Une piste vers le passé - Partie 2

 :: Le monde :: Mers et océans :: Cimetière d'épaves Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 5 Juin - 15:11


Le Pouzan Saphir avait traversé le courant de la péninsule sud. Comme escompté, cela avait fait gagner un temps considérable aux navigateurs qui s'en félicitèrent. Le voyage se déroula sans le moindre incident, Jack se montrant particulièrement agréable comme Capitaine de bord. Il ne distribua pas même une seule punition à son équipage qui se montra également exemplaire en la matière et Jack s'en félicitait. Il avait craint que ses subordonnés soient de parfaites canailles sans scrupules qui profitent de la situation pour se mutiner ou même se montrer discourtois envers son associé Tyr Mimir. Il se demandait même si Mary n'y était pas pour quelque chose. Peut-être les avait-elle intimidé ? Il n'en savait rien.

Ils firent halte à l'une des villes portuaires se situant dans les îles péninsulaires de Kaïl, évitant ainsi les ennuis au maximum. Il fallait cependant qu'il fasse le plein complet de vivres, assez pour que le navire puisse s'en séparer de la moitié plus tard. A cette occasion, alors qu'on chargeait le Pouzan Saphir, un accident eut lieu : une des caisses de provisions tomba sur la jambe d'un des matelots et celui-ci se vit privé de sa mobilité. Jack fit venir un guérisseur sur le navire afin que les soins soient apportés au blessé. On fit lever l'ancre quelques heures plus tard, une fois que le médecin eut donné les dernières consignes. Le Black Jack assura au matelot qu'il continuerait à percevoir sa part malgré son handicap et qu'il lui trouverait bien un rôle à jouer à bord.

Il n'y avait pas grand chose à faire durant la traversée, aussi Jack permettait à son équipage de s'occuper avec des jeux à condition qu'ils ne misent rien. Il tenait à ce qu'aucun jeu d'argent ne porte atteinte à la bonne entente des matelots. Mary, elle, apparaissait peu, mais chaque soir, on l'entendait chanter, ce qui mettait plus ou moins le capitaine à cran. Un soir elle décida cependant de changer d'habitude et profita de l'occasion pour rendre visite à Tyr Mimir et sa compagne d'infortune.

- Je me permets de vous déranger, Monsieur Mimir, vous et votre compagne d'aventure. La solitude commence à me peser quelque peu et j'étais curieuse de vous rencontrer à nouveau et de deviser avec vous de choses et autres.

L'aässila portait toujours sa capuche sur la tête, masquant en grand partie son visage dans la pénombre. Sa voix quant à elle, était douce et mielleuse, attirante même pour celui qui se laisserait tenter. Toute la gestuelle de cette femme était délicate et les cheveux qui dépassaient de son capuchon étaient coiffés en une tresse d'or soyeuse qui ne pouvait qu'attirer l’œil. Il y avait cependant une odeur étrange qui flottait à son passage, une odeur de marée...  

- J'aimerai en savoir un peu plus sur nos compagnons de voyage et leurs objectifs... Vous êtes quelqu'un d'absolument mystérieux et à la fois fascinant, Sire Mimir. Ce navire de l'époque impériale vous fascine au point que vous preniez des risques pour arriver le premier à lui... Il n'y a pas beaucoup d'arcaëllien qui se donnerait cette peine.
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : 1 RP à la fois
Expérience : 70

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Discrétion, vitesse
Groupes: Neutre
Race: Lupan
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 7 Juin - 19:36
Les jours de voyage se déroulèrent sans encombre, ce qui n'était pas pour me déplaire, cela me laissais le temps d'étudier mes notes et d'écrire sur notre voyage où ce que je pouvais voir. Les jours à bord furent aussi l'occasion de mieux connaître la jeune fille qui avait fait serment de payer la dette de vie qu'elle me devait selon elle. Aviendha venait du désert de Samdal'Han. Elle avait quitté le désert après que son père est été tué par l'homme que j'avais permis de neutraliser à Juier. Elle le traquait depuis des mois pour enfin venger son père qui avait tenté de le neutraliser lui-même. Elle me cachait une partie de son histoire, et c'était un comportement prudent et sage, peut être deviendront nous ami pour nous en dire plus. Par respect, je lui révélais le but de ma quête, moi aussi je cherchais venegance contre mon père pour ma part, je lui révélais qu'il avait tué une personne que j'aimais plus que tout il y a presque cent ans, depuis je lui vouais une haine sans limite ni frontière. 
Un jour que nous étions sur le pont pour aider à replier les voiles, nous avons débattu d'un sujet important alors que le soleil se couchait dans les flots de lapis-lazuli.

