans l'autre main, encore parfaitement aiguisé d'apparence. Je m'approche d'un côté du bureau alors que ma nouvelle amie Aviendha fait de même de l'autre côté, une lance courte prête à frapper. Je prends le livre, le squelette ne bouge pas... Je suis soulagé, parfois les spectres habite encore leurs ossements, je l'avais constaté une poignée de fois.
Je me tourne vers Mary et ouvre le journal. Je commence à en lire quelques passages.

"Les généraux de Juier ont été capturés, nous avons pris la fuite alors que la deuxième flotte était anéantis par ces sales rebelles. Nous mettons le cap Zai'Han.

Le seigneur de Zai'Han nous a refoulé en mer. Ce lâche nous a abandonné à la flotte rebelle, j'ai pu les distancer, mais combien de temps pourrais je les fuir?

Nous ne sommes bienvenue nul part, les officiers, les seigneurs, tous refusent d'accueillir des représentants de l'armée impériale. L'empire tombe, mais je refuse d'abandonner... Mais mes hommes, ils fomentent une mutinerie, j'en suis persuadé, ces couards de roturier veulent l'or sans défense dans mes cales.

Ces insectes ont tenté de se mutiner ! Je les ai passées au fil de mon épée, avec mes lieutenants, nous avons jeté ces chiens galeux dans une épave d'un cimetière d'épave et l'avons pilonner de nos canons et de nos fusils! Les flammes, on emporter les hurlements de ces infidèles.

Il est revenu... Le meneur des mutins, il me fixe de ses yeux noir dans la nuit, je l'ai vu alors que nous cherchons notre chemin dans le cimetière...

Il m'apparaît dans mon miroir, il réclame vengeance ! J'ai fait pendre un matelot qui se plaignait de son travail, il faut maintenir l'ordre!

Il se cache, dans le reflet de mon vin, des miroirs, des eaux de l'océans...

J'ai exécuté tout le monde... Leurs corps vont pourrir dans la cale. Maintenant, je dois veiller sur l'or impérial. L'empereur en aura besoin pour refaire ses armée et anéantir l'Enac! Oui, je vais le garder...


Par Gar'Haz, il est devenu totalement fou, l'empire à fait encore plus de dégâts dans sa chute que de son vivant. Bien, soit. L'or est quelques parts dans la cale, plus qu'à le trouver, récupéré le butin et tirer ce vaisseau hors du cimetière. 
Mais alors que je m'apprête à proposer de jeter les corps à la mer, j'entends la voix d'un inconnu invectivé des mutins imaginaire dans mon dos. Quand je me retourne, je vois le squelette debout, sabre à la main qui jette tout ce qui se trouve sur son bureau d'une main et enjambe celui-ci. 
Dehors, des cris et des coups de feu résonnent partout. Oh non... 
"Ils sont coincés dans leurs derniers jours ! Reculer, ne les engager pas!" Je m'exclamais.
Nénamoins, je suis sur le chemin du capitaine et je ne dois la vie qu'a ma hache et mes réflexes de soldat qui me reviennent vite alors que je pars le sabre du capitaine.
Je dois trouver un moyen de les faire quitter ce monde. Mais comment, les mutins sont mort... Le capitaine est pris dans une folie meurtrière depuis des siècles. Je réfléchis à toute vitesse alors que je pare les coups du squelette en faisant reculer mes compagnons sur le pont. Le capitaine nous y suit, les hommes de Black Jack et le lupan lui même nous rejoignent, des squelettes animés sur les talons. On ne peut pas tuer un mort... Mais, oui ca peut marcher. Mais il faudrait être convainquant ! 
"Aviendha occupe le!" Je m'exclamais.
La jeune fille n'hésite pas un instant et affronte le mort avec adresse dans une danse mortelle où elle ne peut que gagner du temps.
Je me tourne vers Black jack et Mary et leurs dis avec calme:
"Il a chercher un port d'attache, un supérieur à qui redonner l'or de l'empereur, c'était sa mission. Mary, votre magie pourrait elle faire de la tenue de Black Jack, celle d'un amiral impérial? Il n'a pas mentionné l'amiral Valoris Septimus dans ses notes, j'espère qu'il ne l'a pas repousser non plus. C'est un amiral lupan, l'un des trois seul amiraux lupan de l'empire. Si vous savez jouez de vos mots mon ami, il pourrait y croire et y voir là fin de sa mission et repartir vers Gar'Haz." Je lui explique.
Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : Paré à rp
Expérience : 249

