Si on brisait le 4e mur ?

 :: Le monde :: Kaïl :: Nord :: Alzbey (Capitale) :: Bas-quartiers Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 15 Aoû - 15:45
J'avais comme une sensation de froid. Étrange, je n'avais pourtant pas le souvenir de m'être endormie la fenêtre ouverte. Malgré cela, j'étais frigorifiée. Je dormais pourtant si bien, je ne voulais pas me réveiller juste à cause de ce petit désagrément. Le sommeil m'était si paisible en cet instant, si réparateur. Pourquoi aurai-je voulu le quitter ?

Un doute pourtant commença à s'installer en moi : étais-je réellement en train de dormir ? J'essayai de me remémorer la veille au soir... Rien. Étrange, je n'arrivais pas à me rappeler de comment je m'étais endormi, ni où, ni quand... C'est alors que mon esprit s'agita et je finis par me réveiller.

Du blanc... Du blanc à perte de vue. La neige recouvrait absolument tout autour de moi. Je voyais se dresser autour de moi les dents célestes de monts enneigés. Le vent soufflait dans la vallée une étrange mélodie. Étais-je en train de rêver ? Rien ne m'indiquait que c'était le cas. Tout semblait si réel que je ne me doutais pas un instant que ce put être un mirage. Que faisais-je ici ? En plein milieu des montagnes ? De quelles montagnes s'agissait-il d'ailleurs ? Je n'avais jamais vu de tels paysages, ce n'était pas un endroit que j'avais déjà visité.

Je tournais finalement mon regard autour de moi, cherchant mes affaires. Rien... pas un sac de voyage, pas une tente... A croire que j'avais dormi là, au beau milieu d'un désert de glace et de neige. Pourquoi n'étais-je pas morte en ce cas. Je tournais à nouveau la tête pour tomber nez à nez avec Gar'Haz.

- OUAAAAAAH !!!
- Bouh... déclara-t-il d'un ton neutre.
- Bordel... Qu... Qu'est-ce que je fais là ? C'est encore un de tes tours ?
- Actuellement ? Oui... En réalité, tu ne te trouves pas vraiment ici. Ce n'est qu'une projection d'un lieu qui sera sur le chemin de ta destinée... L'Elban'Han...
- L'Elban'Han ?
- Oui ! L'Elban'Han ! C'est ici que ton futur précepteur a passé quelques semaines... peut-être même des mois... Vous les humains et votre notion du temps... Je ne sais plus trop avec vos termes qui n'ont aucun sens à mes yeux...
- Mon précepteur ? Encore cette histoire ? Je te l'ai dit... Ça ne m'intéresse pas.
- Tu n'as plus le choix, désormais, ma chère fille. Tu es actuellement en route pour le rejoindre !

Je me pinçais l'arrête du nez, posant mon autre poing contre ma hanche. Je commençais à perdre patiente avec lui.

- Comment ça ?
- Tu ne te rappelles donc pas où tu te trouves, actuellement ? Enfin je veux parler de ton corps physique...
- Non... pas vraiment... Tu ne m'aides pas trop là !
- Je vais te rafraîchir la mémoire : Le Prince de Hytraz, l'orage... le Jolpan !
- Le Jolpan ? Que... Putain de merde... C'était toi ?
- Non... En fait il s'agirait plutôt de May'Veal... ma « soeur »... Elle me devait un service !
- Super... Donc en plus de t'avoir sur le dos, maintenant j'ai aussi le droit à la déesse des Abysses ?
- Non... Pas vraiment ! Elle m'a juste rendu ce petit service, maintenant elle n'a plus grand chose à voir avec toi... Quoique ton futur précepteur est l'un de ses fils...
- Quoi ? Non... aller ! C'est bon ! J'en ai ma claque ! Si t'en as vraiment assez de moi, envoie moi dans le Royaume des Morts ! J'en ai marre de tes salades et de vos p'tits stratagèmes, à vous, les dieux !
- Je te l'ai déjà dit... Tu n'as pas le choix ! Je te l'ai déjà laissé auparavant. Et tu n'en as rien fait de bon !!

Je dégainais alors mon sabre, qui venait d'ailleurs de nulle part, comme si ma volonté l'avait fait apparaître. Il cogna contre la lame que tenait mon père, une lame qui s'était également matérialisé comme par magie. Nous échangeâmes plusieurs coups, violents, rapides, puissants. Gar'Haz esquissa un sourire tout en brandissant son sabre aussi noir que la nuit en ma direction. On aurait dit une lame faite d'obsidienne.

- Je reconnais bien là ma fille. Un désir de mort, de violence, de sang ! Laisses déchaîner ta colère !
- Raaaaaaaaaaaaaah !!!! Ferme-la !!! Ferme-la ! Ferme-la ! Ferme-la ! Ferme-la !

C'est avec un malin plaisir que le Dieu de la Mort continua de me balader au fil de nos épées. J'avais l'impression qu'il dansait, que son épée était telle que les ailes d'un corbeau qui virevoltait dans les airs. Il avait tant d'aisance, et moi tant de colère et de rage. Je perdais de plus en plus le contrôle. Gar'Haz, lui, se réjouissait.

Je m'arrêtai soudainement, essoufflée. Je ne savais même pas que nous pouvions ressentir la fatigue en tant qu'esprit. Je baissai ma lame, mes genoux me tenant à peine debout, fléchis. Je ne comprenais pas...

- Tu es fatiguée, ma fille... Tu te bats en vain contre ta propre nature, au lieu de l'épouser. Tu n'es pas prête à rencontrer ton précepteur... Hum…  … … J'ai une dernière épreuve pour toi avant votre rencontre.
- Hors de question ! Je ne tuerai personne !
- Il ne s'agit pas de tuer qui que se soit. Non ! J'ai besoin que tu t'occupes d'un mortel... perdu dans ce monde qui est le sien mais qu'il n'a jamais connu.
- Quoi ? Ça n'a aucun sens, ce que tu dis.
- Détrompe-toi ! Tout ceci est parfaitement censé ! Mais tu sauras t'en convaincre en temps et en heure... Hum... Elle est vraiment très étrange cette expression de mortel...
- Sérieusement ? m'indignai-je d'un air complètement blasé.  

Il n'eut pour toute réponse qu'un regard profond à mon égard. Il claqua des doigts et tout disparu autour de moi.

~~~

Lorsque je me réveillai à nouveau, je me retrouvais toute poisseuse d'eau, la peau irritée par le sel de l'océan qui m'avait rejeté sur le sable chaud de la plage. Mon crâne me faisait horriblement mal également, comme si j'avais passé les dix derniers jours dans le roulis des vagues, brassée à répétition. Je puais la vase et la marée. Je crachais une quantité impressionnante de sable et d'eau avant de me lever péniblement.  

- Non mais merde... Bordel... Où est-ce que j'ai encore atterri ?

Je me tournais un peu partout, cherchant du regard ce qui pourrait me renseigner sur le lieu où je me trouvais, lorsqu'il s'arrêta soudainement sur les contours d'une impressionnante muraille cerclant une ville immense. Même de loin, je pouvais reconnaître sans trop de mal la tour principal qui s'élevait de la majestueuse Alzbey : le Palais Impérial, ou tout du moins il le fut avant d'être celui du siège Damert'Ban.

- Non mais sérieusement ??? Alzbey ??? T'avais pas plus grand ? Et je le retrouve comment mon gus, moi ? Cette citée doit bien faire dans les trois à quatre milles hectares ! Comment je vais faire, moi ?

Et comme pour répondre à mes plaintes, le ciel se noircit subitement, accompagné d'un vent violent et la pluie commença à tomber drue.

- Ah... Merci... Vraiment !! J'avais tellement besoin de ÇA !

C'est d'une démarche bougonne que je me mis à traverser les kilomètres qui me séparaient de la citée d'Alzbey pour rejoindre la taverne la plus proche, en espérant y trouver de quoi manger et boire, car j'avais le ventre vide et la bouche complètement sèche, sans parler de ma dégaine et de mon odeur de poisson pas frais. Avec un peu de chance, la pluie s'en chargerait en partie, mais au vu de imprégnation des tissus, mes vêtements de royaliste étaient bon à jeter et brûler.

Je poussais la porte du premier établissement venu, dégoulinante et puante, le regard noir et la mine déconfite, pestant contre mon sort. Les gens se tournaient vers moi et me regardaient avec étrangeté. Certains même étaient en train de se gausser de mon allure tout à fait atypique.

- Qu'est-ce que vous avez à me regarder comme ça ? Arrêtez d'vous marrer, bande d'abrutis ! J'aimerai bien vous y voir, vous, après un passage dans l'océan, à vous faire balader par un tentacule de Jolpan !

Et ils se mirent à rire de plus belle.

- J'ai jamais rien entendu d'aussi absurde !!! Ahahahah ! Se faire balader par un tentacule de Jolpan ? Hé ! Faut arrêter de picoler, ma belle !
- Vas-te faire foutre ! J'm'en cogne de ce que vous pensez ! Pfff... Crétins...
- Elle tourne pas rond cette royaliste, moi j'te l'dis... souffla l'un d'eux.

Je bougonnais et m'assis au comptoir où l'aubergiste me dévisagea, à la fois agacé et amusé.

- Alors Miss « Je me fais balader par un Jolpan », ça sera quoi pour toi ? Un linge pour te sécher ?

L'assistance éclata de rire et même l'aubergiste esquissa un sourire moqueur. Je posais les poings sur le comptoir, passablement agacée et déclara.

- Ça, entre autre, et de quoi me saouler la tronche... histoire que je fasse pas attention à vos tronches de babouins !!! rajoutai-je.

Ils se mirent à nouveau à rire.

- Oh, mais bien sûr, ma P'tite Sirène !

Nouvel éclat de rire.

- Ah ah... Très drôle... Morte de rire... Je suis pliée en deux... Vous voyez mon sourire hilare sur mon visage ?
- Et t'as de quoi payer ?
- De quoi payer ? Heu... Bien sûr ! Attendais ! Je dois avoir ça dans... mon sac... Mon saaaac !!!
- Si t'as pas de quoi payer, tu peux prendre la porte, la sirène ! On fait pas la charité, ici !
- Non... mais attendez... J'trouverai un moyen de vous payez...
- Du balais, la miséreuse !  
- Putain... mais écoutez-moi, bordel...  

Et avant même que je ne puisse ajouter quoique se soit, on m'empoigna par les épaules et on me balança dehors, dans la rue, sans ménagement. Je finis la tête la première dans le caniveau.

- On veut pas de toi ici, la pouilleuse ! Bon débarras !
- Aïaïaïaïa... Ouais... Ben c'est ça !!! De toutes façons j'ai pas besoin de vous et de vos services de sale type ! Étouffez-vous avec votre pognon, bande de crétins !!! J'm'en fiche !!!

Je fis quelques mètres pour quitter la rue avant de tomber à nouveau à terre, ivre de fatigue, morte de faim et de soif. Je posais alors mes fesses sur le sol pavé de la rue, la tête en l'air, ouvrant grand la bouche pour avaler l'eau de pluie qui tombait. J'avais tout d'une clocharde sans abri, sans le sou, piteuse et pathétique... Je n'avais plus la force de me battre...
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 478

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Mar 21 Aoû - 14:47
Le Soleil tape si fort...! J'en peut plus ! Pourquoi leur Soleil est-il si chaud ? Ah et j'ai faim. J'ai chaud et j'ai faim. J'ai déjà dépensé tout l'argent que Wraith m'avait donné pour survivre une semaine sans lui. Voyager et découvrir le monde en une semaine alors que lui, ça doit bien faire trois ou quatre ans qu'il fait ça. Et bien sur j'ai accepté pour qu'il me fiche la paix avec le faite que je ne colle pas avec ce monde. Une semaine. Je tiendrais le coup. Ou pas, on est déjà le quatrième jour et j'ai plus rien. Pourquoi cette planète à la con à besoin du système d'argent ? Elle est trop différente de la mienne... . Je suis où là ? Dans une autre sorte de ville mais bizarrement ça m'a l'air d'être malfamé par-ici. J'étais tellement préoccupé dans mes pensées que je n'ai même pas réfléchis.

- Hé toi ! Me crie un type en marron/noir me pointant son sabre. Donne-moi ton sac où je te fais la peau !

Il y en a deux autres derrière-moi. Super, il ne manquait plus que ça. Il ordonne ses gars de m'encercler mais je dégaine ma batte. Ils rient en pensant simplement que c'est un gourdin mais il vont être un peu déçus. Je la transforme en en grand marteau et leur botte le train. Une fois hors d'état de nuire, ce qui s'est fait assez vite un type sort de l'ombre et applaudit. Un type en noir encapuchonné, il semble vieux et son sourire ne me dit rien qui vaille.

- Tu sembles perdu mon pauvre petit Hayert'Väal. Me dit-il avec un ton paisible.

- Je ne suis pas un... Hayerval.

- "Hayert'Väal" je vous prit. Tu portes pourtant nos "couleurs". Pas de ça avec moi, j'en suis un aussi.

- C'est super pour vous mais je dois trouver de quoi me nourrir alors bon vent.

- Oh... Alors tu seras parfait pour notre cause.

Le type fait apparaître du feu de sa main en une forme de boule. Ah. Il maîtrise la magie. Super. C'est le moment de se rappeler que Writh m'a dit de ne tuer aucun de ses précieux Arcaëlliens donc... Je vais filer. Je remballe mon arme et cours aussi vite que possible. Le sorcier me suit en maîtrisant plusieurs éléments. Je cours aussi vite que je peux mais ce vieux est tenace ! Je passe près des grandes rues mais foutre le désordre ne lui pose pas de soucis. Oh purée, une grande elfette dans la trajectoire. Elle ne se pousse pas. Elle ne se pousse pas. Je vais lui foncer dessus. Si je l'évite en passant par-dessus elle le vieux va lui tomber dessus. Je pourrais m'arrêter devant elle, dégainer le maillet et affronter le connard mais... Ma batte. Ma batte ! J'ai perdu ma batte dans la course ! Je n'y crois pas, ce qui permet de le tenir à ma ceinture a lâché ! Et mon autre atout ne sera pas d'une grande aide. Bon, bah... Plan B !

Je fonce sur elle, le chope au passage en me baissant pour l'avoir sur mon épaule et utilise mon pouvoir pouvoir pour augmenter à fond ma vitesse et ma force et mon endurance pour le semer. On se cache dans une ruelle à l'ombre derrière un bâtiment et en la prenant contre moi tout en mettant sa main devant sa bouche j'attends. Plus de bruit. Ouf... Je crois qu'on la semer. Je la relâche en soupirant. Ayant arrêter les effets de mes pouvoirs, me rendant très fatigué.

- Ah... Désolée de vous avoir trimbalé comme ça mais ce type nous aurait pulvérisé et comme vous ne semblez pas bouger ben... Je vous ai bougé.

Je regarde l'elfe aux cheveux vert et à la peau foncée.

- Vous pouvez y aller, moi... Je vais... Aller récupérer ma batte.

Je me lève péniblement en essayant de repenser où elle aurait pu tomber... .