"L'homme que nous avons donné aux gardes à Juier, il est sûrement en prison et non mort... Une fois ta dette payée, ira tu l'achever ?" Je lui demandais en me tenant au mat alors que je remontais les voiles.


"Non, ce ne sera pas utile... J'ai séjourné quelques mois au Domaine, ils sont parfois hautain avec les autres habitants de Kail qu'ils jugent barbare, mais... La justice y est juste, et nul ne peut s'en protéger. Il est déjà sûrement dans une fosse commune à l'heure qu'il est." Répondit Aviendha de sa voix calme.

"Une justice impartiale est une base essentielle à une nation. Nous verrons dans cent ans comment les héritiers de cette nation auront évolué." Je répliquais, néanmoins, il est vrai que j'étais très curieux à ce sujet... Aucune nation n'avait émergé depuis des siècles !

Plus tard nous avons mangé ensemble dans notre cabine, et pour passer le temps, je lui ai appris le gwent. Un jeu de cartes de stratégie très populaire. J'avais eu l'excentricité dans gardé un ou deux deck dans mon barda. 
Ce n'est que plus tard dans la nuit que nous avons eu la même remarque, la dame du capitaine ne chantait pas ce soir comme à son habitude. C'était étrange. Mais le mystère ne dura guère longtemps quand on vint toquer à notre cabine. La fameuse dame était là, je l'invitais à entrer et Aviendha se couchait alors dans sa couchette pour laisser la place à la petite table à la femme blonde. Je n'étais pas dupe, ma compagnon était autant à l'affût que si la femme encapuchonnée était une assassin. 
J'écoutais la tirade de notre invitée surprise et m'asseyant en lui servant de l'eau, je me permit de répondre avec cordialité. 
"Je suis un chercheur de connaissance, malgré mes expérience de soldat. Ce navire pourrait contenir plus qu'un trésor fait d'or et de pierres précieuses. Et j'aimerais faire l'acquisition d'un navire robuste, si la rumeur est vraie, celui-là est intacte, ce qui m'éviterais de devoir en voler ou faire construire un." Je croisais les mains l'une dans l'autre avant d'ajouter en buvant un peu d'eau. "Néanmoins, il est plutôt impoli de venir à visage dissimulé pour deviser entre honnêtes personnes."
Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : Paré à rp
Expérience : 158

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Neutre
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 1
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 14 Juin - 16:57
Mary Fortune s’installa sans aucune hésitation à table quand on l’y invita. Elle n’avait jamais commis cet affront à qui que se soit. L’äassilla écouta avec sagesse son hôte. La réponse lui sembla à moitié satisfaisante. Ses yeux d’or, brillaient au travers de l’obscurité de sa capuche et fixait Tyr avec insistance. Celui-ci fit alors la remarque qu’il était bien discourtois de sa part de se présenter ainsi encapuchonnée. Elle se mit à rire doucement, nerveusement… Il y avait dans cet éclat de voix, comme la marque de quelque chose qui se brise. On pouvait sentir toute l’amertume des années qu’avait vécu Mary.

- Cher Monsieur Mimir, si je viens à visage couvert, c’est pour vous épargner la vue de mon visage, enlaidi par le mal qui me ronge. Je ne voudrais pas vous incommoder avec cela, même si je comprend que vous n’appréciez guère la chose.