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Neutre
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 1
Revenir en haut Aller en bas
Mar 3 Juil - 16:07
Le Capitaine Jack descendait quatre à quatre les marches menant aux cales du navire impérial. L’obscurité oppressante qui régnait dans le fond du Vil Empereur avait de quoi laisser le Black Jack inquiet. Il tenait une lampe à huile à bout de bras pour s’éclairer, son sabre dans l’autre main. Ils avancèrent progressivement avant que le lupan ne trébuche sur quelque chose qui le fit jurer. Le corbeau-perroquet qui l’accompagnait parfois, était perché sur son épaule à ce moment là et se mit à jacasser.

- Crôaaa ! Fils de pute !!! Fils de pute !!!
- Ah !! La ferme, stupide poulet ! Mais… Qu’est-ce que…

Jack tendis sa lampe vers le sol, pour éclairer ce sur quoi il avait trébuché. Avec horreur, il se rendit compte qu’il s’agissait d’un squelette de mzékils. Il recula de dégoût avant de jurer à son tour.

- Bordel !! Virez moi ce macchabée de là !
- Oui, Capitaine !

Mais alors que le Black Jack avançait pour continuer à explorer le fond du navire, il entendit l’un de ses arcaëlliens hurler. Il fit volte-face et se retrouva avec un spectacle des plus inquiétants. Le mort avait attrapé le bras du pirate et le mordait à sang. Le sang du lupan se gela dans tout son corps tandis que son poil se dressait tout le long de sa colonne vertébrale.

- AAAAH !!! Mon bras ! Mon braaaaas !

D’un bond agile et rapide, Jack vint briser d’un coup de sabre la nuque de l’hytrez qui s’effondra sur lui-même. Derrière lui, il entendit de nombreux cliquetis inquiétants ainsi que des râles à donner froid dans le dos. Jack devinait aisément ce qui se déroulait dans les entrailles du Vil Empereur et cela ne lui plaisait guère.

- Remontez !!! Remontez tous ! Sortez de là ! Retraite !
- Il y en a au-dessus aussi ! s’écria l’un des pirates.
- Forcez le passage !!! Feu à volonté ! Pas de quartier !

Jack para de peu une lame qui fondait sur lui pour lui trancher le cou. Un autre mort-vivant se tenait près de lui, la gueule grande ouverte, ses orbites creux le fixant.

- Croaaaa ! Croaaaa ! C’est la mort ! C’est la moooort !!! hurla le corbeau avant de s’enfuir à tir d’ailes.

Les coups de feu fusèrent, l’acier cogna contre les os, alors que le Black Jack dansait avec la mort… ou plutôt avec LE mort. Il échangea avec lui des coups sans pouvoir prendre l’ascendant sur lui. Il reculait au fur et à mesure, tentant de monter l’escalier tout en lui tenant tête. Le squelette animé ne lui laissait aucun répit, et pour cause, celui-ci ne pouvait ressentir ni fatigue, ni peur. Seul la vivacité d’esprit de Jack le tenait suffisamment en respect, ainsi que son agilité au sabre.

- Par tous les enfers ! Ces démons sont coriaces ! pesta Jack.
- Il en arrive de partout ! cria l’un des pirates.
- Que tout le monde gagne le pont !!! Battez-vous pour vos vies !!! hurla le capitaine.