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : Demandez
Expérience : 127

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Domaine
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas
Ven 24 Aoû - 9:50
Alors que j’étanchais ma soif avec la pluie, j’entendis du grabuge non loin de moi. Mais je n’y faisais pas attention… Je n’avais pas la force de faire quoique se soit. Je préférai éviter les ennuis. Le problème, c’est qu’en général les problèmes viennent me chercher et cette fois ne fit pas exception. Je sentis quelqu’un me soulever du sol et m’emporter sur son épaule comme un vulgaire sac à patates. Je me laissais prendre sans protester et levais légèrement la tête pour voir ce qu’il se passait derrière mon ravisseur. Une bande de joyeux drilles qui semblaient en vouloir lui en vouloir. Je compris très vite que celui qui me portait était un xen vu que je mangeai plusieurs fois ses ailes dans la gueule avant que nous nous retrouvions dans une allée sordide et isolée. Les types n’avaient visiblement pas vu que nous avions tourné là, car il continuèrent tout droit sans s’arrêter.

Je me mis à me curer le nez avant que le type ne me pose à terre. Il semble épuisé mais se tourne vers moi pour me parler.

- Ah... Désolé de vous avoir trimbalé comme ça mais ce type nous aurait pulvérisé et comme vous ne semblez pas bouger ben... Je vous ai bougé.

Je le regarde de mon habituel regard morne de poisson crevé. Il a quelque chose d’étrange, son aura dégage quelque chose d’inhabituel et un de ses yeux reflète une étrange couleur. Il y a dans sa façon d’être une singularité, presque comme s’il ne venait pas de ce monde. C’est à ce moment là que je suis censée avoir un putain de flashback pour m’expliquer que c’est lui dont je dois m’occuper, non ?

La voix de mon père me revient en tête : « J'ai besoin que tu t'occupes d'un mortel... perdu dans ce monde qui est le sien mais qu'il n'a jamais connu. »

Ah bah voilà ! Qu’est-ce que je disais ? Le fameux flashback ! Bon alors c’est lui ? Mais attends… WRAITH ???? Non… C’est pas lui, il a des ailes et… il a un regard beaucoup moins doux mais… Putain il lui ressemble comme deux gouttes d’eau ce con.

- Vous pouvez y aller, moi... Je vais... Aller récupérer ma batte.

J’essaye de me lever péniblement, en même temps que lui. Je n’ai pas trop la force, j’ai horriblement faim et je manque cruellement de volonté. Mais voir ce visage si familier et à la fois étranger me fait réaliser que j’ai des chsoes bien plus importantes à faire que de rester prostrée là, à boire l’eau de la pluie.

- Imbécile… Depuis quand tu crois que c’est normal de trimbaler les gens sur ton épaule sans leur demander leur avis ?

Il n’a pas le temps de répondre que soudainement, quelqu’un dans notre impasse se fait entendre. C’est les types qui le poursuivaient. Ils ont pas l’air très contents de s’être fait berner.

- On t’a enfin retrouvé ! Tu vas regretter de t’être moqué des émissaires d’Özan !
- Des émissaires d’Özan, hein ? Répétai-je avec un air sérieux, la tête baissée.
- Exactement ! Et vous allez servir notre dieu, que vous le vouliez ou non !
- Pfa !!! Je vous prends tous, à moi toute seule, bande de merdeux !
- Avec quoi ? Tu n’as même pas d’arme !
- Qui t’as dit que j’en avais besoin ? Technique secrète de la femme désarmée…

C’est là que j’attrape le jumeau supposé de Wraith et qu’avec l’aide de mon fluide du vent je le balance en plein milieu de la bande qui nous fait face.

- STRIIIIIIIIKE !!!!

Le chef de la bande qui était en retrait n’en croit pas ses yeux et me regarde avec stupeur.

- Mais qu’est-ce que tu fous, sombre conne ? T’es pas censée balancer les gens que tu dois protéger !!!
- Le protéger ? Je connais même pas ce type… lui répondis-je en me grattant la tête.
- Elle est complètement cinglée !!!

Je bondis, aidée de mon fluide thâ et me propulse dans les airs avant de retomber sur le chef de la bande, le pied tendu vers lui.

- FINAL HOMERUN KIIIICK !!!!

Le coup le percute en plein visage et il se retrouve propulsé contre le mur d’en face.

- Et oui, le coup de la batte m’a inspirée même si je suis pas censée connaître se sport ! Je vais sûrement perdre des points d’expérience pour manque de cohérence, mais ça valait le coup.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 478

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Ven 24 Aoû - 11:21
Alors que Tahiri me balança avec la force du vent ainsi que la sienne, ce moment-là de mon existence me fait rappeler un souvenir plutôt enfuit dans ma mémoire. Je me souviens du jour où je partais à la chasse aux morts récalcitrant. C'était un général d'une grande armée quand il était en vie et était connu pour motiver à font ses troupes. Il s'est réveillé le premier jour de sa mort sur ma planète, ce qui était très rare ! Il a donc pu réveiller les autres morts n'ayant pas été tué de leur trépas et notre cimetière s'est transformé en invasion de morts-vivants ! Face à cette crise, le roi des batteurs, (moi hein) j'étais en première ligne pour abattre ces morts une bonne fois pour toute. Et là, d'un coup, l'ancien général me prend par le col de ma chemise, me fait tourner puis me propulse sur un de mes gars. C'était une bonne journée quand même.

J'atterri alors sur la bande comme un gros sac et met un moment avant de me relever. J'entends de l'anglais sortir de sa bouge et je la regarde avec étonnement avant de constater que l'un de mes assaillants a ma batte. Je la lui arrache des mains mais un type me tire les ailes. Mes ailes inutiles puisque je ne sais pas voler... . Je transforme ma batte en maillet et en assomme un, celui qui me tirait les ailes, avant de parer le coup d'épée de l'autre. Et là, je repense à mon frangin me disant : "Ne tue personne batteur, même si tu es en danger, la mort n'est pas une solution." Bordel, il me saoule. J'assomme l'autre et constate que le magicien est préoccupé par l'elfe là-bas. Elfe qui m'a balancé comme si j'étais une boule de booling ! Je suis trop crevé pour utiliser mes pouvoirs on va donc faire ça sans. Moi et ma batte. Je fais agrandir et grossir le maillet en me plaçant derrière-lui mais la nana se propulse elle-même sur le type et l'envoie valdinguer contre le mur d'en face. Il semble s'être évanoui, je remets ma batte comme elle était. Je regarde ensuite l'elfe en voulant mettre ma batte à ma ceinture là où j'avais placé ma ficelle en nœud pour l'attacher mais... J'avais oublié qu'elle était cassée... . Fait chier. Je vais la glisser entre mon froc et ma ceinture directement en attendant.

- Toi, t'es pas banal. Je dois trop influencer ce monde pour qu'il commence à partir en couille en faisant parler leur personnage en anglais. Sur ceux, l'anomalie se casse ! Et la prochaine fois, utilise pas les gens comme ça, je ne suis pas une boule à pétanque ! Pffft'... Ça sert à rien, elle ne sait pas ce que c'est. Va heu... Brouter de l'herbe ? Faire un truc d'elfe ! Dans le seigneur des anneaux ils mangent de la salade alors va s'y !

Je tourne les talons en repensant qu'elle a dû me prendre pour un fou en disant des choses incompréhensibles. Et ça m'inquiète un peu, si ça se trouve, ce que je dis, ils le retiennent et le disent à leurs sauces ? Oh merde... Je dis beaucoup trop d'incohérence, je vais créer un bug dans la matrice. Parfois, j'aimerai être doté d'un pouvoir me permettant de faire oublier des choses aux gens, cela me serait bien pratique.
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : Demandez
Expérience : 127

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Domaine
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas
Dim 26 Aoû - 16:48
Je vois le gars qui s’est relevé et range une genre de batte à sa ceinture. Vu son apparence ça ne m’étonne pas trop, il ressemble à un espèce de batteur, mais avec des peintures de guerre ou un genre de truc comme ça ! Mais vu la pluie il a plus la gueule d’un gothique qu’autre chose. Il se tourne vers moi et m’adresse alors la parole. De toutes évidences, il n’est pas aussi gentil et poli que son frangin supposé.

- Toi, t'es pas banal. Je dois trop influencer ce monde pour qu'il commence à partir en couille en faisant parler leur personnage en anglais. Sur ceux, l'anomalie se casse ! Et la prochaine fois, utilise pas les gens comme ça, je ne suis pas une boule à pétanque ! Pffft'... Ça sert à rien, elle ne sait pas ce que c'est. Va heu... Brouter de l'herbe ? Faire un truc d'elfe ! Dans le seigneur des anneaux ils mangent de la salade alors va s'y !

Il tourne les talons. Je commence à en avoir marre de ce sale gosse malpoli. C’est vrai que je l’ai balancé contre une horde de type en colère mais c’était pas une raison pour m’ignorer et me traiter d’elfe bouffeuse de salade.

- T’as cru que je venais de l’univers de Tolkien ou quoi, abruti ? Alors écoutes moi bien, espèce de gothique de mes deux ! Déjà, va falloir revoir ta garde robe, parce que le look Beetlejuice, ça marche pas trop ici ! Tu vas continuer à t’attirer des ennuis, et niveau discrétion on peut pas dire que ce soit le top ! Deuzio, t’as fait une incohérence dans ton premier paragraphe ! Je ne t’ai même pas encore donné mon nom, tu ne devrais pas le savoir ! Ce qui m’amène à un tertio : Comment ça se fait que tu puisses toi aussi faire des trucs comme ça ? Tu sais que la personne qui va évaluer ce RP va nous retirer des points pour manque de cohérence ? Et bordel je suis en train d’empirer les choses…

Pourquoi fallait-il que je sois à ce point consciente d’être dans une histoire ? Bon sang de pouvoir à la con… Bon… il faut que je la joue normale sinon je vais encore perdre des points… Je me raclais donc finalement la gorge pour reprendre la parole.

- Bon écoute, je suis désolée de t’avoir balancé contre ces types… Mais je peux pas te laisser continuer à foutre le boxon sur Arcaëlle avec tes foutues incohérences ! Il va falloir que je t’apprennes quelques trucs de ce monde ! C’est bien ça, n’est-ce pas ? Tu n’es pas de ce monde ? … … Mais comment ça se fait qu’il soit pas de ce monde alors qu’il ressemble comme deux gouttes d’eau à Wraith ? Je pige plus rien moi !! Tu fais chier papa !

Un corbeau se posa non loin d’ici et commença à me croasser dessus.

- Ouais, je sais, il y a d’autres mondes, tout ça, je suis au courant ! Mais ça, c’est trop bizarre !
- Croa croa !
- Comment ça des voyageurs entre les mondes ? Wraith peut faire ça en rêve ? Mais qu’est-ce que tu racontes encore ? Putain…
- Croa !!!!
- Tu me saoules !

Je me tournais vers le double ailé de Wraith qui me regardait comme si j’étais une folle.

- Quoi ? T’as jamais vu une demi-déesse de Gar’Haz parler à des corbeaux ?
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 478

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 30 Aoû - 15:29
Tellement d'incohérences par rapport à l'univers et je crois que le pire c'est... Que j'ai su son nom sans même qu'elle me le dise et que, je ne m'en souviens pas. Attends mais, ça veut dire qu'elle lit dans mes pensées ?! C'est comme ça qu'elle sait des trucs qui ont aucun rapport avec l'univers ! Par contre, ça veut toujours dire que je suis la cause de tous ce bordel. Et la voilà entrain de parler à un stupide piaf. Remarque si elle lit dans les pensées... . Une demi-déesse ? C'est à cause de ça qu'elle a ce pouvoir super chiant de lire dans les pensées. On peut ni fuir ni la combattre elle aura toujours un coup d'avance. Oh mais pas moi... J'en connais un autre de gars qui fait ça aussi. Remarque, si je l'amène à lui ça ne fera pas un autre bug dans la matrice ? D'un autre côté elle a dit qu'elle allait m'apprendre des trucs sur ce monde ça ne peut pas forcément vouloir dire vouloir me supprimer au nom de son papa dieu.

- Je suis le jumeau de Wraith. On m'a emmené dans une autre planète peu de temps après ma naissance et je suis revenu. J'ai sauvé mon frère grâce à mon dieu de l'autre monde. Après mon frangin m'a dit de partir à l'aventure découvrir la planète d'où je viens et depuis j'ère dans ce monde arriéré ne connaissant même pas l'importance de prendre un bain tous les jours pour ne pas sentir le rat crevé ! Enfin bref, si je m'étend là-dessus il y aura encore plus d'incohérences. Wraith peut effectivement voir en se mettant en état... Euh... Bref, en "dormant" si tu préfères et moi je viens d'un monde où je dois tuer des morts qui ne veulent pas reposer en paix. Et d'ailleurs d'où tu connais mon frère ?

Je m'approche un peu plus d'elle et la regarde de plus près.

- Nan, t'es une elfe pure donc impossible que tu sois la mère de son môme. Il a donc plusieurs demoiselles qui lui tourne autour, je ne le pensais pas si populaire. C'est son air de gentil Xen sage comme un bouda euh nan laisse tombé, tu peux pas connaître ça comme... Euh... Je ne sais pas, en équivalence je dirais Thaä ? Thäa ? Je ne sais jamais où poser l'accent bref, mon frère va bien et il couche avec Grégoire. Enfin je veux dire chez Grégoire. Enfin, dans son Domaine quoi. Il est dominian maintenant et je le suis aussi par... Alliance ?Bordel c'est trop bizarre on dirait que je te dis qu'ils sont mariés... .

Elle me fait de grands yeux.

- C'est pas le cas hein ! Et t'as toujours une chance si tu veux la nana avec qui il a fait un môme est morte. Il ne m'a pas vraiment expliqué. Enfin t'as quand même une concurrente il y a Anna, la nana en armure lourde qui lui a dérobé paraît-il un baisé. Raaah mais pourquoi toutes les histoires tournes toujours autour du cul ?!

Je pique les pièces de nos ennemis au sol puis regarde la demoiselle.

- J'en ai rat le bol, tu viens, on s'arrache et on va boire un verre ? J'aime bien votre truc là, "l'alcool". On avait pas ça dans ma planète d'avant, on avait des baies violettes qui nous retournait le cerveau mais c'est tout. Et apparemment, tous se règle ici autour de ça. Il y en a pour chaque occasion alors comme occasion on va dire... "Au gros doigt d'honneur qu'on pointe sur notre sois-disant destinée !"
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : Demandez
Expérience : 127

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Domaine
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas
Mar 4 Sep - 10:27
Je regardais Vince tout d’abord d’un air dubitatif. Son histoire d’autre monde était farfelue mais pas impossible, d’autant qu’il semblait connaître des choses qu’il n’était pas censé connaître. Un peu comme moi en fait, sauf que moi je n’avais pas voyagé à travers les mondes, j’étais juste consciente qu’il y en avait d’autre et en temps normal j’avais tout loisir de piocher dans les connaissances de l’auteur qui écrit ces lignes.