Le regard dubitatif de Tyr lui laissa penser que son argument était difficile à avaler. Pourtant, c’était la stricte vérité, Mary avait belle et bien le visage transformé par un mal pire que tout ceux qu’elle avait pu connaître jusque là. Voyant qu’il ne lâchait pas l’affaire, elle soupira et admit alors :

- Soit… Puisque vous insistez…


L’äassila tira sa capuche en arrière pour dévoiler son visage. Il était affreusement pâle, les veines apparentes et bleues, le sillonnaient. Si ses traits étaient somptueux et attirants, son aspect, lui, était effrayant. On aurait dit une morte… Pourtant elle était belle et bien debout en train de leur parler. Des marques sur son cou faisaient penser à des branchies, comme si l’äassila n’arrivait plus totalement à contenir sa véritable apparence. Elle était à la fois fascinante et terrifiante, belle et affreuse.

- J’espère que je ne vous incommode pas trop… Je n’ai hélas pas assez de maquillage pour cacher tout cela. Vous comprendrez que je ne souhaite pas tellement me montrer à visage découvert à présent…

Elle afficha un sourire las, emprunt d’une grande fatigue. Seuls ses yeux semblaient encore pleins de vie. Malgré tout, eux aussi avaient souffert de son mal. Leur éclat était légèrement ternis contrairement à ce qu’ils furent. On pouvait aisément deviner que l’äassila fut d’une beauté époustouflante autrefois. Elle ne semblait plus que l’ombre d’elle même, un reflet terni par la noirceur de son âme maudite.

- J’ai bien des années derrière moi… peut-être pourrais-je vous être d’une quelconque utilité dans votre quête de savoir. Ce navire pourrait peut-être receler un secret que je pourrais vous dévoiler par mes connaissances… Ce gros balourd de Jack ne s’intéresse pas vraiment à ce genre de chose. Moi, en revanche, c’est une autre histoire… Je ne compte pas rester avec vous après cela, mais je peux vous fournir une quelconque aide… n’hésitez pas, même si je devine à la nature de vos yeux, que vous avez également beaucoup vécu, vous aussi.
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : 1 RP à la fois
Expérience : 70

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Discrétion, vitesse
Groupes: Neutre
Race: Lupan
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3
Revenir en haut Aller en bas
Ven 15 Juin - 18:24
Voilà une bien cruelle malédiction qui avait transformer la femme qui se dévisageait devant moi. J'entendis les doigts d'Aviendha se crisper, sûrement sur sa dague. Les peuples du désert sont d'une extrême superstition hélas. 
Je pris un nouveau verre d'eau, comme si de rien n'était en écoutant mon invité et je lui répondis calmement.
 
"Je ne me permettrais pas de vous manquer de respect sur votre apparence, et je n'ai pas pour habitude de juger en me basant sur celle ci." Je posais mon verre et croisais les doigts, faisant comprendre que ce sujet était inutile à développer. "Je serais très curieux d'entendre ce que vous avez à me dire sur ce fameux navire...
Un marin l'a qualifié de maudit, et même si je n'attribut pas aux dieux ni au fluide tout les phénomènes étranges de notre monde... Il est vrai qu'un navire intact dans cette zone des océans est bien inhabituel.
" Je commentais en invitant ainsi la dame à en dire plus. 

Cela dit, je savais bien que les informations devront être prises avec prudence, je n'aurais aucune autre source pour les confirmer, ce qui est dangereux. Mais qu'est-ce qui ne l'était pas de nos jours ? Plus vite, j'aurais ce navire, plus vite, je pilonnerai la demeure familiale de ses canons... Et plus vite, je pourrais me perdre dans la nature et y attendre la fin de mon existence et retrouver mon aimée de l'autre côté. 
Même si je ne connaissais pas aviendha depuis très longtemps, l'avoir dans mon dos serait un réconfort ainsi perdu en mer et entouré de pirate, même si le lupan semble honnête et très courtois aux premiers abords, il faut rester prudent avec ces individus.
Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : Paré à rp
Expérience : 158

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Neutre
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 1
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Mers et océans :: Cimetière d'épaves-