D’un coup de pied bien calculé, le Black Jack projeta son opposant au bas des escaliers et en grimpa les dernières marches. En haut, c’était le chaos, ses hommes étaient aux prises avec des hytrez et les coups de feu ne tardèrent pas à retentir. On força le passage, démontant quelques morts-vivants au passage. Des crânes furent fracassés, des tibias brisés, mais la chair aussi fut lacérée, et le sang coula.

Bien vite, le Capitaine Black gagna le pont avec ses hommes, non sans avoir lutté. Tyr Mimir, son étrange acolyte ainsi que Mary étaient là, faisant face au cadavre animé de l’ancien capitaine du Vil Empereur.

- Il a cherché un port d'attache, un supérieur à qui redonner l'or de l'empereur, c'était sa mission. Mary, votre magie pourrait-elle faire de la tenue de Black Jack, celle d'un amiral impérial ? Il n'a pas mentionné l'amiral Valoris Septimus dans ses notes, j'espère qu'il ne l'a pas repoussé non plus. C'est un amiral lupan, l'un des trois seul amiraux lupan de l'empire. Si vous savez jouer de vos mots mon ami, il pourrait y croire et y voir la fin de sa mission et repartir vers Gar'Haz, expliqua le lorcq au lupan qui sembla dubitatif.
- A quoi bon ? Laissez moi lui loger une balle dans le crâne ! Même ces choses ne se relèvent pas après ça ! rétorqua Jack.
- Le navire continuera d’être hanté, Jack ! Si ce ne sont pas les hytrez, se seront les spectres ! Quand bien même nous en finirions avec le capitaine, il resterait toujours le spectre de son second qui l’a trahi et tenté une mutinerie.
- Bah… Autant dire que ce navire est foutu !
- Pas si tu te montre convaincant, mon ami !
- Quoi ? Mary… Tu valides vraiment ce plan ? Vous êtes tous tombés sur la tête, ma parole !

Jack dégaina un pistolet et troua en parti le crâne d’un squelette dont il restait encore assez de matière pour tenir debout. Le Black Jack fendit l’air de son sabre et acheva la créature avant de se tourner vers Mary.

- Bon d’accord ! Mais comment fait-on ? Tu n’as pas de pouvoir pour modifier des habits, que je sache.
- Non ! Mais il n’y verra que du feu si tu joues la comédie. Je peux éventuellement manipuler le brouillard pour masquer un peu ton aspect. Ça devrait passer, de toutes manières, dans l’état où il est, il ne fera pas grande différence.
- Espérons que mes années de théâtre me servent en ce cas…
- Sérieusement ? Du théâtre ?
- Abrège, sorcière !! Ce n’est pas le moment de tergiverser ! Uses de ta magie !

Ainsi, Mary s’exécuta et fit s’épaissir la brume dans les environs. Alors qu’Aviendha s’écartait du Capitaine du Vil Empereur, Jack s’approchait et s’exclama alors d’une voix puissante et intelligible.

- Cessez le combat !!! Cessez le combat !!! C’est un ordre, Capitaine ! Par la grâce du Divin Empereur Morloc, notre souverain et maître. Moi, Valoris Septimus, Amiral au service de notre divin empereur, je vous ordonne de cesser le combat.

Soudain, les combats cessèrent alors que le Capitaine du Vil Empereur hurlait à ses défunts hommes de cesser les hostilités. Il n’en revenait visiblement pas. Sa voix d’outre-tombe prononça cependant quelques mots :

- Amiral Septimus ? C’est bien vous ?
- Oui, Capitaine ! C’est bien moi ! Nous vous avons enfin trouvé après tant de temps à vous chercher ! L’Empire a besoin de vous !
- Vrai… Vraiment ?
- Oui ! Il nous faut mater les rebelles, mais votre mission fut longue et périlleuse, Capitaine. A présent, nous allons nous charger du trésor que vous avez amassé. Vous allez pouvoir enfin pouvoir profiter d’un peu de repos, vous et vos hommes. Nous allons vous faire quitter ce cimetière maudit.
- Le… Le cimetière… oui… oui… les mutins… le cimetière… Enfin libres… Enfin libres…

Le cadavre du Capitaine du Vil Empereur s'effondra, ainsi que ceux qui l'accompagnaient. Jack avait signé la plus belle performance de toute sa vie. Il bomba le torse et réajusta sa veste avec une fierté non dissimulée.