Hé là ! Il a commencé à me regarder de plus près, je pouvais presque sentir la chaleur de son souffle. En même temps j’étais trempée et j’avais sacrément froid du coup. Bouda ? C’est qui ça ? Ça s’écrit Bouddha en plus, non ? Comment je sais ça, moi ? Il commença à me parler des conquêtes de Wraith. Le petit coquinou ! Il avait l’air de rien, comme ça, le petit Wraith, mais c’était un véritable tombeur en réalité, enfin de ce que je comprenais.

- Je ne sais jamais où poser l'accent bref, mon frère va bien et il couche avec Grégoire.

Je le regardais avec de grands yeux ? Grégou avec Wraith ? Fu fu fu ! Alors que j’imaginai déjà des choses entre ces deux là, Vince se reprit, brisant mon rêve de deux beaux mâles en train de faire des cabrioles. Bon, de toutes évidences, Wraith est occupé niveau gonzesse, même si je me moque un peu de la « concurrence » qui n’en est pas du coup, vu que je m’en moque. Bref !!!

- J'en ai rats le bol, tu viens, on s'arrache et on va boire un verre ? J'aime bien votre truc là, "l'alcool". On avait pas ça dans ma planète d'avant, on avait des baies violettes qui nous retournaient le cerveau mais c'est tout. Et apparemment, toust se règle ici autour de ça. Il y en a pour chaque occasion alors comme occasion on va dire... "Au gros doigt d'honneur qu'on pointe sur notre sois-disant destinée !" finit-il par déclarer

Note de Tahiri : "On va déjà perdre des points à cause du manque de cohérence, alors évitons les fautes d'écriture"

J’esquissai un doux sourire mielleux et prit le dénommé Vince par le bras, comme une galante femme aurait donné son bras à un galant homme. Je posais ma tête poisseuse sur son épaule avec délicatesse.

- Mon cher Vince, comment pourrai-je refuser une telle invitation ? Allons-y bras-dessus bras-dessous ! Je connais un très bon endroit où boire à notre « non-destinée-bullshit » et manger à notre faim ! J’en profiterai pour t’apprendre deux ou trois trucs d’ici !

Finalement, j’étais convaincue que j’allais bien l’aimer ce jumeau de Wraith. La même tronche d’amour mais en plus… comment vous dire ? Moi ? Vous trouvez pas qu’il a le même dédain ? La même fibre bordélique que moi ? J’étais sûre qu’on allait bien s’entendre lui et moi. C’est pourquoi je le menais donc au « Bsurt beurré », un établissement plein de charme contrairement à ce qu’indiquait son nom, où il vendait les meilleurs alcools de tout Arcaëlle et une tourte au fromage à tomber à la renverse.

Une fois la porte de l’auberge passée, je tirais mon nouveau compagnon vers l’une des nombreuses tables pour nous y asseoir, et on ne tarda pas à venir nous voir, mais pas pour les raisons que j’espérais…  La serveuse -mignonne soit-dit en passant- s’approcha de moi et eut l’air écœuré au plus haut point, comme si elle allait vomir, son visage avait d’ailleurs une couleur affreusement verdâtre.

- Je… vous demande… pardon madame mais… vous… vous importunez les gens… avec votre odeur…  
- Je sens pas la marée à ce point là, si ?

Je regardais autour de moi : Vince avait le nez pincé et les autres clients de l’établissement semblaient tous prêt à rendre leur repas.

- Oui… bah désolée… J’ai fait un séjour en pleine mer, ligotée dans un tentacule de Jolpan ! J’aimerai bien vous y voir, vous !

La serveuse me regarda avec un air presque menaçant. Je commençai à me douter qu’elle préparait un sale tour. Ça ne manqua pas. Deux arcaëlliennes me prirent par les épaules, me fichèrent à poil et me jetèrent dans une baignoire remplie d’eau invoquée par un fluide dën et chauffée à l’aide d’un fluide mez. Les deux femmes s’armèrent chacune d’un savon et d’une éponge et me lancèrent des regards menaçants.

- Tu ne le sais pas encore… entama la première.
- … mais tu es déjà propre ! acheva la seconde.
- NANI ??? m’écriai-je avant de me faire agresser à coup de savonnette.
- ORA ORA ORA ORA !!! s’écria la première en m’astiquant fortement.
- ATATATATATA !!! s’écria la seconde en en faisant de même.

Je sombrais alors sous une avalanche d'eau, de savon, d’éponge, et de frottement. Je ne savais pas si j’allais m’en sortir… Je tendais un bras en dehors de l’eau, réclamant du secours sans pouvoir articuler un mot sous l’eau.



Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 478

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Mar 4 Sep - 12:21
Note du marionnettiste de Vince : Désolée, certaines fautes se cachent de moi D:

Les mots "boisson" et "bar" permet donc toutes les réconciliations possibles. Tahiri m'emmène alors au bar dont elle semble beaucoup appréciée en prenant mon bras. Pourquoi mon bras ? Qu'est-ce que j'en sais ? Apparemment ça peut être une accolade de camaraderie. Toujours est-il que nous nous dirigeons vers le "Bsurt beurré" et qu'à l'arrivée, maintenant que l'on est dans un espace confiné je sens comme... Une odeur de mer ? Une odeur... Ouai de poubelle de mer. Cela viendrait de... Tahiri ?! Elle pue la vieille moufette des mers ! La serveuse arrive et malgré la défense de ma camarade elle se fait embarquée de force puis mise dans un bain et se fait brosser et même récurée par les demoiselles. Evidemment je les ai suivit et là, quelque chose tilte mon esprit. Je suis entrain de voir Tahiri à poil entrain de se faire laver par des femmes. Tahiri nue. Thahiri est une femme. C'est moi où quelque chose doit encore plus me faire tilter ? Mais oui !

- Alors c'est ça une femme à poil ! J'en avait jamais vue et d'aussi près en plus.

D'après mes observations, les nichons de Tahiri sont plus fournis que la moyenne. C'est plutôt jolie. Pourquoi les femmes me regardent avec des airs de tueuses ? Qu'est-ce que j'ai dit ? Pourquoi elles me poussent vers la sorties avec des putains de casseroles ?! Elles me ferment la porte au nez puis j'entends Tahiri leur supplier d'arrêter. Il se passe vraiment des trucs louches parfois dans cette planète. En attendant la compagne de beuverie, je prends une table et enlève ma casquette pour l'accrocher à ma ceinture. J'attends. J'attends. J'attends encore. Toute cette préparation semble si longue ! Je repense alors à ce que j'ai vu. Hum... C'est bizarre, pourquoi ça me démange entre les jambes ? Et ça ne s'arrête pas en plus ! Faut que je pense à autre chose ! Autre chose... Elle avait les tétons tout dilatés. Stop ! Pourquoi je pense à ces choses-là c'est trop bizarre ! Faut se calmer. Dans ses moment-là, je repense à un cadavre en décomposition. Un cadavre nu. Raaah ! Mais pourquoi j'imagine Tahiri nue dans un putain de cercueil ?! Il m'arrive quoi ?! Elle m'a sûrement jeté un sort, je ne vois que ça.

La porte s'ouvre et les serveuses font sortir Tahiri, fières de leur travail. Ma camarade avance vers moi avec une des robes de rechange de serveuse moulant ses formes. Elle se met à table en me fixant et souriant, j'entends même, un ricanement.

- Ouaaah ! Tahiri, je ne savais pas que tu étais si jolie !

Et là, je regarde la gente féminine d'un autre œil. Je repense à toutes celles que j'ai croisé sur mon chemin depuis petit. Les petites, les grandes avec de longues jambes, les plates, les... Bombés ? Les jolies, les moches, les timides et les charmeuses... . Et moi jusqu'ici je n'avais rien comprit à tous ça ! Alors quand l'autre fois dans mon monde la nana me collait ce n'était pas parce qu'elle avait froid... D'accord. Tout s'explique maintenant ! Les femmes cherchent régulièrement à se reproduire ! Ah c'était plutôt fourbe et pas clair du tout. Je me suis toujours demandé pourquoi elles étaient si bizarres quelques fois avec moi.

- Tahiri, moi, j'veux pas d'enfant.

Enfin c'est l'esprit qui parle et pas le corps, lui semble ouvert à l'idée.

- Vous commanderez bien quelque chose ? Dit une serveuse à notre table.

- Ah euh oui ! Qu'est-ce qu'on prend ? Je ne connais pas tous ce qu'il y a sur le tableau des choix. Je te laisse choisir pour nous, si tu m'a emmener ici c'est que tout doit être bon.

Je laisse alors la demoiselle commander pour nous puis la serveuse part, me laissant seul avec elle qui sent si bon. Elle sent vraiment bon maintenant. Et elle est jolie et elle doit avoir du goût. Elle ferait une super mascotte ou une supportaire de choix. C'est super bizarre, elle m'a vraiment jeté un sort. Mais quand ? Et comment ? Ou alors se sont les serveuses ? Je me rapproche de Tahiri pour lui faire une confidence.

- Tahiri, il m'arrive un truc louche, je suis sûr que ces serveuses m'ont jeter un sort, je me sens bizarre. Elles ne sont pas nettes du tout. Tu sais comment lever cette malédiction sans faire de bébé toi ?

La serveuse revient avec la commande et les pose sur la table. Elle repart alors que je la suit du regard. Je regarde ensuite la commande et sourit.

- Ouah ! J'ai jamais mangé et bu ça.

Je goûte tous ce qu'il se trouve à porté de mains et y met de mes petits commentaires à chaque fois, me faisant oublier ce petit désagrément dans mon pantalon. On peut enfin se concentrer sur notre non-destiné bullshit. Elle va m'apprendre des choses et je suis très attiré par la connaissance.

- Alors tu voulais m'apprendre quoi au faite ? Il existe ici le Kamehameha ? Avec une sorte d'énergie cosmique et tout ? Il y a vraiment que les pouvoirs de la terre, l'eau, l'air et le feu ? Ah et la guérison aussi ? Enfin c'est déjà pas mal je connais une planète qui n'en possède pas à par la "magie" de électricité et du nucléaire. L'électricité je sais ce que c'est mais le nucléaire c'est flou pour moi perso. Il y a des potions magiques, des quêtes avec des dragons et bordel, on peut vraiment voler avec les ailes que je me trimbale depuis ma naissance ? Non parce que c'est bien jolie mais c'est encombrant quand même ! Et l'opération pour les retirer me file le cafard ! Alors autant savoir si on peut vraiment s'en servir avant de faire ça. Ah mais c'est vrai... Les elfes n'ont pas d'ailes. Et du coup, tu sais tirer à l'arc et tout ? Et t'es végan et tout ? Ah je parle beaucoup ! Désolé ! J'ai soif de connaissance ! Et de boisson ! J'aime beaucoup ce truc couleur orange/miel avec une mousse blanche dessus, ça s'appelle comment déjà... ?

Soudain, une attaque surprise venant d'un bouton m'atterri sur la gueule. Je prends le bouton puis regarde Tahiri. Elle a tellement une plu grosse pair de poitrine que la serveuse qu'elle en a fait péter un ! Un bouton qui m'a fait taire... . Je le lui rend en essayant de ne pas regarder pour ne pas me refaire agresser par une poêle ou une casserole !
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : Demandez
Expérience : 127

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Domaine
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas
Mar 4 Sep - 13:47
Je finis par sortir la tête de l'eau. Elles ont failli me noyer ces connes. Je vois Vince nous regarder et sortir le plus naturellement du monde :

- Alors c'est ça une femme à poil ! J'en avais jamais vue et d'aussi près en plus. 

Non mais il le fait exprès ce con ? Je me mets à rire avant d'être replongée dans l'eau par une des sœurs maléfiques tandis que l'autre faisait partir mon compagnon à coup de poêlon. La torture n'était pas terminé, et de très loin d'ailleurs.

A nouveau je sortis la tête de l'eau. Je les dévisageai une fois leur œuvre terminée, une moue de dépit sur le visage. J'étais propre de haut en bas, elle ne m'avait épargné aucun endroit, tout mon corps y était passé, mes orifices compris, TOUS.

- N'est-elle pas plus jolie ainsi, Aneth ?
- Je suis totalement d'accord avec toi, Jineth ! Et en plus elle sent bon le savon maintenant !
- C'est nettement plus agréable que l'odeur de vieux poisson mort.
- Je vous hais... lançai-je aux deux frangines elfin.
- Des vêtements à présent !!
- Oui, aucune chance que vous ne remettiez ces fringues puants et dégoulinants !
- Sans blague ??? ironisai-je. Et vous allez m'habiller avec quoi ?

La réponse me fut rapidement donnée quand elles m'enfilèrent, après m'avoir séchée tout aussi énergiquement que lavée, une robe appartenant à l'une d'entre elle. Comment vous dire que j'étais serrée dans cette tenue de planche à pain ? On finit par me conduire malgré tout auprès de Vince qui m'attendait avec quelque peu d'impatience. Je repense aux derniers mots qu'il avait prononcé et me mit à rire intérieurement. « Alors comme ça tu n'avais jamais vu de femme nue auparavant, hein ? »

- Ouaaah ! Tahiri, je ne savais pas que tu étais si jolie ! 

C'est sur que couverte de saleté, et habillée à l'arrache, il avait pas du percuter avant. Maintenant j'étais présentable, fraîche et dispose, quoiqu'un peu trop serrée dans ma tenue, je pouvais en sentir les coutures craqueler.

- Merci, répondis-je tout simplement.

Il y eut un instant de silence avant que Vince ne s'exclame :

- Tahiri, moi, j'veux pas d'enfant. 

Je le regardais de travers avant d'éclater de rire. Je voulus ajouter quelque chose quand la serveuse revint à nous.

- Vous commanderez bien quelque chose ? demanda la serveuse.
- Ah euh oui ! Qu'est-ce qu'on prend ? Je ne connais pas tous ce qu'il y a sur le tableau des choix. Je te laisse choisir pour nous, si tu m'as emmener ici c'est que tout doit être bon. 
- Oh, ça oui ! Assurément ! Tout est parfaitement délicieux ici ! Fu fu fu ! Répondis-je avant de me tourner vers la serveuse. Une tourte au fromage et deux pintes de bière d'Alzbey.
- C'est noté ! J'arrive avec votre commande dans un instant.

Je jubile intérieurement, enfin je vais pouvoir boire et manger à ma guise, et ce en bonne compagnie qui plus est. Je vois mon compagnon se rapprocher de moi et souris de plaisir. Que me voulait-il ?

- Tahiri, il m'arrive un truc louche, je suis sûr que ces serveuses m'ont jeté un sort, je me sens bizarre. Elles ne sont pas nettes du tout. Tu sais comment lever cette malédiction sans faire de bébé toi ? 

J'explose à nouveau de rire. Je prends Vince par les épaules en essayant de retenir des éclats de voix et lui dit :

- Je ne sais pas trop de quoi tu parles, Vince, mais ne t'en fais pas ! Ce que tu ressens est parfaitement normal ! Y a aucune malédiction là dedans ! Je vais t'expliquer, t'en fais pas. Et non, on aura pas besoin de faire de bébé... pas nécessairement en tout cas ! Fu fu fu !