- Impressionnant, Jack ! déclara Mary.
- Je ne suis pas peu fier, je dois l'admettre.
- Sir Mimir, vous avez eu une brillante idée ! Maintenant, nous allons peut-être pouvoir fouiller le navire.
- A l'assaut du trésor, mes gaillards ! Déclara le Black Jack avec enthousiasme.
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : 1 RP à la fois
Expérience : 46

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Discrétion, vitesse
Groupes: Neutre
Race: Lupan
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 5 Juil - 9:36
Alors que les os des anciens marins se tombaient enfin, Aviendha reculait jusqu'à moi, haletante d'un telle combat. Je posais une main sur son épaule, elle tournait son visage vers moi et je lui souris légèrement en tapotant son épaule.
"Un beau combat. Je te remercie grandement." Je lui disais.
Alors que les hommes du pirates partaient à la recherche des réserves d'or du navire. Je me dirigeais jusqu'au Lupan, me tenais devant lui et lui demandais avec grand sérieux.
"Je voudrais que les dépouilles des marins du "Vil empereur" soit traiter avec respect par vos hommes. je compte les mettre en terre avec le respect du à leur âmes.Ainsi ils seront enfin en paix complètement." Je lui demandais.
Sur ces mots je me dirigeais vers une des caisses du pont et m'y assis? Plantais ma hache dans le pont pour qu'elle soit à porté de main, et observait le navire... Un bien beau bâtiment... Qui manquait de canon cela dit. Aviendha me rejoignis un instant plus tard. 
"Tu à un grand respect pour tes adversaires." Disait elle simplement.

"Je respecte les adversaire qui furent honorable. Le capitaine et ses hommes ont lutté jusque dans la mort pour accomplir leur mission, cela mérite le plus grand respect pour leur dépouille à présent." Je lui répondis.
"Mais qu'est-ce qu'ont va faire de ce navire?" 
"Je pensais à le vendre, parait il le Domaine à besoin de navire... Mais... Et si nous le gardions après tout." Je proposais.
"A deux? Ont ne pourra pas le faire voguer correctement." Disait elle amusé.
"Je t'ai dis que je voulais me venger de mon père. Avec ce navire, il serait plus accessible, nous aurions un foyer ambulant..."
"Cela ne règle pas le manque d'équipage." Faisait elle remarqué. "Tu connais des gens près à voguer avec toi et moi?"
J'eus un sourire franc... Oui, je connaissais peut être du monde près à naviguer avec nous... Et du monde qui se trouvait bien au nord de kail. 
"J'ai peut être une piste." Je lui répondais en souriant. 
Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : Paré à rp
Expérience : 249

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Neutre
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 1


L'équipage du capitaine Tyr Mimir et du "Dragon Noir":
 


Le Dragon Noir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mer 11 Juil - 12:13
Jack resta un moment silencieux avant de se mettre à beugler des ordres.

- Vous avez entendu ??? Je veux que chaque os de chaque mort soit ramassé et déposé dans les cales de ce bâtiment avec le plus grand soin ! Il ne s'agirait pas de créer une nouvelle malédiction !! Allez du nerf !! Pö'da !

Une lorcq aux traits juvéniles, de long cheveux roux et des yeux d'un rouge orangé se présenta au capitaine. Elle était habillé chichement et portait sur son visage, des tâches de graisse et de poudre.

- Capitaine ???
- Rassemble une équipe ! Je veux voir ce que contient ce vaisseau ! S'il y a de l'or, je veux qu'on en rassemble la moitié et qu'on le fasse monter à bord du Fortune !
- Le Fortune, Capitaine ??
- Vous ne croyez tout de même pas que j'allais continuer à appeler MON navire, le Pouzan Saphir ?

- Non, Cap' ! A vos ordres Cap' ! Allez bande de chiffes molles ! J'veux des volontaires pour accompagner le Cap' dans les entrailles de ce rafiot et trouver de l'or !!!

Ainsi ce fut fait. L'équipe fut rapidement rassemblée et l'on fouilla tout le navire, de fond en comble. On y trouva alors un trésor bien moins impressionnant que l'on ne s'y attendait. La plupart du butin du Vil Empereur fut en rations et en rhum, qui fut consommé par l'ancien équipage, il y a de cela bien longtemps. On y trouva tout de même de quoi contenter le Black Jack en or et en parures. Le lupan, une fois satisfait, regagna le pont avec le sieur Tyr Mimir et engagea alors une sérieuse conversation.

- Mon cher Tyr, c'est une grande victoire que nous avons remporté, aujourd'hui ! Je sais que vous n'avez pas les hommes nécessaires pour manœuvrer ce bâtiment, aussi vous proposerai-je de vous tracter, avec le Vil Empereur, jusqu'à un port d'attache, où vous pourrez louer les services de marins comme nous autres. Je suis de bonne grâce, et Mary est de bien meilleure humeur depuis notre rencontre ! Je consentirai à faire ce petit effort pour vous, puisque vous n'avez point d'équipage.
- Je vous remercie, Capitaine Jack. A ce propos, puisque vous me le proposez si gentiment, j'aurai peut-être une idée du port où vous pourriez me déposer.
- Je vous écoute, camarade !
- Vous serait-il possible de nous conduire jusqu'au nord de Kaïl ?
- Et bien... Le Nord de Kaïl... Vous m'en demandez beaucoup, Sir Mimir. Mais comme cette histoire s'est passé sans accroc, avec un résultat au delà de mes espérances, je veux bien consentir à cette faveur. Je ne vous demanderai qu'une chose en retour... Une tournée générale quand nous serons arrivés à bon port ! Mes hommes vous en seraient reconnaissants, et cela calmera probablement leurs réticences. Qu'en dites-vous ?

Pö'Da:
 
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : 1 RP à la fois
Expérience : 46

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Discrétion, vitesse
Groupes: Neutre
Race: Lupan
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3
Revenir en haut Aller en bas
Sam 14 Juil - 12:24
Je souris à l'annonce du prix pour le voyage vers le nord de Kail. Une tournée général hein?
"Avec l'or que nous avons, je peut bien vous en offrir deux pour vous remercier." Je répondis avec humour.
A partir de ce moment, je me retirais dans les quartiers de l'ancien capitaine du navire, Aviendha me rejoignit quelques instants plus tard et s'assis sur l'une des chaises devant le bureau. 
"Le vil empereur... ça va pas être très bien vu comme nom de navire." Fit elle remarqué.
"C'est un fait indéniable ma chère... Nous le renommerons peut après notre arrivé. Je n'ai pas vraiment d'idée pour cela." Je lui répondis poliment.
"Pour ton équipage, il nous faudra des marins digne de ce nom, et de confiance... les hommes du lupan sont peu recommandable. Même si ils ne sont pas les pires." Ajoutait elle.
"Tu te joint donc à moi, Aviendha?"
"Je n'ai guère d'autre choses à faire, capitaine." Réplique t'elle avec un sourire discret.
Je sors une des bouteilles de vin du capitaine et sert deux coupe. Nous trinquons à notre future équipage.
Le vil empereur se dirige donc vers les mers d'Arcaëlle, une nouvelle page s'ouvre de son histoire, et de la mienne. J’ignore encore jusqu'où me mènera ce choix, mais il ne peut que me rapprocher de mes desseins. je suis patient, j'amasserais les ressources nécessaires à ma vengeance.
Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : Paré à rp
Expérience : 249

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Neutre
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 1


L'équipage du capitaine Tyr Mimir et du "Dragon Noir":
 


Le Dragon Noir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Mers et océans :: Cimetière d'épaves-