Pas quand on est une fille de Gar'Haz est qu'on est naturellement infertile en tout cas. Petit détail que je préférai ne pas mentionner tout de suite. Je voulais éviter de péter l'ambiance d'entrée de jeu. Quoique ça aurait pu le rassurer dans un sens, mais vu le peu de connaissance qu'il avait en la matière, il ne valait mieux pas brusquer les choses.

La serveuse était de retour, cette fois-ci, les bras chargés de victuailles. Avec appétit, Vince et moi nous jetâmes sur la tourte et la bière, comme des affamés, ce que nous étions en réalité.

- Ouah ! J'ai jamais mangé et bu ça, s'exclamait-il tout en mangeant et buvant à souhait.

Je souris doucement, amusé par cette forme de naïveté. Finalement, il avait les connaissance d'un enfant, mais le corps et les désirs d'un adulte, ce que je trouvais parfaitement amusant. Il commentait absolument tout tandis que je mangeais et le déshabillais du regard.

- Alors tu voulais m'apprendre quoi au faite ? Il existe ici le Kamehameha ? Avec une sorte d'énergie cosmique et tout ? Il y a vraiment que les pouvoirs de la terre, l'eau, l'air et le feu ? Ah et la guérison aussi ? Enfin c'est déjà pas mal je connais une planète qui n'en possède pas à par la "magie" de électricité et du nucléaire. L'électricité je sais ce que c'est mais le nucléaire c'est flou pour moi perso. Il y a des potions magiques, des quêtes avec des dragons et bordel, on peut vraiment voler avec les ailes que je me trimbale depuis ma naissance ? Non parce que c'est bien jolie mais c'est encombrant quand même ! Et l'opération pour les retirer me file le cafard ! Alors autant savoir si on peut vraiment s'en servir avant de faire ça. Ah mais c'est vrai... Les elfes n'ont pas d'ailes. Et du coup, tu sais tirer à l'arc et tout ? Et t'es végan et tout ? Ah je parle beaucoup ! Désolé ! J'ai soif de connaissance ! Et de boisson ! J'aime beaucoup ce truc couleur orange/miel avec une mousse blanche dessus, ça s'appelle comment déjà... ?

Je me penchais vers lui pour lui répondre :

- Ça s'appelle de la bière et...

Et soudain, l'inévitable, arriva : ma tenue étant trop serrée, l'un des boutons de mon col sauta, dévoilant par la même un peu plus ma poitrine. Vince, le bouton dans la main, me regarde étrangement et me le tend d'un air embarrassé. Je ris à nouveau intérieurement, range le bouton et approche ma chaise de la sienne, pour me coller à lui et par la même occasion, lui laisser une vue plongeante sur mon nouveau décolleté.

- D'une part, pas de super-sayën ici, ni de pouvoir cosmique, pas même de « Stand » ! Ici c'est le fluide, point ! Y a bien quelques races qui ont des pouvoirs étrangers au fluide, mais c'est rare... oh et les demi-dieux aussi ont des pouvoirs particuliers qui sont pas forcément liés au fluide.

Je le sentis se raidir, et à mon avis, pas seulement qu'au niveau des épaules et du torse. Ma proximité ne devait pas trop l'aider à se détendre, mais ce n'est absolument pas ce que je cherchais à ce moment là.

- Et oui, tu peux vraiment voler avec les ailes que tu as dans le dos, dis-je en passant un doigt dessus. Je saurais pas trop te dire comment par contre... je n'en ai pas... Dommage... Je t'aurais bien appris à monter au septième ciel sinon, quoique ce n'est pas forcément impossible d'une certaine manière ! Fu fu fu !  

Il ne semble pas vraiment comprendre, jusqu'à ce que je glisse ma main sur son bras.

- Et je te l'ai déjà dit, je suis pas une elfe du Seigneur des Anneaux... Bon ok, je maîtrise bien l'épée, mais l'arc... Quoique... On m'a souvent dit que je savais bien « tirer des coups » ! Hu hu hu !  

Je saisis une part de tourte dans une autre main, et croque dedans en le dévorant des yeux.

- Et che chuis pas vegan ! Cronch... Mais je crois que pas mal d'elfes et de xens le sont. Étant donné que je suis fille de Gar'Haz, je m'en moque un peu de bouffer de la viande... C'est pas comme si je culpabilisais de tuer des p'tits animaux au point où j'en suis...

Je finis ma part de tourte avant de boire une gorgée de bière, humectant ma bouche que je m'empresse de léchouiller d'un coup de langue. Je fais exprès de le titiller en posant ma main sur sa cuisse.

- Et j'ai encore pleins de trucs à t'apprendre ! Fu fu ! Mais je t'en pries, poses moi toutes les questions que tu veux ! Et même si tu comptes pas en faire, je peux toujours te parler de comment on « fait des bébés » ! ajoutai-je en riant doucement.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 478

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Mar 4 Sep - 14:51
Alors que je festoie comme un morfale, ce que je suis, un affamé, Tahiri répond alors à toutes mes questions. Je l'écoute attentivement jusqu'à ce que je sursaute un peu lorsqu'elle se colle à moi. Elle s'est rapprochée si rapidement alors qu'elle était auparavant en-face de moi ! Cela me rappelle la dernière fois avec cette autre fille qui me collait. Elle aurait froid ? Nan, du coup, quand une femme se colle à toi, ce n'est pas nécessairement ça. Elle se colle de plus en plus et caresse certaines parties de mon corps comme mes ailes. Bordel, ça lui fait un sacré décolleté avec ce bouton en moins ! Elle ne porte pas de sous-vêtements en plus ! Pourquoi cette vue m'attire autant ? C'est quoi mon problème ?! Avec ça, j'arrive encore moins à me calmer, comment je fais ?! Je remonte mes yeux, essayant de me concentrer sur ce qu'elle dit en la regardant dans les yeux. Oh, là c'est carrément flippant. J'ai l'impression d'être soudain devenu une proie d'un prédateur inattendu.

- Et j'ai encore pleins de trucs à t'apprendre ! Fu fu ! Mais je t'en pries, poses moi toutes les questions que tu veux ! Et même si tu comptes pas en faire, je peux toujours te parler de comment on « fait des bébés » ! ajoutai-je en riant doucement.

Je lui répond du tac au tac en secouant légèrement ma tête.

- Je sais comment on en fait, je me suis renseigné dans les bouquins. J'ai une énorme bibliothèque avec des livres d'univers différents.

Je souris en coin en finissant ma boisson nommé bière.

- Au moins, toi, tu ne me prends pas pour un fou quand je dis des choses comme ça.

La tarte est terminée, je n'avais pas mangé comme ça depuis longtemps. Cependant, cette sorte... D'envie ne s'estompe pas et bien au contraire, augmente avec la main de Tahiri sur ma cuisse me laissant voir en plus ses tétons tout dilatées à travers le tissus. Elle semble diffusée ne sorte d'odeur en plus du savon. Alors que je ne bouge pas d'un sou je regarde furtivement l'avancé du truc dans mon pantalon. Je déglutis légèrement en la regardant.

- Tahiri, dis-je en chuchotant dans son oreille. Il y a vraiment un problème heu...

Comment lui dire de façon non grossière ? Ah ! Je sais, je vais aller régler ça aux toilettes ! Je me lève doucement puis lui dit que je reviens avant de demander les toilettes. La serveuse me regarde bizarrement et me dit que pour "ces choses-là" il faut qu'on aille dans un chambre. Elle me passe une clé puis s'en va. Il y a des toilettes... Dans une chambre ? Bon ok mais pourquoi Tahiri doit m'accompagner ? Elle ne va pas me la tenir quand même ! Peut-être qu'elle veut que nous nous reposions par la suite ? Je vais demander à Tahiri, c'est plus prudent.

- Bon heu... On m'a donné une clé de chambre pour aller au toilette pour mon... Problème mais elle m'a dit que pour "ces choses-là" ça se fait dans une chambre et va savoir pourquoi avec toi. Je ne vais pas me perdre pourtant. Bon, je vais prendre quelques bières et y va ?

Sans attendre réponse je vais au bar, prend deux gros verres de bières puis me retourne et la voit me suivre de très près, le sourire aux lèvres. Trop flippant. Je lui passe la clé pour qu'elle m'ouvre et nous montions donc dans cette fameuse chambre où on pourrait régler mon problème et je vais enfin pisser dans des chiottes quand j'en aurait envie. Si ça se trouve on fait aussi comme ça pour mon problème ? On laisse couler, hop ! Et tout est plié. Les toilettes doivent être une petite pièce à côté de pense. Je ne comprends toujours pas pourquoi Tahiri doit m'accompagner. Je n'ai pas besoin d'un guide pourtant. On entre et je pose les bières sur la table de chevet près du lit puis me tourne vers elle.

- T'es sûr que c'est la bonne chambre ? Il n'y a que cette pièce où il y a qu'un lit double.
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : Demandez
Expérience : 127

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Domaine
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas
Mar 4 Sep - 17:26
- Je sais comment on en fait, je me suis renseigné dans les bouquins. J'ai une énorme bibliothèque avec des livres d'univers différents, m'avoua-t-il.

Il sourit tout comme moi, probablement fier d'en savoir autant. « Entre le lire et le faire il y a tout un monde, mon mignon. » me dis-je.

- Au moins, toi, tu ne me prends pas pour un fou quand je dis des choses comme ça, ajouta-t-il.
- Ça aurait pu, si je n'y avais pas été préparée, avouai-je.

Je bus une longue gorgée de bière tout en dodelinant gaiement de la tête.

- Tahiri, me dit-il en chuchotant au creux de l'oreille. Il y a vraiment un problème heu...

Je souris à nouveau, devinant assez facilement de quel problème il s'agit, mais je le laisse s'expliquer tout seul. Finalement il décide de prendre la fuite en promettant un prompt retour. Quelque peu déçu, je fais la moue et le laisse partir. Je me remets à boire et finis ce qu'il reste de ma pinte avant de le voir revenir. J'ai un petit rire en voyant la bosse dans son pantalon.

- Bon heu... On m'a donné une clé de chambre pour aller aux toilettes pour mon... Problème mais elle m'a dit que pour "ces choses-là" ça se fait dans une chambre et va savoir pourquoi avec toi. Je ne vais pas me perdre pourtant. Bon, je vais prendre quelques bières et on y va ? 
- Oh ! Je vois ! Fu fu ! Ne t'en fais pas, on va s'occuper de « ces choses-là », je t'expliquerai. Mais oui, je t'en pries, prends nous quelques bières !

Je me mis à le suivre de près cette fois-ci ; hors de question de le laisser s'échapper. On grimpe jusqu'à la chambre, j'ouvre la porte et le laisse déposer les bières. J'en profitai pour refermer la porte derrière nous, à clef, évidemment, histoire de ne pas être dérangé.

- T'es sûre que c'est la bonne chambre ? Il n'y a que cette pièce où il y a qu'un lit double.
- Vince, Vince, Vince... Un peu plus et j'aurai pitié de ta naïveté... mais je trouve plutôt ça amusant !  

Je me mis à pouffer de rire et me glissai délicatement derrière lui, l'entourant de mes bras, laissant mes mains se balader un peu partout sur son corps jusqu'à en passer une sur son entrejambe.

- Et si tu me laissais m'occuper de ton « problème » ? Je te promet que ça sera très très très agréable ! Fu fu fu ! Tu voulais apprendre, non ? Tu vas apprendre avec la maîtresse suprême ! Hé hé hé !

PAF ! Un bruit soudain nous fit sursauter tous les deux. Nous tournâmes nos yeux vers la fenêtre et remarquâmes un corbeau écraser contre les carreaux avant de glisser et tomber avec une lenteur presque surnaturelle. C'est comme si la réalité s'était distordu à sa volonté pour ralentir sa chute parce qu'il ne voulait pas tomber et surtout garder un œil sur nous. Je clignai des yeux avant de me tourner à nouveau vers Vince.

- Et... Et si on faisait comme si on n'avait rien vu et qu'on reprenait là où on s'est arrêté ?
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 478

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Mer 5 Sep - 16:48
Tahiri me chope et balade ses mains d'elfe douce et agréable sur tout mon corps. J'eu presque une réaction hâtive, n'étant pas habitué mon corps a pensé une attaque. Sauf que ce n'est pas le cas. Elle ne m'attaque pas du tout. C'est agréable en fait. Étrangement, je me sens moins tendu, c'est une étrange sensation.

- Et si tu me laissais m'occuper de ton « problème » ? Je te promet que ça sera très très très agréable ! Fu fu fu ! Tu voulais apprendre, non ? Tu vas apprendre avec la maîtresse suprême ! Hé hé hé !

Elle doit s'y connaitre alors si c'est la maîtresse suprême. Alors que je me laisse peu à peu emporter par ces jeux de caresses me désarmer et me faire passer par un état paisible, je ferme les yeux en sentant ses mains sur mon être. Les baies ne m'ont jamais mit dans un telle état de tranquillité. Soudain, j'entends un "PAF" à la vitre. J'ouvre les yeux et y voit un drôle de corbeau s'écraser contre la fenêtre et glisser lentement jusqu'à tomber au sol. Nous restions un court instant comme ça, dans un silence de mort avant qu'il se fasse interrompre.

- Et... Et si on faisait comme si on n'avait rien vu et qu'on reprenait là où on s'est arrêté ?

Je me tourne vers elle en souriant avant d'aller à la fenêtre, fermer les rideaux rouges, nous mettant dans une ambiance plutôt tamisée. Je vais vers elle par la suite et prends délicatement ses mains dans les miennes avec un air déterminé.

- J'm'en fiche de la destinée ou même des dieux au-dessus, je veux apprendre et je suis certain qu'il n'y a pas meilleurs que toi maîtresse suprême.

Je ris avant de faire le saut de l'ange sur le lit, la regardant dans les yeux.

- Je ne connais rien du monde hormis ce que j'ai apprit dans les livres. Avant, mon seul but était de tuer les morts puis ensuite, sauver Wraith de ce monde. Normalement, lui et moi devions fusionner pour former le sorcier des dimensions. On pourrait dire que cette forme équivaux à celle d'un Dieu. Nous devions reprendre la vie de tous ceux qui ont un peu de ce sang et ainsi redevenir celui que vous étions. Mais Wraith n'en a pas voulu. Personne n'aurait pu prévoir son refus de devenir une sorte de Dieu des dimensions mais il préfère ce monde. Franchement, je ne sais pas pourquoi. J'aimerai tout savoir, tout connaitre de ce monde qu'il ne veut pas quitter.

Je marque une légère pause avant de reprendre.

- Alors qu'importe que les Dieux ne soient pas d'accord, grâce à toi Tahiri, je vais apprendre à connaître le monde et si cela commence à la procréation sans faire de bébé alors je suis prêt. En plus j'apprends avec toi qui est si jolie alors je n'ai vraiment pas à me plaindre ou à reculer.

Je ris une nouvelle fois avant d'inviter Tahiri à me rejoindre.
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : Demandez
Expérience : 127

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Domaine
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas
Mar 11 Sep - 21:59
- J'm'en fiche de la destinée ou même des dieux au-dessus, je veux apprendre et je suis certain qu'il n'y a pas meilleurs que toi maîtresse suprême. 

Je soupirai de soulagement face à ses mots. J'avais même fini par m'amuser qu'il reprenne le titre que je m'étais attribué. J'allais encore me faire engueuler par mon père, mais peu importe ! Il m'avait demandé de lui enseigner, je ne faisais qu'obéir !!! Bon j'en profitais un peu là mais... bordel que ça fait du bien !

Je l'observai se laisser tomber sur le lit et croisai son regard.

- Je ne connais rien du monde hormis ce que j'ai appris dans les livres. Avant, mon seul but était de tuer les morts puis ensuite, sauver Wraith de ce monde. Normalement, lui et moi devions fusionner pour former le sorcier des dimensions. On pourrait dire que cette forme équivaut à celle d'un Dieu. Nous devions reprendre la vie de tous ceux qui ont un peu de ce sang et ainsi redevenir celui que nous étions. Mais Wraith n'en a pas voulu. Personne n'aurait pu prévoir son refus de devenir une sorte de Dieu des dimensions mais il préfère ce monde. Franchement, je ne sais pas pourquoi. J'aimerai tout savoir, tout connaître de ce monde qu'il ne veut pas quitter. 

Je me mis à songer à des choses étrangement sérieuses au vu de la situation. Wraith... Une partie d'un Dieu ? Et Vince aussi ? Le xen avait finalement, tout comme moi, rejeté sa destinée. Mais allai-je vraiment avoir le choix éternellement ? J'en doutais très fortement.

- Alors qu'importe que les Dieux ne soient pas d'accord, grâce à toi Tahiri, je vais apprendre à connaître le monde et si cela commence à la procréation sans faire de bébé alors je suis prêt. En plus j'apprends avec toi qui est si jolie alors je n'ai vraiment pas à me plaindre ou à reculer. 

« La procréation sans faire de bébé », hein ? Amusant qu'il dise ça, je ne l'avais même pas encore mis au courant de mon incapacité à procréer. Copuler c'était autre chose... mais donner la vie... Si mon père ne s'était pas entêté à me retirer la capacité de faire un enfant, peut-être que les choses auraient été bien différentes.

- Si tu savais...

Je me glissai le long de son corps, ondulant doucement pour me retrouver à son niveau, la tête penchée au-dessus de la sienne, mes cheveux encadrant son visage. J'aurai peut-être du les attacher... Jusque là, l'auteur a jamais pris ça en considération ! Il oublie pas mal de détail ! Bref... Je m'égare ! Reprenons au moment où je me mets à embrasser farouchement Vince en me tenant d'une main tout en lui caressant l'entrejambe de l'autre ! Je finis par décoller mes lèvres des siennes et lui susurrer :

- Aussi triste que ça puisse paraître, mon père a fait que je n'ai aucune possibilité d'enfanter... Je suis pour ainsi dire... heu... stérile... Mais ça m'empêchera pas de te montrer comment on fait.

Je me mis à déboutonner sa chemise délicatement avant de passer mes doigts sur son torse, m'asseyant à califourchon sur lui, ce qui eut pour effet de faire remonter le bas de ma robe qui continuait de craquer de plus en plus sous la pression de mes formes. Je pouvais également sentir son membre viril entre mes cuisses menacer son bas.

- C'est l'heure de libérer la bête !

Paf ! Je me jette sur son pantalon pour le lui descendre. C'est quand je vois l'engin que je me mets à rire légèrement. Et quel engin ! Ma surprise fut agréable. Je me saisis de ses mains et lui ordonnais alors :

- C'est le moment d'apprendre ! Déshabilles-moi, que je t'apprenne à explorer tous les contours et formes d'une femme et à y prendre plaisir !
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 478

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Mer 12 Sep - 11:21
Alors c'est vrai, on peut faire ça sans faire d'enfant. Remarque, ce n'est pas tous le temps le cas, ça dépend de la période de la femme mais bref, elle m'expliqua tout en se jetant sur moi qu'elle est stérile. J'espère que ce n'est pas c'est parce que son père l'a castrée se serait horrible... remarque si elle est encore intéressée par la chose c'est sûrement que c'est naturel. Oh purée, c'est vraiment pas le moment de se concentrer sur ça, elle va me manger tout cru si ça continu.

- C'est l'heure de libérer la bête !

Hein ? Ah ! Elle veut parler de ça... . Pourquoi rit-elle ? Il est bizarre ? Je suis pourtant sûr d'en avoir une comme il faut. Elle le regarde avec attention avant de me prendre les mains et m'ordonner de la déshabiller. Oh. Alors je peux faire ça ? La déshabiller ? D'accord, on devrait pouvoir arranger ça. Je me redresse légèrement avant de déboutonner les peu de boutons qui tiennent encore de cette robe dont les coutures tiennent pas miracle. Je vois alors qu'elle est torse nue dessous. Je mets ses cheveux derrière ses oreilles d'elfe pour voir son visage. Je lui souris en retirant délicatement le haut la robe. Elle était si serrée la-dessous qu'elle a quelques marques de vêtements légers sur elle qui partiront bien vite. Je passe mon doigt dessus, de sa nuque jusqu'à ses seins bien ronds. Je regarde ses tétons pointer ce que je trouve amusant. Je sais maintenant pourquoi elle riait en voyant ce que j'ai entre les jambes. Je fais à présent glisser le bas de la robe en la déposant dos contre le matelas. Si moi j'ai effectivement un slip sous mon pantalon, Tahiri a une sorte de culotte de l'époque c'est à dire sans élastique qui tient en-haut. Je lâche la robe au sol en la regardant, ses longs cheveux verts l'entourant. Je vais au-dessus d'elle pour embrasser ses lèvres, essayant l'imiter la façon dont elle me la fait précédemment. Au même moment, je lui dérobe sa culotte moyenâgeuse et la laisse tomber sur le sol où se trouve la robe. En me penchant, je fais tomber ma tresse sur le côté. Je quitte ses lèvres en la regardant dans les yeux, la fixant même tout en souriant, à présent tous les deux nus comme au premier jour.

- Et ensuite ô maîtresse suprême ? Dis-je en riant à moitié.
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : Demandez
Expérience : 127

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Domaine
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas
Ven 14 Sep - 17:13
Je soupirai de plaisir tandis que Vince me déshabillait complètement, en profitant pour me caresser du bout des doigts. Je sentais toujours plus l'excitation monter en moi et commençais à me dire que je ne tiendrai pas longtemps avant de lui sauter dessus.

- Et ensuite ô maîtresse suprême ? Me demanda-t-il en riant.
- Maintenant, il est temps que je te fasse découvrir un nouveau monde ! Allonge-toi, et laisses-toi faire pour le moment.

Je le laissais s'allonger avant de reprendre le dessus sur lui. Je passais alors une main sur son membre viril et l'astiquait lentement et doucement tout en guidant l'une de ses mains vers mon entrejambe gonflé de désir. Je lui murmurais alors à l'oreille comment s'y prendre. Ce petit jeu de découverte de nos corps ne dura pas longtemps avant que je ne décide de passer aux choses sérieuses, beaucoup trop émoustillée pour tenir plus.

Je me mis donc à califourchon pour chevaucher mon jeune étalon qui était en émoi face à cette découverte totale. Je passais mes mains sur son torse tout en l'invitant à tâter ma poitrine des siennes. Je haletai de plaisir tout en faisant danser mes hanches, rythmant ainsi nos ébats. Je le sentis commencer timidement à donner quelques coups de reins et je me mis à sourire.

- N'hésite pas à y aller franchement ! Fu fu fu ! J'aime quand c'est « pimenté » ! Lui avouais-je entre deux soupirs de plaisir.

Je resserrai légèrement mes cuisses autour de sa taille et me penchai vers lui pour l'embrasser dans le cou. Je fis alors onduler mon corps au-dessus du sien, agitant doucement le croupion de haut en bas. J'allais lui donner un cours qu'il ne risquait pas d'oublier de si tôt.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 478

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Sam 29 Sep - 10:50
Je m'allonge sous ses ordre et regarde avec attention les gestes et son regard. Elle attaque directement par la zone concerné en attrapant par la même occasion ma main de manière délicate ou plutôt, de manière douce mais vive pour me faire toucher son entre-jambe. C'est plutôt doux, je lui caresse doucement, presque aussi lentement mais sûrement qu'elle avec moi. Je me laisse porter par ses murmures à mon oreilles, passant mon doigt où le désir d'une femme peut se faire combler quant à elle, elle sait directement où sont les désir d'un homme. Il n'a pas fallu attendre longtemps avant qu'elle change de position et qu'elle vienne me mettre délicatement en elle non sans un certain entrain. Tahiri, dans ses mouvements n'hésite pas à me toucher et m'invite à faire de même par la même occasion. Je lui touche du bout de mes doigts sa généreuse poitrine d'elfe, redécouvrant tous ses reliefs tout en lui donnant quelques coups plus bas ce qui ne manque pas de faire mouche et l'exciter un peu plus qu'elle ne l'est déjà.

- N'hésite pas à y aller franchement ! Fu fu fu ! J'aime quand c'est « pimenté » ! M'avoue-t-elle entre deux soupirs de plaisir.

Elle fait glisser son corps tel un serpent sur le mien en embrassant son cou avec ses douces lèvres. "Y aller franchement" alors ? Dans ce cas-là, je l'invite par les gestes en la faisant basculer sur le lit gardant une main sur son dos pour ne pas faire ça de manière brutal. Une fois en-dessous de moi, j'accélère petit à petit les mouvements avec mon bassin tout en l'embrassant. J'embrasse aussi son cou, parcourant son corps de mes mains. Après cette phase, j'y vais donc "franchement" comme elle dit et donne de puissants coups de vas et viens en frémissant. Je me sentais venir, c'était une sensation très étrange et je ne voulais pas m'arrêter en si bon chemin. Et une pensée me traverse l'esprit, si je me libère en elle maintenant, est-il si sûr qu'elle n'aura pas de secret de Polichinelle dans le tiroir ? Les moyens pour arrêter le processus est assez barbare à cette époque et je ne voudrais pas qu'elle paye le prix de son éducation. J'espère que son cher père l'a bien faite stérile et qu'il n'ai pas eu envie de changer pour lui apprendre à ne plus avoir les plaisirs de la chairs. Je me libère donc en elle en soupirant de soulagement après un long moment d'attente qui fut une douce tentation divine et cruelle. Je la regarde alors dans les yeux plutôt intensément, attenant une réaction ou du moins, un commentaire.
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : Demandez
Expérience : 127

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Domaine
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas
Sam 29 Sep - 13:34
Je soupirai d'extase tout en me laissant faire sur la fin, accompagnant mon partenaire avec la plus grande douceur mais aussi énergie. Je pouvais le sentir venir, aussi l'encourageai-je par de petits cris d'excitation. J'avais pris tellement de plaisir dans cette leçon que j'en avais complètement oublié que c'en était une à la base, même si très franchement, à ce stade là, je m'en cognais un peu. Je passais mes jambes le long des siennes et entourai son cou de mes bras, lui jetant un regard de satisfaction tout en expirant de plaisir.

- Et bien pour une première fois... Tu t'es très bien débrouillé ! Fu fu ! Je suis fière de mon élève qui a un avenir très prometteur.

Je l'embrassai alors chaleureusement, me maintenant à lui comme un bébé koala à sa mère, les deux jambes entourant sa taille pour le garder le plus longtemps possible contre moi... ou plutôt en moi. Je sentais son petit oiseau se dégonfler doucement, mais je voulais faire durer un peu plus cette sensation de bien être de l'avoir entre mes jambes. Je blottis Vince tout contre moi et me mis à roucouler de bonheur. J'aurai été une chatte, j'aurai ronronné de joie.

- J'ai encore pleins d'autres choses à t'apprendre sur ce sujet là, mais pour le moment, on va changer de matière, mon jeune apprenti. Il n'est pas dit que je ne te ferais goûter qu'au côté obscur de la Force. Fu fu !

On entendit depuis l'extérieur un croassement qui me fit légèrement sursauter avant que cela ne provoque chez moi un certain agacement.

- Je sais... C'est pas le bon univers !!!

Je fis une légère moue de dépit et finis par relâcher mon emprise sur Vince qui semblait amusé et tout à fait satisfait de sa première leçon. Délicatement, nous nous détachâmes l'un de l'autre pour nous allonger et reprendre un peu notre souffle.

- Pfou ! Tu veux savoir ? On va faire la prochaine leçon comme ça ! Lui dis-je en tirant la couverture sur nous pour nous garder de la fraîcheur du soir qui commençait à tomber. Vu que mon père a l'air plutôt pressé que je remplisse ma mission, et non pas que TU me remplisses, on va continuer un peu et...

Je m'arrêtais subitement dans ma phrase et me levais d'un bon.

- Ok !!! Deuxième leçon, toujours avoir de quoi essuyer après l'acte ! Ça coule putain ! Et ça colle !

Par chance, il y avait une bassine d'eau dans la salle d'eau et de quoi s'essuyer. Je fis une légère toilette intime avant de revenir dans le lit, les tétons complètement durci par le froid qui commençait à se faire sentir un peu, d'autant que j'étais légèrement humide à présent... et là je parle de l'eau de la bassine.

- Par quoi veux-tu commencer ? Les bases de la magie ? Les espèces peuplant Arcaëlle ? Les coutumes ? Les peuplades ? Y en a des truc à dire... Je réserve le cours vestimentaire pour demain ! Va falloir qu'on se trouve de vraies fringues... De ce monde ci, je veux dire ! Pas de casquette ni de tenue de batteur ! Tu te fais trop remarquer avec ça.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 478

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Sam 13 Oct - 15:27
Tahiri semble ravit et notre jeu dont elle goûta jusqu'à la dernière miette prit fin. Cela nous a réchauffé le corps mais cette chaleur n'est pas brusque et étouffante, elle est douce et enivrante. Cet apprentissage prend fin et un autre vient. Il y a tant de choses à découvrir qu'elle éprouve le besoin de se concentrer en quittant la compagnie de mes bras. Le froid s'installe peu à peu, la couverture n'est pas comme sa peau douce quand je la met sur moi. Elle se fait le légère toilette avant de revenir, je sens alors ses tétons tout dur et froid contre mon torse. Je l'entour alors avec bienveillance de cette couverture moins douce qu'elle.

- Par quoi veux-tu commencer ? Les bases de la magie ? Les espèces peuplant Arcaëlle ? Les coutumes ? Les peuplades ? Y en a des truc à dire... Je réserve le cours vestimentaire pour demain ! Va falloir qu'on se trouve de vraies fringues... De ce monde ci, je veux dire ! Pas de casquette ni de tenue de batteur ! Tu te fais trop remarquer avec ça.

- C'est vrai, me balader ainsi me met sur un autre plan que le votre. Même si je dois avouer, mes fringues vont me manquer mais franchement, j'aurai l'impression d'être déguisé comme pour faire une reconstitution historique mais bon... Je m'y accommoderai.

Je réfléchis alors un instant aux questions que je vais lui poser à voix haute.

- Je connais les races et animaux qui y habitent et même la flore sans jamais l'avoir vu en vrai. Je connais vos Dieux sans jamais les avoir prier pour espérer avoir une quelconque réponse sous une quelconque forme. Je sais ce que vous pouvez pratiquer comme magie sans jamais l'avoir vu ni testé. Je connais quelques coutumes que je trouve étrange... Il y a des livres écrient par mon père sur notre planète pour moi. Il avait certainement prévu que je vienne à la rencontre de Wraith. Après, mes connaissances sont très sommaires, je ne connais même pas les Xens et leur Dieu qui les aurait créer... Hum... Gadvaoi ( il le prononce Guad-va-oi) quelque chose comme ça je ne sais pas grand chose. Vos histoires, vos contes, le passé de votre planète, les anecdotes qui en découlent... . Pourquoi prier des Dieux timides qui ne se montrent pas ? Comment on peut les appeler ? On peut les "invoquer" ? Et vos cultes ? C'est très étrange... Vous en avez tellement ! Moi je n'avais que "Juge" comme Dieu, le seul et unique. On ne faisait pas d'hôtel ou de chose en particulier. On pouvais converser avec lui et il était toujours sous la forme d'un chat blanc avec de longs crocs. Ah et bien sûr, vos différentes rivalités. La principauté, le royaume... On a pas ça nous, enfin... Pas sous cette forme. Je n'ai jamais su comment s'est venue ! Et maintenant, ce qui n'était alors pas dans mes bouquin, "le Domaine". Pour moi, ce monde auquel je suis contrains d'appartenir est comme... Un rêve éternel d'Alice aux pays des merveilles.

Je m'arrête là, la serrant un peu contre moi en m'attardant sur ses cheveux.

- Et bon sang, comment tu peux avoir de si beaux cheveux sans shampoing et autres soins capillaire ?!
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : Demandez
Expérience : 127

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Domaine
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas
Dim 21 Oct - 12:26
- Pour répondre à ta dernière question, mon cher petit apprenti, sache que je prends soin de mes cheveux. Je ne sais pas trop ce que c'est du « champoing » mais il y a d'autres manières d'en prendre soin... savon et huile d'argan, voilà mon secret... Parce que je le vaux bien ! ajoutais-je en passant ma main dans ma chevelure, tout en basculant ma tête légèrement en arrière, avec un mouvement sensuel. Hum hum... Bref... Ça fait beaucoup de question d'un coup. Pour ce qui est de l'histoire d'Arcaëlle, je te mènerai à la bibliothèque d'Alzbey demain, après notre petite séance « relooking » ! Tu vas voir, ça va être « magnifyque » !

Je me blottis contre Vince, sentant qu'il ne faisait pas bien chaud en dehors de la couverture. Il fallait cependant que je garde une distance raisonnable pour ne pas qu'il soit distrait par mes charmes.

- Pour ce qui est des dieux, je peux t'en parler, je les connais assez bien, étant moi-même une semi-déesse. Tu l'auras compris, je suis la fille de Gar'Haz et d'une mortelle. Il faut déjà que tu sache un truc... Les dieux ont une façon de penser et de vivre largement différente de la notre. Ils ne vivent pas sur le même plan de l’existence, même si ça leur arriver de se pointer ici. La plupart du temps, ils le font sous la forme d'animaux : mon père, par exemple, prend souvent celle d'un corbeau, d'où la scène absolument ridicule que tu as pu constater tout à l'heure.

On entendit un corbeau croasser derrière la fenêtre, je soupirais à ce moment là, sachant que mon père nous écoutait attentivement, mais il ne semblait plus du tout hostile. Cela devait avoir un lien avec le fait que je donnais enfin une « vraie » leçon sur le monde d'Arcaëlle.

- Ça peut lui arriver de prendre l'apparence d'un autre charognard... vautour, coyote, mouche... Il régit le Royaume des morts, avec sa femme, Jurk, déesse de la compassion. Je n'ai jamais croisé de demie-divinité de Jurk... Je sais que Jurk prend souvent l'apparence d'une colombe ou d'une chienne, pour venir en aide aux arcaëlliens en détresse. C'est sûrement la déesse la plus à l'écoute de tous. Mon père la traite souvent de « sentimentale », mais bon... c'est aussi pour ça qu'il l'aime.

Je pris un temps pour réfléchir.

- Je ne vais pas te faire toutes le divinités ce soir, mais en résumé, chaque divinité est susceptible d'intervenir dans le monde des mortels... C'est juste qu'ils le font le moins possible pour protéger notre « libre arbitre »... Même si visiblement il y a des exceptions !!! hurlais-je alors en direction de la fenêtre pour me faire entendre de mon père. Bref... Quand à les contacter... Parfois la prière marche... mais pas très souvent... Le plus efficace pour les contacter, c'est à l'aide d'une demie-divinité. Je sais que pour contacter Gar'Haz, mon père, il faut que je fasse couler mon sang dans de l'eau. Je peux te montrer si tu veux... même si ça ne m'enchante pas trop... ajoutai-je entre mes dents.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 478

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Dim 25 Nov - 14:35
Donc j'ai dans les bras blottie et nue une demi-déesse et son père qui est un dieu s'est pointé sous la forme d'un corbeau et a sûrement remarqué ce qu'on foutait dans un lit d'un hôtel moyen. Ok, jusque là ça va. Je l'entends croasser derrière la fenêtre, nous entendant sûrement parler. Puis elle me raconte alors un tas de trucs sur leurs dieux, je trouve ça fascinant. Non pas que je trouve ça merveilleux ou autre adjectif qui louerai une quelconque admiration pour les dieux mais leur façon de fonctionner m'intéresse. A la fin, elle me dit qu'elle peut appeler son père en se blessant légèrement et en mettant son sang dans l'eau. C'est assez exagérer comme mode de fonctionnement pour les appeler, elle ne peut pas juste l'appeler avec un téléph- un... une prière ? Les dieux ne les entendent pas ?

- Inutile, ton père c'est sûrement le corbeau là qui nous écoute et puis je ne sais pas bien qu'est-ce que je pourrais lui dire sans prendre le risque de le vexer et de me faire désintégrer. Comme je suis c'est impossible qu'un de vos dieu m'écoute, si je comprends bien leur habitants ne leur sont pas tous si important. C'est un monde bien dur dans lequel tu vis Tahiri, heureusement qu'il y a le sexe. Dis-je en rigolant. Et euh... Bon du coup je m'éloigne beaucoup mais dans ma planète il existe des sortes de baies qui te fond planer et y'a des baies chez vous ? C'est l'alcool ? Je ne suis pas un consommateur avide, on a une fête tous les ans où c'est une sorte de trêve et tous le monde mange ces baies et on s'éclate jusqu'à être raide mort. Enfin, comme on ne pouvait pas mourir du coup ce n'est qu'une métaphore.

Je prends une légère pause n regardant la fenêtre, malgré les rideaux fermées, j'ai l'impression qu'il nous regarde. J'ai envie de la faire partir mais je suis bien trop à mon aise là où je suis, au chaud avec la jolie Tahiri. Plutôt que d'aller le faire partir en me levant, j'espère le faire partir avec ceci. Je me penche et prends ma botte puis la lance contre la vitre de la fenêtre.

- On aimerait être tranquille sans que papounet se touche la nouille en nous regardant !

Je prends la main de Tahiri en la regardant.

- Faudrait t'émanciper, pourquoi il est tous le temps sur ton dos ? Les demi-déesses doivent faire des choses en particulier ou il est juste pot de colle ? Il surveille ce que tu vas m'apprendre ? Il est inquiet parce que je ne suis pas un type suffisamment bien pour aller m'enjailler avec toi ? C'est sûr que Wraith, mon frère ça l'aurait sûrement moins dérangé. Ah... Si tu l'avait rencontré... On dirait un sage ! Il est gentil, doux, un vrai nounours. Enfin je dis ça mais on a pas trop prit le temps de rattraper le temps perdu.

Je hausse un peu la voix.

- Lui au moins respecte ma vie privé pas comme certains avec leurs filles.

Je regarde Tahiri en riant.

- On dirait ce contes là... euh... Celui avec la princesse et le dragon. Elle est enfermée dans une tour et le dragon ne la laisse pas sortir ni ne laisse entrer personne.
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : Demandez
Expérience : 127

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Domaine
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas
Mer 28 Nov - 21:27
Je regardais avec dépit Vince balancer sa botte contre la vitre pour faire dégager mon corbeau qui croassa de plus belle. Je me pinçai l'arrête du nez, sentant que j'allais sûrement payer pour son affront. On n'était pas dans la merde, tiens.

- Faudrait t'émanciper, pourquoi il est tous le temps sur ton dos ? Les demi-déesses doivent faire des choses en particulier ou il est juste pot de colle ? Il surveille ce que tu vas m'apprendre ? Il est inquiet parce que je ne suis pas un type suffisamment bien pour aller m'enjailler avec toi ? C'est sûr que Wraith, mon frère ça l'aurait sûrement moins dérangé. Ah... Si tu l'avais rencontré... On dirait un sage ! Il est gentil, doux, un vrai nounours. Enfin je dis ça mais on a pas trop prit le temps de rattraper le temps perdu, finit-il par dire.

C'est vrai, il m'en a déjà parlé mais j'ai pas eu l'occasion de lui dire que je connaissais Wraith, ça va être l'occasion d'en parler. Mais avant que je puisse en placer une...

- Lui au moins respecte ma vie privé pas comme certains avec leurs filles, dit-il à haute voix.

Il se tourna vers moi et on se mit à rire. C'était assez drôle, je devais avouer. Connaissant Wraith je n'en doutais pas un instant. Et il rajoute :

- On dirait ce conte, là... euh... Celui avec la princesse et le dragon. Elle est enfermée dans une tour et le dragon ne la laisse pas sortir ni ne laisse entrer personne.
- Ah ouais, même qu'il y a un âne qui parle et que la dragonne en tombe amoureuse. Et y a ce type vert, un ogre qui est là pour sauver la princesse et... Hum... Je dois sûrement me tromper d'histoire, vu ta tête !

On se marre à nouveau et j'enchaîne.

- Bon... Et ben laisse moi te dire qu'en fait, je crois bien connaître ton jumeau, Wraith ! Et fait j'ai pas trop eu l'occasion de t'en parler quand tu as abordé le sujet pour la première fois ! Mais ouais... au début j'ai bien reconnu ta similitude avec ton frangin, sauf que vu que t'avais des ailes... Puis je viens de me rappeler qu'en fait Wraith était un xen à la base... Même si Grégoire le prend pour un elfe, mais ça c'est un détail. Bref... Tout ça pour dire que je le connais ! Mais tu sais pas la meilleure !

Je commençais alors à lui conter ma rencontre avec Wraith ainsi que notre quête pour aller récupérer la mandoline magique d'un vieux marchand. Je lui expliquai avec force détail comment tout ceci s'était passé. Faisant fit des moments les plus gênant de cette histoire pour un faire une vraie aventure totalement épique. Je lui racontai donc comment j'avais affronté à moi toute seule une bande de quarante voleurs avec la force du Ho'kouto nokeh'ne, un art arcaëllien ancestral qui permet de décupler sa force et de terrasser des ennemis à mains nues.



Je lui expliquai également que Wraith m'avait aidé malgré lui à terrasser des aracnors près à la « dévorer » selon lui. Je me mis d'ailleurs à exploser de rire quand je lui racontais ça.

- Non mais je me suis trop marré ! Ahahah ! Il a cru que les aracnors mangeaient les xens, comme les araignées mangent les papillons ! C'était trop drôle ! T'aurais vu comment il a paniqué !!! Mais le gars il a tellement pas compris que j'en ai profité pour lui donner un coup si puissant qu'il s'est retrouvé accroché dans les arbres.

Je lui racontais alors l'ultime affrontement avec le reste de la troupe de voleurs, comment j'avais héroïquement arraché la mandoline des bras du chef de la troupe avant de confier l'instrument à Wraith avant qu'il ne joue sa petite chansonnette et que toute cette histoire se finisse en comédie musicale, avec les voleurs qui dansent avec moi avant de se retrouver en geôle.

- Tout ça pour qu'au final le vieux nous donne une minuscule bourse d'argent et la mandoline... J'étais un peu verte quand même...
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 478

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Dim 2 Déc - 17:13
Je tente de me calmer un peu, sentant que j'allais encore péter un câble pour rien du tout quand elle me parla d'un type vert et une dragonne amoureuse qui fait retomber toute la rage passagère. Elle rit de mon regard d’incompréhension avant de m'avouer avoir déjà rencontrer mon frère. Très surprit, j'écoute alors attentivement ses aventures avec mon frère. J'aais l'impression de me rapprocher de lui en entendant Tahiri le décrire. Elle raconte bien les histoires je trouve, en même temps qu'elle me parle j'imagine mon nigaux de frangin essayer de voler au secours de Tahiri. Et sans déconner, comment il peut croire un truc aussi loufoque à partir des insectes dans la nature ? Il a une grande imagination ça c'est sûr ! J'explose de rire avec elle, imitant mon frère ayant une tête effrayé devant un aracnor. On rit comme deux enfants aux bêtises et à la fin rocambolesque du récit.

- Ahah ! La vie est plutôt ironique avec lui vu que son petit est à demi-aracnor ! Je ne connais pas mon frère depuis très longtemps et quand enfin j'ai pu le rencontrer il m'a ordonner de quitter le domaine de Grégoire pour aller faire je ne sais quoi dehors. "Renouer avec tes racines" qu'il me disait ! En arrivant, après l'avoir sauvé, tous ce que je voulais c'était rattraper le temps perdu avec lui. Là-bas, les seuls rares moments où je le voyais c'était qund il était au bord de la mort et qu'il allait dans l'océan de l'infini. Il ne s'en souvient jamais comme un peu près n'importe qui étant passé à ça, (je fais le geste avec ma main pour lui montrer la proportion) de la mort.

Je me rallonge nonchalamment avant de finir.

- Je sais ce qui m'attends après la mort alors ça ne me dérange pas.

Je me remet à rire, pouffant sans pouvoir m'arrêter.

- Les aracnors mangeurs de Xens... Heureusement que ce n'est pas le cas ! De plus, si ça l'aurait été il serait pas prit pour cible vu que, comme le dit Grégoire, il ressemble à un elfe. Ah la la...

Je me relève pour m'habiller en allant chercher ma botte puis ramasse la fringue de Tahiri.

- Se serait drôle si toutes les efles seraient comme toi. Enfin, tu es une demi-déesse mais c'est pas grave. (je regarde la robe en riant) Rien à voir mais tu ne peux vraiment plus enfiler cette tenue ! Ton super corps de bombe a tellement affaiblit les coutures que la mettre reviendrait à faire l'arrêt de mort de celle-ci.

Je regarde les beaux rideaux entre autres et eu une idée. Je souris en m'habillant, lui disant que j'avais une idée pour éviter qu'elle sorte nue de la chambre où qu'elle porte une autr habit trop serré pour elle. Je ne suis pas couturier et franchement, je n'en avais pas vraiment envie cela ne m'étais jamais venu à l'idée puisque je pensais être un faucheur ou plutôt un "batteur" et rien d'autre. Par contre, moi aussi, j'ai des idées et de l'imagination comme mon frère mais au lieu d'imaginer des trucs abracadabrantesques comme mon frère je préfère que cela me serve pour autre chose même si je ne m'attendais pas à ce genre d'usage : habiller une jolie demi-déesse. J'arrache les draps et commence à les plier sur Tahiri qui se laisse faire sans vraiment comprendre. J'étais très doué en origami et quand j'ai fouiller un sanctuaire une fois, je suis tomber sur un cadavre avec un magnifique drapé. J'ai voulu en apprendre plus et je suis tombé dans la confection d'habit en drapé avec pour seul fermeture des fibules. Là se sera le rideau et les trucs y ressemblant les tenant tous auparavant. Et oui, on s'ennuis beaucoup entre deux morts revenant à la surface. Une fois le travail terminer, j'admire mon oeuvre et pour une première avec de simples rideaux c'était pas mal du tout.

- T'es vraiment très jolie Tahiri.

Posé sur le lit, je regarde le décolleté puis le serre-taille jusqu'au bas plutôt long où l'on ne voit quasiment pas ses jambes. Ce rideaux de couleur bordeaux lui va vraiment bien même si à mon avis, avec un physique pareil, tout doit lui aller même un sac à poubelle.

- Et si on sortait ? Je sais qu'il est tard mais Arcaëlle by night ça doit être sympa en plus si bien accompagné ! Que fond les arcaëlliens le soir ? Ils s'amusent comment ? Ils s'amusent au moins hein ?

Je me rends compte que j'ai dit des mots inapproprié par rapport au contexte et je ris.

- Il va falloir que j'apprenne un peu votre vocabulaire, comment on dit quand on passe une soirée dehors en bonne compagnie ici ?
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : Demandez
Expérience : 127

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Domaine
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas
Mer 5 Déc - 7:29
Je regardais avec étonnement Vince se lever pour aller s'habiller. Intriguée, je le laissais faire tout en m'étirant.

- Se serait drôle si toutes les elfes seraient comme toi. Enfin, tu es une demi-déesse mais c'est pas grave, me dit-il
- Ça serait un beau bordel, ouais...

Il se mit à fixer la robe qui trônait sur l'une des chaises présentes dans la pièce avec un air amusé.

- Rien à voir mais tu ne peux vraiment plus enfiler cette tenue ! Ton super corps de bombe a tellement affaibli les coutures que la mettre reviendrait à signer l'arrêt de mort de celle-ci.
- Hé ! Je suis une demi-déesse de la mort ! Ça devrait être mon devoir de l'achever ! plaisantai-je. Mais pas sûre qu'une robe puisse compter pour mon paternel.
- Je crois que j'ai une idée pour t'habiller provisoirement ! me confia-t-il.

Je levais un sourcil circonspect et attendit sagement qu'il m'explique. En vérité, ça ne m'aurait pas dérangé de me trimbaler à poil, même si je me doutais que ça m'aurait attiré des ennuis, ce que je voulais éviter pour le moment, surtout que je n'avais plus rien sur moi. Il commence à enlever les draps du lit et les rideaux accrochés à la fenêtre. Je le regarde toujours avec un air aussi incrédule. Mais que faisait-il avec ça ? Il les passe finalement autour de moi, commence à plier, attacher avec ce qu'il lui tombe sous la main. Au bout d'un moment il se recule et admire avec fierté.

- T'es vraiment très jolie, Tahiri ! déclara-t-il.

Je pris un air dubitatif et me regardai alors de bas en haut. Je décidais alors de gagner la salle d'eau où se trouvait un miroir assez grand pour que je puisse m'admirer sous tous les angles. Mon dieu ce que c'était ridicule. J'avais l'impression de ressembler à l'une de ces demi-déesses de l'ancien temps qui étaient adulées et admirées par les foules de croyant. Mais finalement je finis par apprécier cette tenue d'emprunt. Je me la joue un peu devant la glace, bombant la poitrine pour voir de quoi j'ai l'air. Oh oui ! J'aime ça ! J'ai toujours la classe, même avec un rideau en guise de vêtements.  

- Tu sais que t'es canon, toi ? dis-je à mon reflet.
- Et si on sortait ? demanda-t-il soudainement, ce qui me fit revenir rapidement à la réalité. Je sais qu'il est tard mais Arcaëlle by night ça doit être sympa en plus si bien accompagné ! Que fond les arcaëlliens le soir ? Ils s'amusent comment ? Ils s'amusent au moins, hein ?

Je haussai à nouveau un sourcil et me tournai vers lui avec un air intrigué.

- Il va falloir que j'apprenne un peu votre vocabulaire, comment on dit quand on passe une soirée dehors en bonne compagnie ici ?
- Ici, on dit qu'on va s’enjouer ! Ou alors qu'on va se mettre minable si t'as l'intention de picoler ! Ou alors juste... passer une soirée à s'amuser ! Alors si c'est ce que tu veux faire... On va le faire ! Parce que tu sais quoi ? Je suis la Reine de la Nuit, et qu'Alzbey, elle, ne dort quasiment jamais ! Allons boire l'alcool et manger la nourriture des démocrates !



Nous quittâmes rapidement la chambre, emportant la clef avec nous. Quand nous arrivâmes au rez-de-chaussé, nous passâmes rapidement entre les tables sans nous arrêter. La serveuse qui nous avait accueilli nous vit alors et remarqua très vite que je revêtais les rideaux de la chambre.

- Hé ! Mais qu'est-ce que vous faites !! Vous ne pouvez pas partir avec les rideaux de la chambre en guise de vêtements ! Revenez !
- Désolée ma poule, fallait me filer autre chose qu'une robe pour gamine. Elle a rendu l'âme votre foutue tenue. Mais promis, j'vous les ramène ! Là, on va s'éclater !!!
- Non ! Revenez !! Je vous interdis de...
- C'est le moment d'y aller !!!

Je pris Vince par la main et le tirai avec moi dans une course endiablée pour fuir la colère de la tenancière qui finit par abandonner la poursuite. Après un moment, et nous être assurés que nous n'étions plus suivis, nous décidâmes qu'il était temps de choisir une destination. C'est alors que je me rendis compte que nous étions non loin du palais de la Damert'Ban. Il y avait de la musique et des rires qui s'échappaient de là-bas, sans parler de la lumière allumée quasiment partout dans l'ancienne forteresse du Dieu Empereur.

- Tu vois, ça ? C'est le palais des démocrates ! Avant, il était la résidence principale des Dieux Empereurs. Le dernier en date, c'était Morloc, un sale enfoiré ! Et tu sais quoi ? L'Enac lui a sacrément botté le cul ! Oh oui ! L'Enac... ahahah ! Une tahora, et une sacrée bombasse à ce qu'il paraît ! Elle avait un œil vert et un œil bleu selon la légende, un peu comme toi avec ton œil vert/bleu, et ton œil couleur... je sais pas trop quoi. Tout ça pour dire que l’Empire a été démantelé et que maintenant, et bien y a le gratin de la démocratie qui se réuni ici. Au final, c'est l'Alpha qui dirige le tout maintenant. Cet enfoiré a trouvé la bonne planque pour éviter de passer le flambeau. En temps normal, c'est censé changer d'Alpha tous les je sais plus combien d'année, mais là... Ce salopard se la joue un peu dictateur. Un jour je crois qu'il a dit un truc comme : « Je suis la Démocratie, ma personne est sacrée ! » Bref... C'est plus tellement la démocratie du coup, tu l'auras compris. On est plutôt sur de la dictature... même pas de l'oligarchie à ce point là. Mais ce soir, on ne va pas s'en plaindre, et tu sais pourquoi ? Parce qu'on va carrément en profiter ! Bouffe et boisson gratis à volonté ! C'est parti !

Il eut l'air surpris et un peu déboussolé, mais mon assurance sembla le rassurer. Avec un grand sourire aux lèvres, je me dirigeai donc avec mon compagnon vers le palais de la Damert'Ban, le pas sûr, la démarche altière. Ce soir, rien ne m'empêcherait de faire la fête comme jamais. Une fois arrivés devant l'entrée de la forteresse, mes doutes furent confirmés : il y avait bien une grosse fiesta organisée par l'Alpha à l'intérieur des murs. Il fallait absolument trouver un moyen de passer les gardes, et pour ça, j'avais ma petite idée. Il y avait une charrette de foin garée au bout de la rue qui était légèrement en hauteur par rapport à l'entrée. Avec un peu de force, il serait facile de la faire dévaler la rue et attirer l'attention des gardes pendant que nous tentions d'entrer.

- Je vais te montrer comment on s'invite à une fête dont on n'a reçu aucune invitation... c'est parti !

Une fois en haut de la côte, j'enlevais la cale qui bloquait les roues de la charrue et usait alors de mon fluide de vent pour la projeter en avant. Cette poussée fut suffisante pour faire dévaler la charrette qui passa à quelques centimètres des gardes qui, étonnés, partirent à sa poursuite.  

- Yes ! Ah ah ! Trop facile ! C'est parti !

Je fonçais comme une dératé avec mon complice jusqu'à l'entrée du palais qui menait à la cour principale. Il y avait une patrouille en temps normal, mais elle était partie à la suite des six autres types qui gardaient l'entrée. Il ne restait plus grand monde pour surveiller, cependant il en restait assez pour nous empêcher de rentrer comme ça. Je me mis à réfléchir quand me vint une idée.

- Hé hé ! Si on peut pas rentrer par la porte d'entrée, je sais comment on va passer ! Je connais un peu ce palais, suis-moi !

Je nous fis aller jusqu'à un petit coin reculé de la place fortifiée et me mis à calculer, comme ça, de visu, la hauteur du mur. Je fus satisfaite de mon calcul et fis signe à Vince de venir avec moi. Je le pris par la taille et le regardai droit dans les yeux.

- Prêt à t'envoyer avec moi jusqu'au septième ciel ?
- Toujours ! Même si je suis pas sûr que ça soit ni l'endroit, ni le moment.
- Petit coquinou, va ! Tu vas comprendre ! Thâ'Svild !

BOOM !!! Une puissante poussée d'air nous propulsa en l'air, j'invoquais un autre sort juste après, Thâ'Owyn, pour ralentir notre chute et nous arrivâmes finalement en haut du mur. Secoué par cette expérience, Vince sembla toutefois s'en amuser.

- C'marrant, hein ? lui demandai-je. Y a une porte dérobée par ici. On devrait pouvoir atteindre la salle de réception en toute discrétion par là. On se ferra même pas remarqué. Avec nos dégaines étranges, ils vont nous prendre pour des bouffons, ou autre au pire des cas, on se fondra facilement dans la masse quoi. Mais tu sais quoi ? C'est surtout l'heure de s'amuser !!! A nous les p'tits fours et l'alcool à gogo ! Longue vie à l'Alpha ! Mouahahah !
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 478

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Dim 9 Déc - 12:23
Tahiri eu une idée pour nous amuser et nous quittons soudainement l'auberge malgré les revendications des employés. Nous courrons à toute allure pour aller dans un endroit nommé "le palais des démocrates". Et évidemment, comme elle me l'a largement souligné, qui dit "palais" dit fête luxueuse. Je ne sais pas trop à quoi l'attendre à l'intérieur, quel genre de fête ce fameux "Alpha" donne à ses invités ? Tahiri me donne alors un cours d'histoire sur cet "Alpha" et sur les "démocrates", m'expliquant alors un peu la situation. Je ne savais pas trop quoi en penser, il me fallait un moment avant digérer ça mais Tahiri semble confiante. Je me dis donc que ce n'est pas la première fois qu'elle s'invite à une fête privée.

Ma réflexion fut bonne, en effet, Tahiri se faufile telle une ninja en distrayant les gardes. Je la suit, bien évidemment puis nous nous retrouvons face à un obstacle de taille et ce n'est pas peu de le dire. Quand il s'agit de fête, la demi-déesse donne tous ce qu'elle a pour réussir son objectif. Elle nous fit monter grâce à sa maîtrise du vent. Je n'avais jamais volé ni lévité. C'était plutôt amusant et j'étais soulagé qu'elle ne me demande pas de voler.

- C'marrant, hein ? Qu'elle me dit. Y a une porte dérobée par ici. On devrait pouvoir atteindre la salle de réception en toute discrétion par là. On se ferra même pas remarqué. Avec nos dégaines étranges, ils vont nous prendre pour des bouffons, ou autre au pire des cas, on se fondra facilement dans la masse quoi. Mais tu sais quoi ? C'est surtout l'heure de s'amuser !!! A nous les p'tits fours et l'alcool à gogo ! Longue vie à l'Alpha ! Mouahahah !

- Héhé ! J'avouerais que juqu'ici on s'amuse plutôt bien. Allons nous fondre dans la masse, manger et boire dans l'opulence la plus totale ! J'espère que les fêtes de cet "Alpha" ne sont pas trop glauques, qui sait ce que peux bien inventer un riche qui s'ennuis !

Nous sortons peu à peu de l'ombre, allant vers le centre de la cours principal où la fête battait son plein. Les gens sont bien parés, leurs vêtements seuls montre très bien leur fortune. Fête guindé sans bizarrerie. Cela ressemble à une fête normal sans être trop coincé. Quelque chose cloche cependant mais je ne serais pas dire quoi. J'hausse les épaules, peu importe ce qu'ils va se passer, j'ai l'intention de goûter à tous ce qu'il se trouve sur les banquets. De manière tout à fait naturel, nous nous hâtons vers le grand buffet principal quand une demoiselle me tend son verre en me disant le moins aimablement du monde : "Un autre !" Je crois qu'elle me prends pour un serveur. Je suis en noir et blanc comme eux cela dit mais mes habits sont différents... . Elle n'a pas remarqué ça et je pense qu'elle s'en fiche. Les gens riches ne prennent même pas la peine de regarder les serveurs en face et d'être poli. Mille idées de réponses m'ont traversé l'esprit et j'eu très envie de la tourner en ridicule. Un sourire se dessine sur mes lèvres.

- Bien sûr !

Je lui apporte alors un verre, comme je ne sais pas ce qu'elle voulait car je n'y connais rien, je lui ai apporté une boisson gazeuse et coloré d'un jaune scintillant. Bien sûr que j'y ai mit quelque chose ! Elle me le prends l'air de rien et se mit à le boire. Elle commence alors à tousser, à vouloir recracher la chose qui restait coincé dans sa gorge. M'étant éloigné, j'avais tout le loisir de contempler cette morue devenir rouge et se ridiculiser. Elle y sort sur son interlocuteur, tâchant son veston blanc au passage le truc rond ou plutôt ovale et vert que j'avais mit dans son verre. Intérieurement je me bidonne de rire. Elle accuse alors un serveur de lui avoir fait ça mais évidemment, elle ne pouvait pas leur dire qui c'était. Furieuse, elle quitte la cours en pestant avec sa voix aiguë et stridente insupportable.

Je reprends donc mon activité principal : manger. Il y avait pleins de bonnes choses qui m'étais inconnu. Je goûtais à chaque chose en me demandant ce que c'était. Avec la plus grande aise du monde, je m'assis à une table petite et ronde. Je déguste alors mes petits fours que j'avais emporté dans une grande assiette. Je regardais avec attention comment les cuisiniers avait coupé, taillé, bouillit leur ingrédients. Je goûte le machin ovale et vert et il y avait un noyaux dedans. Cependant, c'était plutôt bon. Comme boisson je suis resté à l'eau. Leur truc jaune qui pétille semble encore trop bizarre pour moi. Je regarde Tahiri qui semble s'amuser et être comme un poisson dans l'eau.

Soudain un elfe s'approche de moi en souriant, tenant deux verres de leur trucs pétillants. Il sent le coup fourré à deux kilomètres celui-là.

- Puis-je m'asseoir avec vous en vous offrant ce verre ? Me demande-t-il.

Je réfléchis un court instant avant de sourire.

- Seulement si vous m'apporter les petits fours qui manquent et que je n'ai pas goûté.

Il eu un air étonné l'espace d'un instant puis avec le plus aimable des sourires il va chercher ce que je demande. Je regarde attentivement ce qu'il prends. Comme je m'en doutais, il savait exactement ce qu'il manquait. Il m'a donc bien regardé depuis un moment. Depuis quand ? Aucune idée. Il me les apporte donc avec un grand sourire et me les dispose avant de me poser le verre. Il s'assoie ensuite presque en-face de moi. Si nous étions sur une pendule, je serais à douze heure et lui à neuf heure.

- Je suis Aloïs Laval. C'est la première fois que je vous vois, vous êtes ?

- Vince et c'est normal, je suis nouveau.

- Nouveau ? Hum... Intéressant. Vous aimez notre buffet, Vince le nouveau ?

Ce type gâche mon plaisir, qu'est-ce qu'il me veut ? Pourquoi me regarder avec cet air lubrique ? Il ne peut pas se contenter de m'ignorer comme tous le monde ?!

- En effet mais vous n'êtes pas venu vous asseoir pour parler petit-four alors qu'est-ce que vous me voulez, Aloïs ?

Il me fait encore sa tête surprise. Ça va être un running gag !

- Seulement si vous le voulez Vince. Me dit-il. J'aimerai connaitre une personne aussi mystérieuse telle que vous. Vous voulez bien me faire l'honneur qu'on se fasse la conversation ?

Pourquoi quand il dit mon prénom ça sonne bizarrement ? Qu'il est lourd... Je ne sais pas faire moi, repousser gentiment les gens en restant poli. Je regarde la cours en espérant retrouver Tahiri qui, je suis sûr, n'est pas bourrine quand elle le veut.

- Je vous perturbe à ce point Vince ? Allons, ne soyez pas timide, manger donc vos petits fours.

Je tourne mon regard vers lui et je constate qu'il s'est nettement rapproché de moi en tendant un petit four qu'il avait été cherché pour moi. Il me veut quoi ce type ? Elle est passée où Tahiri ?! J'allais lui répondre quelque chose mais il m'enfourne dans le bec un petit four, tout content de lui. Il me tend ensuite le verre comme si j'étais un bébé.

- Buvez Vince, vous verrez que c'est aussi très bon.

Pourquoi il est si près ? Il ne sait pas ce que c'est "l'espace vital" ?! Je suis venu pour m'amuser, pas pour qu'on s'amuse de moi !

- Je ne suis pas un enfant, je peux très bien déguster mon repas tous seul.

Je prends son verre puis le boit d'une traite avant de me rendre compte que quelque chose dans ma gorge de solide est passé avec. Il rit.

- Je voulais vous faire cette même blague que vous avez faites sur vous mais vous avez une plus grande gorge Vince.

Alors il a tout vu. Il est venu venger cette morue c'est ça ? Il me dit qu'il part chercher une serviette pour moi et un autre verre, blaguant sur le fait que celui-ci ne contiendra que du liquide. Je le vois s'en aller près du buffet et y voit enfin Tahiri. Je lui fais un "help-me" discrètement en pointant l'elfe dans son dos et en montrant d'un signe qu'il est taré. J'espère qu'elle comprendra... .
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : Demandez
Expérience : 127

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Domaine
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas
Dim 9 Déc - 14:27
Une fois arrivée dans la salle je constatais que la réception est plutôt guindée. Je sentais qu'on allait bien s'amuser, et pour cause, le buffet semblait riche en victuailles et en boisson. Je cherchais de l’œil si je pouvais trouver un accessoire maquillant un peu plus ma tenue quelque peu excentrique et trouvai une couronne de fleurs. Je m'en saisis et en coiffai ma tête après m'être attaché les cheveux en une queue de cheval, avec cela, je passerai pour une vraie excentrique.

Assoiffée et affamée, je me précipitai avec calme vers ces tables couvertes de nourriture. En passant, j'extirpai quelques bijoux en toute discrétion à des petites bourgeoises qui étaient déjà bien imbibées, assez en tout cas pour ne pas se rendre compte que je leur soutirai leurs bagues et bracelets. Je m'en revêtais au fur et à mesure, jubilant intérieurement. On remarqua tout de même ma présence assez rapidement et j'eus beaucoup de murmures à mon passage. L'on m'arrêta en pleine route : un élégant humain se posta devant moi, deux verres en main. Il avait un sourire niais que je trouvais absolument insupportable mais je m'abstins de lui faire part de mon avis à ce sujet.

- Quelle allure ! Je n'avais jamais vu tel accoutrement ! Quelle merveille !
- Et à qui ai-je l'honneur ? Vous ne savez pas qu'il est malpoli de s'adresser à une dame s'en s'être présenté en premier lieu ?
- Oh... Oh pardon, je suis confus ! Quel manque de manière de ma part ! Leoden Garvick ! Je suis delta du département des réseaux de voirie ! À qui ai-je l'honneur ?
- Ça existe vraiment, ça, comme poste ? m'étonnai-je à voix basse. Hum hum... Triviana Everstraüss, prêtresse de Gar'Haz
- Cela explique la tenue ! s'exclama Leoden.
- A vrai dire, c'est assez exceptionnelle comme tenue de prêtresse. Nous ne les portons que dans certaines occasions.
- Et quelle occasion... Vous êtes si ravissante. L'on dirait une véritable déesse.
- Vous y êtes presque, très cher !

Un homme dans un costume de domestique s'approcha de moi et me tendit un plateau où se trouvaient des verres remplis de vin pétillant. Trop heureuse d'avoir l'occasion de boire, je me saisis d'un des verres et remercia l'homme avant de boire la coupe à moitié, en une seule gorgée.

- Et bien ! Quelle descente ! s'étonna Leoden.
- Et encore, vous n'avez rien vu ! dis-je amusée.

J'attrapai des petits fours au passage d'une domestique et en engouffra une partie dans le gosier avant de tendre mon verre au type face à moi.

- Vous m'excuserez ! Il faut que je rejoigne quelqu'un !
- Mais... heu...
- Bonne soirée, monsieur le delta !

Je m'esquivai donc, arrachant à un plateau qui traînait là un nouveau verre de vin pétillant. Je m'étonnai d'y voir flotter des olives.

- Des olives ? Ça vient du sud de Kaïl ça ! On est totalement au nord... Cool !

Je croquai dedans, mâchonnai l'olive avant de cracher le noyau dans le verre d'un autre convive qui ne me vit pas faire et partis en sifflotant. Je me mis à déambuler dans la salle avant de remarquer le pauvre Vince au prise avec un espèce d’hurluberlu efféminé qui avait manqué de le faire s'étouffer avec une olive. Oh, toi, mon bonhomme, tu vas pas regretter ton voyage ! Vince me fit signe de lui venir en aide et je hochai de la tête pour lui dire que je m'en occupais.

Alors qu'il passait non loin de moi, je pris l'homme par le bras et le traînai avec moi.

- Mais... que... Je... Mais madame ! Qui êtes-vous ? Et pourquoi me prenez-vous par le bras... ?
- Chuuuuuuutttttt ! Laissez-vous faire, très cher ! J'ai une surprise pour vous...  
- Mais... J'étais avec ce charmant jeune homme, et...
- Justement ! Je le connais bien ! Si vous le permettez, j'aurais quelques mots à vous dire ! Cela vous aidera à mieux l’appréhender !
- Vraiment ? Quel bonheur !
- Assurément ! Faites moi honneur !

Je tirai donc le gentilhomme vers un endroit reculé de tous. Dans un couloir, derrière une colonnade, je profitais de l'effet de surprise pour assommer le type. Je lui enlevai alors ses vêtements avant de l'attacher et le bâillonner avec.

- Voilà... Ça te calmera mon p'tit père !  

Vince finit par me rejoindre et s'étonna de voir l'autre étalé à terre.

- T'en fais pas ! Il est juste assommé ! Viens ! On va bouffer !

Le xen en profita pour lui donner un grand coup de pied dans le bide avant de repartir avec moi. Nous étions fort amusés de la chose. Après un moment à nous être bâfrés, nous remarquâmes alors la présence d'un type avec des ailes de xen qui se démarquait des autres. Il avait l'air grognon, assis sur son trône. Il n'avait visiblement pas la tête à faire la fête. Je le pointai alors du doigt et expliquai à Vince.

- Tu vois ce mec ? C'est l'Alpha... Tarik Jazeber ! Il est censé représenter l'autorité en Kaïl... Normalement il aurait dû être remplacé depuis un moment, c'est une démocratie ici, mais il a magouillé pour garder le pouvoir. En tout cas... Faut avouer qu'il est bel homme le bougre ! Je comprends pourquoi certaines arcaëlliennes s'évanouissent à son passage. Fu fu fu ! Viens, on va s'approcher !

Je tirais Vince vers l'endroit où se trouvait l'Alpha qui regardait avec déprime l'intérieur de sa chope de cervoise. Il était entouré de ses plus proches et fidèles comparses, les bêtas comme on les appelés, des hommes que l'on disait pas des plus recommandables. Ils avaient peut-être des allures élégantes, mais ils cachaient bien leur jeu. J'avais entendu dire que certains avaient fait taire quelques ennemis politiques à son règne.

Il y avait son second, Terion Falen, un petit früll qui portait une tenue impeccable. Il était en grande discussion avec Tarik qui semblait toujours absorbé par le fond de sa chopine.

- Allez, Tarik ! C'est la fête ! Il y a des jolies filles, tout le gratin d'Alzbey, et de la bouffe à volonté ! Qu'est-ce qui te tracasse ?
- Bah... C'est cette histoire avec Grégoire Boisdefer... Je ne supporte plus ce type... Il me vole la vedette ! Je ne suis plus qu'un misérable...
- Oh, non, allons ! Il ne faut pas s'en faire... Ça va s'arranger !
- Et comment ? Je suis sûr que ce félon est déjà en train de conspirer contre moi !

Une musique commença à s'élever à mon grand étonnement et Terion sembla alors en profiter pour s'exprimer... en chantant. Oui oui... Je ne déconne pas ! Il chantait ce con !

Note RP : C'est sur ce thème là


Terion :
Je n'aime pas te voir malheureux, l'Alpha
Et complètement flagada !
Tout le monde voudrait être comme toi l'Alpha
Même avec tout c'bazar là.
De tout Arcaëlle, c'est toi le gourou
C'est toi le préféré de tous
Toutes les arcaëlliennes devant toi sont à genoux
J'ai même pas besoin d'expliquer à tous !

Il y eut comme un moment de suspension. Tout le monde était alors accroché aux paroles de Terion. L'Alpha regardait légèrement dépité et soupirait comme un buffle. Mais Terion repris :

Terion :
Le plus fort, c'est l'Alpha
Le plus retors, c'est l'Alpha
Et personne ne sait ruser aussi bien que l'Alpha
Un cador qui a du bsurt et des manières !
Du bon goût et de l'assurance,
Demandez à Flugus, Tardin ou Lesber
Ils vous diront ce que tout l'monde en pense !

Il désigna les trois gredins en question et tout le monde commença à entonner alors :

Tous :
Le plus sûr, c'est l'Alpha
Le plus dur, c'est l'Alpha

Terion :
Personne ne le surpasse, c'est un vrai mâle Alpha

Tarik se leva alors de son trône à nouveau plein d'assurance et déclara, en chantant lui aussi :

Tarik :
J'ai un corps de vrai dieu, malin comme Kaliqua

Tous :
A quelle puissance, cet Alpha !

Tout le monde commença à trinquer, avec chopes et verres. Tout cela me semblait surréaliste et je restai spectatrice de ce bazar que Vince ne comprenait pas non plus.

Tous :
Hip hip hourra ! Hourra hip hip !  

Terion :
L’Alpha est divin, tout le reste ne vaut rien !

BLAM !!! Terion venait, dans son enthousiasme, de vidé sa chope de bière en pleine tronche de l'Alpha qui l'attrapa par le cou et le balança dans la foule qui se remit à chanter.

Tous :
Le plus beau, c’est l’Alpha
Le plus costaud, c’est l’Alpha

Lesber :
Quand il est à la guerre personne se bat comme l'Alpha

Donzelles :
C'qu'il est grand, c'qu'il est beau et bien battis !

Tarik :
Ça c'est du vrai muscle en acier !

Terion :
Il n'est pas ni faiblard, ni petit !

Tarik :
Et ma moustache si brillante fait ma célébritééééé !

Déclara avec joie Tarik qui fit enrouler la dite moustache autour de son doigt avec un clin d’œil. Et tout le monde se remit à chanter

Tous :
Le plus coriace, c'est l'Alpha,
Le plus teigneux, c'est l'Alpha

Terion :
Au concours de couteau personne lance comme l'Alpha,

Tarik :
Je suis vraiment très doué avec les coutelas !

Il se saisit de poignards et les lança en l'air, brisant plusieurs verres avec un dextérité déconcertante. Je restai coite et même admirative devant cela.

Tous :
A qu'il est bon cet Alpha !

Tarik poussa la foule et se saisit de gigot bien dodu avant de les lancer en l'air pour jongler avec. Tout le monde était épaté par tant d'adresse.

Tarik :
Quand j'étais petit j'manger un-deux gigots
Pour être le plus grand, l'plus fort, l'plus beau !
Maintenant que chuis grand j'en avale au moins quatre
C'est pour ça que personne peut me baaaattre !

Bam ! Un gigot tomba sur la tête de Terion qui pleurnicha. Tout le monde se remit à pousser à la chantonette.

Tous :
Personne mire comme l'Alpha,
Personne tire comme l'Alpha,

Terion :
Et personne n'a l'épée ni l'armure de l'Alpha.

Tarik :
J'collectionne les conquêtes, j'en ai même à Kelya !

Tous :
C'est un vrai dieu !
C'est vraiment merveilleux !

Qui est l'patron, le roi
Tout le monde vous l'dira
Si vous donnez votre langue au Poë'ra

Les autres valent pas une miette,
C'est une vraie vedette !

C'est toi l'alpha, L'ALPHAAAAAAAAAAAA !

Finirent-ils de chanter en un point d'orgue. Je restais là, complètement ahurie par ce que je venais de voir. Est-ce que j'avais été témoin d'une comédie musicale à l'instant ? Je me mis à chercher alors un verre pour oublier ce que je venais de voir et d'entendre. Tout cela me dépassait.

- Non mais quel prétentieux en plus... soupirai-je.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 478

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Kaïl :: Nord :: Alzbey (Capitale) :: Bas-quartiers-